Histoires de sexe en français Histoires érotiques couples amateurs

Vie libertine…

Vie libertine…



Prologue

Et pourquoi pas?
C’est vrai après tout pourquoi ne pas vous raconter un peu son histoire?
Ma femme, ravissante femme, une trentaine d’année, blonde et… Libertine!
Je ne minimiserai surement pas ces atouts car que voulez-vous? C’est ma femme et je l’aime ! C’est vrai comme tout mari “normal” je suis son premier Fan. De ce fait, mes sentiments m’en donneront toujours une image magnifique ! Vous serez donc seuls juges.
Croyez-moi, je vais vous la présenter à travers nos aventures libertines.
Je pense aussi vous permettre de deviner ainsi son tempérament de feu.
Voici donc quelques moments de notre vie que je vais vous raconter ainsi que le statut assumé de libertine de ma femme pour mon plus grand plaisir et le sien…

CHAPITRE 1 : Le Nid d’amour

Direction la cote, ca y est!
Enfin en vacances, nous nous mettons en route pour une petite semaine au soleil.
Nous ne serons que tous les deux dans une maison d’hôtes de la côte vendéenne. L’ île de Noirmoutier, sera parfaite pour nous y détendre et le temps y est plus que top!
Musique, soleil, c’est à toute allure que nous roulons, pressés d’arriver. Entre temps nous échangeons je questionne alors ma belle “Ila” sur ses envies coquines du moment.
“Cela serait cool de trouver un petit plan sympa non?”
-“Grave”… me répond-elle et comme fidèle à elle même . elle me précise que mes envies seront les siennes… J’adore!
Son envie est en tous cas palpable, je la trouvais trop sage ces derniers temps.
L’arrivée des beaux jours a tendance à réveiller les instincts de libertine qui sont en elle et qui ne demandent qu’une simple sollicitation pour clarifier ces derniers…
Une très belle tenue aussi courte qu’adaptée à ce soleil radieux sous lequel nous roulons direction notre nid, dans un petit village d’à peine une centaine d’habitants.
La maison d’hôtes se situe à l’écart du centre ville, cachée sous quelques arbres et entourée de vignes. Cela semble être une très belle demeure avec une tour, surement issue d’ancienne fondation existante. Je me souviens alors que qu’il était précisé sur nos réservations “Ruines” de quelques chose…
En réalité, c’est superbe. Ce petit chemin nous conduit dans un petit coin de paradis. La végétation y est abondante et colorée, le charme de cette maison nous séduit, elle est immense. Sur le pas de la porte, un couple assez distingué nous attend.
Je gare la voiture et sens qu’Ila est impatiente et “angoissée”… Passer cinq jours en compagnie d’un couple que nous ne connaissons même pas! Heureusement ce concept d’hôtes ne nous impose rien et sommes pleinement libres de nos mouvements quand même. Mais il est évident que dans cette option pour nous vacances, il vaudrait mieux que le courant passe afin d’optimiser notre séjour et les bons moments qui en découleront, non?
Nous sortons de la voiture, le couple nous rejoint et se présente. Ils ne font pas leurs cinquantaines en tous cas, elle, avec un corps visiblement très entretenu et très…BCBG, lui, un air plus “accessible”, costaud d’apparence sportive. Ils nous paraissent très sympathiques, et au bout de quelques minutes, je remarque alors le regard appuyé de cet homme scrutant alors Ila de haut en bas. Il faut dire que la mini jupe qu’elle porte si bien lui dévoile ses belles et longues jambes déjà bronzées. Ses hauts talons lui remontent comme il faut sa petite paire de fesses qu’elle agite délicatement et machinalement en se présentant.
On nous invite à entrer. Un grand hall orné de peintures érotiques superbes nous surprend et alors que nous nous interrogeons, lui “Victor” nous lance, “la galerie d’art de Béa”! Sa femme est donc une artiste anonyme qui expose ses toiles dans son hall à la vue de ses clients hôteliers. Elle a en tous cas bien raison car elle semble très douée. Des nus érotiques et très artistiques nous font voyager comme qui dirait à travers son “âme”.
Nous nous dirigeons juste après vers notre suite, c’est une grande pièce décorée de manière “renaissance” avec en plein centre de la pièce, un grand miroir de plus de trois mètres de large. C’est tout simplement splendide! Une salle de bain en plein centre de la pièce avec une partie vitrée lui accordant un accès visuel juste en face du miroir, idéal pour ces dames de pouvoir et toujours se regarder. Un lit immense, on pourrait y coucher à trois, et une belle moquette rouge jonche le sol. C’est un véritable nid d’amour comme je ne l’aurai imaginé.
Ils décident de nous faire faire le tour du propriétaire un peu plus tard et nous abandonnent pour nous retrouver plus tard.

-“Alors qu’en penses tu?” me demande-t-elle?
“Je suis ravis c’ est magnifique et d’office très reposant. Et toi?
-“Non pas ça, mais eux? Tu ne les trouves pas un brin étranges, même si leur sympathie semble évidente?”
“C’est vrai que les toiles m’ont un peu surpris mais sinon non pas vraiment”
-“Me dit pas que tu n’as pas remarqué la manière dont ils n’ont pas arrêté de me regarder?”
“Si j’ai vu qu’il t’a regardé de haut en bas, mais c’est normal, c’est un homme d’un certain âge, toi tu es jeune, grande, belle, et avec des jambes qui n’en finissent pas! C’est pour moi une réaction normale pour un homme.”
-” J’te remercie c’est gentil mais franchement, elle? Tu as vu la manière dont elle m’a regardée avec son petit air sévère? Elle m’a un peu effrayée tout de même.”
“A mon avis nous allons passer un très bon séjour! Imagines, ils sont peut-être libertins? Peut-être ceux sont-ils interrogés sur la manière dont ils s’occuperaient de toi?”
“Ha! Ha! Ha! C’est pas marrant!” Elle saisit un oreiller sur le grand lit et me le jette avec un grand sourire :
“Arrêtes tu vois des libertins partout!”
-“là c’est l’hôpital qui se moque de l’infirmerie!” lui dis-je en lui rejetant l’oreiller. Nous éclatons alors de rire tous les deux et la bagarre éclate!
Tout de même, ce miroir me laisse perplexe et mon imagination déborde. Cela doit être appréciable de pouvoir ainsi se regarder dans des moments plus intimes.
Même si je ne veux pas lui avouer, je pense qu’elle a raison tout de même sur un point. Pour cela, Ila ne se trompe jamais, et je pense qu’en fait ce couple a des idées derrière la tête.
Ils ne sont pas vilains en plus, ni lui, ni elle, et Ila raffole de pouvoir s’épanouir avec des personnes à la maturité suffisante pour pouvoir dépasser certaines de ces barrières morales. Ce qui est plus rare chez les personnes plus jeunes même si libertins ou libertines ils se revendiquent.
J’aperçois alors par la grande fenêtre une jeune femme arriver dans la demeure.
Elle se gare à coté de ma BMW, elle sort alors du véhicule, un sac de toile en bandoulière, on dirait une artiste “grunge” tellement son allure semble peu soignée.
C’est Béatrice qui la reçoit et après quelques échanges, je les vois se diriger vers une espèce de dépendance non loin de la villa principale. Avant d’y entrer je vois la maîtresse de maison remettre une enveloppe à cette jeune femme. C’est étrange…
Alors que nous avons finis de nous installer dans cette grande pièce, nous sortons. Sortant de la pièce nous tombons nez à nez avec Victor sortant de la pièce d’à coté.
-“Ca va? Vous vous êtes bien installés?” nous demande-t-il.
“C’est vraiment parfait, vous avez une demeure splendide!
-“Merci! Il nous a fallut pas mal d’années pour en arriver à ce résultat et avoir une résidence à notre image. Je suis ravis que cela vous plaise en tous cas. Voulez vous que nous continuions tous les trois la visite, ainsi aprés je vous laisse voguer à votre guise sur notre navire.”
Nous sommes partis donc pour le tour du propriétaire. Le premier étage est porteur de toutes les chambres ainsi que de deux immenses salles de bain pour couple. C’est assez original je trouve “jamais sans ma moitié” est inscrit sur les portes.
Au rez de chaussée où nous descendons, Victor nous fait découvrir alors leur magnifique cuisine ainsi qu’une magnifique pièce à vivre dans laquelle se trouve une immense cheminée idéale pour les longs dimanche d’hiver. Ila et moi sommes aux anges, tout est splendide. Enfin nous repassons par ce grand hall orné des toiles de la maîtresse de maison. J’en profite alors pour interroger notre ami sur ces dernières.
“Votre épouse peint à l’instinct ou se procure-t-elle des modèles pour chaque thématiques abordées dans ses peintures?”
-“Béatrice ne peint que des véritables modèles ou de véritables scènes, jamais cela ne sort de son imagination, si ce n’est que pour la subjectivité qu’elle retranscrit à travers ses œuvres. Vous semblez connaisseur, artiste dans l’âme?”
“En toute modestie et de façon amateur je dirai, que je suis un passionné de photo.”
-“Egalement sur les corps féminins? Béatrice voue littéralement un culte au corps de la femme qu’elle trouve radieux et magnifique en toutes circonstance.”
“Oui nous sommes d’accord là-dessus et le nu et le sexy sont des thèmes que j’apprécie particulièrement”
-“Vous devriez avoir de nombreux points communs avec Béa dans ce cas, elle sera ravie d’en parler avec vous deux, il est assez rare que nous recevions des esprits “artistiques” dans notre demeure. Et dans ce cas mademoiselle, cela ne vous dérange pas que votre mari se retrouve face à d’autres femmes en tenue d’Eve?”

Ila lui répond alors avec “fermeté” qu’elle est mon seule et unique modèle.
“J’adore dans un esprit artistique me dévoiler à l’objectif de mon mari, je pense qu’en abordant le nu de la manière dont le fait mon mari ou bien même votre épouse d’ailleurs, cela le désinhibe, enlevant alors toute pudeur tant au modèle qu’à l’artiste.”
-“Et bien, je ne m’attendais pas à une réponse aussi compète que celle-ci mais j’avoue qu’elle est entièrement fondée et je retrouve tout à fait la même vision que chez Béa à travers votre vision mademoiselle!”
“C’est donc une étrange coïncidence que nous soyons arrivés chez vous dans ce cas!” lui répond Ila en souriant, une main dans cheveux et regardant Victor…
-“Vous avez tout à fait raison jeunes gens! Je dirai même que c’est la providence qui vous amène… (Nous rions tous les trois) Si j’ai bien compris donc vous posez nue sans complexes à présent? Dans tous les cas je dois avouer que votre mari est un homme comblé car vous êtes ravissante!” ( Ila rougie tout d’un coup)
Vous me croirez si vous voulez mais tant que rien ne se passe, mon épouse est une femme très timide, ce qui est en totale opposition avec son coté impudique d’être modèle pour moi d’ailleurs.
Victor la dévisage de nouveau, alors que nous sortons pour aller visiter la piscine, Ila nous dépasse et marche devant nous. Je regarde alors Victor qui ne semble absolument pas gêné par ma présence, et qui ne cesse de regarder la petite paire de fesses de ma femme qui naturellement se balance agréablement au grés de ses pas.
“Votre femme est magnifique jeune homme. A-t-elle déjà posée pour d’autres photographe ou peintre?” -“Non pas vraiment, non pas parce qu’elle ne le souhaite pas mais nous n’en avons jamais vraiment parlé”
“Oui j’imagine que pour elle, cela ne serait surement pas évident de se retrouver totalement nue devant d’illustres inconnus?”
-“Non détrompez vous, je ne pense pas que cela soit réellement la raison qui est fait que cela ne soit jamais produit car ma femme est assez fière de son anatomie et se dévoilerait sans tabous. La plage est d’ailleurs un lieu de prédilection pour elle qui adore faire les seins nus par exemple” -“Alors que vous dire d’autres si ce n’est de faire comme chez vous dans ce cas!” et là Victor avec un grand sourire me donne une claque amicale sur l’épaule comme si nous étions de vieux amis.
Nous arrivons donc dans une des dépendances de la villa, juste à coté de cette petite maison que j’observa peu de temps avant de voir entrer la femme de Victor ainsi qu’une autre jeune femme.

La piscine est superbe, l’originalité de cette piscine semble être les douches communes. Comme le précise Victor, il a été beaucoup plus simple pour nous de ne faire uniquement deux parties juxtaposées plutôt que plusieurs cabines individuelles.
“Rassurez vous, nous ne recevons jamais plusieurs personnes en même temps, ou du moins c’est très rare. Aussi nous ne serons qu’à quatre dans la maison et les douches vous seront donc entièrement accessibles et réservées durant votre séjour.”
-“Tant qu’elles ne sont pas mixtes ce n’est pas un soucis!” lui répond Ila…
Je remarque qu’Ila et Victor se regardent et sourient.
“Bien évidement mademoiselle, après et cela restera entre nous ; si jamais il vous prenait l’envie de prendre votre douche avec monsieur, cela ne nous posera pas de soucis, comme je vous l’ai précisé, vous êtes chez vous!”
Nous ressortons alors, Ila rêve de se baigner, elle décide alors de remonter à la chambre pour chercher ses affaires. En ce qui me concerne j’ai les kilomètres du voyage dans les jambes et préfère alors me rendre dans cette belle pièce à vivre et me reposer un peu.
Avant de nous quitter, Victor nous désigne une autre petite dépendance comme l’atelier de son épouse. Il regagne l’étage, gravissant l’escalier juste derrière ma belle. Je le surprend alors de nouveau, son regard fixé droit devant et de nouveau admirant ma femme. Je le trouve insistant tout de même…
Je commence à m’assoupir alors qu’Ila redescend.
-“Tu es sur de ne pas vouloir venir te baigner avec moi chéri?”
“Non désolé, franchement je suis un peu fatigué mais ce n’est pas grave, je te laisse profiter, nous irons ensemble demain si tu veux?”
-“Bien sur je comprend, reposes toi, je me prend une petite heure de baignade dans ce cas”
Elle m’embrasse alors, et je m’aperçois que ma belle est en Bikini, elle a gardé ses talons hauts et sa serviette de bain est enroulée autour de sa taille pour dissimuler jusqu’à la piscine le bas de son corps…
Quelques minutes à peine se passent et là c’est Victor que je vois redescendre. D’un pas pressé, il me salut et me dit qu’il a deux ou trois courses à faire en ville.
En quelques minutes je me retrouve alors seul dans cette grande demeure et je décide d’aller m’allonger pour envisager une véritable petite sieste réparatrice.
Alors que j’arrive à notre chambre, je remarque que la porte de ce que je pense être la chambre de Béa et Victor est restée entrouverte. Ma curiosité est malheureusement plus forte que moi. Je passe alors mon œil pour me faire une idée de leur petit nid d’amour quand à ma grande surprise, je ne découvre qu’une pièce vide, avec un parquet flambant neuf, et une porte donnant sur une autre pièce, collée à notre chambre.
Cela doit surement être une pièce non terminée et destinée à accueillir encore plus de personnes mais je ne peux m’empêcher d’y entrer pour y jeter un œil espion. Comme un enfant, j’ai le cœur qui palpite, j’ai l’impression d’être dans un film.
C’est alors que j’ouvre délicatement la porte unique de cette pièce et découvre en y entrant une pièce totalement sombre. Je n’y vois rien, je m’empare de mon portable et reste attentif aux divers bruits pour être certains de ne pas me faire surprendre. Le portable est presqu’en rade de batterie mais cela sera suffisant pour m’éclairer.
Un grand rideaux sur le mur, deux chaises, une petite table avec un ordinateur dessus, un chevalet et étrangement une caméra numérique sur un socle, sont les seuls choses présentes dans la pièce.
Je décide donc d’entrouvrir le grand rideaux avant de terminer ma visite et assouvir ma curiosité. Mais.. à ma grande stupeur, se dévoile en fait un grand miroir sans teint donnant sur notre chambre !!!

Je n’en reviens pas, la petite caméra posée sur un trépied est face à notre chambre…
Mon dieu, nous sommes tombés sur des voyeurs! Je regarde alors dans la caméra ce qui aurait pu être leurs derniers “clients”. La caméra m’indique que la place sur le disque dur est insuffisante pour poursuivre l’enregistrement. Je sélectionne alors la dernière prise de vues, le film se met en mode en lecture, et… non!! Je n’en reviens pas!! C’est ma femme qui apparait sur ce film, Victor en a déjà profité pour l’observer alors que ma belle se changeait pour sa baignade. Ila inconsciente victime, ne lui a rien caché et je la voie dans ce film, entrant dans la pièce..
Alors qu’elle referme la porte de la chambre derrière elle, elle se déshabille d’emblée sans même avoir recherché ses affaires. Si elle savait! Juste les talons aux pieds, elle s’est donc baladée entièrement nue devant Victor sans même s’en douter. Cela me fait drôle de la voir ainsi. Pas nue me direz vous, mais ne se sachant pas observée. Pour preuve, elle se penche puis s’accroupie cambrée dos au miroir pour prendre des affaires dans nos valises à même le sol. La vue est splendide, cela m’anime…
Notre voyeur aura même déjà pu entre apercevoir son intimité grâce à cette position qui en effet, laisse une vue superbe sur son petit abricot tout épilé et sur ce petit orifice, chemin des dieux et péché mignon de ma chère et tendre.
Je veux voir tout ce qu’à pu voir Victor mais alors que j’entends des pas dans l’escaliers, j’arrête tout, mon cœur s’emballe à nouveau. Je marche et sors alors rapidement sans faire de bruit.
C’est justement ma douce qui revient de la piscine qu’elle a trouvée un peu froide. Je décide de ne rien lui révéler, après tout, le jeu pourrait être très excitant pour un voyeur comme moi.
Sachant la pièce vide, je l’invite à un petit câlin pour célébrer notre arrivée et le commencement de nos vacances. Nous entrons dans la chambre qui pour moi à pris tout son sens et je m’imagine déjà Ila victime très prochainement du voyeurisme de ce couple! Nous nous allongeons, je la déshabille et nous partons un pour un instant de plaisir hors du commun. Un Instant mêlé de cérébralité qui aura mis mes hormones en ébullition!
Après ce fabuleux moment, nous décidons sortir et d’aller dîner à l’extérieur.
Petite mise au point pour les détails avec les maîtres des lieux et la soirée est à nous…

A suivre…