Histoires d'inceste Histoires de sexe à l'école

Tabou

Tabou



Ma sœur m’avait demandé de passer chez elle un jour, pour réparer un robinet qui fuyait. Je n’avais pas trop le temps et j’ai tardé. Je savais aussi que son copain était souvent à l’étranger à cause de son travail. Je passais à une dizaine de kilomètres de chez elle quand je me suis décidé. Je me suis garé devant la maison et j’ai franchi le jardin puis j’ai sonné à la porte de la maison. Personne ne répondait et j’ai fait le tour par le jardin.
J’allais tourner sur la terrasse à l’arrière de la maison quand j’ai entendu des cris et je me suis arrêté pour regarder et j’ai vu ma sœur. Elle avait la tête entre les cuisses d’une femme et elles semblaient prendre du bon temps.
– Ah, oui, chérie, continue, a fait la femme !
– Je ne savais pas que tu aimais ça, lui a répondu ma sœur qui avait relevé la tête !
– Ça fait des années que j’en ai envie, a ajouté la femme !
– Avec moi ou avec les autres, a continué ma sœur ?
– Avec toi et avec les autres !

Ma sœur a replongé entre les cuisses. Je pouvais aisément imaginer ce qu’elle faisait. Tout à coup, sa compagne s’est mise à glousser.
– Oh ! Putain ! Je sens que ça vient ! Oh, putain, je jouis !
Ma sœur a relevé la tête.
– Oh, bah, toi !
Elle avait le bas du visage trempé.
– Au moins, tu simules pas, a ajouté ma sœur !

Elle a rejoint sa copine et elles se sont roulées des pelles puis la femme lui a réclamé de lui toucher les seins.
– Oui ! Attends, lui a répondu ma sœur ! Je vais embrasser tes tétons !
Elle s’est mise à téter les mamelons.
– Oh, chérie, pourquoi vis-tu avec ce mec, a ajouté la femme ?
– Parce que j’aime aussi la queue, lui a répondu ma sœur ! Sergio est monté comme un âne !
– Salaud de Sicilien, a commenté la femme !
– Il y a du nouveau, a encore ajouté ma sœur ! Maintenant, il n’a plus peur de m’enculer !
– Oh, mon dieu, ton pauvre petit trou, a gémi la femme !
– C’est rien, lui a répondu ma sœur ! Je me suis habituée !

J’allais repartir quand les deux femmes ont continué leur conversation :
– Je me suis acheté un gode ceinture, a fait ma sœur ! Comme ça tu vas pouvoir me baiser ?
– Ah, oui, lui a répondu la femme ? Tu vas le chercher ?

Ma sœur a laissé sa copine et elle est entrée dans la maison. J’ai vite fait demi-tour et j’ai sonné à nouveau à la porte d’entrée de la maison. Ma sœur m’a ouvert.
– Ah, c’est toi !
– Pourquoi, tu n’es pas seule, lui ai-je demandé ? Tu as un nouveau mec ?
– Mais non ! Sergio est en voyage jusqu’à la fin de la semaine, a ajouté ma sœur !
– Alors, laisse-moi deviner ! Si c’est pas un copain, c’est une copine ?
– Mais non, j’ai personne, a tenté de m’expliquer ma sœur !
Elle s’enferrait de plus en plus en tentant de se justifier puis la femme est apparue derrière elle.
– C’est qui, a-t-elle demandé ?
– C’est mon frère !
– Enchantée, m’a fait la gouine en me tendant la main ! Je la lui ai serrée puis elles m’ont dit d’entrer. J’ai expliqué que je venais pour le robinet qui fuit et ça les a fait rire. Je leur ai demandé ce qu’il y a et la femme m’a répondu que tous les robinets fuient.
– Alors, on fait pas ce qu’on avait dit, a demandé la femme à ma sœur ?
– Vous parlez de quoi ?
– Attends, j’ai une idée ! Je crois que ton frère aimera ça, a ajouté la femme !
– Oui, mais il répare d’abord le robinet, l’a interrompu ma sœur !
Je n’avais pas besoin d’outils parce que mon beau-frère avait tout ce qu’il fallait dans sa cave. Une demi-heure après, je suis remonté et je suis allé à la terrasse. Les deux femmes étaient allongées l’une contre l’autre et elles se tenaient par la main. La femme m’a vu la première et elle a pris en main le gode ceinture. Je lui ai demandé ce qu’elle va faire avec ça. C’était un peu de la provocation.
– J’ai lu dans une revue que tous les hommes sont un peu pédés, a-t-elle ajouté !
– Oui, comme toutes les femmes sont des gouines, lui ai-je répondu !
Elle ne m’écoutait pas et elle a enfilé le gode ceinture et pour ne pas passer pour un idiot, je me suis laissé faire. La femme m’a enculé mais elle s’est vite lassée et elle a passé l’appareil à ma sœur. Je leur ai dit que c’est de l’i****te mais ça les a fait rire et ma sœur, à son tour, m’a enculée mais ce qu’il y avait d’agréable, c’est que sa copine me branlait mais je me suis plaint et la femme a dit à ma sœur qu’elle devra y passer et elle s’est mise à quatre pattes devant moi. Je me suis enfoncé dans son anus. Il n’y avait aucune résistance tellement c’était ouvert puis j’ai dit que j’ai envie qu’on change pour que ma sœur encule son amie pendant que j’enculerai ma sœur et c’est comme ça qu’on a fini.
Enfin pas vraiment parce qu’on a fini devant une bonne choucroute et puis je suis rentré chez moi.

Quelques mois plus tard, je suis allé chez ma tante. J’avais téléphoné pour la prévenir. Je n’ai pas demandé qui serait là mais je me doutais bien que le week-end son deuxième mari serait là avec sa fille. Ma tante m’attendait.
– Et Georges, lui ai-je demandé ?
– Il est passé à la jardinerie pour acheter des semences, m’a répondu ma tante !
– Et Clara ?
– Elle ? Je crois qu’elle est dans sa chambre, m’a répondu ma tante !
J’avais envie de pisser et j’ai prévenu ma tante que j’y allais mais dans le couloir, je suis passé devant la porte de Clara. Comme par hasard, elle était entrebâillée et je l’ai vue, debout devant l’armoire de sa chambre, devant le miroir de la porte et ce qu’elle faisait ne m’a pas laissé de doute car je voyais bien qu’elle se masturbait. Elle était en bikini et les bretelles lui tombaient sur les coudes et pendant qu’elle se triturait la poitrine, son autre main était dans le slip.
L’an dernier, lors d’une fête de famille, je lui avais fait du gringue mais elle ne m’avait pas répondu. Je suis dix ans plus vieux qu’elle et peut-être que ça explique cela. Clara est presque aussi grande que moi et elle ne doit pas peser plus de quarante kilos toute mouillée car elle est plutôt mince. Elle n’a pas beaucoup de poitrine mais elle est quand même canon.
J’ai continué à la regarder. Dans ma tête, je lui parlais et je lui disait qu’elle va jouir et j’attendais. La main devait s’affairer parce que le coude bougeait beaucoup. A un moment, Clara s’est grattée les fesses. J’étais fasciné.
– Bah, pourquoi tu mates, m’a demandé Clara ?
Bien, oui, je matais.
– Tu veux me baiser, a insisté Clara ?
Je voulais bien. Enfin, c’était quand même un peu ma nièce, mais par alliance.
Je suis entré dans la chambre.
– Je te fais bander, m’a demandé Clara ?
Elle avait un beau sourire même si elle me semblait un peu inquiète.
– Tu veux que je retire mon soutif ?
– Oui, et la culotte, lui ai-je répondu !
Elle a retiré les deux puis elle s’est appuyée sur son lit et je lui ai écarté les fesses et je me suis enfoncé dans sa chatte. Je n’avais connu que quelques femmes mais là, c’était vraiment agréable.
J’étais en train de la travailler quand je lui ai demandé si elle aime ça et elle m’a répondu de m’intéresser à mes oignons. J’avais envie de lui parler.
– Tu es belle ! Je sais que tu aimes ça ! Tu es bonne !
Clara m’a répondu qu’elle n’est pas une pute.
– Je ne suis pas le premier !
– Ecoutez-le, m’a fait Clara !
Je n’avais eu aucun mal à m’enfoncer. J’ai ajouté que j’espère que son petit ami n’en saura rien. Elle m’a répondu qu’elle n’en a pas.
– Tu te masturbes ? Tu as un gode, ai-je insisté ?
Elle ne voulait pas me répondre et j’insistais. Elle a fini par me dire de me taire. De toute façon, je sentais monter la pression dans mes couilles. Je lui ai demandé si je peux dedans.
– Oh, oui, aujourd’hui, c’est possible, m’a répondu Clara !
J’ai tout lâché et puis je me suis retiré. Elle a mis sa main entre ses cuisses et elle a disparu et quand elle est revenue, elle avait une serviette et elle m’a essuyé la bite. Elle a même fait mieux en l’essorant puis elle m’a dit de refermer ma braguette avant de disposer livres et cahiers sur son lit puis elle a tiré une chaise pour que je m’asseye. Je n’avais pas compris pourquoi elle faisait ça. Quelques minutes après, ma tante est arrivée dans la chambre.
– Ah, tu l’aides à réviser, m’a-t-elle lancé !
J’ai improvisé. Clara m’a posé une question en pointant un endroit sur son cahier. Ma tante a dit qu’elle nous laisse.

– Pourquoi tu as fait ça, ai-je demandé à Clara ?
– Parce que j’avais envie, m’a-t-elle répondu !
– Et tu fais toujours ce dont tu as envie, ai-je insisté ?
– Pas tout le temps, mais aujourd’hui, j’ai eu envie, m’a répondu Clara !
Elle s’était assise sur le bord du lit et j’ai posé la main sur sa cuisse.
– J’ai encore envie, lui ai-je lancé !
– Et tu as envie de quoi, m’a demandé Clara ?
– J’ai envie de t’enculer !
Qu’est-ce que je risquais de lui proposer ça ? Soit elle acceptait, soit elle refusait.
– Oh, mon dieu, manquait plus que ça, a fait Clara !
– Pourquoi, tu l’as déjà fait, lui ai-je demandé ?
– Non, mais pourquoi pas ? Si je te dis d’arrêter, tu arrêteras, m’a-t-elle encore demandé ?
J’ai promis. Après, je lui ai demandé de prendre ma bite et mes couilles dans ses mains pour me faire bander plus rapidement et quand j’ai été prêt, je me suis enfoncé dans son anus. Clara a poussé un grand cri. J’ai continué à m’enfoncer puis elle m’a dit que ça fait mal et je lui ai répondu qu’elle va s’habituer et j’ai continué. Petit à petit, ses cris se sont calmés. Je lui ai demandé si ça va. Elle m’a répondu de continuer. J’avais envie de lui avouer que, quelques mois plus tôt, j’avais enculé ma sœur et aussi la gouine qui la baisait.
– Attends !
Je me suis arrêté. Clara a tiré sur fesses comme si elle voulait les écarter encore plus et j’ai pu continuer. J’en ai profité pour lui dire qu’elle aime ça et elle m’a traité de cochon mais ça ne m’a pas empêché de continuer. Au contraire. Quand je lui ai proposé d’arrêter, Clara m’a répondu que j’ai sans doute envie de jouir dans son derrière.
– Oui, ça y est ! Oui, ça y est !
Je n’en pouvais plus. Clara s’est immobilisée et ma semence a pu gicler au fond de son anus.
– Non ! Ne t’en va pas, m’a encore demandé Clara !
Je suis resté planté dans son anus. Je lui ai encore demandé si elle aime ça. Elle m’a répondu qu’elle aime bien puis elle a ajouté que c’est agréable et que c’est pas pareil que tout à l’heure. Une idée me trottait dans la tête. Quand j’étais jeune, j’avais souvent juté dans un verre mais je n’avais jamais eu le courage de boire mon sperme. J’ai collé ma bouche au cul de Clara et j’ai léché. C’était bien mieux que tout ce dont j’avais rêvé et pendant que je léchais, Clara s’est masturbée et elle a fini par avoir un orgasme. Après tout ça, ma tante nous a appelés pour goûter. Il a bien fallu y aller mais j’avais ce goût de sperme dans la bouche et la confiture m’a semblé fade. Quand à Clara, je n’ai jamais réussi à la sauter à nouveau et puis elle aussi, elle s’est gouinée, ce qui a fait la déception de sa belle-mère.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire