Histoire de sexe fétiche Histoires de sexe en français

Sonia et mon amant

Sonia et mon amant



A la fin de notre première aventure lesbienne ensemble, j’avais promis à Sonia un trio qu’elle n’oublierais pas jusqu’à la fin de sa vie.
Mais à ce moment là, je ne savais pas encore qui choisir entre ma meilleure amie d’enfance Léa, sa belle mère Sabrina, et un de mes amants.
Léa et Sabrina étant parties toutes les deux en vacance pour les deux prochains mois, le choix était alors plus qu’évident !

Après avoir parlé de Sonia à mon amant, ce dernier était bien entendu plus que d’accord pour participer à ce trio.
Je donnais alors rendez-vous à Sonia devant une petite brasserie non loin de chez moi.
Après un bon café qui me permis de faire les présentations entre Sonia et mon copain, je leur proposais d’aller d’abord se faire un film au cinéma avant de conclure cette journée comme il se doit chez moi.

Après avoir acheté nos tickets, on entrait dans la salle qui était presque vide mis à part un couple de personnes âgées et deux ados vers le milieu de la salle qui semblaient captivés par leurs portables.
Nous, on se plaçait tout en haut pour être seul mais juste avant que le film ne commence, un homme vint se mettre à quelques sièges de nous.

Le film n’étant pas particulièrement passionnant, on décidait avec mon copain d’exciter un peu Sonia.
Ainsi, il posait sa main sur ma cuisse avant de remonter lentement, puis il remonta délicatement ma jupe afin d’atteindre ma culotte sous le regard de Sonia qui n’en manquait pas une miette.

Pendant plusieurs minutes il s’amusa ainsi avec mon petit bouton par dessus ma culotte ce qui me valu quelques gémissements que j’essayais de cacher le plus possible.
L’excitation montait alors de plus en plus en moi, je commençais à rapprocher ma main de son pantalon. Je sentais une grosse bosse, j’ouvrais le bouton de son jean afin de libérer son sexe.

Etant situé au milieu de mon copain et de Sonia, je me servais de ma position pour branler mon copain avec ma main gauche tout en caressant le sexe trempé de Sonia de ma main droite.
Je décidais ensuite de m’occuper un peu plus de cette très chère Sonia.
Pour ce faire, j’essayais tant bien que mal de me positionner à quatre pattes sur le siège du cinéma, je voulais lui dévorer sa vulve et la faire mouiller encore plus.

J’avais les fesses complètement à l’air, seul mon sous-vêtement cachait mon intimité.
Je m’affairais sur les lèvres de mon amie, visiblement elle y prenais beaucoup de plaisir, elle penchait même la tête en arrière.

Tout à coup, je me relevais et je me rendis compte que l’homme plaçait non loin de nous avait également sorti son sexe pour se branler sans retenu devant le spectacle qu’on lui offrait.
Il faut dire qu’avec l’excitation, on avait totalement oublié sa présence, je décidais alors d’en parler à Sonia pour faire évoluer notre petit jeu.

– Tu as vue ? L’homme à ta droite à l’air d’aimer notre spectacle.

– Oui et alors ?

– Tu devrais aller lui donner une petite gâterie.

– Mais tu es folle ? Il doit avoir la cinquantaine bien entamé !

– Et ? Tu as vue sa bite ? Lui dis-je.

– Oui, elle à l’air énorme.

– Je te propose un pari, je suce mon copain et toi cet homme, celle qui parvient à faire éjaculer le plus vite pourra donner un gage à l’autre.

– Bon… D’accord, me dit-elle d’une voix hésitante.

Après avoir titillé le sexe de mon copain quelques secondes, je l’enfournais entre mes lèvres en plaquant son gland contre mon palais avec ma langue.
Je commençait ensuite les vas-et-vient dans ma bouche, d’abord lentement, en resserrant mes lèvres autour de sa hampe et en continuant les caresses à l’aide de ma langue.
Je l’entendis commencer à gémir, soudain j’imprimais un mouvement de plus en plus rapide, de plus en plus profond, m’étouffant à moitié à chaque fois que son membre me remplissait entièrement la bouche.

Au même moment, Sonia, pompait vigoureusement le sexe de cet inconnu mais souhaitant plus que tout gagner ce pari, je ne pouvais détourner mon regard trop longtemps du sexe de mon copain.
Néanmoins, à entendre les gémissements de son inconnu, je ne pouvais qu’en déduire qu’elle était douée elle aussi dans ce domaine.

Heureusement pour moi, je finis par gagner ce pari en étant la première à faire éjaculer un homme.
Une dizaine de seconde plus tard, l’inconnu finit à son tour par tout lâcher dans la bouche de Sonia.
Suite à cela, j’entraînais Sonia dans les toilettes du cinéma pour évacuer le trop plein dans nos bouches mais arrivée au toilette, Sonia me surpris en m’embrassant à pleine bouche.
Ainsi, on partagea toutes les deux ce que l’on avait récolté quelques secondes plus tôt.

Cela me dégoûtais autant que ça m’excitais. Ensuite, nous poursuivons notre étreinte en nous caressant mutuellement les seins et le pubis, en glissant des doigts indiscrets au plus profond de nos sexe complètement noyés de cyprine.

Je n’avais alors qu’une envie, qu’elle s’occupe un peu de mes fesses, je me mise alors dos à elle, comprenant où je voulais en venir, elle m’attrapa les fesses et les dirigea vers sa bouche.
Elle me léchait le cul, titillait ma pastille qui se refermait petit à petit.
Tout à coup, elle enfonça sa langue dans mon cul, puis me mordit une fesse.
Je jouis immédiatement. Une fois revenue à moi, je la fis se relever et l’embrassais.

Il était temps de retourner dans la salle pour voir la fin du film, une fois celui-ci terminé, on se dirigea vers mon appartement pour reprendre les festivités.
Arrivé chez moi, Sonia me posa une question.

– Alors, quel est mon gage ?

– As-tu déjà subi une double pénétration ?

– Euh non… Jamais.

– Eh bien, ça va être une grande première alors !

– Ne me dis pas que tu as un autre mec caché sous ton lit ? Me demanda Sonia d’un air amusé.

– Non, mais j’ai ça.

J’allais chercher dans ma commode le gode ceinture dont Sabrina c’était servit pour me sodomiser sans aucune retenue pour le montrer à Sonia qui la fit immédiatement réagir.

– Mais il est énorme !

– Fallait être meilleure suceuse que moi, lui dis-je d’un air très amusé.

Avant qu’elle ne subisse son gage, fallait remettre mon amant en condition et en même temps exciter de nouveau Sonia.
Du coup, je gobais à nouveau le gland de mon copain et enfonçais son sexe plus profond dans ma bouche.
Ma tête faisait de grands vas-et-vient et j’arrivais rapidement à avaler son sexe en entier.
Puis j’alternais entre léchage, gorge profonde, branlette, coups de langues sur ses testicules.
Voyant cela, Sonia, ne put s’empêcher de se mettre nue pour se caresser les seins puis son sexe.

J’invitais ensuite Sonia à venir lécher mon amant avec moi.
Ainsi, pendant que l’une de nous avait son sexe en bouche, l’autre s’occupait de ses testicules avant qu’on échange nos rôles. Mais il était maintenant grand temps que je m’occupe de son gage.

– Mets toi à genoux Sonia.

Elle m’obéit sans discuter et se plaça alors à genoux au pied du lit.
Je fis en sorte le haut de son corps soit allongeait sur mon lit avec ses bras croisés sous sa tête.
Je me plaçais ensuite derrière elle, je lui écartais bien ses jambes et commençais à la caresser.
Très vite, je lui bouffait littéralement le cul.
Elle gémissait. Au même moment, elle put sentir un doigt s’enfoncer dans son cul.
Entendant ses râles de plaisir, j’en rajoutais très rapidement un deuxième.

Mon amant vint alors lui lécher sa vulve tandis que je rajoutais un troisième doigts.
Son plaisir montait en puissance.
Visage enfoncé dans mes draps, elle essayait de retenir ses gémissements.
Mais avec un quatrième doigt, elle se ne put plus se retenir de crier son plaisir.

Il était temps d’aller préparer le gode ceinture de Sabrina, celui-là même qui m’avait sodomiser pour ma première fois, qui m’avait fait adorer le sexe anal.
Pendant ce temps, mon amant lubrifia son sexe et commença à l’enfoncer dans le cul de Sonia.
Il y allait progressivement car elle était encore un peu serrée puis, une fois le passage fait, il commença à la limer.
Il accélérait le mouvement, écartait bien ses fesses et lui enfila son pénis entièrement à chaque passage.
Il se retirait souvent pour contempler son cul bien ouvert et le lécher avec avidité, fourrant sa langue à l’intérieur.
Puis il y retourna, la sodomisant avec fougue.
Ensuite, je lui demandais de s’occuper de son vagin, ce qu’il fit immédiatement.

Ainsi, alors qu’il la limait avec vigueur, je plaçais le gode à l’entré de son petit trou.
Mais ce dernier grâce à mes caresses et au sexe de mon copain n’était pas petit du tout.
De ce fait, je n’hésitais pas une seule seconde pour la sodomiser avec force.
Après quelques cries de douleur, elle cria son plaisir et le fait qu’elle m’aimait.
Après un énorme orgasme, on se retira de Sonia pour la laisser reprendre ses esprits.

Tandis que mon amant me pénétrait afin d’éjaculer, un autre spectacle attira notre attention.
En effet, Sonia continuait à se caressait et se mise à gicler encore plus qu’un homme.
C’était la première fois que je voyais une femme fontaine, Sonia me confia d’ailleurs juste avant de partir ce jour là qu’elle ne savait même pas qu’elle en était une.
Nous avons alors profité de ce spectacle tout à fait magnifique et hors du commun avant de la rejoindre pour se coller à elle histoire de conclure cette belle journée de sexe.