Histoires de baise Histoires de sexe Histoires de tromper

Les quatre compères

Les quatre compères



Ce samedi là j’assiste à un spectacle, le billet d’entrée m’a été offert pour mon anniversaire ce qui fait que j’y suis allée seule.
Pas loin de l’endroit où je suis assise quatre jeunes un peu bruyants n’arrêtent pas de me mater avec insistance et à parler entre-eux.
Je me doute bien que le sujet de leur conversation c’est moi et de quelle façon je les inspire.
Je suis consciente qu’en dehors de mon physique la vue de mes cuisses, avec ma jupe courte, ne peut qu’attirer leurs regards.
Le spectacle terminé je quitte la salle et marche dans la rue me dirigeant vers un arrêt de bus.

Je sursaute et me retourne quand j’entends appeler.
<>.
Les quatre jeunes n’ont pas perdu de temps et m’ont suivie.
A l’évidence en bande ils sont plus courageux pour aborder une fille, seuls ils n’auraient certainement pas osés.
<>.
<>.
<<ça te dis de venir avec nous boire un verre>>.
Je refuse, ils insistent.
Finalement après avoir refusé pendant un moment, usée par leur forcing, j’accepte et après avoir marché pendant quelques minutes nous entrons dans un bar.
Ils commandent des boissons alcoolisées et insistent pour que je boive la même chose qu’eux.
Evidemment à mon âge n’ayant pas l’habitude un verre suffit pour m’échauffer.

Rapidement ils me draguent et s’y mettent tous les quatre, parlant en même temps, ce qui me perturbe et m’empêche de réfléchir correctement.
Un peu grisée par l’alcool je ne résiste pas longtemps à l’appel “des mâles en rut”.
Tous me baratinent et se vantent pour que je les choisissent, c’est la cacophonie.
<>.
Surpris de m’entendre leur parler ainsi ils restent hébétés la bouche ouverte.
L’étonnement passé l’un d’entre eux s’adresse à moi.
<>.
<>.
Un autre dit en plaisantant.
<>.
Sans réfléchir et perturbée je réponds:
<>.
Ils se défendent d’être nuls et me prennent au mot, piégée je ne peux pas revenir en arrière.
Bien que cela me fasse peur, je ne vais pas leur révéler que faire l’amour avec plusieurs hommes en même temps c’est un de mes fantasmes.

Nous quittons le bar et nous nous dirigeons vers le parking où ils ont garé leur auto.
Je m’installe sur les sièges arrière entre deux hommes.
La voiture démarre.
Ceux qui sont assis de chaque côté de moi ne perdent pas de temps et quémandent des baisers.
Chacun leur tour ils m’embrassent, je ne fais pas de difficultés et mêle ma langue à la leur.

Encouragés par mon manque de résistance il commencent à me peloter.
L’un s’attaque à mes seins d’abord sur les vêtements puis passe sa main sous mon chemisier et déplace mon soutien-gorge.
L’autre glisse une main sous ma jupe puis dans ma culotte.
Jusqu’à ce que la voiture s’arrête sur la parking d’un hôtel et même pendant que l’un des hommes est parti réserver une chambre, mes seins sont pelotés, mes tétons triturés, ma chatte caressée et doigtée.
Moi je caresse simplement les deux sexes, gonflés par l’envie, par dessus les pantalons.
Le conducteur regarde souvent ce qui se passe à l’arrière dans son rétroviseur et le passager avant se retourne sans cesse.

Ensemble nous gagnons une chambre dont l’accès est extérieur.
Une fois la porte refermée les quatre compères m’entourent.
Un qui est plus vaillant que les autres m’étreint dans ses bras et m’embrasse, ma langue se mêle à la sienne.
Du coup encouragés les autres me font ma même chose.
Ils se mettent tous à me peloter d’abord sur les vêtements puis partout sur le corps après m’avoir rapidement déshabillée maladroitement.

Je me retrouve avec une queue dans chaque main.
Certains l’ont sortie de leur pantalon et d’autres contents de montrer leur corps se sont presque entièrement dénudés.
Je ne me focalise pas sur la taille des pénis de tailles et grosseurs différentes.
Je ne veux pas passer pour une godiche et je décide de passer à l’action.
Ils restent debout m’entourant pendant que je m’accroupis.
Chacun leur tour je suce un peu leur verge tout en en malaxant deux que je tiens dans mes mains.
Ensuite lors du deuxième passage de ma bouche sur les queues les fellations sont un peu plus longues.
J’allais commencer à sucer chacune des queues pour la troisième fois quand les jeunes gens me prennent par les bras et les jambes et me jettent sur le lit plus qu’ils ne me posent.
A genoux de chaque côté de moi ils me pelotent partout et écartent mes jambes.
Mes seins sont malaxés, les tétons torturés, des doigts pénètrent et s’agitent dans mon intimité et mon anus.
On me présente une verge devant la bouche, je la lèche puis la suce mais pas longtemps car celle si se retire et c’est un autre qui se présente, je lui fais la même chose.
Ils continuent à me peloter et doigter mes orifices pendant que les pénis se succèdent dans ma bouche sans s’attarder.

Je me retrouve à genoux, un homme est à genoux devant moi sa queue contre ma figure.
Un autre s’est positionné derrière moi.
Je laisse la verge s’enfoncer dans ma bouche pendant qu’une autre pénètre dans ma chatte.
Je fais une fellation avec des aller-retour rapides de ma bouche sur le verge et pendant ce temps je sens un pénis faire des aller-retour dans mon intimité.
Très excités il ne leur faut pas longtemps avant d’éjaculer dans ma gorge pour l’un et dans mon vagin pour l’autre.
J’ai à peine le temps d’avaler le sperme que la queue sort de ma bouche, du sperme coule sur mon menton.
Ma chatte est investie par un autre pénis puis c’est également le tour de ma bouche.
Les coups de reins de celui qui défonce ma chatte font bouger mon corps d’arrière en avant et je n’ai pas besoin de faire beaucoup de mouvements pour faire aller et venir dans ma bouche la verge qui s’y est introduite pendant que je fais la fellation.
De nouveau et assez rapidement chacun leur tour les pénis tressautent d’abord dans ma grotte puis dans ma bouche y déversant leur semence.

Certains bandent toujours.
Je m’allonge et écarte les jambes.
Un jeune homme se met sur moi et sa queue pénètre dans mon intimité et commence à y faire des va-et-vient pendant qu’avec les mains je tripote la verge des autres.
L’homme donne des coups de reins pendant un moment avant que le pénis ne grossisse encore dans ma chatte puis en tressautant y envoie des giclées de sperme.
Il se retire, un de ses acolytes se positionne sur moi et sa queue s’enfonce dans mon ventre.
Pendant qu’il me défonce mes seins sont pétris et malaxés, mes tétons torturés.
Je commence à gémir ce qui a l’air de leur plaire car le plaisir monte dans mon ventre.
Je commençais à bien mouiller quand il se soulage dans mon vagin.
Ensuite je subis les assauts de la troisième queue puis de la quatrième.
Pendant les aller-retour des verges dans mon corps les bourses tapent contre mes fesses et le bruit de clapotis est permanent.
Je gémis de plus en plus et finalement mes fesses se soulèvent, mon corps se tend, prise de spasmes des jets de cyprine s’échappent de mon vagin pendant que je jouis.
Peu après le quatrième larron se laisse aller et arrose mon intimité de sa semence.

Le plus difficile c’est de remettre en forme en même temps les quatre jeunes avec ma bouche et mes mains.
je masturbe vigoureusement et suce avec des aller-retour très rapides de mes lèvres sur les queues
Une fois que j’ai réussi plus ou moins rapidement ils entretiennent leur érection en se tripotant et masturbant.

Un des compères s’est allongé sur le lit et me demande de me mettre sur lui.
J’obéis et mets mes jambes de chaque côté de son corps.
Comme il galère je prends sa queue dans une main et l’enfonce dans mon intimité.
Un homme s’est positionné derrière moi et sa verge se déplace entre mes fesses, je l’aide à pénétrer mon anus.
J’ai maintenant une verge dans la chatte et une dans le cul.
L’un des participants qui attend son tour m’en enfonce aussi une dans la bouche, je me retrouve avec la quatrième dans une main.
Les pénis coulissent maintenant dans mon corps me procurant des sensations fortes.
Cela dure pendant un bon moment, je gémis de plus en plus et râle.
Ils échangent leur place et recommencent à me défoncer.
J’ai un orgasme bien avant qu’il ne jouissent dans mes orifices.
Les deux compères restant prennent leurs places et de nouveau c’est le va-et-vient des queues dans ma chatte et mon anus.
C’est trop pour moi, je commence à être très bruyante.
Le plaisir dans mon ventre est trop intense, je jouis deux fois avant qu’ils ne se soulagent chacun leur tour dans l’orifice qu’ils défonçaient.

Ils vont dans la petite salle d’eau et se nettoient rapidement le sexe.
Je mets un peu de temps avant de me lever car je n’ai plus très lucide avec ce que je viens de subir.
Pendant qu’ils se rhabillent je me douche puis je remets mes vêtements.

Nous regagnons leur auto, ils me ramènent en ville et me déposent dans une rue assez loin de chez moi devant un pavillon qui n’est évidemment pas celui où je réside.
Chacun d’eux me dit au revoir en m’embrassant, je mêle ma langue et aussi ma salive chargée du goût et de l’odeur de sperme à la leur.
Leur voiture redémarre, fatiguée je rentre chez moi.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire