Histoire de sexe fétiche Histoires de sexe en français Histoires porno

En apprentissage 11 (suite)

En apprentissage 11 (suite)



En apprentissage 11 (suite)

– Dépêche toi un peu, elle va arriver, et tu ne seras pas prêt !
C’est la troisième fois que Christel hurle à travers la porte de la salle de bain. Je sors de la douche et me sèche rapidement. Il me reste encore à raser les quelques poils sur mon pubis… J’ai de la chance, quand je vois certains de mes copains, jambes et torse couverts de poils bruns, pour certains depuis au moins trois ou quatre ans… Je ne m’en sors pas mal avec mes quinze poils blonds !
– C’est bon tu es prêt ???
– Oui !!! Voilà… J’arrive ! Je m’habille comment alors ?
Christel entrouvre la porte de la salle de bain et regarde mon corps… Elle sourit.
– Moi je dirais bien que tu restes comme ça…
– Tu es sérieuse ?
– Oui, très sérieuse… Elle vient pour t’initier… Te montrer… Autant qu’elle parte du naturel… (elle rit) Et en plus, moi je ne me lasse pas de te voir nu… Tes petites fesses, ta belle queue… (joignant le geste à la parole, elle me met une petite tape sur les fesses).
– Je reste comme ça alors ?
– Oui… Et si elle décide de t’habiller, elle le fera elle-même ou elle te dira de le faire. Ou alors tiens… Mets juste ça… Toi, un rien t’habille ! (et elle désigne du doigt une paire de mules à talons posées dans l’entrée…)
Christel a à peine le temps de finir sa phrase que la sonnette retentit.
– En piste mon petit amour ! Madame Linda arrive !
Je récupère les mules, y glisse mes pieds et vais m’installer dans le salon.

Linda… Cela fait plusieurs mois que Max et Christel m’en parlent. Plus exactement, depuis notre virée au Bois de Boulogne et ma première expérience avec une trans.
Max m’avait prévenu qu’à Lyon, « ce sera plus difficile de trouver des “vraies” transsexuelles… ». En réalité, ils n’en connaissaient personnellement qu’une, qu’ils avaient régulièrement croisée dans des soirées échangistes. Mais n’ayant pas ses coordonnées, il leur avait donc fallu attendre que le hasard les remettent en sa présence lors d’une soirée pour que Christel puisse lui parler de « sa petite pute » qu’elle voulait faire dresser… Linda avait été emballée !

En fait, elles sont deux à entrer dans le salon… Christel me présente Linda, qui à son tour nous présente celle qui l’accompagne, Nadia.
Linda est très grande, enveloppée dans un long manteau qui laisse dépasser ses mollets gainés de bas, et une paire de talons hauts. Elle doit avoir environ 40 ou 45 ans, son visage est troublant. Mais peut-être mon premier jugement est faussé par le fait que je sais qu’elle est une transsexuelle. Je devine dans ses traits à la fois du masculin et du féminin. Sa chevelure brune ressemble à une crinière.
A ses côtés, Nadia est manifestement une travestie. Elle porte une perruque blonde. Bien que son visage soit assez féminin, sa voix ne laisse aucun doute mais elle sait la moduler et ses intonations rendent ses mots très doux et agréables. Elle a un splendide sourire. Je la trouve magnifique.
Je me lève du canapé, nu comme un ver mais perché sur mes talons et m’approche d’elles pour les saluer. Je me sens tout petit, même un peu ridicule face à elles. La voix de Linda est déstabilisante. Douce, mais avec un petit grain éraillé.
Elles se débarrassent de leurs manteaux et s’assoient dans le canapé. Les jambes croisées de Linda laissent largement voir le haut de ses bas et son porte-jarretelles noir.
Nadia, elle, porte un jean ultra moulant et des escarpins blancs. Son haut semble être en lycra noir et moule une poitrine opulente, mais qui semble artificielle car figée.
Christel s’assoit dans le fauteuil qui fait face au canapé. Je suis un peu impressionné et ne sais que faire. Alors je reste debout, nu, les bras le long du corps, face à elles.
Linda rompt le silence :
– Alors c’est toi cette fameuse petite pute à dresser ?
Je ne sais que répondre, intimidé que je suis. Je questionne Christel du regard, qui prend la parole à ma place.
– Hervé sait déjà pas mal de choses malgré qu’il soit très jeune. Max et moi avons commencé à l’éduquer, mais on voudrait quelqu’un qui puisse prendre le relais de temps en temps, et qui l’emmène un peu plus loin. Elle a besoin de quelqu’un pour la prendre en main sérieusement et qui lui apprenne à être une vraie petite pute…
– C’est quoi son nom de pute ?
– C’est Hervé… et je tiens à ce qu’elle garde son prénom. Qu’elle soit une petite pute garçon ou fille importe peu… C’est Hervé la petite pute.
C’est ainsi d’ailleurs que tout le monde m’appellera toujours dans ce petit monde… que je sois travestie ou pas… Là où nombre de mes « consœurs » se choisissaient des pseudonymes féminins, moi je suis toujours resté(e) Hervé, comme Christel l’avait souhaité. Seule distinction, lorsque Christel écrivait mon prénom, elle y mettait un « e »… Hervée…

Linda me fait signe d’approcher. J’avance en contournant la table basse. Elle lève la main pour me faire stopper à la hauteur de Nadia. Je me fige… Elle regarde les moindres détails de mon corps, en s’attardant bien sur mon sexe qui pend. Puis elle me fait signe de faire demi-tour. Je leur présente mes fesses…
– Écarte tes jambes…
Je m’exécute…
– Plus que ça !
J’espace mes pieds au maximum. La position n’est pas très confortable, d’autant plus avec les mules à mes pieds…
– Nadia… Il te plait son petit cul ?
Nadia est juste derrière moi. Je sens sa main venir caresser l’intérieur de mes cuisses puis ma raie des fesses…
– Il me plait beaucoup, son petit cul… (Son doigt s’attarde sur mon anus) Oui, vraiment beaucoup…
J’entends Linda rire… Puis se tournant vers Christel :
– Tu ne m’avais pas menti… Cette petite salope est superbe. J’ai tout une garde robe chez moi pour elle. On s’en occupera comme il se doit…
Elle se lève et vient se mettre face à moi. Elle me dépasse d’une tête, d’autant plus que ma position jambes écartées me ****tisse. J’ai face à mes yeux sa poitrine qui semble assez généreuse. Je peux aussi sentir son parfum qu’elle a mis semble t-il en quantité.
– Mais il va falloir que tu sois très obéissante ma chérie… Tu comprends ?
– Oui…
– Oui qui ?
– Oui Linda…
– Tu m’appelleras Madame. Quant à Nadia, tu peux l’appeler par son prénom… Elle t’expliquera ce que tu peux faire et ne pas faire quand je suis là… Elle est passée par là, je lui ai tout appris… N’est ce pas Nadia ??
– Oui, Madame.
– Tu as compris Hervé ?
– Oui Madame.
Tout cela est très impressionnant, vraiment… Je cherche du regard Christel pour me rassurer. Mais Christel regarde ailleurs, volontairement je pense…
– Alors, il parait que tu aimes les femmes avec une queue ?
– Oui, quand on est allé à Paris on a…
– Ne me raconte pas ta vie ! Tu aimes les femmes à bite ?
– Oui Madame.
– C’est ce qu’on va voir.
Perchée sur ses hauts talons, elle se dirige vers la table de la salle à manger, à quelques mètres. Elle hisse ses fesses sur la table et relève sa jupe. Elle porte une culotte noire transparente sous laquelle je devine sa queue.
Elle réajuste les élastiques de son porte-jarretelles puis elle fait riper la culotte sur le coté, libérant son sexe… Elle s’allonge en s’appuyant sur ses coudes, et me regarde.
– Viens me sucer ! Et toi Nadia, pendant que cette petite pute s’occupe de moi, prête lui ton nouveau jouet, qu’elle soit bien prête le moment venu…
« Nouveau jouet » ? Je n’ai pas trop compris ce qu’elle disait à Nadia… On verra bien…
Je me rapproche de la table. Entre les cuisses gainées de soie largement ouvertes, sa queue pend. Je tends la main pour m’en saisir.
– Ne te sers pas de tes mains ! C’est ta bouche que je veux, uniquement ta bouche de salope !
Je me penche et plonge mon visage entre ses cuisses afin de pouvoir glisser son gland entre mes lèvres. Puis j’aspire l’ensemble de sa queue molle dans ma bouche.
– Gobe la entièrement ! Voilà, comme ça ma chérie…
Elle presse ma tête dans son entrejambe. Tout son sexe est dans ma bouche.
– Écarte tes jambes, Nadia va te préparer !
Je m’écarte largement. Je sens Nadia m’enduire la raie des fesses avec un gel froid qui me fait sursauter. Je lève légèrement la tête pour regarder ce que fait Christel, en prenant garde de ne pas laisser échapper le sexe de ma bouche. A peine l’aperçois-je assise dans le canapé que je sens la pression de la main de Linda sur mon crâne…
– Arrête de bouger ! Garde la dans ta bouche !
Je sens que Nadia m’introduit un objet froid dans l’anus. D’abord fin, rapidement l’objet se révèle très large et je sens mon petit trou s’élargir de plus en plus… Encore et encore, elle me fait mal. La douleur s’estompe rapidement lorsque l’objet redevient fin. Elle vient de m’introduire un plug anal de grosse taille.

Puis j’entends ses pas s’éloigner en direction du canapé. J’ai l’impression d’avoir une queue énorme en moi.
Je viens aussi de me rendre compte que la bite dans ma bouche est en train de grossir, de durcir, de grandir… Mais Linda ne réduit pas sa pression sur ma tête… Je sens son gland avancer lentement au fond de ma bouche, de plus en plus… J’essaie de me dégager un peu… Linda appuie trop fort sur mon crâne. Sa queue est en train d’entrer dans ma gorge… Je panique un peu et émets quelques gémissements…
– Tais toi ! Bouffe ma queue et tais toi !

Je respire très bruyamment, avec une sensation d’étouffement. Je sens cette bite au plus profond de ma gorge, me provoquant des spasmes… Je suis presque à la limite du vomissement quand elle relâche la pression sur ma tête, me permettant de me dégager un peu…
– Alors c’est tout ce que tu sais faire avec une queue ? Allez, avale là ! Je vais baiser ta bouche de pute ! Tu vas voir!
Elle me saisit par les cheveux et commence des va-et-vient violents dans ma bouche. Son membre est en béton et elle ne me ménage pas… Je sens ses couilles sur mon menton à chaque coup de boutoir… Je gémis pour lui faire comprendre qu’elle va trop profond… Alors elle se retire quelques secondes, pour mieux me pénétrer à nouveau la bouche.
– Nadia… Déshabille toi… et viens goûter cette bouche.
J’entends les pas de Nadia derrière moi. Je l’entends se déshabiller…
Linda m’éjecte alors en arrière et m’ordonne de m’occuper de Nadia… Je tombe à genoux face au corps imposant de Nadia debout devant moi. Elle a gardé son haut et porte un collant qu’elle a abaissé. Son sexe, qu’elle masturbe, est dressé devant mes yeux. Et quel sexe !!!
Elle ne me laisse pas le temps de l’admirer et l’introduit immédiatement dans ma bouche en laissant échapper un grand soupir…
– Humm, mais elle est toute chaude cette bouche… Vas y suce bien ma pine… Oui comme ça… Hummm…
Je la suce goulûment… De la bave dégouline sur mon menton et ma poitrine. Je la suce pendant plusieurs minutes.
J’entends alors la voix de Christel qui nous invite à aller nous installer sur son lit. Nadia se retire de ma bouche et entre dans la chambre. Elle retire son haut (mais garde son soutien gorge qui cache sa fausse poitrine). Elle retire également son collant et se met à genoux sur le lit. Je vais la rejoindre. En marchant jusqu’au lit je ressens bien le plug qui m’élargit mon petit trou. Je ne l’ai pas vu, mais il doit être énorme… La voix de Linda retentit.
– Allez petite putain, tu crois que Nadia va attendre longtemps ? Dépêche toi ! Allonge toi…
Je m’allonge sur le dos. Nadia vient s’asseoir sur mon torse et glisse un oreiller sous ma tête.
– Voilà, comme ça… Maintenant, Nadia va bien baiser ta bouche ! Tu aimes ça ?
– Oui…
– Oui qui ??
– Oui Madame !
– Dis moi que t’aimes qu’on te baise la bouche !
– Oui, j aime qu’on me baise la bouche !!!
– Vas y Nadia donne lui ton jus !
Nadia s’introduit dans ma bouche à nouveau et commence à me limer profondément… Sa queue est énorme.

– Oui Nadia… Baise la bien ! On va lui apprendre à cette petite salope ce que c’est que prendre des queues !
– Oui Madame, je lui baise la bouche pour vous…
– C’est bien ça, oui ! Tu la baises pour moi… Remplit lui bien la bouche avec ta grosse bite d’arabe et moi ensuite je me viderai dans son cul…
Nadia me défonce la bouche ! De plus en plus vite, de plus en plus fort…. Son souffle est de plus en plus bruyant… Elle gémit… de plus en plus… Soudain je la sens se raidir sur moi… Elle saisit sa queue, me bloque le visage de l’autre main, et se branle violemment, le gland à quelques centimètres de ma bouche grand ouverte…
– Oui Nadia, remplit cette pute de ton jus !
Elle jouit. Je sens ses jets de sperme dans ma bouche et sur mon visage en même temps… C’est chaud, c’est bon… j’aime tellement ça ! Elle jouit abondamment… Puis elle frotte son gland sur mes joues, sur mes lèvres. Elle bascule sur le côté et s’allonge sur le dos. Du sperme sort encore de son sexe.
– Hummm, nettoie ma queue…

Je commence par avaler le sperme qui est dans ma bouche, puis je m’applique alors de ma langue à ôter toute trace de jus sur sa queue… Je la lèche de bas en haut, puis fait délicatement le tour de la base de son gland…
– Oui, c’est bien… T’es une bonne suceuse… Une bonne travailleuse…
A peine ai-je terminé de m’occuper de Nadia que Linda me pousse en avant sur le lit. Je tombe à plat ventre, la tête dans l’oreiller…
Dans le miroir de la penderie, je la vois à genoux derrière moi. Elle s’est déshabillée mais a gardé sous soutien gorge, ses bas et porte-jarretelles. Et dans le reflet, surtout, je vois sa queue tendue au dessus de mes fesses. J’écarte bien mon cul et me cambre.
Elle commence par retirer le plug de mon trou… Aucune douleur, même au point le plus large… Je me sens très dilaté… L’impression que mon trou est béant… En fait, ce n’est pas une impression…
– Regardez moi ce trou à jus comme il est beau… Comme j’aime… Grand ouvert… Putain Christel tu me gâtes ! M’offrir ce cul de gamine. Ça fait longtemps que je rêvais de baiser une petite comme ça…
Elle enduit son membre de gel. Je sens son gland contre mon trou, et dans la seconde qui suit, toute sa queue est dans mon ventre ! Je suis tellement dilaté, et de plus avec le gel, qu’elle est entrée en moi d’un trait, et profondément… Alors elle commence à me chevaucher sans ménagement, en alternant plusieurs positions… Elle baise vraiment bien… Très rapidement, je me mets à gémir de plaisir.
Elle me ramone le cul au plus profond, alternant douceur et v******e, lenteur et rapidité… Elle a bien compris comment fonctionne mon plaisir. Sous ses airs de dominatrice, je sais qu’elle veut vraiment que j’ai du plaisir… C’est aussi ça la domination… Soumettre l’autre par son aptitude à lui donner le plaisir extrême… C’est ce jour là que j’ai compris ça.
– Putain que t’es bonne ! Tu veux que je te baise encore ???
– Oh oui Madame ! Baisez moi ! Baisez moi encore !
J’aime tellement me faire prendre. Je remonte bien mon cul pour qu’elle me défonce encore mieux. Elle rebondit littéralement sur moi, et à chaque fois ses coups de queue me font crier un peu plus fort. Elle me baise ainsi pendant une bonne vingtaine de minutes, et durant tout ce temps, je gémis, râle ou crie au rythme de ses coups de queue.
– Je vais jouir dans ton cul petite traînée !
Elle accélère encore et encore… et d’un coup, sans même entendre sa jouissance, je sens son jus chaud envahir mon ventre. Quel bonheur, j aime tellement ce moment. Quelle dose ! J’ai l’impression que je vais déborder de son sperme… Elle s’effondre sur mon dos. Drôle d’impression que de sentir sa queue au plus profond de moi et en même temps ses seins contre mon dos… Elle reste immobile quelques secondes, puis elle se retire (je ne la sens presque pas se retirer, trop dilaté que je suis) et me laisse comme ça… pantelant, la croupe en l’air… Je ne bouge pas. Nadia et Linda sortent toutes deux de la chambre et referment la porte derrière elles.
C’est subitement le silence dans la chambre. Je suis un peu fatigué par cette séance intense. Je me retourne et me remets sur le dos. Je sens le sperme de Linda qui sort de mon cul et qui coule entre mes fesses. Je me rends compte que je ne sais même pas si j’ai bandé pendant tout cela… Une chose est certaine j’y ai pris beaucoup de plaisir, y compris dans le rapport de domination. Je m’aperçois que j’aime de plus en plus qu’on me force à faire des choses… Qu’on m’impose des situations.

De longues minutes passent… Soudain j’entends la porte de la chambre s’ouvrir. C’est Christel, seule. Elle vient s’asseoir sur le lit à mes côtés.
– Et voilà elles sont parties…
– Je ne leur ai même pas dis au revoir…
– Parce que t’as envie de les revoir ?
– Euh oui… j’ai beaucoup aimé. C’était bon… Les deux…
– Dans ce cas là, on les recroisera sûrement, parce qu’elles ont bien envie de te revoir aussi. Et je pense que tu reverras aussi Nadia, mais cette fois peut-être en homme… parce qu’il a carrément craqué sur toi…
– Ah bon ? Mais Linda lui laissera faire ?
– Oui je pense, si il lui demande poliment… (elle rit)
– Ça ne me dérangerait pas… Il a un beau corps… j’ai adoré le sucer… Il a une énorme bite ! Du coup, je ne sais plus si il faut dire « il » ou « elle »…
– Il s’appelle Amar, c’est son vrai prénom. Il peut aussi t’apprendre plein de trucs pour te maquiller, t’habiller… Cela fait au moins dix ans qu’il se travestit. Il fait même des spectacles dans un cabaret sur les quais de Saône.
– Ah bon, super !
– Mais dis moi, avec tout ça… tu as jouis toi ?
– Non… je ne sais même pas si j’ai bandé… (rires).
Elle caresse délicatement mon sexe…
– Tu veux ? Tu veux que je te fasse jouir avec ma bouche ?
– Oh oui…
Elle se penche, m’embrasse à pleine langue plusieurs secondes, puis descend lentement la tête jusqu’à ma queue qui, sans aucun doute cette fois-ci est bien dure. Je commence à bien connaître Christel… A sa façon de m’embrasser et de me toucher, je sais qu’on est bien dans la relation « Christel et Hervé », et non pas en mode « Christel et sa petite pute »…
Délicatement, elle glisse mon sexe entre ses lèvres… Elle fait tourner sa langue autour de mon gland… Elle plonge son regard dans le mien et lentement engouffre tout mon sexe, jusqu’à la garde. Je regarde ma queue disparaître et réapparaître au rythme des va-et-vient de ses lèvres.
Sa bouche est brûlante et d’une douceur extrême. Je ne sais pas si c’est l’excitation de ce qui s’est passé cet après midi, ajouté à l’envie que j’ai de Christel, mais je jouis très rapidement dans sa bouche. Ni elle ni moi n’avons envie de retarder ce moment… Elle avale lentement et délicatement tout mon sperme. Elle redresse la tête et me sourit…
– Allez mon petit amour… je crois que tu as besoin d’une bonne douche, et de repos !
– Et toi, tu ne veux pas que je te fasse jouir ?
Elle se met à rire.
– Si je te disais que je me suis faite jouir plusieurs fois dans l’après midi en me caressant pendant que je les regardais abuser de toi… C’était très excitant.
– C’est vrai ??
– Oh que oui… Et je peux même le prouver… Elle glisse sa main sous sa jupe et retire sa petite culotte qu’elle me tend en riant.
– Tiens… cadeau pour ce soir…
Je saisis la petite culotte en dentelles noire. Elle est complètement trempée… Mon premier réflexe est de la porter vers mon visage…
– Humm petit amour, j’adore quand tu fais ça… Je me suis caressée toute l’après midi dans cette culotte… Pense à moi ce soir en te touchant dans ton lit avant de t’endormir.
Elle conclut sa phrase par un clin d’œil et me met une petite tape sur la cuisse.
– Allez ! Maintenant, file vite ! Sinon je sens que je vais encore te violer…

(A suivre)