Histoires de baise Histoires de sexe lesbiennes Histoires de sexe noir

Pauline, lesbienne mais pas que !!! chap 16

Pauline, lesbienne mais pas que !!! chap 16



( Suite du chap 14 et 15)

Dernière journée de vacances.

11h34

Je me réveille seul dans le lit, ma petite Sandra à du se levée plus tôt et quand je vois l’heure, je me dit que c’est plutôt moi qui me lève un peu tard.
Je prend mon temps pour bien me réveillée, bien installée confortablement dans le lit, me remémorent la nuit que nous avions passées toutes les deux……enfin tout les trois plutôt.
Je ne peux m’empêchée de passée mes mains sur mon corps pour me caressée gentiment, faisent ainsi grimpé la chaleur qui parcours tout mon corps, mes tétons pointent vraiment fort, mes mains caresses et presses mes seins doucement.

Mes mains continue de glissés sur mon corps, le feu qui me prend au ventre se rallume de plus belle, mon souffle se saccade et s’accélère, mon coeur bat si fort dans ma poitrine, mon désir de me faire baisée grimpe en flèche quand mes petites mimines viennent effleurés ma fleur qui se réveille, mes doigts viennent écartés les pétales de ma fleur bien humidifiée de son nectar.
Je m’en mord les lèvres, inconsciemment je tente de me mettre deux doigts dans ma petite moule , une fois mes doigts glissés en moi, ma petite chatte ronronne de plaisir, avec mon autre main, je me masse allègrement mon petit clito, je tente désespérément de me baisée avec mes doigts, je fait de puissant allées et retours avec mes doigts, j’essaie constamment de taper le fond de ma moule brûlante, mais rien n’y fait, j’ai les doigts bien trop court.

Tout ce que j’arrive à faire, c’est de m’excitée encore plus, mais c’est plus fort que moi, je continue mon massage interne, je sent que mon orgasme est vraiment trop loin, je n’y arriverais pas toute seul.
Je prend un temps pour me calmée un peu et attend aussi sagement que possible.
J’entend du mouvement en bas, je me lève lentement, reprend mon grand tshirt de la veille et sort de la chambre, en descendant les escaliers, je vois tout le monde faire des allées et venu dans la maison, puis sa me revient, aujourd’hui est le dernier jours que l’on passe dans la maison.

Je me fait un peu disputée par ma mère et mon père, qui étaient déjà en train de faire le ménage et qui commençaient a rangées les affaires.
j’ai eue le droit à un clin d’oeil du père et de la mère de Sandra, qui eux, ne m’en veulent pas de mettre levée si tard, quand à Sandra elle aide mes parents, elle non plus n’était pas fâchée contre moi, d’ailleurs quand nos regards ce son croisés, elle ses mise à rougir, je voie ses petits tétons durcir, elle s’approche de moi et vient m’embrassée comme une furie, mmmmh faut vraiment que je me calme sinon je vais lui sautée dessus devant tout le mondes .

13h

Après avoir bien rangé et bien mangé, il était déjà temps que l’on rendent les clés de la maison.
C’est dommage, j’aimais bien être ici.
C’est avec des images bien obscènes et très excitant que je quitte la maison, je me dirige vers la voiture de mes parents, mais le père de Sandra avais d’autre idées en tête, comme pour l’allée, je monte de nouveau dans sa voiture, mais il fut très vite surpris que Sandra ne ses pas endormie durant tout le trajet, je le voyais ronchonné dans son rétroviseur, et comme Sandra me collait constament, aucun moyen de l’excité.

19h56

Le voyage retour fut très long, entre les embouteillages et le père de Sandra qui me lançait des regards frustré, je n’était pas mécontente de rentrée, on ses arrêtées chez les parents de Sandra, et vu qu’il commençais a se faire tard, les parents de Sandra on proposés à mes parents de passés la soirée chez eux.
Mes parents on acceptés, au regard du père de Sandra, je vois au fond de ses yeux que cette soirée improvisée n’est pas sans arrière pensée.
L’oncle de Sandra qui passais a l’improviste, fut lui aussi invité, je m’en serais bien passé de celui là, non pas que je l’aime pas, mais depuis qu’il m’a baisé, je le vois différemment.

00h25

La soirée fut longue, j’était entre le père de Sandra ainsi que de son oncle, je ne sais pas lequel des deux m’aurais sauté dessus pour me prendre sur la table, je sentais la tension grimpé au fur et à mesure que les minutes passais.
Mais cette tension m’excita au plus haut point, j’en pouvais plus, je n’avais qu’une idée en tête :
Me faire baisée.

Mais au vue de l’heure, il était déjà temps pour moi et Sandra, d’allées se couchées, demain, on repart dans notre collocation.
C’est Sandra qui a emboîtée le pas, elle m’a tirée du traquenard qui me pendais au bout du nez.
Quand je me retourne pour souhaitée une bonne nuit pour tout le mondes, le regard de son père et de son oncle ma parcouru de frissons.

2h00

Je suis complètement excitée, Sandra ne voulant pas accédez à mes avances, je n’arrive pas à m’endormir, elle a préférée se couchée pour être en forme demain, j’arrive pas à m’enlevée l’idée d’être baisée comme une chienne, je n’arrête pas de bougée dans le lit, j’ai tellement chaud, je suis bouillante, ma moule me démange, j’ai tellement envie de me faire fourrée.

Je ne tiens plus, je me lève discrètement du lit, et me dirige vers le salon.
il fait sombre, mais la pièce à l’air d’être éclairée par la télévision, plus je m’approche, plus j’entend du bruits, je colle les murs et avance lentement, arriver au bout du murs, je passe la tête et découvre une scène que je n’aurais jamais pensée voir de toute ma vie.

Je vois le père de Sandra, en train de fourrée vigoureusement ma mère en missionnaire sur le canapé, ainsi que mon père en train de bourré copieusement le cul de la mère de Sandra en levrette par terre.
J’en revient pas, j’en reste bouche bée, les yeux grand ouvert, ne perdent aucune miettes de ce délicieux spectacle, mais après plusieurs minutes, la surprise passe et la jalousie l’emporte, qu’elles bandes de salopes, elles se font tirées comme des putes alors que moi je ne peux juste que regardée.

Ma mère couinne comme une salope en chaleur, la mère de Sandra aussi d’ailleur.
J’en peux plus, je suis au bord de l’explosion, mon coeur bat si fort, mon excitation en est doublé, tout mon corps tremble d’excitation et ma chatte est complètement trempée.
Je croise le regard de la mère de Sandra, et vu son visage, mon père lui donne de bon coups de bites,mais son visage veux dire aussi : “cette fois c’est mon tours, reste en chienne petite pute”.

Une main vient soudainement se faufilée dans ma culotte trempée de mouille et ce collée sur mon pubis tendis qu’une autre main qui vient se posée sur ma bouche pour m’empêchée de criée par la surprise.

-“Salut petite chienne ! Alors ?! En manque ? Tu aime ce que tu vois? Mmmmmmh au vu de ta petite culotte, sa te plaît enoooooormenent !”

Je reconnais cette voix, c’est l’oncle de Sandra, il est collé contre moi, sa bite bien dur, collée entre mes fesses, je me tortille, il m’enfonce alors deux doigts, directement dans ma moule bouillante d’envie pour me calmée .
Son autrès main vient glissée de ma bouche à mes seins, il prend un de mes seins à pleines main et le pétri brutalement, mon corps tremblent comme une feuille, j’était déjà bien excitée mais la je ne tiens plus.
Il me tire discrètement en direction de la chambre des parents de Sandra, je ne peux y resistée et le suis sans me faire priée.

Arrivée à la chambre, il me retourne et vient m’embrassé comme un dingue, ses bras passe derrière moi, ses mains viennent s’agrippées à mes fesses, il se plaque contre moi, mes seins son écrasés contre lui, il me fourre sa grosse langue dans ma bouche, je ne peux m’empêchée de lui rendre son baisée.
Nos langue commencent alors une danse endiablé dans ma bouche, tendis que ses mains viennent pétrir mon gros cul.

Il rompt notre baisée, son regard plongé dans le mien, mon visage remplie de désir, il me soulève et me projette dans le lit.
Je tombe sur le lit, sur le ventre, quand je me relève, ses mains viennent se claquées sur mon gros derrière, j’en est couinnée sur le coup, mais j’ai adorée, il baisse ma petite culotte à mis cuisse, faisent resserrées mes jambes.
Puis, il écarte mon gros cul avec ses mains.

-“Oooooooouh! Je savais que t’était trempée, mais à ce point! Mmmmmmmh sa me donne tellement envie!”

Il vient mettre sa tête entre mes fesses et me fourré sa grosse langue dans ma petite moule, sa langue tourne dans tout les sens.
Je suis obligée de plaquée ma tête dans le matelas pour camouflée mes crie de plaisir, mon cul bien levé vers lui.

-“Mmmmmmmh c’est tellement bon ! Mmmmh tien tu n’avais pas sa avant ?”

Il retire mon plug anal et le prend en bouche, il le recouvre bien de bave et me l’enfonce violement dans mon cul, il fait plusieurs va et vient avec mon plug dans mon cul.
Je couinne de plus en plus fort, une de ses main vient glissée le long de mon dos et viens se logée dans mes cheveux, il tire ma tête en arrière et vient plaqué mon dos contre son torse.

-“J’espère que tu aime l’anal ma salope! Car se soir, ton cul va prendre bien cher ! Ce soir tu est ma pute !”

Il retire mon plug et vient me le fourré dans la bouche.
Il colle son gros gland à l’entrée de mon trou du cul, qui avec le plug est près à l’accueillir.

-“Mmmmmmmh viens ici ! Je vais t’enculée a sec! Je veux voir ton regard quand ton cul moelleux va accueillir ma bite bien dur!”

Il tire ma tête contre la sienne, ses yeux de pervers plongés dans les miens.
Je sens sa queue commencée à rentrée dans mon cul lentement, un grand frisson de plaisir parcours tout mon corps. Arriver à la moitié il donne un solide coups de rein bien profond dans mon cul et rentre ainsi toute sa queue en moi.

Sa main viens de nouveau se mettre sur ma bouche pour évité que je cris de plaisir et de perdre mon plug dans ma bouche.
Son autre main vient s’agrippée à ma hanche droite, il enfonce ses doigts dans ma chair, je le sent enfoncé sa queue toujours de plus en plus profondement dans mon cul.
Une vague de plaisir me prend aux tripes, mes yeux roule en arrière, mon cul aspire sa queue quand il commence à se retiré.

-“Oooooooouh c’est un cul divin ! Mmmmmmh si chaud! Et si moelleux ! Un véritable paradis pour ma bite ! “

Avant qu’il n’est eue le temps de retiré toute sa queue, il me l’enfonce de nouveau bien profondement, il commence des va et vient bien profond et rude.
je sent sa queue me défoncé le trou du cul, mon cul claque bien fort conte lui, ses coups de bites résonnent dans toute la pièce, mes cries étouffé par sa main l’excite encore plus, il accélère le rythme, ses coups de bites son encore plus brutaux, ses couilles pleines viennent claquées sur ma petite moule qui en est devenue rouge vive.
Les vagues de plaisir deviennent plus fort et plus rapprochées, il me bourre le cul bien fort, mon ventre tremble de plaisir, heureusement, il est toujours plaqué contre moi et qu’il me tient fermement contre lui, sans ça, je ne tiendrais même pas sur mes genoux.

-“Mmmmmmmhaaaaaaaaaaah ça vient ! Ça vient ! Prend tout ma petite salope ! “

Il redouble de vigueurs, il me démonte le fion à grand coups de reins, mon cul s’éclate contre lui, mes seins son ballotés de part et d’autre, mes cries, même étouffés, résonne dans la pièce.
Enfin ! Je sent mon orgasme enfin arrivé ! Et il est terriblement puissant !

Il me donne son coups de reins le plus puissant, il me pousse en avant et se laisse tombé sur moi de tout son poids, sa bite viens se logée dans les profondeur de mon ventre, mon anus se contracte et lui presse la queue comme un citron, je peux sentir toute sa queue tremblée et m’envoyée de puissants jets de foutres brûlant au fond de mon cul.

Il pose une main au milieu de mon dos et l’autre sur ma tête et se redresse en poussant sur ses bras, enfoncent ma tête dans le matelas, me permettent de criée mon orgasme.
Il reste solidement enfoncé dans mon cul tout en continuant de vidé son jus de couilles en moi.
On reste comme sa pendant 15 minutes, puis il sort enfin de mon cul, lentement.

-“Aaaaaaaaaaah c’est tellement bon de jouir dans ton cul ! Mmmmmmmh ! “

Je suis complètement allongée sur le lit, complètement épuisée.
Il reprend mon plug et le remet dans mon cul complètement dilaté.
Il sort de la chambre et me laisse la, j’ai du mettre au moins 20 minutes pour reprendre mes esprit, je me lève péniblement du lit, je remonte ma petite culotte qui maintient mon plug dans mon cul et empêche son foutre de coulée le long de mes jambes, je sort de la chambre tout en essayant d’être la plus discrète que possible, je marche dans le couloir et passe jetée un oeil au salon, je vois le père de Sandra couché sur ma mère toujours en missionnaire, sa queue toujours en elle, ainsi que mon père assis sur le fauteuil, chevauchée par la mère de Sandra, lui aussi toujours en elle, tout se beau monde dormais, apparemment j’était pas la seul à être fatiguée.

Je retourne dans la chambre de Sandra, il est 5h du matin et ma belle dort toujours, je vient me blottir contre elle et la serre contre moi, je m’endors aussitôt une fois contre elle.
La journée de demain va être dur ! Mais j’ai pris mon pied !

FIN

Suite prochainement

Encore merci pour tout vos retours, j’espère que cet suite vous à plu.
A très vite pour une toute nouvelle histoire. 😉

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire