Histoires de sexe gratuites Histoires de sexe noir Histoires de sexe travesti

Géraldine tome 2-Chapitre 34

Géraldine tome 2-Chapitre 34



Chapitre 34- Les esclaves

Hugo arriva sur scène, et prit Géraldine comme un fétu de paille pour la ramener en coulisses, tandis que les autres hommes retiraient chaises et table, laissant seulement le lourd canapé.
Géraldine fut soulagée de ses pinces-grelots, et on lui retira sa robe de French maid, la laissant nue au milieu de l’activité des coulisses.
Les cinq cages des esclaves privés pour la vente avaient été ramenés, et chaque esclave avait été sorti de sa cage, et positionnés devant soit debout, soit à quatre pattes.
Maîtresse Xaviera fit de nouveau son entrée dans la pièce, pour vérifier les fiches rédigées par les esclaves, eux-mêmes, pour voir ce qu’ils pensaient réellement d’eux.  
Et devant chaque esclave, rituel de toutes les ventes, elle se mettait à la lire la fiche à haute voix
Le premier était un homme au corps musclé et lisse, dont le cou était cerclé d’un large collier de métal, et bâillonné par un large gag-ball.
Ses chevilles étaient entravées et reliées à ses poignets menottés dans le dos par une grosse chaîne, tandis que son sexe imposant pendait entre ses jambes .

« Arnaud, Male , 1m95 ,100 kg , 24 ans, hétéro actif , deviendra votre serviteur sexuel pour…
Parce que tu penses qu’un esclave à vendre peut donner son orientation sexuelle ? Et je crois que ta Maîtresse t’a surpris en compagnie plutôt masculine !»
Gronda la Directrice, se plaçant face au géant, attrapant son sexe à pleine main, commençant de le serrer comme pour le broyer, tout en y plantant ses longs ongles manucurés .

” – MMMMMMMPPHHH !!! AAARRRGHHH !!! MMMMPPHHH !!! ”
Hurla Arnaud, son gag-ball étouffant à peine son cri, tout en essayant de se soustraire à la main de la Directrice, qui lui  rappelait sa seule incartade avec un jeune éphèbe, avec qui il avait eu des rapports , pour essayer.

” – Ce n’est pas la réponse que j’attendais ! ”
Se fâcha Maîtresse Xaviera, accentuant  encore plus sa prise sur le géant que deux hommes aussi musclés que lui maintenait fermement, son autre main attrapant un de ses mamelons entre ses ongles du pouce et de l’index.

” – MMMMMMMPPHHH !!! AAARRRGHHH !!!‘UUIIII, MAI’RESSE !!! PA’DON MAI’RESSE!!! MMMMPPHHH !!! ”
Supplia l’esclave sous la torture des mains expertes de la Directrice.

” – Parfait ! Tu ne verras donc pas d’inconvénient à ce que je rédige moi-même ta présentation ! L’important pour ta Maîtresse étant le montant de ta vente !”
Dit Maîtresse Xaviera, en relâchant son étreinte sur le sexe du mâle.

” – MMMMMMMPPHHH ! Nann, Mai’resse !! Me’ci, Mai’resse …Mmmpphh… ”
 Soupira le géant résigné, tout en pensant aux Maîtresses qui allaient se battre pour son corps d’apollon.

” – Épilation intégrale des sourcils, et maquillez le abondamment !Mettez lui son sexe en mini-cage, bas résille avec un corset cuir à jarretelles et talons aiguilles de 15 cadenassés, et glissez lui ses petits bras musclés dans un armbinder ….Et changer moi son collier pour un large « WHORE » ! ”
Ordonna la Directrice à Hugo, en passant à la cage suivante, tandis que le géant commençait de se débattre après avoir entendu les directives le concernant.

” – Ohhh !!! Rillette , un nom de circonstance !”
Dit la Directrice, en tournant autour de la soumise au crane glabre restée à quatre pattes , et dont les seins aux mamelons annelés de lourds anneaux ressemblaient plus à des mamelles et touchaient  presque le sol.
La chair rose de son corps bien enrobé était striée de nombreuses traces de fouet, et son clitoris était bardé et fermé d’au moins une dizaine d’anneaux aussi larges que ceux de ses mamelles, lui laissant juste de quoi laisser passer un filet d’urine au besoin .
Ses oreilles avaient été chirurgicalement taillées en pointes et leurs lobes étaient élargis par des anneaux-écarteurs, où étaient accrochées de lourdes chaînes reliées au large anneau nasal qui décorait son nez, qui avait également subi une intervention, et était tellement épaté, qu’il ressemblait à un groin de porc.
Sa langue était étirée et lourdement lestée d’un lourd anneau qui lui empêchait de pouvoir la rétracter à l’intérieur de sa bouche dépourvue de dents, tandis que ses lèvres étaient déformées par plusieurs injections de silicone et par plusieurs anneaux qui les bardaient.

” – Rillette, Cochonne de 49 ans, aucun frais vestimentaires, nourrit aux restes , espace vert nécessaire pour pouvoir gambader, vendu pour cause de décès du propriétaire…..
Je crois que c’est clair, rien à redire !”
Dit la Directrice, tout agitant la queue en tire-bouchon relié à un maxi plug qui encombrait l’anus de la soumise .

” – Gruîîî ! Gruîîî ! ”
Se mit à grouiner Rillette sous l’agitation de son plug électrique, que la Directrice venait de mettre en route par le simple contact de sa main sur la queue en tire-bouchon, sachant qu’elle en avait pour 15 minutes à subir les décharges à intervalles irréguliers.

La soumise suivante était une sculpturale French maid en tenue d’Eve, mais juste chaussée de ballets boots de cuir vernis noir, d’un petit tablier et d’une coiffe de soubrette.
Contrairement aux autres esclaves, elle avait toujours ses cheveux blond platine, qui étaient tirés en natte et reliés à un crochet anal qui lui rejetait la tête en arrière, tandis que le large ring-gag qui ouvrait sa bouche laissait apparaître sa langue percée .
La position de ses épaules étirées en arrière par l’entrave de ses coudes, mettait en valeur sa poitrine annelée.

” – Alice, French maid femelle de 32 ans, bonne cuisinière, qui apprécie  d’être enfournée pendant la surveillance de la cuisson, mais doit être surveiller en permanence pour la partie ménage et entretien du linge….Qu’entends-tu par ‘doit être surveiller en permanence pour la partie ménage et entretien du linge ? ”
Demanda la Directrice, en attrapant le menton de la soumise, plongeant son regard noir au fond de ses yeux, qui se baissèrent instantanément

” – ‘e ‘lai’e ‘es poui’eres , Mai’resse… Et ‘ai b’ulé des ‘et’ments de ma Mai’resse !”
Répondit la soumise honteuse, la bave qui s’échappait de son ring-gag s’écoulant entre ses seins annelés.

” – Je comprends mieux pourquoi elle veut se débarrasser de toi…Et que ta mise à prix est si basse ! Comme quoi le physique ne fait pas tout….Un stage ici te ferait du bien !”
Dit Maîtresse Xaviera, en lâchant le menton de la French maid.

” – Uuuuiiii,  Mai’resse !! Me’ci, Mai’resse !! ”
Répondit la soumise, en regardant la Directrice dans les yeux .

” – Et insolente, en plus ! Gag-ball extra large et lentilles pour celle-là, et lester lui ses tétons comme il faut ! Et prie pour être vendu…Sinon l’école fera un échange avec ta Maîtresse !”
Gronda la Directrice, en giflant violemment la soumise.

” – Bien, Madame la directrice.”
Dit Hugo, en s’approchant de la soumise, tandis qu’une surveillante lui retirait déjà son ring-gag, pour le remplacer par une balle bien plus étouffante, tandis qu’une autre arrivait avec une boite de lentilles de contact identiques à celles posées sur les yeux de Slutty, qui avait recommencé d’agrémenter la sono de la salle des ventes .

Géraldine attendait nue, pieds et poings menottées à un poteau au milieu de la pièce, tout en regardant le géant qui se débattait en râlant dans son bâillon, malgré le fait qu’il était pourtant entre les mains de deux hommes et de deux surveillantes qui voulaient lui enfiler ses bas résilles prévus par la Directrice, et son armbinder n’était pas encore prêt à être installer.
Lassé du brouhaha causer par le soumis récalcitrant, Maîtresse Xaviera tourna les talons pour se diriger vers le groupe où l’agitation régnait, récupérant au passage les pinces japonaises lestées que portait précédemment Géraldine et qui traînait à ses pieds  .

” – Je vois que notre Arnaud joue sa petite salope récalcitrante ! ”
Dit Maîtresse Xaviera, en lâchant la laisse de sa chatte, pour empoigner  un des mamelons du géant pour y refermer une des pinces  

” – MMMMMMMPPHHH !!! AAARRRGHHH !!! MMMMPPHHH !!! ”
Hurla Arnaud, son bâillon étouffant à peine son cri, toujours fermement maintenu par les deux hommes .

C’est dans ses hurlements étouffés, que les trois autres pinces firent subir la même pression à l’autre mamelon, ainsi qu’aux testicules du géant.

” – Quand tu te réveilleras, tu ne ressembleras qu’à une petite salope….Et je m’occuperais tout particulièrement de garnir ton cul d’esclave rebelle !”
Gronda la Directrice, en plaçant un atémi de Kyusho-Jitsu à la base du cou du géant, qui s’effondra K-O debout dans les bras des deux hommes qui le maintenait.

” – Il est tout à vous, mesdemoiselles ! Et pas d’inquiétude, il se réveillera juste pour que je lui garnisse son cul de petite salope…Vous me ramènerez un plug gonflable XXL, et changer lui son gag-ball pour un harnais de tête ring-gag et un bâillon gonflable !”
Dit la Directrice, en se tournant vers les deux surveillantes, qui attendaient avec les bas résilles à enfiler, subjuguer par ce qu’elles venaient de voir.

” – Bien, Madame la directrice. Et merci de votre intervention, Madame la Directrice ” Répondirent  les deux surveillantes, en s’emparant chacune d’une jambe du géant évanoui.

” – Pas de quoi ! Allez au travail, mesdemoiselles….Ou je m’occuperai de vous !” Rigola la Directrice, en souriant aux surveillantes, maintenant sa colère retombée.

Géraldine n’avait rien perdu de ce qui venait de se produire, et était aussi subjuguée que les deux surveillantes et le reste de l’assemblée qui avait assisté à la scène .
Seul Hugo continuait son affaire en s’occupant de placer des lentilles opaques sur les yeux verts et insolents d’Alice, faisant partie du cercle restreint au courant de certaines facettes de la Directrice.
La chatte de la Directrice, libre de vadrouiller à sa guise se dirigea vers Géraldine, son regard d’azur remplie d’envies joueuses. Elle commença à se frotter sur les jambes nues de la soumise entravée en miaulant, tout en caressant le clito bagué et obstrué de Géraldine avec son gag-ball mouillé de bave.
Elle jeta un regard à sa Maîtresse qui allait voir le quatrième esclave, et qui la regardait faire du coin de l’œil, tandis que son sourire lui donnait son approbation.
Rassurée par sa Maîtresse, la petite Kitty reprit de jouer avec une Géraldine gémissante, dont le clito bagué se gonflait de désir sous la douceur des lèvres humides et heureusement bâillonnées qui l’effleurait ,tandis que les pattes boules de latex blanc, caressaient ses mamelons tout sensibles.

Le quatrième esclave à vendre était un esclave qui avait demandé conseil par mail à Maîtresse Xaviera, qui avait accepté sa proposition.
Il était petit et légèrement rondouillard, son crane était complètement dégarni sur le dessus, mais le reste de son corps avait un système pileux particulièrement développé.
Il avait le cou et les poignets prient dans un lourd et large carcan qui lui écartaient bien les bras, et sa bouche était vierge de tout bâillon.

” – Voila donc le fameux Maurice, enfin je vais ta connaissance…..Mais nous avons un sacré débroussaillage à faire ! ”
Dit Maîtresse Xaviera, en attrapant une touffe de poil au niveau d’un des mamelons de l’esclave, tout en lisant sa fiche, tandis qu’une surveillante lui allumait la cigarette au bout de son fume-cigarette .

” – Maurice, auto vente avec dote, mâle de 53 ans, 1m62  75 kg
Veuf retraité sans attache familiale avec quelques biens et une grosse rente mensuelle à la disposition de mon acquéreur, bisexuel devenu impuissant, a déjà subi des séances de soumission, et désir maintenant subir une féminisation forcée pour devenir une soumise. Ma vente servira au stage d’éducation, ainsi qu’a une opération mammaire, pour éviter tout frais supplémentaire à mon acquéreur…..Pourquoi veux-tu devenir une Sissy Slut soumise seulement maintenant ? ”
Demanda la Directrice, en arrachant au passage la touffe de poils, la soufflant au visage de Maurice en même temps que la fumée de sa cigarette.

” – AAAAAAHHHH !! C’était à cause de mon couple et par peur, Maîtresse….Mais je suis libre maintenant ! Arrêtez Maîtresse s’il vous plaît ! ”
Soupira l’esclave en suppliant doucement, tout en essayant d’échapper à la main de la Directrice, qui tenait une autre touffe de poils autour de son deuxième mamelon.

” – Déjà en train de pleurnicher, ça promet ! Mettez lui le gag-ball de la petite salope géante ! ”  Ordonna la Directrice, tout en entre-lassant les poils dans sa main, approchant dangereusement le bout incandescent de sa cigarette.
A peine Hugo eu bâillonné Maurice, que c’est avec dextérité, que la Directrice arracha la touffe de poils, la jetant cette fois au sol.

” – MMMMMMMPPHHH !!! AAAAAAHHHHHHH !  MMMMPPHHH !!! ”
Gémit l’esclave, en se tortillant , tandis que des larmes embuaient ses yeux, sous la douleur de ses poils arrachés.

” – Ahhhh ! On voit déjà mieux tes mamelons très accueillants ! Pinces reliées au carcan avec lestage en balancier ! Et qu’est ce que l’on dit !”
Dit  la Directrice, attrapant cette fois une touffe au pubis de l’esclave, approchant de nouveau sa cigarette presque finie .

” – MMMMMMMPPHHH !!! ME’CI ,MAI’RESSE !!! PI’IE !!!MMMMPPHHH !!! ”
Supplia l’esclave, en fermant les yeux, ses jambes poilues se mettant à trembler d’appréhension à la douleur d’un nouvel arrachage.

” – Je les laisse pour  les infirmières, elles m’en voudraient de leur saboter leur plaisir ! ”
Ironisa Maîtresse Xaviera, tout en écrasant sa cigarette à la cendre incandescente dans la touffe de pubis, d’où s’échappa une odeur de poils brûlés .

Elle abandonna ensuite Maurice entre les mains d’une des deux surveillantes, qui venait de finir de préparer Arnaud, se tournant vers la dernière esclave prévue à la vente.

” – C’est toi que j’ai vu ce matin, confortablement installée dans ta cage ,avec tous tes trous bien bouchés….J’ai un agréable souvenir de toi à l’école ! Je t’avais mis mes ‘Félicitations’ a l’époque, et je vois que tu es toujours aussi disciplinée ! ”
Dit la Directrice, en s’adressant à l’esclave, à genoux devant elle, tête droite à cause de son large collier de maintien, mais dont les yeux ne quittaient pas le sol, tandis que ses bras libres étaient croisés dans le dos.
Les anneaux de son imposante poitrine étaient reliés à une bague de Kali qui enserrai un minuscule sexe flasque et inutile de la soumise, tandis qu’une autre bague identique enserrai la base de ses testicules et était raccordé à un crochet plug extra large qui lui dilatait l’anus.
Maîtresse Xaviera se mit à lire la fiche de la dernière soumise, en caressant les épaules de la Sissy Slut du bout de son fume-cigarette .

” – Tammy, Sissy slut de 35 ans, en chasteté permanente depuis sa sortie de l’école, il y a 3 ans. Vient de finir de rembourser son Maître pour sa transformation, en travaillant 3 à 4 soirs par semaine en maison spécialisée…Je vois que tu as été très rentable ! Tu vas être une très bonne vente, j’en suis sur ! Lève-toi !”
Ordonna la Directrice, en remontant le menton de la soumise.

Lestement, la soumise se leva sur ses talons aiguilles, écartant aussitôt ses longues  jambes, tandis que ses yeux restaient rivés vers le sol, et que ses bras se croissaient derrière sa tête, ses mains se posant sur l’épaule inverse.

” – Apportez moi ce que vous avez en pinces !”
Dit Maîtresse Xaviera , en s’adressant à une surveillante.

Tammy attendait, se rappelant combien la Directrice était perverse, mais elle savait aussi que chaque jérémiade coûtait chère.

” – Langue !”
Ordonna Maîtresse Xaviera à la soumise qui s’exécuta sans attendre, sortant une langue munie de trois piercings, à laquelle la Directrice accrocha une pince japonaise presque au bout, reliant l’autre pince au lobe d’une oreille de la soumise, réitérant l’opération une deuxième fois.

” – Haaaannnnn ! ”
Soupira doucement la Sissy Slut, malgré la douleur des pinces sur sa langue.

” – Quel silence ! ”
Dit la Directrice, avec un sourire fourbe, accrochant cette fois quatre pinces à chacun des mamelons annelés.

” – Haaaannnnnnnnnnnnnn ! ”
Soupira de nouveau la soumise, mais cette fois un peu plus fort, tout en fermant les yeux, tandis que ses jambes et ses bras commençaient de trembler. L’effet de ses bras croisés derrière la tête, accentuant l’action des pinces sur ses mamelons

” – Tu as de la chance, petite Tammy , il m’en reste !”
Ironisa Maîtresse Xaviera, en montrant encore une dizaine de paires de pinces, dont elle repartit  une paire de pinces sur chacune des testicules de la soumise, les étirant pour les resserrer, gardant les autres en main.

” – S’il vous plaît… Maîtresse… Pitié…”
Supplia la Sissy, craquant sous la fourberie de Maîtresse Xaviera, tandis que son corps entier tremblait sous la douleur intense qui traversait ses testicules.

” – Tu vois que j’ai toujours le dernier mot, petite Sissy….Ça n’a pas changé !”
Dit la Directrice, laissant choir les chaînes des pinces qui se mirent a se balancer entre les jambes écartées de Tammy.

” – Oui, Maîtresse ! Merci Maîtresse ! ”
Répondit la soumise dans un soupir, dont les yeux toujours rivés vers le sol s’étaient embués de larmes.

” – Bâillon dentaire…Cela vous évitera de lui retirer le confort dont profite sa langue, et bloquez- lui ses bras dans cette position…Et finissez de lui mettre cela pour ses petites couilles, avec
lestage !”
Ordonna la Directrice à la surveillante, qui la suivait depuis un moment, en lui donnant le reste des pinces en sa possession, sous les silencieux soupirs sanglotants et le regard larmoyant de la pauvre Tammy.

” – Bien, Madame la Directrice. ”
Répondit la surveillante, en partant chercher un bâillon dentaire dans la malle au trésors de Hugo.

Toujours entravée, attendant le retour de Lyla et des deux jumelles, Géraldine vit avec soulagement la Directrice se diriger vers elle, sa chatte s’étant mise depuis un bon moment, à donner des coups de pattes incessants sur le clito violacé de Géraldine.

” – Très bonne prestation tout à l’heure, petite Cendrillon….Ma petite chatte ne t’a pas importunée, j’espère !” Dit Maîtresse Xaviera, sur un ton teinté d’ironie, tout en calmant les ardeurs de sa petite chatte « boxeuse »d’une main, tandis que l’autre s’emparait du clito bagué avec une douceur intense.

” – Me’ci, Mai’resse !! Naaan,Mai’resse !! ‘l’ aut ‘ien ‘elle ‘amuse !! ” Soupira Géraldine, en se tortillant dans ses entraves sous la caresse de la main de la Directrice , qui congestionnait encore un peu plus son clito bagué et obstrué par son plug d’urètre.

” – Parfait …Alors, je te la confie en garde encore un peu pendant que je règle un dernier et profond détail ! Amuse-toi Ma Kitty ! ” Dit Maîtresse Xaviera, en retirant le gag-ball qui entravait les lèvres de sa chatte, sous le regard désespéré de Géraldine.

” – MEOOOOW !!! MEOOOOW !!! ”
Miaula la chatte, en se frottant pleine de gratitude contre la robe de sa Maîtresse, qui partait de nouveau s’occuper du géant, délicieusement habillé comme elle l’avait ordonné, et qui l’attendait toujours inconscient dans un début de position strappado accroché à un haut support sur plateau roulant, tandis que ses jambes gainées de bas résilles et chaussées d’escarpins aux talons aiguilles vertigineux étaient écartées par une barre d’entrave .

Avec quelques points de pressions bien placés, Maîtresse Xaviera réveilla le géant entravé, qui commença à râler en voyant sa tenue vestimentaire dans un large miroir, ainsi que son sexe très étroitement confiné pour la première fois dans une cage.

” – Mettez cette future petite salope en position ! ”
Ordonna la Directrice ,en prenant le plug gonflable que lui tendait une surveillante.

” – MMMMMMMPPHHH !!! NAAAANN !!!  MMMMPPHHH !!! ”
Voulu hurler le géant, en voyant le plug gonflable prévu pour son cul, qui n’avait jamais apprécié quelques introductions, à part celle du petit pénis du jeune éphèbe.

Mais Maîtresse Xaviera lui gonfla encore plus son bâillon gonflable, glissé dans le large ring-gag qui lui disloquait la mâchoire, empêchant ainsi la moindre supplique. Le geant se sentit hissé dans une position, qui le mit en équilibre sur ses hauts talons de 15 centimètres, offrant ainsi son cul à la Directrice pour l’introduction du plug gonflable.

” – Braille tant que tu veux, pauvre chienne ! Et commence à penser que ce sera sûrement des queues et des poings bien plus gros que tu prendras bientôt, avec une si jolie tenue ! ” Ironisa Maîtresse Xaviera ,en sortant son rouge a lèvres de sa pochette de soirée, inscrivant sur chacune des fesses ,un   « FUCK ME « et  un « SPANK ME » , glissant ensuite le plug bien lubrifié entre les inscriptions.

” – MMMMMMMPPHHH !!! NAAAANN !!!  MMMMPPHHH !!! ”
Couina Arnaud, en essayant de se débattre dans ses solides entraves qui le bloquait, mais l’introduction du plug dans son intimité causa sa résignation, tandis que ses yeux abondamment maquillés et chargés de rimmel s’embuait de larmes.
    
” – Tu vois, petite salope, tu deviens raisonnable ! Et tu en bandes même dans ta cage !”
Dit la Directrice en gonflant le plug presque au maximum, constatant que son sexe comprimé commençait à violacer d’excitation dans sa cage de chasteté, terminant l’installation d’Arnaud en lui agitant ses pinces japonaises lestées qui lui mordaient ses testicules et de ses mamelons joliment étirés par sa position de strappado.

” – MMMMMMMPPHHH !!! NAAAANN !!!  MMMMPPHHH !!! ”
Gémit le géant, des larmes de honte et de douleur coulant le long de ses joues, et commençant à penser que son acquéreur pourrait être tout autre que ses espérances.

” – Emmenez-le sur scène , je commencerais par lui….Je suis sur qu’il piaffe d’impatience de connaître son nouveau propriétaire et de tout ce qu’il pourra lui faire ! ”
Dit Maîtresse Xaviera, un sourire fourbe sur ses lèvres, s’accroupissant face au visage décomposé du géant, qui portait un 50000 inscrit sur son front.

” – Bien, Madame la Directrice. ”
Répondit Hugo, en accrochant la barre d’entrave de l’esclave en larmes au support du strappado , pour faciliter son transport jusqu’à la scène, le mettant ainsi dans une suspension très inconfortable pour Arnaud, , qui aurait été dans l’impossibilité de marcher avec la barre d’entrave qui entravait ses jambes chaussées de ses hauts talons.

Maîtresse Xaviera s’en revenait vers Géraldine qui était au bord de la syncope, les yeux hagards regardant le le plafond tellement son cœur s’emballait, elle se mit à lui caresser un de ses mamelons annelés.   

” – MMMMMMMPPHHH !! Mmmpphh… ”
Gémit doucement Géraldine, en se tortillant dans ses liens sous la caresse, qui accentuait encore plus son excitation.

Son clito bagué et ses testicules étant la proie des lèvres et de la langue de la chatte de la Directrice depuis que la Directrice l’avait laissée jouer, il était passé a une couleur violet foncé ,et perlait de sang.
Sa bague de Kali le comprimait tellement, qu’il semblait séparer en deux parties comme deux petits boudins.

” – Ma petite Kitty t’a donné une jolie couleur et une jolie forme ! ”
Ironisa Maîtresse Xaviera, en caressant la tête de sa chatte pour qu’elle cesse toute activité, et lui remettant son gag-ball avec douceur.

” – MMMMMMMPPHHH ! Me’ci, Mai’resse !! Me’ci, ‘Itty  ! Mmmpphh… ”
Soupira la petite « Cendrillon », tellement soulagée que la Directrice récupère enfin sa petite chatte gourmande, ne sachant pas combien de temps, elle aurait encore pu tenir sous les coups de langue de la petite sacré de Birmanie, qui s’était amusé de laisser glisser son piercing sur son clito bagué.

” – Allons vendre cette grande salope, petite Kitty ! ” Dit la Directrice, en prenant la laisse de strass accrochée au gag-ball, prenant au passage un large paddle de bois, où des clous dessinaient un »VENDU » que lui tendait une surveillante, en guise de marteau de commissaire-priseur.

” – MEOOOOW !!! MEOOOOW !!! ”
Miaula la chatte, en se frottant une dernière fois à Géraldine avant de partir sur la scène, où elle la vit s’installer sur l’épais canapé de cuir, tandis que ses yeux d’azur s’amusant de voir ce géant pleurnichard, habillé en corset et bas résilles, et dont Hugo remettait les hauts talons sur le sol, avant de refermer ensuite la double-porte sur le petit postérieur de la petite chatte.

La vente pouvait commencer !  

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire