Histoires de sexe gratuites Histoires de sexe noir Histoires érotiques au travail

un divorce compliqué (7)

un divorce compliqué (7)



Le lendemain matin, tandis que ma mère s’affairait à ranger la cuisine, en chemise de nuit noire transparente et en culotte, je surfais sur internet et discutais en ligne avec un pote d’enfance. On était les meilleurs amis, toujours ensemble jusqu’au lycée, et puis ensuite nos chemins se sont un peu séparés.
– viens voir maman.
Ma mère s’approcha, posa sa main sur mon épaule, et glissa doucement ses doigts sur ma nuque.
– Je discute avec Olivier. Ca te derange si je lui envoie des photos de toi prises en Corse ? Celles où tu es en maillot.
– Pourquoi tu veux lui envoyer ça ?
– Pour qu’il me dise comment il te trouve. Ca ne t’interresse pas ?
– Le truc, c’est que c’est Olivier. Sa mère est une amie. Et je le connais depuis que vous avez trois ans tous les deux.
J’envoyais deux photos de ma mère en maillot, debout sur la plage.
La réponse ne tarda pas à arriver.
“Elle est bonne”
Je regardais ma mère en souriant.
– Tu as vu, tu es à son gout.
– Oui, c’est idiot, il dirait ça sur n’importe quelle femme en maillot.
Je tapais au clavier :
“Elle te plait ma mère ?”
Il répondit aussitôt.
“Je l’ai toujours trouvé belle femme. Un peu trop bourgeoise peut etre lol. Dommage qu’elle soit celibataire avec des formes comme ça.”
Je lisais la réponse à ma mère en souriant. Ma mère était un peu génée, mais prit cela tout de même pour un compliment. Une autre phrase arriva :
“Tu as déjà vu sa chatte ?”
Ma mère fut un peu choquée par cette question. Je répondis simplement non.
“J’imagine qu’elle a une chatte poilue, non ? c’est le style. Tu connais son tour de poitrine ?”
Ma mère devenait toute rouge. A priori, elle n’avait pas trop envi que je donne ce genre de renseignement intime, et encore moins à Olivier.
“Tu sais, c’est ma mère, me mis-je à taper sur le clavier. Je ne regarde pas trop ce genre de détail. Sur les photos tu te fais une idée non ?”
“Tu en as d’autres ?”
“Pourquoi ?”
“Je me branle sur ta mère là”
Ma mère secoua la tête. “C’est n’importe quoi”, murmura t-elle. “Il me déçoit beaucoup”
– Tu devrais être flattée que tu lui plaises.
– Oui mais bon, je le connais depuis qu’il est gamin, il était tout le temps à la maison, je connais sa mère. C’est n’importe quoi.
– Tu sais, je me suis souvent branlé en pensant à la mère d’Olivier. Ca ne fait pas de moi un monstre.
“Tu pourrais m’envoyer une photo d’une culotte de ta mère ?”
– Ah ! de mieux en mieux !, fit ma mère.
“On échange, tu m’envoies une photo du tiroir ouvert des culottes de ta mère, et je fais pareil.”
“ok”
– Attends ! on rentre dans l’intimité de la vie d’Isabelle, ça ne me plait pas du tout…
– Du moment où elle en sait rien, maman…
Il fallut cinq minutes pour que deux photos m’arrivent en pieces jointes. Une photo du tiroir ouvert des lingeries de la mère d’Olivier (avec les culottes et soutien gorges bien rangés), et une autre photo, avec deux culottes, une rouge et une noire, posées sur le lit, en exhibition.
Je tapais :
“Elle doit etre bandante ta mère quand elle porte ça.”
“A toi s’il te plait”
Je me levais, allait ouvrir le tiroir où ma mère rangeait sa lingerie, et prit une photo avec mon téléphone. Amusé, je pris la culotte du maillot bleu, plein de traces diverses, qui trainait au pied du lit, et le mit en exhibition sur les draps. Et je me retournais vers ma mère.
– Touche toi un peu et donne moi ta culotte.
Ma mère soupira un peu, se toucha la fente au travers de sa culotte, sans grande conviction, et la baissa.
– C’est vraiment pour te faire plaisir.
J’étalais sa petite culotte transparente à coté du maillot, en montrant bien l’interieur, et prit une nouvelle photo. Je fis un transfert sur mon ordinateur, et envoyais les photos à Olivier.
Il ouvrit les fichiers, et tapa :
“wow c’est le maillot des photos ? sympa la culotte. Il y a des traces, la salope”.
J’installais ma mère devant l’ordinateur, la penchait un peu en avant, et me colla derrière elle, collant mon sexe contre sa chatte. Je glissais tout seul à l’interieur.
– Discute avec lui, maman. Il est en train de se branler pour toi.
Ma mère hésita un moment, resta silencieuse, tout en se prenant de profonds coups de queue dans la chatte. Le clapotti mouillé commença à se faire entendre, de plus en plus présent.
“Je vais gicler pour ta mère, tu veux voir ?”
Une invitation camera aparut à l’écran.
– Ohhh… Je fais quoi ???, fit ma mère.
– On n’a pas de cam ni de micro, donc tu peux accepter. Si ca te tente de le voir se branler pour toi.
Ma mère prit la souris et cliqua. Une fenêtre s’ouvrit à l’écran, où elle put voir une photo d’elle en maillot, qu’à priori Olivier avait imprimé sur papier, et la queue d’Olivier en gros plan, qui se branlait. Le son arriva avec un léger décalage.
– Je vais pas me retenir longtemps, je vais lui arroser les seins à ta mère.
Ma mère tapa au clavier : “tu as vraiment envi d’elle ?”
– Oh oui, je pourrais lui bouffer la chatte, j’y passerai l’après midi. Vu les traces qu’elle laisse dans sa culotte, elle doit avoir pas mal de gout.
Ma mère tapa encore : “Prends une culotte de ta mère pour jouir”.
– Dis donc maman, tu deviens bien perverse quand tu veux.
Je sortais ma queue et présenta mon gland entre ses fesses. Je forçais un peu et me mit à l’enculer.
– Ahhh oui comme ça… fit elle.
A l’écran, on vit Olivier revenir, avec la culotte rouge de sa mère. Il l’enroula autour de sa queue, plaçant bien l’interieur de la culotte contre son gland, et se branla fort devant la photo.
Ma mère tapa au clavier : “vas y, jouis pour ma mère, à travers la culotte de la tienne.”
– Ahhh quelle pute ta mère, je veux sa chatte, tiens tiens….
En disant ces mots, on put voir son sperme gicler au travers de la fine culotte, et arroser la photo de ma mère. Ma mère passa sa main entre ses cuisses, et se carressa le clitoris rapidement. Elle était très excitée par ce qu’elle voyait.
– Oh le salop, il l’a fait… Il a joui sur moi…
Je sortais ma queue de son cul, et m’approcha de son visage. Je lachais un gros jet de sperme, qui gicla pleine face, et deux autres petits jets qui la loupèrent. Ma mère se masturba fort, serra les cuisses, poussa de petits soupirs. Je la vis jouir, et elle ne quitta pas la photo couverte de sperme à l’écran.
Je coupais la connection, et alla me faire un café. Ma mère remit sa culotte, ramassa deux ou trois affaires qu’elle alla mettre au sal.
– ca te fait plaisir ? tu plais tu as vu…
Elle s’approcha de moi :
– Je vais etre sincère, je fais ce que tu veux pour toi. Mais pour les autres, non. Je suis juste à toi, rien qu’à toi. On est d’accord ?
Elle m’embrassa sur la bouche. Ca me fit bizarre. On avait eu beau avoir des relations sexuelles, c’était la première fois qu’elle m’embrassait sur la bouche.
ca me fit presque bander.