Histoires de sexe en français Premières histoires de sexe

Rencontre innatendue

Rencontre innatendue



Je voudrais raconter une histoire qui m’est arrivée l’automne passé. Avec ma meilleure amie Isabelle nous partons en week-end prolongé chaque novembre, pour nous recharger les batteries avant l’hiver.
Nous passons en général quelques nuits dans un bon hôtel, à nous reposer, faire des balades, prendre soin de nos corps s’il y a un centre de remise en forme ou un spa.
Pendant toutes ces années il ne s’est évidemment rien passé entre nous deux, mais pour ce week-end j’espérais bien qu’il allait en être autrement, depuis qu’Isabelle s’est ouvert au plaisir entre femmes plus tôt dans l’année.

Nous avons choisi d’aller dans la région du Massif Central cette année. Après avoir étudié plusieurs propositions nous avons décidé de réserver une chambre dans un bel établissement possédant fitness et piscine. Nous comptions bien en profiter un peu, pour passer le reste de temps à nous reposer.

Nous sommes parties en voiture le jeudi dans la journée, pour ne pas être prises au piège du trafic, et pour ne pas stresser en route.
Arrivées sur place nous nous sommes enregistrées, puis nous sommes montées nous installer en chambre. Nous disposions d’une magnifique chambre avec un grand lit double, exactement ce que j’avais prévu.
Pour notre première soirée nous n’avons pas fait grand chose je dois dire, à part faire un tour au jacuzzi de la piscine, et bien manger au restaurant de l’hôtel plus tard.
Nous sommes remontées dans la chambre où, après une journée assez chargée malgré tout, nous nous sommes vite endormies.

Le lendemain matin nous nous sommes levées assez tôt, sommes allées prendre le petit déjeûner, puis sommes allées faire un tour dans la ville voisine, simplement pour voir s’il y avait quelque chose d’intéressant. Après avoir marché un peu dans un parc, nous avons pris un café, puis nous sommes retournées vers la voiture.
En jetant un oeil dans une rue perpendiculaire j’ai aperçu l’enseigne d’un sex-shop. J’ai hélé Isabelle qui marchait 2 mètres devant moi à ce moment :

– Dis-donc, tu as vu là-bas ? On va regarder ?
– Quoi donc, qu’as-tu vu ?
– Regarde le néon clignotant sur la gauche de la rue.
– Oh ! Chiche on y va ?

Nous nous sommes dirigées vers l’entrée.
J’ai fréquenté ce genre de magasin assez souvent il y a quelques temps, mais je me suis calmée.
Isabelle de son coté y est allée beaucoup moins souvent, d’après ce qu’elle m’a raconté.
Nous sommes entrées, et j’ai jeté un oeil en général pour voir ce qu’ils nous proposaient. Il y avait juste deux autres clients, deux hommes qui regardaient des journaux dans un coin, et l’employée, une jeune fille dont j’estimais l’âge comme le notre.
Elle était occupée à écrire dans un cahier à la caisse, à levé la tête pour nous saluer, nous en avons fait de même puis sommes parties explorer le magasin.

Je voulais faire plaisir à Isabelle en lui offrant un petit cadeau.
J’aurais moi-même voulu nous acheter un double dong mais je ne savais pas si elle en voudrait également. Nous avons regardé les différents accessoires proposés, ainsi que quelques vibros et autres gode-ceinture.
Après avoir pesé le pour et le contre de plusieurs jouets, l’employée est venue à nous, alors que j’observais un double dong assez long et large, avec rainures et glands au bout.

– Est-ce que vous trouvez votre bonheur ? Est-ce que je peux vous aider ?
– Je regarde, je ne sais pas trop quoi acheter, il y a tellement de belles choses, lui dis-je.
– Oui je sais, fit-elle en rigolant. Le dong que vous tenez en main est particulièrement bien, j’ai le même à la maison, j’en suis très satisfaite.

Isabelle de son coté tenait l’emballage d’un gode-ceinture, et semblait quelque peu dubitative. La vendeuse lui dit :

– Celui-là n’est pas mal, mais si vous êtes intéressée par ce genre d’objet je vous conseillerais plutôt celui-ci.

Elle lui en montra un autre, qui avait effectivement l’air plus intéressant, en tous cas sur photo.
La vendeuse avait l’air de bien s’y connaître apparemment. Puis elle est retournée s’occuper de ses cahiers à la caisse, pendant que je regardais encore d’autres dongs.
Finalement je me décidai, et alla à la caisse avec le double dong que la vendeuse m’avait conseillé.
J’imaginais déjà la soirée que nous passerions avec Isabelle dans notre chambre.
Après avoir payé l’employée s’est absentée quelques secondes dans une petite pièce derrière elle, a écrit quelquechose sur un papier, puis est ressortie avec un sac pour mon nouvel achat.
Elle y a glissé le dong, et aussi une carte de fidélité du magasin, “on ne sait jamais” dit-elle en souriant.

Nous sommes sorties du magasin pour nous diriger vers notre voiture, et j’ai dit à Isabelle :

– Je brûle d’essayer ce jouet avec toi ma chérie ! Vivement que nous arrivions à l’hôtel.

Alors qu’Isabelle allait démarrer, je me dis que j’allais jeter un oeil à la fameuse carte de fidélité. Il y avait aussi un autre papier, ou étaient écrits ces mots :

“Je termine à 13h si le coeur vous en dit… Amandine”, suivi d’un numéro de portable. Isabelle a vu que je lisais quelquechose et m’a demandée :

– Et bien, tu en fais une tête ? Qu’as-tu trouvé ?
– Je crois bien que la fille du magasin nous propose un petit rendez-vous coquin !
– Non c’est vrai ?
– Oui il y a son numéro de téléphone aussi. Que fait-on, tu as envie de voir où cela peut nous mener ?
– Bien sûr, nous avons tout notre temps, autant en profiter.

J’appelai le numéro indiqué. Une voix me répondit :

– Oui ?
– Allô Amandine ? Bonjour c’est Sophie, je suis passée au magasin tout à l’heure, c’est moi qui ai acheté le double dong.
– Ah oui c’est vous, merci de m’appeler, je n’osais presque pas espérer que vous lisiez le papier avant que je termine.
– Alors voilà, je vous appelle, le coeur m’en dit comme on dit.

Nous avons éclaté de rire au téléphone, puis je lui ai demandé si elle voulait nous revoir après 13h, en dehors du magasin.
Elle a dit qu’elle n’habitait pas très loin, et qu’elle me rappellerait quand elle sortirait, ce qui nous laissait environ une heure.
Nous sommes retournées boire un verre dans un café en attendant son coup de fil.
Juste après 13h mon mobile se mit à vibrer, et je lui expliquai ou nous nous trouvions.
Elle nous à rejointes quelques minutes plus tard, puis elle nous a invitées à venir boire un verre chez elle.
Nous nous y sommes rendues ensemble dans notre voiture, puis sommes montées dans son appartement. Elle habitait un petit 2 pièces, et je ne pus m’empêcher de remarquer un grand lit en fer forgé dans sa chambre à coucher. Nous avons commencé à discuter tout en buvant le verre de blanc offert par Amandine.

Elle avait 25 ans, faisait des études, et travaillait au sex-shop quelques heures par semaine pour se faire un peu d’argent de poche.
Elle avait une amie relativement fixe, mais celle-ci se trouvait actuellement en stage d’un mois dans une autre ville, cela faisait 3 semaines qu’elles n’avaient pas eu l’occasion de se voir.
Elle était très mignonne, un joli visage un peu enfantin, des grands yeux en forme d’amande, un joli sourire, des cheveux marron foncé qui lui tombaient sur les épaules.
Aucune d’entre nous n’était habillée de façon vraiment sexy je dois dire, mais la vue de ses seins généreux sous son pull me donnaient de plus en plus envie.
J’ai regardé Isabelle en lui faisant un clin d’oeil puis me suis approchée d’Amandine.
Celle-ci me prit dans ses bras, puis nous nous sommes embrassées en laissant parcourir nos mains sur nos corps. Isabelle, ne voulant pas être en reste s’est également approchée, pour nous embrasser à pleine bouche toutes les deux l’une après l’autre. Après quelques minutes Amandine nous dit :

– Et si nous passions dans la chambre d’à coté, nous y serions bien mieux…
– Volontiers, nous te suivons.

Elle se leva en nous prenant chacune par la main, pour nous guider dans la chambre.
Nous nous sommes rapidement retrouvées débarassées de nos pantalons et de nos chemisiers, pour nous étendre sur le grand lit, toujours en sous-vêtements.
En explorant nos corps respectifs nous avons rapidement enlevé la dernière barrière de tissu de nos corps.
Amandine avait un magnifique corps de sportive, avec une jolie paire de seins ni trop gros ni trop petits, et des tétons qui pointaient déjà.
Entre les jambes elle était totalement lisse, au contraire d’Isabelle qui s’est quelque peu laissée aller ces derniers temps, et moi-même qui ai un petit ticket de métro.

Nos lèvres et nos langues ont rapidement trouvé une occupation, et c’est ainsi que je me suis retrouvée à lécher le minou d’Amandine pendant qu’Isabelle s’occupait de moi, puis nous avons inversé, nous léchant, nous doigtant, parcourant nos chattes avec nos doigts et nos langues.
Isabelle a joui sous les coups de langue d’Amandine, inondant au passage son visage de mouille, qui sortait par saccades de sa chatte.
J’ai également joui sous les coups de langue d’Amandine, puis ce fut son tour alors qu’Isabelle lui suçait son clito.

Amandine nous a demandé si nous souhaitions essayer son double dong, le même que je m’étais achetée.
Elle l’a sortie d’une armoire, puis nous nous sommes mises à le sucer chacun à notre tour.
N’y tenant plus je me suis mise à quatre pattes, cambrant mes reins au maximum en écartant mes jambes pour offrir ma chatte béante à son jouet.
Amandine le présenta à l’ouverture de mes lèvres, puis me l’enfonça doucement jusqu’au fond de ma chatte, j’étais aux anges.
Puis elle le lâcha des mains, le laissant introduit en moi, alors qu’elle se positionnait également à 4 pattes et venant mettre son cul contre le mien.
Isabelle a pris le dong pour le guider en elle, puis elle s’est enfoncée sur lui.
Nous sommes restées un moment fesses contre fesses, le gros dong remplissant nos chattes, avant de nous mettre à bouger en rhythme, trouvant la bonne cadence pour que je sente le bout du dong percuter le fond de ma chatte à chaque fois.
Je ne mis pas long à jouir encore une fois, puis je cédai ma place à Isabelle, qui se caressait en nous regardant jusqu’à ce moment.
Amandine a rapidement joui elle aussi, puis ce fut au tour d’Isabelle de déborder de mouille et faire une autre belle tache sur le drap.

Nous nous sommes enlacées, profitant de l’excitation pour nous caresser mutuellement.
Amandine s’est de nouveau levée pour sortir le gode-ceinture dont elle avait parlé au magasin.
Elle se l’est attaché puis nous a demandé de nous mettre toutes les deux sur le dos devant elle.
Elle nous a baisées chacune à notre tour, et je dois dire qu’elle savait vraiment y faire, c’est comme si elle avait toujours eu un membre comme ça entre ses jambes.
Nous avons rejoui, puis Isabelle a pris Amandine cette fois, lui permettant de jouir elle aussi.

Après cette très agréable après-midi nous nous sommes rhabillées, avons dit au revoir à Amandine, puis sommes reparties en directions de l’hôtel.
Nous ne nous sommes pas douchées en partant et ça sentait vraiment le sexe dans la voiture ! En arrivant à l’hôtel nous somme rapidement montées dans la chambre sans traîner en chemin. Je dis à Isabelle :

– Je vais à la douche, tu m’y rejoins ?
– Non attends un moment, je vais me déshabiller ici. Regarde entre mes jambes…

Son pantalon avait une grosse tache humide entre les cuisses, et en retirant celui-ci sa culotte n’était guère mieux. Elle se jeta en arrière sur le lit et me dit :

– Viens sur moi, on ira prendre la douche plus tard.
– Oui avec plaisir, tu sais combien j’adore ta mouille.

Je me suis également déshabillée puis me suis jeté sur elle pour littéralement lui dévorer sa chatte tout en lui massant son clito d’un doigt.
Elle jouit presque immédiatement et je n’en perdit pas une goutte en enfonçant mon visage dans sa chatte devenue fontaine. J’ai pris le paquet avec le dong, l’ai déballé puis suis allée le laver à la salle de bains.
Il était en tout points identique à celui qui nous avait données du plaisir plus tôt dans la journée chez Amandine.
Je me le suis introduit dans la chatte, puis je suis revenue vers le lit retrouver Isabelle, en tenait mon sexe du moment entre les doigts.
Nous nous sommes couchées sur le dos, puis avons approché nos chattes.
J’ai pointé le coté opposé et ai pénétrée Isabelle qui ne demandait que ça. Nous nous tenions le bout des doigts, les cuisses écartées au maximum, en faisant des mouvements de bassin pour nous enfoncer ce dong le plus au fond possible.
Ma jouissance fut exceptionnelle, je fus prise de spasmes dans tous le corps, j’avais des picotements dans tout le bassin, puis ce fut au tour d’Isabelle de se lâcher, elle poussa un cri puis le dong a littéralement giclé de sa chatte, et de chauds et longs jets de mouille sont tombés sur mon corps.

– Je t’aime ma chérie, je t’aime tellement, tu ne peux pas savoir le plaisir que tu m’as donnée, lui ais-je dit.
– Moi aussi je t’aime , tu es la meilleure amie de toutes les meilleures amies.

Nous nous sommes douchées, puis habillées pour descendre prendre le repas du soir, en essayant de garder notre calme.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire