Histoires d'inceste Histoires de sexe à l'école Histoires gays

Manon en enfer 3

Manon en enfer 3



DE SALOPE A PROSTITUEE 3

Cela fait déjà 15 jours que Manon a donné du plaisir au DRH de la société qui emploie son mari.
Sans nouvelles de lui elle pense maintenant que ses dernières paroles ont été lancées en l’air pour l’impressionner et la faire flipper mais que ce ne sera pas suivi d’actes.
Malgré tout elle a acheté un portable et communiqué le numéro au DRH par l’intermédiaire de Marvin le chef de production.

Le mari de Manon a été muté et part maintenant régulièrement en déplacement pour un, plusieurs jours ou la semaine.
Quand il rentre chez lui c’est pour vidanger le trop plein dû à l’abstinence et se reposer car il est souvent fatigué car il travaille aussi bien de jour que de nuit suivant les impératifs, ce qui ne fait pas l’affaire de Manon qui ne peut pas assouvir ses besoins sexuels.
Evidemment elle ne sait pas encore c’est une stratégie pour que Manon soit disponible en permanence, sans être dérangée par la présence de son homme.
Le but du DRH est qu’elle serve de prostituée auprès des clients de la société.

Un beau jour, soudain le nouveau portable de Manon sonne pour la première fois.
<>.
<>.
<>.
<>.
Manon reste un moment interdite.
<>.
<>.
<>.
Manon est acculée et ne peut pas refuser.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Manon qui n’arrive plus à penser correctement abdique.
<>.
Le directeur commercial hausse le ton.
<>.
Bernard explique dans le détail ou et quand Manon doit commencer à exercer le plus vieux métier du monde.
<>.

Malheureusement il n’en a pas fini avec elle.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Manon prise dans l’engrenage et résignée ne lutte plus.
<>.
<>.
L’homme raccroche.

En début d’après midi, résignée, Manon choisit soigneusement ses vêtements pour faire bonne impression à Bernard.
D’abord un string et soutien-gorge seins nus coordonnés.
Un maillot blanc ajusté afin de faire ressortir ses seins et surtout ses tétons qu’elle enduit de produit chauffant afin de les ériger.
Une jupe écossaise mini.
Des bas à résilles auto-fixant.
Des bottes genre mousquetaires qui montent largement au dessus des genoux.
Elle soigne son maquillage afin de ne pas paraître femme honnête.
Elle se regarde dans un miroir et est satisfaite du résultat, le directeur commercial devrait être content et penser qu’il a affaire à une prostituée professionnelle.
Manon se rend au rendez-vous en voiture et se gare le plus près possible de l’hôtel afin d’être le moins possible exposée aux regards des passants.
Elle pénètre dans l’établissement et se dirige vers la réception.
<>.
<>.
Manon se dirige vers l’escalier qui mène à l’étage suivie par le regard de réceptionniste et son air moqueur.

Elle frappe à la porte de la chambre 115.
<>.
Manon pénètre dans la chambre et après avoir refermé la porte se dirige vers le lit sur lequel un homme brun de taille moyenne est assis.
<>.
<>.
<>.
<>.
Manon tourne lentement sur elle-même.
<>.
<>.
<>.
Pendant son effeuillage Manon prend des poses et se positionne de façon à montrer le mieux possible l’endroit qu’elle met à nu pour le plus grand plaisir de Bernard dont les yeux ont tendance à sortir de leur orbite.
Enfin elle est totalement nue à part ses bas.
<>.
<>.

Manon s’approche de Bernard et le prenant par le bras l’incite à se mettre debout.
elle caresse son visage.
Mettant ses mains sous sa veste elle caresse son torse par dessus la chemise.
Elle se colle contre l’homme, passe un bras autour de son cou et tout en caressant l’endroit ou est censé se trouver le sexe elle embrasse la figure et le cou de Bernard avant de poser ses lèvres sur les siennes et de sortir sa langue qui pénètre dans la bouche de l’homme et va à la recherche de sa langue à lui.
Il finit par répondre à ses baisers qu’elle fait durer pendant qu’une main qu’elle glisse entre les cuisses de Bernard pour constater que son sexe n’est pas insensible.
Manon s’attaque aux vêtements en commençant par la veste puis à la cravate avant de déboutonner la chemise.
Elle caresse, embrasse et lèche le torse tout en le débarrassant de la chemise.
Elle se baisse et dégrafe la ceinture puis baisse le pantalon avant de faire descendre doucement le caleçon tout en embrassant le ventre, les cuisses et le pénis.
Elle aide Bernard à se débarrasser des vêtements devenus inutiles qui se retrouvent en vrac sur une chaise qui se trouvait à proximité.

A genoux, pendant que ses mains caressent les cuisses et le ventre de Bernard, Manon embrasse puis lèche partout le gros sexe bien érigé par l’envie.
Elle suçote pendant un moment le gland, le directeur tressaille.
Les mains agrippées aux cuisses de l’homme Manon enfonce au maximum la queue imposante dans sa bouche et reste un moment sans bouger.
Maintenant sa bouche fait des va-et-vient d’abord doucement puis de plus en plus rapidement sans que la verge, qui vient buter au fond de la gorge, ne sorte complètement de la cavité buccale.
Bernard souffle, la traite de grosse putain.
Il lui dit qu’ils ne se sont pas trompés sur son compte et que se satisfaire uniquement de son mari c’est du gâchis et que sa vocation c’est la prostitution.
Son corps se tend, sa queue tremble dans la bouche de Manon pendant qu’il envoie de longues giclées de sperme qui frappent le fond de la gorge.
Manon avale la semence puis reprend la fellation jusqu’à ce qu’elle soit sure que l’érection est durable.

Elle se recule et se relève puis pousse l’homme qui s’allonge sur le lit.
Manon se met à califourchon sur lui, au niveau de son bassin, les jambes de chaque côté de son corps.
Elle tient la queue avec une main et la dirige vers son sexe puis se baisse pour la faire pénétrer à l’intérieur, elle ressent fortement le coulissement du membre qui repousse les chairs pour faire sa place, enfin le pénis bute au fond du vagin.
S’aidant des muscles de ses cuisses Manon imprime un mouvement de va-et-vient pour faire aller et venir la queue dans son ventre tout en caressant le corps de l’homme qui malaxe ses seins et triture les tétons.
Bernard continue à la traiter de grosse putain sans morale, de gargouille à bite et autres insultes mais elle imperturbable continue à remuer sur lui.
A s’exciter l’homme ne tient pas très longtemps et avec des soubresauts sa verge déverse sa semence dans le vagin de Manon puis il reste sans bouger en soufflant fortement.
Manon se retire et à genoux se positionne à côté de Bernard.
Elle courbe le dos, se penche en avant et lèche la queue poisseuse, patiemment avec sa langue et sa bouche elle récupère et avale le sperme et la mouillure qui souillent le membre.

Pendant un moment Manon caresse les cuisses, le ventre, le pénis et les testicules.
Elle commence à masturber doucement la queue puis accélère progressivement la cadence des aller-retour.
Progressivement le membre gonfle et devient plus rigide et au bout d’un moment reprend de bonnes dimensions.
Manon remplace sa main par sa bouche et lui fait une fellation avec des aller-retour rapides en serrant le mieux possible ses lèvres sur la verge.
Bernard apprécie car son corps a tendance à remuer.

Jugeant que la pipe a assez durée Manon se déplace et se met de nouveau à califourchon au dessus de l’homme mais en lui tournant le dos.
Avec une main elle positionne la queue contre son anus puis tout en tenant toujours le membre elle s’empale dessus en pesant avec le poids de son corps, en pénétrant dans son fondement le gros pénis repousse les chairs.
Manon grimace tout le temps que le pénis continue à s’enfoncer puis une fois bien empalée elle reste un petit moment sans bouger en caressant le ventre et triturant les testicules de son partenaire.
S’aidant des muscles de ses jambes elle fait monter et descendre son corps d’abord doucement puis de plus en plus vite.
Si au début la queue coulisse difficilement dans son cul, rapidement l’orifice s’élargit et se lubrifie jusqu’à ce que la verge soit assez libre dans son fourreau.
Manon bouger son corps pendant un bon moment, elle mouille pendant les va-et-vient de son cul sur la queue de Bernard qui reste passif sauf avec sa langue car il ne cesse pas d’insulter Manon, une façon de dire qu’il apprécie ce qu’elle lui fait.
Elle est soulagée quand enfin la verge s’agite en elle et envoie des giclées de sperme dans ses intestins.
Elle se relève et attend debout.

Apparemment Bernard en a assez, il va se laver puis se rhabille pendant que Manon se dirige vers la salle de bain.
Elle en sort toujours nue et se fige en écoutant ce que le directeur commercial lui dit.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<<écoutes bien la putain, tu n'as rien à dire. Je te demande simplement de te servir correctement de ton cul à chaque fois que je te le dirais. Tu m'as bien compris>>.
<>.
<>.
Manon remet ses vêtements et quitte la chambre sans répondre, la tête basse. elle est en larmes pendant le parcours pour rentrer chez elle.

Le jour prévu pour le rendez-vous avec le client de la société arrive (le 1er client de sa vie de prostituée).
Le pire dans tout ça c’est qu’elle ne tire aucun avantage de la situation. Elle n’est pas payée, à part dans le cas hypothétique ou un client lui donne un pourboire.

Bien maquillée et vêtue d’un maillot blanc moulant sans soutien-gorge, d’une jupe très courte rouge et de chaussures à talons hauts Manon attend devant l’hôtel que Bernard lui a indiqué, c’est là qu’elle a fait l’amour avec lui.
Une voiture stoppe devant l’établissement, un homme grand et mince d’un certain âge, mais bien vêtu, en descend.
Il arpente le trottoir de long en large puis voyant que Manon ne bouge pas il se décide à l’aborder.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Manon pénètre dans l’établissement à la suite de Dylan puis se rend à la réception pour y retirer un passe.
Ils montent à l’étage puis entrent dans une chambre 115 qu’elle a déjà fréquentée la veille avec le directeur commercial.
Manon a compris que ce sera toujours dans cet hôtel et dans cette chambre qu’elle donnera du plaisir aux clients de la société qui emploie son mari.

Pendant que Manon s’approche de son client il lui parle:
<>.
<>.
<>.

Elle se colle contre Dylan, passe les bras autour de son cou.
Elle plaque ses lèvres contre celles de l’homme, il ouvre la bouche quand elle introduit sa langue dedans.