Histoire de sexe fétiche Histoires d'inceste Premières histoires de sexe

Le liftier

Le liftier



Annabelle son premier black !

Annabelle a 55 ans, elle est très belle, légèrement enrobée, elle a maintenant une teinte châtain clair avec des mèches blondes, elle est vraiment très bandante, je m’en rends compte lorsque je sors avec elle, beaucoup d’hommes se retournent sur sa silhouette et j’en ai même vu un qui se tenait quelques pas derrière elle et prenait un film de ses fesses qui roulaient sous la jupe.
Depuis longtemps, elle veut faire l’expérience avec un black, de préférence jeune et bien monté ; c’est un fantasme qui la poursuit et justement lors de ce déplacement sur Paris, nous avons repéré à l’hôtel ce jeune liftier dont le regard est régulièrement vissé sur son décolleté.

– Ça te dirait de faire une première expérience avec lui ?

Elle hésite, c’est une chose de fantasmer et une autre de passer à l’acte.

– Je veux bien mais tu restes à côté de moi !
– Pas de problème, je prendrai un film et des photos
– Dans ce cas je mettrai un masque, je ne veux pas que l’on voit ma figure.
– Comme tu veux, allons acheter des masques.

Nous sommes allés acheter les masques et en revenant nous avons pris à part le jeune homme, il s’appelle Paul, il a 23 ans et suit des études de médecine, le soir il fait liftier dans cet hôtel pour gagner un peu d’argent.
Depuis le temps qu’il lorgne mon épouse, il est enchanté à l’idée de se la farcir ; justement le lendemain soir il n’est pas de service, nous prenons rendez-vous.
Annabelle est fébrile, elle a fait soigneusement le « maillot » après avoir débroussaillé son petit buisson aux ciseaux, il reste juste un petit triangle soigneusement taillé, comme je lui dis, un vrai gazon anglais en forme de flèche pour bien indiquer le chemin… Elle a changé plusieurs fois de tenue pour finir par opter pour une jupe serrée noire et pour le haut, un caraco noir et un gilet violet, des bas autofixants et des dessous noirs.
On frappe à la porte, c’est Paul, habillé en décontracté, jean bleu et maillot blanc, il s’approche d’Annabelle, la regarde de façon admirative, l’embrasse, elle tourne la tête pour ne pas lui donner ses lèvres, je la sens encore hésitante, je me demande si elle ne va pas se dégonfler ; finalement elle le prend par la main et l’entraîne dans la chambre où j’ai disposé le matériel d’enregistrement. Elle lui tend un masque jaune et met le sien. Elle monte sur le lit toute habillée et s’allonge sur le dos.

– Tu ne déshabilles pas ?
– Non, pas maintenant !

Il écarte le gilet, lui caresse les jambes, se penche pour l’embrasser, cette fois elle ne se tourne pas et lui offre sa bouche ; c’est un long baiser qui lui fait de l’effet puisque d’elle-même elle retrousse sa jupe jusqu’à la taille pendant que Paul, d’un seul mouvement retire pantalon et slip qu’il balance sur le sol. Elle prend dans sa main le sexe déjà bien dur, j’estime qu’il doit faire environ 30 centimètres ; Il la caresse par-dessus la culotte en appuyant fortement, puis délicatement, il écarte légèrement le tissu je vois le sexe rasé de ma femme apparaître. Il le caresse lentement, ses doigts remontent le long de la fente, ils frôlent le clitoris puis redescendent. Annabelle commence à gémir, alors de son autre main, Paul écarte le soutien-gorge pour sortir le sein droit dont il titille la pointe, je vois celle-ci se durcir et j’entends Annabelle gémir de plus en plus fort en même temps que la main qui tient le sexe de Paul s’agite frénétiquement, j’ai peur qu’il ne tienne pas la distance…
De son autre main elle écarte complètement sa culotte pour dégager complètement sa chatte, les doigts de Paul sont maintenant en elle, il la masturbe avec application, il a dégagé l’autre sein et le caresse du bout des doigts pendant que sa bouche a pris possession du téton droit qu’il lèche et mordille tour à tour. Annabelle gémit en continu, soudain elle pousse un cri, ses jambes bougent dans tous les sens, son corps se raidit et s’arque pour que les doigts qui la fouillent viennent au plus profond d’elle-même ; elle vient d’avoir son premier orgasme et comme je la connais elle ne va pas vouloir en rester là…

En effet, elle se dégage de l’étreinte de Paul et abandonnant tout pudeur se déshabille presque totalement, elle se débarrasse du masque qui maintenant la gêne, elle se fiche complètement que son visage apparaisse sur le film, elle ne garde que sa culotte, ses bas et ses chaussures, elle est foutrement excitante dans cette tenue.
Paul s’est aussi déshabillé complètement, il a sorti de sa poche un anneau vibrant en plastique qu’il enfile sur son long sexe, il écarte le frêle rempart de la culotte et comme elle est trempée entre en elle avec une lenteur calculée, elle s’est redressée pour jouir de la vue de ce long cylindre noir qui s’enfonce inexorablement dans la peau blanche. Quand il est au fond, l’anneau vibrant touche en même temps les grandes lèvres et le clitoris ; il n’a pas besoin de bouger, sitôt qu’elle sent sa chatte remplie, et le frottement sur son clitoris, elle enchaîne orgasmes sur orgasmes, elle fait partie des femmes qui ne sont pas limitées, j’adore la voir ainsi miaulant de plaisir et en redemandant de multiples fois. Ses talons viennent labourer les côtes de Paul, j’ai l’impression qu’il va en garder des traces.
Grâce à cet anneau, il a pu se récupérer de la séance de masturbation qu’elle lui avait fait subir, maintenant il peut rester sans bouger, elle se tortille sous lui, chaque orgasme démarre par un grognement qui va en s’amplifiant et se termine par de petits jappements ou par un cri.

A ce rythme-là, il ne tient pas le coup très longtemps cette fois il retire l’anneau et la baise au plus profond d’elle-même, quelques va et vient et je l’entends pousser un cri rauque quand il jouit en elle et lui déverse un flot de sperme dans le vagin ; en même temps qu’un dernier orgasme bruyant secoue tout le corps de ma femme.

Paul se retire et se lève le sexe dégoulinant alors qu’Annabelle anéantie reste sur le dos, les jambes écartée, le sexe béant qui régurgite un ruisseau de sperme qui coule lentement dans le sillon des fesses.
Ils montent ensemble dans la baignoire pour prendre une douche, ils se lavent mutuellement, Annabelle ne peut s’empêcher de frotter le sexe de Paul qui reprend de la vigueur, elle le lèche et le met dans sa bouche, il est redevenu énorme !

– Baisse-Toi !

Annabelle lui tourne le dos, se baisse en prenant appui sur les côtés de la baignoire, dans cette position, elle présente à son partenaire son abricot bien mûr qu’il s’empresse de cueillir ; il la tient par les seins et la pilonne par derrière. Le sexe encore plein de sperme émet un bruit de gargouillis qui se joint à celui du claquement des cuisses sur les fesses mouillées.

Apparemment Annabelle apprécie cette position dans la baignoire que nous n’avions jamais essayé ; elle recommence à jouir bruyamment ; il cesse de pétrir les seins, ralentit le rythme, met du savon liquide sur l’anus de ma femme et entre un doigt puis deux, elle gémit de plus en plus fortement pendant qu’il lui masse l’anus ; il se décide et présente son sexe au petit trou, je sais qu’elle n’aime pas particulièrement cela, mais aujourd’hui elle ne dit rien, au contraire d’elle-même elle écarte ses fesses pour qu’il pénètre plus facilement.

– Aaaahhh !

Cette fois il est entré et il l’encule avec ardeur, il la tient maintenant par les cuisses et lui masturbe le clitoris avec les doigts, il fouaille le sexe béant, elle crie de plaisir, il retire ses doigts plein de sperme et les lui met dans la bouche, elle les suce avec ardeur, ma petite femme réservée et prude est une bête de sexe, elle est maintenant complètement cambrée et lui offre son cul pour qu’il aille au plus profond de ses entrailles.

Ils jouissent tous les deux en même temps, un double cri à ameuter l’hôtel…

Paul se retire, Annabelle a le trou du cul dilaté, il n’en finit pas de se refermer et dégouline de sperme, je ne vous cache pas que je me suis masturbé également deux fois pendant toutes ces séquences.
Ils sont maintenant rhabillés Paul nous quitte, je lui glisse discrètement 200 euros, il a bien mérité ce pourboire. Demain nous quittons l’hôtel avec des souvenirs et un fantasme assouvi.

– Alors contente de cette expérience ?
– C’était formidable, mon prochain fantasme maintenant que je ne crains plus de me faire enculer, ce sera avec deux noirs, il faudra prendre l’adresse de Paul et lui demander de venir avec un copain…

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire