Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe mobiles Premières histoires de sexe

Nuit folle entre les cuisses de S. part.1

Nuit folle entre les cuisses de S. part.1



ça date d’il y a environ 3 ans.

On s’est rencontré en cours, c’était une année de remise à niveau aussi il y avait quasi pas de filles. C’est naturellement que j’ai été attiré par sa chevelure bouclée rousse, son corps frêle et son fessier bien moulé dans son slim.

Le courant est tout de suite passé, elle n’était pas spécialement canon, mais entre elle et moi se dégageait une tension sexuelle palpable. Il y avait bien sûr beaucoup de taquinerie, de sms ambigu, d’allusions sexuelles dans nos discussions mais rien ne s’est passé durant l’année en cours, ce n’est qu’à l’approche des congés que la situation s’est débloquée.

Une vanne en amenant une autre, on en vient à parler de cette tension sexuelle, ce désir inavoué que nous avions de nous explorer l’un l’autre.
Nous décidons donc de nous revoir.

Pour ce faire, nous fixons rendez vous à liege, à mi-chemin de chez elle et de chez moi. Nous avions réservé une chambre dans un hotel de charme calme et discret.

C’est le jour J, on se retrouve à la gare, elle est tendue mais à ses pupilles je vois qu’elle a bu de l’alcool pour y remédier. Je suis excité. Je ne l’avais plus vu en chair et en os depuis 2 mois, et je n’avais pas baisé depuis plusieurs semaines.
Elle était habillée sobrement, collants noirs, robe à col noir mais moulante qui laissait deviner la forme rebondie de son petit cul serré.
Sur le trajet, je flatte son corps, elle est gênée, je lui rappelle alors que nous nous appretions à réaliser notre fantasme, après 2 mois d’attente, qu’il n’y avait aucune raison d’être gênée. Pour étayer mes propos, je la plaque contre le mur d’une maison, la rue était calme et vide, il faisait nuit. J’att**** ses petits seins, l’embrasse à pleine lèvres, et glisse le long de son ventre jusque sous sa robe, je tourne un peu près de sa chatte puis j’agrippe ses fesses, elle halète. Sentant que je commençais à bander et qu’elle était plus libérée, je m’écarte et l’invite à nous rentre vite à l’hotel ou nous reprendrons les choses là ou nous les avions laissées.

On arrive dans la chambre, j’ai à peine le temps de poser mes affaires qu’elle me demande de lui retirer sa robe, je soulève sa robe m’arrête à mi-chemin, pour découvrir une superbe culotte noir en dentelle et transparente, j’embrasse alors sa chatte à travers sa culotte, n’y tenant plus, je me redresse et lui hôte complètement sa robe, j’apprécie l’ensemble de sous-vêtements. Peut-être pas assez longtemps pour lui rendre vraiment hommage. Mais c’est un cadeau que je ne serais tarder plus longtemps à déballé.

Sa peau était pâle, et le contraste avec la lingerie lui donnait un aspect fragile. C’était très excitant de me dire que j’allais baiser cette fille si chétive.
Je lui enlève son soutien-gorge, je lèche un peu ses seins tout en commençant à la pénétrer avec mes doigts.
Je remonte pour l’embrasser, je la retourne, dos à moi et je plaque son cul contre ma bite déjà raide. Elle déclare que je suis trop habillé et décide de se mettre à genou pour retirer mon pantalon. Je m’attendais à me faire sucer mais elle avoue ne pas aimer la fellation. Je la relève et replaque son petit cul, encore emballé, contre ma queue. Je la pousse ensuite sur le lit, je lui retire sa culotte, crache un coup sur ma main, lubrifie rapidement le pourtour de sa chatte trempée d’excitation et je la pénètre, d’un coup sec. Cela rentre tout seul. Je commence mon va et vient, je change de rythme, je la fesse, je lui prend les seins, elle tremble de tout son corps, elle gémit de plaisir et je sens sa mouille inonder ses jambes.

Je lui fait monter les genoux sur le bord du lit et décide de lui pilonner la chatte, peu à l’aise en levrette je lui propose de changer de position. Je l’allonge sur son flanc une jambe tendue, l’autre fléchie à 90°, m’offrant un visuel parfait sur sa chatte et son cul. Je me met à genoux de part et d’autre de sa jambe (tendue) et je me réintroduis d’un coup sec. J’enchaine les aller rapide et profond avec des retours plus lent, à chaque coup de bite elle laisse échapper un petit cri de plaisir. Je finis par accélérer mes mouvements, lui claquant le cul, en bouffant de temps à autres ses seins. Jusqu’au moment de la jouissance.
Je me retire d’elle, hôte la capote et je gicle partout sur sa fesse et son flanc.
Pensant aux promesses de cette nuit, je l’att**** par les cheveux et la fait nettoyer mon gland plein de sperme avec sa bouche. Donnant quelques coups de bite bien au fond de sa gorge, et en récupérant de temps en temps le sperme ayant immaculé son corps. Une fois régalée, elle me regarde droit dans les yeux et me dit : ” La nuit s’annonce merveilleuse, je passe vite un gant de toilette pour me rafraichir et tu me reprends, je sui loin d’être rassasiée”
Heureux d’entendre ces mots, je lui dit que je lui avais promis de la baiser toute la nuit, que je tiendrais ma promesse, surtout que… j’avais encore extrêmement envie de la baisée.

Nous avons baisé encore 4 fois cette nuit là. La suite, une prochaine fois.
bonne lecture 😉

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire