Histoire de sexe fétiche Histoires de sexe Histoires de sexe en groupe

Ma secrétaire black voilee 2

Ma secrétaire black voilee 2



Deuxième partie des aventures avec ma stagiaire n’hésitez pas à laisser des commentaires :

La semaine passa sans que ma relation avec ma petite stagiaire dépasse le stade professionnel, la petite faisait du bon travail et commençait à s’adapter à l’environnement professionnel, elle répondait aux coups de fil, triait mes mails, s’occupait de classer des dossiers et de me faire des photocopies, il m’arrivait parfois de la laisser entre les mains de Laurie qui se chargeait de lui apprendre le métier, comme chaque matin son pere la déposait à l’entreprise puis elle enlevait son long voile dans mon bureau, puis le remettait sans que son paternel s’en aperçoive et rentrait chez elle en bus en fin de journée. La Blackette ne s’habillait pas trop sexy elle revêtait souvent de longs vêtements assez sombres qui cachaient ses formes.

Le déclic eu lieu le lundi matin de la deuxième semaine, Mariama s’était cette fois-ci habillée d’une robe noire assez longue qui lui arrivait jusqu’au dessous des genoux et qui cachait entièrement sa belle poitrine, cependant la robe était assez moulante contrairement à ses vêtements habituels. Il devait être 11 heures du matin, alors que j’avais envoyé la belle faire des photocopies j’entendis de l’agitation qui provenait du couloir en face de mon bureau, cependant omnibulé par un email assez important je n’y prêtais guerre attention, mais au bout de 30 secondes je vis Mariama entrer dans mon bureau d’une démarche assez violente puis elle ferma la porte assez violemment la petite avait l air très remontée :

– qu’est-ce qu’il se passe Mariama ?
– je viens de me faire agresser par un de vos employés monsieur !
– aggresser ? Qu’est-ce que tu raconte ?
– ce gros porc m’a touché les fesses dans la salle de la photocopieuse !
– calme toi explique moi ce qu’il s’est passé et on va y remédier
– j’allai faire des photocopies comme vous m’aviez demandé et votre employé à voulu me faire des avances j’ai refusé en quand je suis partie il m’a mis une claque sur les fesses Jai pas pu me retenir je lui en ai mis une …

Je la coupais alors dans sa lancée

– calme toi je vais aller chercher cette idiot et crois moi si il t’a touchée il va m’entendre
– d’accord monsieur
– comment il s’appelle ?
– je connais pas son nom, c’est un gros porc moustachu son bureau est en face de la photocopieuse
– très bien je vois de qui tu parle assieds-toi prends un verre d’eau j’arrive tout de suite avec ce guignol

Il s’agissait en fait d’un employé que je ne pouvais pas blairer, un gros vicieux qui faisait des avances à toutes les femmes de l’entreprise sans que celles-ci ne les accepte, peut être avait-il craqué en voyant la faiblesse de la petite stagiaire.
Quand j’arrivais au bureau du gros lard sa joue était encore rouge, elle était coriace la blackette, il me regardait l’air assez paniquė puis en lui faisant un signe de la tête je lui indiquait de me suivre.
De retour à mon bureau je lui demandait de s’asseoir sur un ton assez autoritaire je ne cherchais pas a comprendre l’histoire je m acharnai sur mon employé devant ma petite stagiaire je lui passai un savon pendant une bonne quinzaine de minutes durant lesquelles il ne lâcha pas un mot et baissait les yeux, il me présenta ses excuses ainsi qu’à Mariama qui se sentait heureuse que j’ai pris sa défense puis reparti de mon bureau humilié. Quand je lui demandai si elle voulait porter plainte elle refusa à cause de l’importance minime de cette histoire mais surtout du fait qu’elle ne voulait pas que son père apprenne qu’elle ne portait pas son voile.

Apres cette histoire ma relation avec Mariama changea consideramment on discutait beaucoup plus de choses non professionnelles elle restait même un peu dans mon bureau à la fin de la journée avec moi et Arnaud a discuter et plaisanter, une complicité s’installa entre nous deux mais sans qu’on aborde de sujet sexuel, ça ne la dérangeait plus d’enlever son voile devant moi le matin, je crois même que ça l’éxitait de se dévoiler devant un homme étranger juste un peu moins âgé que son père. La petite commençait même à se maquiller et s’habiller chaque jour un peu plus sexy tout en restant raisonnable.
Notre relation pris une autre tournure le lundi suivant il était 19h et après avoir passé un peu de temps à discuter Mariama remis son voile pour rentrer chez elle et au moment où elle sortait de mon bureau, Laurie ma secrétaire entra. Les deux se lancèrent un regard assez glacial puis Mariama ferma la porte, il ne restait plus beaucoup d’employé et seulement Arnaud a mon étage, j’avais une forte envie de me faire sucer. Laurie posa une pile de dossier sur mon bureau et commença à les ranger dans l’armoire quand je m’avanceai derrière elle pour me coller a ses fesses:

– pas maintenant monsieur je dois partir, mon mari m’attend
– depuis quand c’est toi qui décide quand tu pars, je crois que tu vas rester un peu plus histoire de te rappeler qui a le commandement ici.

Laurie rangea les dossiers qu’elle avait en main puis je la pris par la main et lui fis signe de se mettre à genoux je me mis dos contre mon bureau puis elle dégrafa ma ceinture pour baisser mon pantalon. Mon penis bien bandé jaillit puis elle prit immédiatement ma queue bien juteuse entre ses lèvres, elle connaissait mon sexe par cœur cependant elle ne l’avait jamais pris entre ses cuisses qu’elle réservait uniquement à son mari.
Au bout de 5 min de fellation bien goulue de sa part ma bite avait atteint une bonne taille et je n’allais pas tarder à décharger dans sa bouche, mais au même moment stupeur! J’avais oublié de fermer la porte à clé et je la vis s’ouvrir d’un coup sec. C’était Mariama, la petite avait oublié son porte feuille dans un coin de mon bureau on resta au moins 5 secondes tous à se regarder ,Laurie se leva mais je pu remarquer que le regard de Mariama ne quittait pas mon sexe quand je le remis dans mon pantalon la blackette repris ses esprits l’air choquée puis elle prit son portefeuille et s’en alla sans me regarder en me glissant un “désolé monsieur”.

Le lendemain quand Mariama arriva elle se changeait après un “bonjour” assez glacial elle ne me fit pas la bise comme elle avait prit l’habitude mais me serra la main sans trop me regarder, ce jour la elle portait un pantalon slim noir qui lui moulait parfaitement son gros fessier, des ballerines noires et un haut débardeur noir assez moulant et un peu décolleté. La matinée passa sans qu’on aborde l’événement de la veille, elle ne ratait pas une occasion pour éviter mon regard et on ne parla pas trop, j’avais comme l’impression de l’avoir déçue la petite. L heure de la pause déjeuner approchait et Arnaud entra dans mon bureau me demandant ou j’allai manger. Je lui repondis que j’avais du boulot et je déclinais sa proposition. A ce moment là Mariama pris la parole :

– c’est quand que tu m’invites à manger Arnaud ?
– tu manges pas avec ton père? Lui répondit Arnaud
– non pas aujourd’hui
– tu veux pas tenir compagnie à ton patron chéri ? Dit Arnaud
– non lui il préfère Laurie. Dit elle sans me regarder
– très bien alors vas te préparer je t’emmène
– t’es trop gentil Arnaud Merciii !
– vas lui faire un bisou sinon il va se vexer.

A la fin de cette phrase que j’avais pourtant prononcée pour plaisanter sans penser une seule seconde que la petite s’exécuterait, je la vis se lever de sa chaise et se mettre sur la pointe des pieds tout en enlaçant Arnaud pour lui déposer un baiser de deux secondes sur le coin de la joue.
Je n’en croyais pas mes yeux, la petite qui osait a peine se montrer et parler a un homme il y a deux semaines était clairement en train d’allumer un homme de l’âge à son père mais par dessus tout j’avais capté son petit manège, il était évident qu’elle essayait de me rendre jaloux en allumant Arnaud.

Quand la blackette se retourna pour aller enfiler son voile Arnaud me lança un regard complice, le connaissant il allait tout faire pour essayer de la dévergonder, il faut dire que c’est lui aussi un gros baiseur tout comme moi. Ils ne tardèrent pas à s’en aller je regardais par la fenêtre la berline noire d’Arnaud rouler avec ma stagiaire sur le siège passager.

A la fin de la pause déjeuner je demandais a ma stagiaire comment s’était passé le repas elle avait l’air de vouloir renouer le dialogue avec moi:

– alors ton tète a tête avec Arnaud, ça s’est passé comment ?
– pas mal on a mangé chinois.
– tu m’as pas l’air détendue il y’a quelque chose qui va pas ?
– non c’est juste que c’était bizarre de manger avec un homme alors que je suis voilée
– ça ne l’a pas dérangé lui ?
– non pas du tout et toi t’as pas oublié de verrouiller la porte aujourd’hui avec ta secrétaire ?

Je n’appréciais pas du tout la façon dont elle s’était mise a me parler je n’acceptais le tutoiement d’aucun de mes employés sauf Arnaud et je la recadrais immédiatement:

– attends a qui tu crois parler sur ce ton, tu veux que je te rappelle ta place ici? Viens t’asseoir devant moi pour commencer

La blackette s’avencea et s assis l’air choquée de la manière inhabituelle dont je lui avais adressé la parole

– regarde moi bien dans les yeux je suis ton patron et celui de ton père je te rappelle, c’est la dernière fois que tu me tutoie, c’est mon entreprise ici si j’ai envie de passer du bon temps dans mon bureau je le fais tu as bien compris ?
– oui, oui monsieur…
– très bien, alors enlève ton voile pour commencer j’ai du travail pour toi.

A la fin de la journée Mariama se présenta dans mon bureau pour m’annoncer qu’elle allait partir, elle enfila son voile et se dirigea vers l’arrêt de bus.
Vers 19h30 j’avais enfin terminé de régler mes affaires j’avançais vers le parking et montai dans mon porche Cayenne noir quand je sortis du parking je remarquai que la petite était toujours a l’arrêt de bus désespérée en train d’essayer de passer des coups de fils.
Je roulais en sa direction et elle eu l’air surprise de voir un aussi gros véhicule s’arrêter en face d’elle, je baissais ma vitre teintée et son visage s’éclaircit quand elle me reconnu:

-tu as raté ton bus ?
– je sais pas ca fait 40 min que j’attends il est toujours pas là,
– personne pour te ramener ?
– je suis en tain d’appeler mais personne réponds.
– allez monte je te dépose.
– jai pas l habitude de monter avec un homme.
– tu es montée avec Arnaud tout a l’heure pourtant, la voiture ne te plait pas ?
– si elle est magnifique.
– bon tu veux dormir là?

Je la vis hésiter un instant puis elle monta dans ma voiture.

– c’est votre voiture ?
– c’est une de mes voitures oui, j’en ai deux autres
– d’accord, merci de me ramener c’est gentil à vous.
– Ca ne me dérange pas en plus j’avais a te parler.
– je vous écoute,
– demain midi j’ai un rendez-vous important avec un gros client et j’ai besoin que tu m’accompagnes je t’invite à déjeuner, il faudra que tu sois en tenue professionnelle je compte sur toi pour être au meilleur de toi même.
– oui…
– ça ne te dérange pas ou tu préfères encore manger avec Arnaud ?
– non pas du tout en fait ce midi j’aurais voulu manger avec vous.
– ah bon pourquoi tu ne me l’as pas dit ?
– je sais pas c’était tendu entre nous à cause de l histoire avec Laurie je m’excuse de vous avoir parlé comme ça monsieur.
– aucun problème j’espère que je ne t’ai pas choquée hier?
– non ça va
– très bien…

Nous discutions de tout et de rien pendant une bonne demi-heure j’apprenais que la petite portait le voile depuis maintenant un an et qu’elle n’avait pas eu de copain depuis, elle me racontait ses histoires au lycée, celles de ses copines et elle men dévoilait un peu plus sur sa vie privée et celle de sa famille.
Arrivé dans sa cité hlm je la déposais non-loin de son immeuble et avant de descendre je pris son numéro de telephone puis elle me déposa un baiser assez sensuel sur la joue presque sur le coin de la lèvre avant de me lancer un “a demain monsieur” avec un long sourire.

La suite très prochainement…