Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe de voisins Premières histoires de sexe

Mado, Gina et Moi.

Mado, Gina et Moi.



Mado, ma tante, en plus de sa petite ferme, faisait occasionnellement quelques travaux de couture pour des personnes du coin. Notamment pour sa grande amie Gina, que j’avais déjà « rencontrée ».
Ce jour là je vais, avec ma tante, chez Gina pour des essayages…

Gina nous invite à nous asseoir dans les fauteuils et nous propose à boire… Nous ayant servi, elle prend place dans le canapé en face de moi… Portant une robe légère (que je trouvais un peu courte vu l’âge de la personne), elle gardait les genoux serrés pour me cacher ce qu’il y avait dessous… Mais, tout en discutant de choses et d’autres, chaque fois qu’elle s’avançait pour prendre quelques amuses bouche, Gina se “décontractait”… Jusqu’au moment où je fixais mes yeux sur genoux et plus loin encore… S’étant aperçu de la direction de mon regard, nullement gênée, Gina prenait un malin plaisir, dans un mouvement qui semblait naturel, à croiser et décroiser ses jambes dans un mouvement large, ce qui m’offrait l’occasion de mieux voir sa culotte dont une brune pilosité bien fournie débordait de chaque coté… Je pensais, innocemment que ce mouvement était dû au hasard… Comme je dirigeais mon regard vers le sien, Gina se mit à faire dépasser le bout de sa langue entre ses lèvres fermées et le faire aller d’un coté à l’autre de sa bouche… Face à une telle provocation, la réaction de mon sexe ne se fait pas attendre… J’ai un mal fou à dissimuler la bosse de mon pantalon… Après quelques minutes de ce manège provocateur, Gina se lève et dit à ma tante:
“-Mado, si nous allions essayer ces pantalons et cette nouvelle robe?
– Tu as raison… Yves, tu veux bien aller chercher la housse qui est dans la voiture? …Tu seras gentil…”
Je deviens rouge de confusion car je suis persuadé que Gina voulait me faire lever pour lui confirmer, bien involontairement, mon érection… Avant de me mettre debout, je bois une gorgée d’apéritif et fais semblant d’avaler de travers… C’est plié en deux et toussant que je me précipite vers la voiture…
A mon retour, j’entends les deux femmes parler dans une autre pièce de la maison… Guidé par leur conversation, je les trouve dans une chambre… Je dépose la housse contenant les vêtements sur le lit et rejoins le fauteuil de la salle à manger ou ma queue commence à perdre de sa vigueur… J’entends Gina s’exclamer au déballage des habits… Soudain tante pousse un cri, son juron préféré:
“Bon Dieu je perds la tête… ce n’est possible! J’ai oublié la ceinture de la robe
– Ce n’est pas grave – dit Gina , je ne suis pas pressée de la mettre cette robe…
– Ah non! -s’exclame tante – je vais aller la chercher de suite…”
Tout en discutant, les deux amies sont revenues dans la salle à manger… Gina semble avoir enfilé un sac de patates…
“- Mon neveu, j’ai oubliée la ceinture de la robe… D’un coup de voiture, je vais aller la chercher… Tu restes là et si Gina à besoin, tu l’aides…
– Mado, je te dis que ça peut attendre, je ne suis pas pressée… -dit Gina.
– Je veux te la voir dessus cette robe… et s’il y a une dernière retouche à faire, ça n’attendra pas…
– Tu es têtue… Prends ton temps… Soit prudente, vas pas avoir un accident pour un bout d’étoffe oublié…”
Tante partie, Gina s’approche de moi, me tend mon verre et me propose de me resservir… Ce faisant, elle se penche, me mettant ainsi, à hauteur de mes yeux l’ouverture du col de la robe… Je ne peux que voir son soutien gorge bien rempli par ses deux gros seins… Avant de s’asseoir, Gina prend quelques cacahuètes et pose ses fesses en bordure du divan…
Engageant la conversation sur diverses banalités, elle recommence ses positions provocatrices tout en laissant ses cuisses de plus en plus ouvertes… Soudain, échappant une cacahuète sur sa robe, elle se lève, pose son verre et dit, tout en déboutonnant son vêtement :
“- Ce serait dommage de faire une tâche la première fois que je la mets…”
Faisant glisser les manches le long de ses bras, la robe tombe à ses pieds et Gina se retrouve vêtue seulement de sa culotte et de son soutien gorge… Me tournant le dos, elle se baisse pour ramasser son habit, elle me présente son gros cul.
Jetant la robe sur le canapé, elle vient s’asseoir sur un bras de mon fauteuil et, posant la main sur la bosse de mon pantalon, me dit:
“- C’est moi qui te trouble? …
– Oui, Gina, vous m’excitez… J’adore les femmes fortes. Vos gros seins m’affolent.
– J’ai envie de me faire baiser… Me faire défoncer… Et je crois que tu es bien monté d’après ce que je sens dans ma main…
– Ma tante ! Elle ne va pas tarder à revenir…
– Et alors! Je ne suis pas ta mère… et à bander comme tu bandes, je suis encore désirable… Ce n’est pas l’envie de me sauter qui te manque…”

J’étais tétanisé, et le plaisir qui monte dans mon bas ventre ! Estomaqué, je reste muet. Gina en profite pour accentuer son attaque… Constatant que sa main collée sur mon pantalon renforçait mon érection, elle poursuivit:
“- Mais c’est vrai que tu as une belle bite! …
Joignant le geste à la parole, elle s’agenouille devant moi, fait sauter rapidement les boutons de mon pantalon, découvre ma bite en la faisant passer sur le coté de mon slip… Toujours aussi rapide, elle commence à me caresser, serrant vigoureusement ma bite entre son pouce et son index… Je suis surpris, un peu pris au piège, mais ravi… Gina semble aimer ce qu’elle fait… Je décide de m’abandonner au plaisir et de la laisser faire…
Elle continue à me caresser puis à me sucer, toujours agenouillée devant moi, léchant doucement dans le sens de la longueur ma bite de la pointe de sa langue, alternant sa langue et ses doigts… Mon sexe continue à grossir ce qui semble la réjouir. Elle offre à mes mains ses deux gros seins qui tendent le soutien gorge en gonflant de plaisir… Je défais l’agrafe, libérant ainsi les énormes mamelles qui viennent se poser sur mes genoux… Je commence à malaxer ces chairs aux pointes turgescentes …

Emportés par nos élans lubriques, nous sommes coupés du monde extérieur… Nous n’avons pas entendu arriver la voiture de tante Mado… Elle manifeste sa présence en s’écriant depuis la porte de la salle à manger:
“- Eh bien! Il ne faut pas vous embêter vous deux!… Gina! Je ne peux pas te faire confiance… Tu n’as pas honte, une vieille comme toi aller me débaucher mon neveu?…”
Statufiés de surprise, nous restons sans mouvement… Si tante voulait nous reprocher notre attitude, le ton n’y était pas vraiment… Très vite on sentait qu’elle était plus troublée qu’outrer…
“- Mado tu es mon amie, tu sais que j’aime les plaisirs sexuels… Comment voulais-tu que je reste insensible devant ce jeune homme?…
– Je sais bien que rien ne t’arrête pour t’envoyer en l’air… Mais tout de même, tu aurais pu avoir un peu de retenue…
– Justement, je te l’ai déjà dis, c’était le devoir des tantes d’initier leurs neveux… Pour cela, elles peuvent se faire aider de leurs amies, dit Gina
– Qui te dit que je n’ai pas commencé à faire son éducation?…”
L’intervention de tante ayant coupé tout élan lubrique, Gina et moi nous nous levons pour retrouver une position et une tenue plus convenable…
Après avoir remis sa robe, enfin ceinturée et ajustée par son amie, Gina nous invite à passer à table…
Le repas est bon… Gina a mis les petits plats dans les grands… Elle n’est pas avare sur le vin millésimé qu’elle nous sert… Le temps, les souvenirs de famille, les banalités de la vie sont les sujets principaux de nos conversations… Cette douce ambiance fait qu’après le dessert, étant passés au salon pour prendre le café, une légère somnolence me prend…
Voyant cela, Gina me dit:
“- Va t’allonger sur mon lit… Une petite sieste te fera du bien…”
Ne pouvant résister d’avantage, j’obtempère… Je m’allonge sur ce lit ou je retrouve le parfum de son occupante habituelle. A ce souvenir, un début d’érection tend le devant de mon pantalon…
Dans un demi sommeil, j’entends les deux femmes qui rangent et font la vaisselle tout en discutant… Leur travail fini, elles viennent voir dans la chambre si je dors… Confortablement allongé sur le dos, je fais semblant d’être dans un profond sommeil… Oubliant que cette position accentue le “chapiteau” de ma braguette dont ma queue en est le mât…
Voyant ça, Gina dit à Mado :
“- Regarde comme il bande… Il doit rêver à quelques belles filles…
– Tu parles!, avec ce que tu as commencé à lui faire, et que tu n’as pas fini…, il est resté sur sa faim…
– C’est de ta faute… Tu es revenue trop tôt…
– Peut-être… Mais tu n’étais pas obligée de vouloir le pomper aussitôt que j’ai eu le dos tourné…
– Que veux-tu… Je n’ai pas pu résister à l’envie de me faire sauter… Il est jeune et vigoureux… Je m’en faisais toute une joie…
– En plus tu as pu voir comme la nature l’a bien pourvu…
– Oh oui! … Il est monté comme un âne…
– Tu en as trop envie… Et on ne peut pas le laisser comme ça… Une grosse bite ça te ferai plaisir? »
J’étais suffisamment lucide pour comprendre que ces deux commères et complices sont excitées par leurs commentaires et imaginant ce que cachait mon pantalon… La tension dans mon bas ventre se fait plus forte, l’érection plus dure… Le désir de sauter ces deux femmes plus irrésistible…Je ne bouge toujours pas malgré la difficulté de maintenir la régularité de ma respiration… Odette de répondre:
«Si tu veux, d’accord… Si Yves en a envie»
J’essaye de ne pas paraître trop enthousiaste: “Oui, bien sûr que je suis d’accord…” Pensais-je dans ma tête… Entrouvrant légèrement les paupières, je vois Gina se déshabiller rapidement au milieu de la pièce… Son corps est encore désirable bien qu’enrobé… Des hanches s’évasant généreusement, des seins lourds qui, s’ils commencent à souffrir des effets de la pesanteur sont rendus désirables par leur volume, leurs formes harmonieuses, leur douceur apparente et deux formidables tétons. Elle porte sa nudité avec beaucoup de naturel, nullement gênée devant ma tante…
Elle prend place doucement sur le lit… Au moment où elle lève la jambe pour monter, je peux admirer sa noire toison, très différente de celle de Germaine par sa finesse et son épaisseur, qui me cache ses lèvres intimes…
En s’allongeant contre moi, elle ne peut s’empêcher de faire bouger le lit… J’en profite pour faire semblant d’émerger d’un profond sommeil… Tout aussi comédien, je ne cache pas ma surprise de voir Gina nue allongée à mon coté… Je regarde tante Mado qui, un franc sourire aux lèvres, me dit:
“- Quand on commence quelque chose, la moindre des choses, c’est de la finir… Il y a si longtemps que Gina n’a pas eu d’homme qu’elle n’a pas pu s’empêcher de commencer à te pomper… Autant qu’elle finisse de te vider les couilles…”
Je suis plus que surpris de l’attitude, du ton de sa voix et surtout des propos obscènes de tante… Je pense qu’elle doit être très excitée… Cet état n’a pas échappé à Gina qui en rajoute:
“- Mado, rien ne t’empêche de venir nous rejoindre… Allez, déshabilles-toi et viens…”
Comme si elle n’attendait que cette invitation, en un tour de main, tante se dénude et vient s’allonger à coté de moi… Me voilà pris en sandwich entre ces deux femelles en chaleur… Gina commence:
“- Comme j’ai tellement envie, je suis prête… ”
Elle s’enduit les doigts de salive qu’elle dépose entre les lèvres de sa chatte…
Elle att**** ma queue qu’elle positionne elle-même à l’entrée et, plaquant une main sur chacune de ses cuisses, elle écarte autant qu’elle peut, ouvrant ainsi l’entrée de son puits d’amour déjà bien humide … D’un coup de reins, je me positionne entre ses cuisses largement ouvertes…
“- Vas-y, rentre dedans maintenant… Doucement…»
J’appuie ma queue qui éprouve une légère résistance à l’entrée du vagin… Je suis dans la place…
-Oui, tu y es…, continue…, doucement!…En même temps, bouffe moi les seins !»
Les mains de Gina quittent ses cuisses. Je sens ses doigts entourer ma verge, me palper les couilles, puis s’activer en avant de moi
«Excuse moi, il faut que je me touche… Mado, je le sens progresser, il me remplit»
Mon ventre bute contre le sien… Je sens ma queue baigner agréablement déjà dans ce jus tiède qui remplit ce fourreau si accueillant…
“- Ah!!!, tu es au fond … Dieu que c’est bon…. Cela fait longtemps que je n’ai pas été comblée aussi profondément par la queue d’un homme… Retire-toi jusqu’au gland… Attention, ne sors pas! Reviens sur le même rythme… Oui, c’est bon, ça commence à venir… Ah, Mado, tu ne sais pas ce que tu manques!… J’ai eu un peu mal au début… Mais après que la chaleur est agréablement douce…
– Ah, t’es trempée Gina !
– Pine moi mon petit. Allez!… fourres-moi, limes-moi la chatte !… Ramones-moi le minou à grands coups de queue!…”
— Humm, ma belle cochonne, tu aimes ça.
— Ouiiii.
—Avoue que tu aimes ma grosse bite !
— Ouiii continue, remplie-moi bien. Vas-y, j’aime ça, j’aime que tu me bourres à fond.
-Prends çà !
— Oui, je la sens bien en moi, cette grosse queue, j’adore ça, me faire mettre… Ohh, que c’est bon, cette grosse bite … tu me bourres bien ! C’est tellement bon.
C’est maintenant son gros cul qui vient à la rencontre de ma queue tandis que, de ma main droite, je lui astique le clitoris. Je branle ce petit bout de chair, je le pince, je sens Gina qui monte en puissance, sa chatte jute.
Elle gémit-
“- Vas-y, plus vite maintenant… Aaaah! Je suis prête!…Je suis ouverte, tu sens comme je suis ouverte?… Allez! Vas-y à fond!… Mado, il me défonce la chatte… Quelle sensation! Je le sens durcir encore… Il va jouir…-Je sens ses doigts s’activer dans sa chatte- Moi aussi je vais jouir… je jouiiiis !… s’écrit-elle
La phrase se transforme en une longue plainte au moment où j’explose en longues et interminables giclées au fond de son vagin… Je m’affaisse sur son ventre et nous restons ainsi soudés, l’un à l’autre, plusieurs minutes tant la jouissance était intense. Tante ne dit rien et me caresse les cheveux… J’hésite à la regarder mais quand je m’y risque, je ne trouve rien de ce que je peux craindre… Elle a une expression… recueillie! (Elle me confiera plus tard qu’elle s’est caressée et faite jouir aussi)… Je débande et je sens que le conduit vaginal m’expulse. D’un mouvement de reins, Gina me fait comprendre que je commence à lui peser… Elle m’att**** la queue commence à la nettoyer à petits coups de langue, lui redonnant un semblant de vigueur…
“- Du calme, ce n’est qu’un petit brin de toilette… Mais ta tante n’a pas joui, elle… Tu ne peux pas la laisser ainsi… Tu vas la baiser aussi… Amore ! Tu rebandes déjà !
Elle attire tante à la place qu’elle occupait tout à l’heure et lui dépose un petit bisou sur la chatte…
«Vas-y mon garçon, comme j’ai bien aimé… Fais-en autant à ta tante…Bourre la bien !
Mado n’est pas longue à jouir… Je sais ce qui faut lui faire pour qu’elle prenne son pied. Quand je lève les yeux, je vois ceux, attentifs, de Gina qui me suivent…. Son regard se détache du ventre de tante que je commence à fouiller de mes doigts et qui commence à gémir.
J’ignore laquelle des deux attire l’autre, mais je vois leurs bouches se rapprocher et leurs langues se mêler en un baiser langoureux.
– Tu sais, me dit Mado, on peut aussi se donner du plaisir entre femmes.
-Oui, dit Gina, quand tu n’es pas là, on se gouine avec ta salope de tante, faut bien se calmer quand on a le feu au cul ! Hein Mado ?

Après quoi, avec beaucoup de naturel, Gina se redresse, ramasse ses affaires et sort en disant :
“- Bon, je vous laisse. Amusez-vous bien!…»

Puis, le reste de la journée passe, en grignotant des biscuits, boire quelques boissons reconstituantes. Nous avons continué à nous faire plaisir… Tante s’acharne à me faire bander, afin que je puisse contenter son amie qui me force à changer d’orifice suivant son bon plaisir… De même, me laissant reprendre quelques forces, les deux femmes ne se privent pas pour se donner du plaisir, se gougnottant, se doigtant, se masturbant, se léchant et se mangeant la chatte, se caressant la poitrine, s’embrassant passionnément… Les orgasmes féminins s’enchaînent les uns derrière les autres… Témoin et participant d’une telle orgie, excité comme jamais, j’ai bien du éjaculer une demi-douzaine de fois dans l’après-midi… C’est beau d’être jeune ! Cette journée est mémorable…

C’est à la tombée de la nuit que nous prenons le chemin du retour. En cours de route, tante arrête la voiture sur un petit parking… M’embrassant sur les deux joues, elle me dit :
“- Yves, je dois t’avouer quelque chose… Gina est ma seule meilleure amie… Je ferais n’importe quoi pour lui faire plaisir… Firmin, son mari était ingénieur dans la recherche pétrolière. Il était souvent absent… Gina, très portée sur le sexe, tu as du le comprendre, s’ennuyait toute seule. Elle a eu quelques aventures extra conjugales… Quand Firmin l’a appris, il n’a rien dit, fait aucun reproche… Il s’est vengé autrement… Connaissant les risques de son métier et les risques des voyages en avion, il avait les moyens de contracter une bonne assurance vie au bénéfice de son épouse… Quand il est mort Gina a touchée une grosse somme qui la met à l’abri du besoin pour le reste de ses jours… Mais il y a une condition: il ne doit pas y avoir un autre homme qui partage le reste de sa vie, même pas un amant… Voilà comment son mari s’est vengé de son infidélité… Elle est devenue ma cliente et, petit à petit, nous avons sympathisé… De confidences en confidences, j’ai eu “pitié” d’elle… Nos embrassades sont devenues de plus en plus osées… Nos accolades de plus en plus “intimes”. Les essayages étaient une bonne excuse pour qu’elle se déshabille plus qu’il ne fallait… Et bien d’autres petites choses encore auxquelles je ne restais pas insensible… Te dire comment c’est arrivé, je n’en sais rien… Mais un jour, nous nous sommes retrouvée nues, dans les bras l’une de l’autre… Nous nous sommes embrassée, caressés les seins puis le minou… Nous nous sommes léchée et faites jouir comme seules deux femmes savent faire… Bref, nous sommes devenues deux gouines sans pour autant rejeter les hommes.
– Pourquoi tu me dis tout ça tante?
– Parce-que bientôt tu partiras et que je veux te remercier des bons moments que nous avons passés ensemble… Je veux surtout te remercier pour Gina que tu as bien baisée. Et même quand je n’étais pas là… Je te dis ça aussi pour que tu gardes le secret de nos relations….
– Tante, tu peux me faire confiance, trahir ce secret, c’est te trahir, c’est trahir Gina, c’est me trahir… Tu es la femme qui m’a fait découvrir les joies et les plaisirs du sexe, qui m’a initié… Tu m’as tout donné, ton savoir, ton corps, ton amie, tout… Je n’oublierai jamais… On n’oublie jamais les premières fois…
– Merci mon chéri…”
Tante remet la voiture en route, et nous rentrons tranquillement.