Histoires de sexe en français Histoires de sexe en groupe

bronzage chez Agnes

bronzage chez Agnes



Bronzage chez Agnes

Le matin :

Cette journée programmée de longue date a eu le bonheur d’être ensoleillée pour notre plus grande satisfaction. Je suis arrivée de bonne heure chez elle, pour ceux qui me suivent depuis longtemps ils savent qu’elle habite dans une copropriété au centre d’une grande ville mais avec un petit coin engazonné commun. (D’où mon message qu’il s’agit juste de bronzage et non de défi)
Après les échanges d’usage entre filles nous sommes sorties pour une petite séance de bronzage. J’avoue que cela me fait drôle d’être en maillot au beau milieu d’immeubles. Nous voilà sur nos transats à papoter de nos futures vacances et autres balivernes de filles. A présent couchée sur le ventre j’ai la sensation que mon cul est offert à la vue d’un grand nombre de locataires et je ne peux m’empêcher d’en faire part à Agnes qui me sourit en me disant qu’il n’y avait rien de mal vu que personne ne me connaissait. Pour me rassurer ou me mettre mal à l’aise elle profite pour diminuer un peu la taille de mon maillot. Le temps passant ce sentiment d’être observée prend de plus en plus de place dans mon esprit et ma vulve commence à s’humidifier. Elle me fait savoir que mon cul de chienne semble faire de l’effet à un mec au deuxième et de ne pas bouger afin qu’elle prenne quelques photos pour me montrer la vue qu’’il avait.

L’après-midi :

Après une petite salade en ville nous voilà de retour chez elle et comme personne n’a encore eu l’idée de se reposer sur les transats elle exprime le souhait, non elle me demande de me mettre en sous vertement pour bronzer. Elle sait qu’à ce moment-là je suis sous son emprise et elle profite lors du changement de culotte de fouiller ma chatte pour en connaitre l’état. En ressortant les deux doigts qui ont servi de doigtage elle me les fait sucer pour bien lui nettoyer la cyprine et me faire comprendre que le voisinage va pouvoir reluquer mon cul et qu’elle sera fière de me traiter de grosse salope lors d’un questionnement de voyeurs l’ayant vu. Honteuse ou salope à vous de choisir j’enfile mes sous-vêtements pour reprendre place au soleil. Comme je n’avais pas mis de string elle me fait coucher sur le ventre et arrange mon slip à la limite de la décence vu l’endroit. Au passage elle m’avoue avoir fait un signe du pouce au voyeur et qu’à présent il ne se cachait plus et qu’elle espérait que d’autres en feraient de même. Je lui demande de me prendre en photo dans cette position et de prendre tout son temps pour bien montrer que la pute que je suis est consentante du spectacle offert. J’imagine un grand nombre de mecs sur la cinquantaine d’appartements se branlant à cette vue. J’ai ma chatte en nage, ma culotte trempée en entendant Agnes prendre les photos mais cette frustration de ne pouvoir me branler devient insoutenable et cela ne fait qu’empirer la sensation d’être cette pute à faire durcir les queues par son arrogance à s’exhiber ainsi. Je demande à Agnes de mettre fin au bronzage et de rentrer. Elle accepte et lors de notre retour vers la cage d’escalier pour prendre l’ascenseur on rencontre trois jeunes mais je ne saurai dire s’ils faisaient les voyeurs tout à l’heure. Toujours est-il qu’ils attendent également l’ascenseur et je propose que nous montions les deux étages à pied au moment de sa venue. Ils s’y engouffrent et devant mon hésitation nous font de la place mettant fin à l’idée de monter à pied. A peine en place je sens des mains sur mon cul à travers ma fine robe, puis sous la robe. Pétrifiée et vu mon état d’excitation je ne bouge pas si ce n’est me tenir aux épaules d’Agnes qui a compris ce qui se passait dans son dos. J’ai eu droit à un pelotage en règle lors de la montée et au moment de sortir ils informent ma copine qu’ils prendront contact avec elle pour me réinviter afin de passer un bon moment avec eux. Une bonne douche m’a fait du bien et je me prépare à rentrer chez moi pour me calmer.

Epilogue :

Je me suis goder en rentrant telle une salope puis j’ai téléphoné à mon copain pour lui avouer qu’il me manquait et que j’avais hâte d’être dans ses bras le week-end prochain.

au vu des commentaires je verrai à mettre les photos qu’Agnes vient de me faire parvenir