Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe lesbiennes

Une jeune noire pas si timide (3).

Une jeune noire pas si timide (3).



Une jeune noire pas si timide (3).

Quand je me réveille au matin elle dort encore à mes côtés. Je me lève sans bruit pour ne pas la réveiller et je vais à la cuisine préparer un petit déjeuner copieux. Est-ce l’odeur du café ou mon absence qui a fait qu’elle se lève et vient me rejoindre à la cuisine entièrement nue. Après un doux baiser sur la bouche je l’invite à se restaurer. Elle s’installe à la table, face à moi jambes bien ouvertes pour me montrer sa petite chatte déjà humide, pour se mettre à manger comme une belle gourmande. Elle dévore son petit déjeuner puis repart vers la salle de bains pour prendre une douche et s’habiller.
J’attends dans le salon son retour en me demandant ce qu’elle va mettre sur elle pour me faire plaisir. Elle revient enfin dans une tenue ultra provocante. Petite jupette ras la chatte et quand elle tourne sur elle-même pour me montrer je peux admirer le bas de ses fesses rebondies qui n’est même pas caché. Si je l’emmène en courses avec moi c’est certain que tout le monde va la regarder. Elle porte un petit top moulant cachant là encore à peine ses beaux petits seins.
Bien sûr elle sait que j’adore et ne porte aucun dessous.
Elle me demande si j’aime sa tenue et je ne peux que lui dire oui. Je suis surpris quand elle me demande de lui prouver mais je sors ma bite qui a déjà durcie pour lui prouver. Elle sourit et s’approche pour l’enfourner sans attendre en me prodiguant une superbe fellation. Je la stoppe au bout d’un moment pour ne pas jouir dans sa bouche ce qui semble la décevoir un peu. Elle se redresse alors et se penche contre la table m’offrant une vue imprenable sur son cul et sa fente en me suppliant presque de lui fourrer le cul. Je souris quand elle me dit ça et je me place derrière elle pour poser ma bite sur sa rondelle en appuyant juste peu pour ne pas lui forcer le fion.
Elle se met à crier de l’enculer, qu’elle veut que je défonce son cul avec ma grosse bite, que je la fasse jouir en la fourrant et en me vidant au fond de ses intestins. Je prends alors ma bite dans la main pour bien la diriger et je force le passage sans attendre jusqu’au plus profond. Elle crie de douleur mais me demande la limer sans s’occuper car elle veut que je lui explose le cul. Je ramone alors son cul comme un malade, ressortant parfois entièrement pour mieux l’enculer de nouveau et au bout de 5 minutes elle se met à jouir ce qui resserre son fion et me fait jouir à mon tour. Mes slaves de foutre remplissent ses intestins provoquant son deuxième orgasme fulgurant et plus fort qui m’oblige à la soutenir pour qu’elle reste debout a bite figée dans son cul.

Une fois terminé de lui injecter mon jus de couilles je reste un peu en elle avant de me retirer. Je lui demande alors de tout faire pour garder ma semence en elle en serrant les fesses ce qu’elle fait. Je lui propose d’essayer de garder mon jus le plus possible en elle et sinon de le laisser couler le long de ses jambes sans le nettoyer de la journée. Elle sourit et me dit que je peux la baiser et l’enculer autant que je veux, qu’elle laissera tout couler sur elle, mais à partir de maintenant elle veut que chaque fois que je la prendrai je devrai le faire dehors. La propriété est grande et calme donc je suis partant. Mais elle veut aussi ailleurs, dans les bois, les champs et dans des endroits un peu cachés. La jeune fille qui semblait timide est vraiment une salope comme je ne pensais pas en trouver. Accro au sexe comme moi nous étions faits pour être ensemble.

Le reste de la matinée se passe plus tranquillement, tous les deux nus. Par moment je lui pelote les seins ou je passe ma main entre ses jambes pour toucher sa chatte trempée en permanence et elle, pas en reste, me prend la bite dans sa main pour me branler un peu. Je lui propose d’aller manger au restaurant habillée comme au matin en belle pute black ce qu’elle accepte. Avant de partir je prends un sac dans lequel je dépose une couverture et mon appareil photo en espérant qu’elle acceptera d’être prise en photos sous toutes les coutures.
Je lui en parle pendant le repas ce qu’elle accepte avec un large sourire. Elle veut bien que je la prenne en photos habillée en pute, nue et même si je le veux, en train de se faire baiser ou enculer. Chaude après-midi en vue mais nous allons nous éclater (surtout elle).

Le repas terminé nous partons en voiture en direction des bois puisqu’elle m’a dit qu’elle aimait baiser au milieu des arbres. Elle semble heureuse de cette idée et la voiture à peine garée elle descend pour se mettre au milieu d’un petit chemin dans différentes poses suggestives. Je prends alors l’appareil photos pour prendre de nombreux clichés de sa tenue et de ses positions. Elle rigole en prenant des poses cochonnes puis sans me dire quoi que ce soit elle fait un Streep tease sous l’oie de l’appareil qui n’arrête pas de flasher. A tous moments une voiture peut apparaitre mais elle n’y pense pas ou s’en moque et jette ses habits dans la voiture. Elle me demande d’en faire autant en prenant l’appareil photos ce que je fais à mon tour pendant qu’elle me prend en photos. Une fois nus tous les deux, nos habits dans la voiture, nous partons dans le chemin avec le sac. Tout à coup le bruit d’une voiture se fait entendre alors que nous ne sommes pas à plus de 40 mètres de la voiture et elle se retourne vers la route en soulevant ses seins comme pour provoquer ceux qui passent et qui regarderaient vers nous.

Elle semble déçue de ne pas avoir été vue car les voitures ne ralentissent même pas. Elle finit par entrer dans le bois et après une petite recherche elle trouve une petite clairière dans laquelle elle étend la couverture pour se mettre à 4 pattes. Sans attendre elle me dit de l’enculer tout en la prendre en photos ainsi que ma bite qui lui rentre dans le cul. Je commence les photos de son cul puis je pose ma bite sur sa rondelle et je force son petit chemin. Elle crie un peu mais se laisse faire et ma queue s’enfonce rapidement à fond dans ses intestins sous les clichés qui se répètent montrant l’avancée de mon pieu. Je me retire et immortalise la scène de son cul grand ouvert avant de me remettre au chaud. Je lime alors ce cul chaud et dilaté un moment avant de me retirer et d’enfiler sa chatte trempée sans la prévenir. Elle pousse un cri de surprise et me demande d’alterner dans ses trous. Elle sent monter sa jouissance rapidement me demandant d’aller plus vite. Je sens ma jouissance arrivée et mon jus monter mais elle hurle en se mettant à jouir tremblante et son corps se secoue comme si elle faisait des convulsions. Elle s’écroule au sol ma bite ne pouvant pas rester en elle. Une fois remise je passe devant elle pour me branler devant sa bouche grande ouverte toujours l’œil de l’appareil photo. Je finis enfin par lancer de bonnes giclées de foutre dans sa bouche recouvrant sa langue de semence gluante et chaude. Elle tire la langue pour que je vois bien avant de fermer la bouche et de tout avaler.

Nous prenons une petite pose allongés l’un contre l’autre après ce moment de pur bonheur. Sa petite main tient ma bite ramollie mais elle en veut encore. Elle se met à me branler doucement pour me redonner vigueur. En moins de 5 minutes je suis prêt à recommencer mais cette fois elle me demande de lui baiser la chatte et de me vider au fond de son utérus pour l’engrosser. Je ne peux rien lui refuser en m’allongeant sur elle jambes bien ouvertes. Ma bite s’enfonce bien en elle sans résistance tellement elle est mouillée et je lui ramone le ventre. Elle veut que j’aille plus vite, j’obéis et en 10 minutes je finis par remplir son con de jus par trois jets de foutre.

Elle passe ses bras autour de mon cou pour m’embrasser longuement et me remercie de l’avoir mise enceinte. Elle veut vivre avec moi tout le temps, devenir ma maitresse si ce n’est pas ma femme. 35 ans nous séparent mais rien ne l’arrête tout comme moi. J’ai envie de la garder avec moi le plus possible.

Serais-je tombé amoureux de cette beauté noire ?