Histoire de sexe fétiche Histoires de sexe en français

Tante Gisèle, maman, et les autres… (5)

Tante Gisèle, maman, et les autres… (5)



Chapitre 5 : Sabine la voisine de ma Tante

Pendant 2 semaines je me partage entre ma tante et sa fille. Gisèle m’apprend un tas de trucs pour donner le plus de plaisir à une femme et moi je répète ma leçon avec Florence qui est aussi avide d’apprendre tout ce qui peut la faire jouir et d’en faire profiter ses copines.
Cet après-midi je n’ai pas cours et je me dirige vers la maison de ma tante lorsque j’entends quelqu’un me dire.
– Votre tante est partie faire des courses. Elle m’a demandé de m’occuper de vous en attendant qu’elle revienne.
Je me tourne pour voir, dans le jardin à côté de celui de ma tante, Mme Blanchet, qui me sourit.
– Venez, vous rafraîchir Dany, elle ne devrait pas tarder.
Je détaille son corps de haut en bas. Depuis que Gisèle m’a dépucelé et formé aux jeux de l’amour je me sens beaucoup plus hardi avec les femmes.

En m’approchant d’elle je la déshabille presque des yeux car elle est en robe légère et le soleil étant derrière elle, je vois son corps en transparence. Elle est un peu plus jeune que ma tante, plus petite avec un corps fort agréable à regarder, bien en chair, sans être grosse. Pulpeuse ! Une petite poupée.
– Avec plaisir, madame Blanchet. Vous êtes rayonnante aujourd’hui.
Elle rougie fortement en baissant les yeux.
– Ooh, pardon, madame ! Je ne voulais pas vous gêner J’espère que vous pouvez me pardonner!
– Ce n’est rien ! Ne soyez pas gêné. Et tu me fais plaisir, petit flatteur !
– Mais c’est la vérité ! Vous êtes très belle…
– Là…tu en fais trop Dany ! Aller, viens boire quelque chose.
Marchant devant moi pendant qu’elle s’éloigne en balançant ses hanches sexy je laisse échapper un sifflement d’admiration. Elle se retourne en riant.
– Veux-tu bien te taire ! Jeune homme… on ne siffle pas les femmes mariées…
Je lui fais mon plus beau sourire et je la suis dans la cuisine. Elle me sert une bière et la conversation s’engage sur des choses futiles puis d’un seul coup elle m’interroge.
– Dany, ces derniers temps tu viens souvent voir ta tante. Tu fais des travaux chez elle ?
– Heu… non…oui enfin…si… Je bricole.
– Apparemment tu dois être doué car Gisèle m’a confié qu’elle est très contente de tes prestations.

Putain ! Ça veut dire quoi…Qu’est-ce que ma tante a pu lui raconter…
– D’ailleurs… en parlant de Gisèle, je la trouve beaucoup mieux depuis un certain temps. Elle est même plus coquette. Elle semble avoir rajeunit de 10 ans !
En me fixant dans les yeux un sourire aux lèvres, elle ajoute.
– Ça lui fait du bien d’avoir de la compagnie. Surtout d’un beau jeune homme comme toi. Ta compagnie lui est bénéfique. Tu as un secret ?
Là, je me dis qu’elle doit être au courant de nos relations.
– Non…je lui rends juste service…
– Moi aussi j’aurais besoin d’un petit service. Le lustre de ma chambre ne s’allume plus. Tu peux jeter un coup d’œil, Dany ?
– Bien sûr, Madame Blanchet.
– Et arrête de m’appeler Madame ! Appelle-moi par mon prénom ! Depuis le temps que l’on se connaît. Je t’ai vu en culotte courte !
– D’accord, Mme… heu, Sabine. Vous voulez que je monte tout de suite pour voir votre lustre,
– Oui, tu serais un chou.
Dans la chambre je regarde le lustre, monte sur une chaise et je m’aperçois qu’un des fils est déconnecté.
– Ce n’est pas grave, Sabine, mais il me faut un petit tournevis.
– Va dans le tiroir de la cuisine tu trouveras sûrement ce qu’il te faut.

Quand je remonte avec mon tournevis je reste figé devant la vue que j’ai ! Sabine, la voisine de ma tante, est allongée toute nue sur son lit. Avec un sourire un peu nerveux, mais oh combien salace, elle me dit.
– Dany…tu veux bien t’occuper de moi comme tu t’occupes de ta tante ?
Là, plus de doute ! Elle est au courant ! Merde ! Voilà que ça recommence ! Ce n’est pas possible, elles ont le feu au cul dans le quartier !
En voyant mon hésitation elle ajoute.
– Dany… s’il te plait… Gisèle m’a dit que tu es un amant formidable. Depuis 1 semaine je ne pense qu’à ça ! Viens…montre-moi tes talents.
Elle est tellement sexy et désirable que je grimpe sur le lit et à genoux sur elle, je pose mes lèvres sur son ventre qui frémit instantanément. Je lèche sa peau et remonte lentement vers ses seins en me rappelant les leçons de ma tante.

« Prends ton temps, ne te précipite pas sur ta proie, fais toi désirer et excite là en cherchant ses points sensibles »

J’embrasse doucement un de ses seins avant de sucer son téton tout rose qui durci et s’allonge sous les titillements de ma langue. Elle gémit doucement sous ma langue fureteuse et je passe sur le téton gauche pour faire de même et l’aspirer avidement entre mes lèvres. Puis mes lèvres redescendent en dessous de sa poitrine vers son ventre et je chatouille son nombril avec le bout de ma langue. Son souffle s’accélère quand ma langue glisse beaucoup plus bas et s’insinue dans le haut de sa fente.
– Ouiiiii, que c’est bon ! Continue… ouiiiiiiiiii…
Je regarde sa chatte parfaitement rasée avant de dire.
– Sabine, ta chatte est magnifique !
Je glisse ma langue entre ses lèvres humides et d’un goût exquis, la déplace vers le haut sur un petit bouton qui s’échappe de sa protection.
Par de doux petits coups de langue je l’aide à sortir de sa cachette et je me délecte de ses nymphes délicatement plissées.

Quand elle commence à roucouler de plaisir sous l’effet de mes paroles et de mes attouchements, je suce doucement son clitoris et un spasme lui fait arquer son corps pour presser sa chatte sur ma bouche. Profitant de cet abandon, j’intensifie mes léchouilles et mes succions et je prends ses jambes pour les mettre sur mes épaules pour déguster cette chatte qui s’offre à moi. Ses mains att****nt ma tête et la presse encore plus fort entre ses cuisses.
Ma main droite trouve sa fente dégoulinante de jus et ma main gauche commence à malmener ses seins. J’enfonce trois doigts dans son trou d’amour pour la palucher tandis que ma langue et mes lèvres ravage son clitoris et que ma main gauche serre et pince ses seins, en leur donnant à chacun une égalité de temps. Pas plus de 5 minutes après le corps de Sabine se tend et elle gémit en pleurant:
– OOhh, mon dieu tu me fais déjà jouir ! AAaahhhh putain c’est fort ! OOOOOoohhh, OOOIIIiiiiii ! AAAaaaahhhhhhh…
Après çà je ne comprends plus son gargouillis de mots inintelligibles pendant que son orgasme dévaste son corps sous mon attaque sauvage.

Quand elle se calme un peu, je retire ma tête de ses cuisses et regardant son beau visage embelli sous sa jouissance, je lui dis.
– Le service vous convient, madame…
– Putain de merde ! Mon mari ne m’a jamais fait jouir comme çà et ce n’est pas faute de l’avoir excité ! Viens là… petit cochon !
Et elle me tire vers elle pour me rouler un patin des plus humide avec une langue qui fouille ma bouche comme jamais. Pendant qu’elle m’embrasse comme une folle, ses mains, après avoir baissé mon short, se sont égarées sur ma queue en érection et sans même regarder vers le bas elle gémit;
– Baise-moi, Dany. Enfile-moi avec ta queue et baise-moi ! J’en ai besoin et…OH MON DIEU COMME ELLE EST GRANDE !
Ses yeux plonge vers mon entre-jambe pour regarder ma bite qu’elle faisait aller venir entre ses lèvres trempée. Sortant le bout de mon gland de sa chatte elle s’exclame.
– Putain ! Tu es un jeune homme impressionnant ! Je n’ai eu que quelques amants, mais aucun d’entre eux n’avait une bite de cette taille ! Oh mon Dieu… je sens que je vais l’adorer !
En poussant ses hanches vers moi elle crie:
– Oh Dany, baise-moi avec ta grosse bite ! Tu vas me baiser longuement et faire de moi la femme la plus heureuse au monde ! Oh Ouiiiiii, putain ! Je la sens !

En effet elle doit la sentir car je m’enfonce en elle et je déforme sa petite chatte pour la mettre en accord avec ma grosse bite. Arrivé au bout, en buté sur son utérus, je me retire doucement pour ensuite la baiser comme la salope qu’elle est. Elle veut ma queue. Alors je lui en donne!
Elle gueule avec des mots plutôt grossiers pendant que je martèle sa chatte et moins de cinq minutes plus tard, elle crie de plaisir en me griffant le dos de ses ongles manucurés.
Son petit corps a été à la hauteur et sa chatte a pleinement absorbé toute ma longue et grosse bite.
Maintenant c’est elle et elle seule qui se baise sur ma queue toujours aussi dure et sa chatte roule sur ma bite avant de la branler d’une folle vitesse. Il ne lui faut pas plus de 6 minutes pour que son corps soit de nouveau secoué par un puissant orgasme qui la fait crier de plaisir.
Ses bras autour de autour de mon cou et ses pieds autour de ma taille elle continue de se baiser pendant son orgasme pour le faire durer le plus longtemps possible. Elle s’accroche à moi désespérément à tel point qu’elle est suspendue en l’air, accrochée par seulement 3 points. Ses pieds, ses mains et…ma bite. Le plus important pour elle c’est de sentir mon sexe lui remplir sa chatte.
Je ne sais pas ce qu’elle marmonne dans mon cou mais tout à coup, au plus fort de son orgasme elle hurle:
– Baiiiiseeee-moi ! Prends moiiiiiiiii ! Oh putain… je jouiiiissss sans arrêt ! AAAAAhHHHH, ouiiiiii…OOOoohhh, OOhh, OOOoohhh, ouiiiiii ! Oh mon dieu ! Mon Dieu !

Quand ses convulsions se calment, elle se décroche de mon corps et se laisse tomber sur le lit pour reprendre son souffle.
– Doux Jésus…Je ne savais pas que çà peut-être si bon ! Et aussi fort !
Elle me regarde avec émerveillement.
– Je comprends pourquoi ta tante est rayonnante de joie ! Et tu bandes toujours ! Mon dieu qu’elle bite ! AH ! C’est beau la jeunesse.
– Sabine, tu es si belle quand tu jouis. On continue ?
– Bien sûr mon chou ! Prends-moi encore !
J’att**** ses jambes pour les mettre sur mes épaules puis je commence à lui donner de puissants coups de queue, bien à fond la chatte. Bientôt sa tête roule de droite à gauche et quelques minutes après je reprends ses chevilles pour les pousser derrière sa tête. Sa chatte gonflée par ma bite est toute à moi et je la baise comme un fou. Sabine ne peut s’arrêter de gémir en me traitant de salaud mais ça lui plait vachement et elle ne va pas tarder à demander grâce. Cette fois je veux jouir avec elle.
Ses yeux sont verrouillés sur les miens et nous nous embrassons passionnément, ou simplement nous restons face à face pour mesurer le plaisir de l’autre sur son visage. Je vois peu à peu sur son expression qu’elle n’est pas loin de jouir. J’intensifie le pilonnage de ma bite au plus profond de sa chatte.
– OOOhhhh…je vais jouir. Lui dis-je en gémissant.
Elle gémit encore plus fort que moi tandis que sa chatte se verrouille sur ma bite au moment où je crie en balançant mon sperme profondément dans son vagin frémissant.
– Ouaiiiiss ! Je jouiiiissss. Je jouis dans ta belle chatte brûlante !
– Vas-y crie-t-elle ! Donne-moi tout ! OOOhhhh ouiii, moi aussi je jouiiis avec toi ! Oohh, putain, ouiiiii, remplit moi de ton foutre ! OOhh Dany, c’est boooonnnn! Dany… Dany… OOOoohhh Dany !

Apres cette merveilleuse jouissance mutuelle, on reste collés l’un dans l’autre, à câliner un moment bouche contre bouche. Je sens sa chatte palpiter sur ma queue ramollie mais il faut que je garde des forces car ma tante est sûrement rentrée. Je lui demande si je peux prendre une douche avant de partir.
– Pas de problème ! Ma douche est à toi et quand tu veux quand mon mari n’est pas là ! Mais je ne n’ai pas envie de lâcher ta bite que je sens encore bien à l’intérieur de moi.
Tu parles ! A force de la presser avec ses muscles intimes ma bite regonfle dans son vagin trempé.
– Pas de problème, belle dame…
Je l’att**** par les fesses et je roule avec elle sur le bord du lit.
– Tu te moques de moi ?
– Pas du tout ! Tu es trop bonne pour que je te lâche.
Elle m’att**** par le cou et je me lève en la maintenant bien par son cul. Sans s’en rendre compte elle essaye de se baiser sur moi. Avec ses fesses bien en main, je la soulève et la redescend sur ma bite et après environ trois minutes, Sabine jette sa tête en arrière avec un cri de femelle sauvage quand elle se donne de nouveau. Je n’en reviens pas de la facilité qu’elle a de jouir rapidement et si souvent. Son mari doit être vraiment un con pour ne pas la faire jouir comme il se doit avec une femme si chaude et affamée de sexe !

Revenue sur terre elle repose sa tête sur mon épaule et je l’emmène dans la salle de bain.
Rien qu’en marchant elle à de petits spasmes de plaisir sous les frottements de ma queue et la pression de mon pubis sur son clito assez long pour un petit bout de femme comme elle.
Je règle la température de la douche sans qu’elle ne me lâche et nous entrons tous les deux sous la douche pour laisser couler l’eau sur nos corps frémissants.
Nous restons sous l’eau pendant plusieurs minutes sans bouger avant que Sabine m’embrasse partout où elle peut dans cette position, pour finir en verrouillant sa bouche sur la mienne et m’embrasser comme une femme amoureuse et comblée.
Ce n’est pas juste un baiser fiévreux comme quand nous étions en train de baiser mais un baiser intense, plein de passion, que je classe dans le Top 3 des meilleurs baisers.
– Doux Jésus, dit-elle doucement dans mon cou, quand je pense que j’étais à deux doigts de me dégonfler. Tu dois me prendre pour une salope maintenant ?
Sabine lève son visage et m’embrasse rapidement avant de continuer,
– Mais je ne regrette rien. Tu es un sacré baiseur, Dany. Tu viens de rendre une femme incroyablement heureuse pour un long, long, moment. Putain de bite que la tienne !

Ses jambes desserrent ma taille et glisse vers le bas de mes jambes jusqu’à ce que ses pieds s’accrochent à peu près au milieu de mes mollets. Un sourire rêveur traverse son visage avant qu’elle ne regarde vers le bas avec stupéfaction.
– Une femme pourrait vraiment s’habituer à se déplacer sur un tel pilier comme le tiens. Je l’aime, c’est sûr ! Mais on ne peut rester indéfiniment comme çà sous la douche.
Je desserre un peu mon emprise sur son cul et ses hanches et elle se tient à moi uniquement avec ses bras autour de mon cou et ma bite complétement enfoncée dans sa chatte.
– Dany ! Aide-moi à m’extraire de ton bâton à plaisir ! Ma chatte est toujours traversée par des spasmes de jouissance dès que ta bite frotte mon vagin enflammé et je ne pense pas que je supporterais un orgasme de plus ! Pas tout de suite en tout cas !
Je la taquine un peu en la soulevant 2 à trois fois avant de la soulever assez haut pour que ma queue s’échappe de sa chatte trempée.
– Merde, Dany, un peu plus et j’éclatais encore. Oh mon Dieu… je n’ai jamais jouis aussi facilement et autant de fois coup sur coup ! Faut dire que ma chatte est en feu.
– Je suis content que ça t’as plu. Un homme aime savoir quand il donne vraiment du plaisir à une femme!
– De ce côté-là, tu n’as pas à te faire de souci ! Le problème c’est qu’une fois que l’on a goûté à ta putain de queue… on ne peut plus s’en passer !

Lentement, nous frottons nos corps mutuellement et je découvre que j’aime vraiment sa petite corpulence si sexy. Elle est tout simplement géniale à tous les égards. Sabine a gardé ma bite pour la fin, en prenant son temps pour la nettoyer totalement en l’inspectant soigneusement.
Elle rince soigneusement mon corps et reporte son attention sur ma bite à moitié dure. Elle la regarde attentivement et dit:
– Comme ça, elle semble presque normale, mais elle est capable de quelques actions très irréelles et je n’en reviens pas encore ! J’ai besoin de m’assurer que je n’ai pas rêvé.
Pour la première fois, elle enveloppe de ses lèvres mon gland et elle commence à sucer les premiers centimètres de ma bite qui s’allonge et durcit immédiatement. Sabine a un étonnant talent pour bouger sa langue en même temps que ses lèvres qui glissent sur ma peau.
– C’est la bite plus incroyable que je n’ai jamais eu le plaisir de sucer. La plupart du temps on m’a forcé à le faire ou quand je sens que le mec attend çà, comme mon mari, pour jouir dans ma bouche sans que je prenne du plaisir.
Elle en suce 6 à7 cm de plus en faisant tourbillonner sa langue tout autour avant de la retirer pour ajouter,
– Mais là… j’ai envie de rendre cette bite la plus heureuse possible !
Ses yeux ne quittent pas les miens quand sa bouche engloutie ma bite et puis, lentement elle commence à sucer ma bite en la faisant aller de plus en plus loin dans sa bouche. Je gémis constamment pendant qu’elle me taille une pipe avec un plaisir évident dans ses yeux.
– Sabine…t’es douée pour la turlute. Putain c’est bon !
Je grogne de plaisir à chaque fois qu’elle enfonce mon gland dans sa gorge. Tout à coup je manque d’air quand je sens ma bite qui glisse dans sa gorge serrée ! Sabine ne s’arrête pas avant que toute ma bite soit entièrement dans sa bouche et toujours sans me quitter des yeux !
– OOhh mon dieu ! T’es la meilleure des suceuse, Sabine !
Criais-je quand elle enfonce et retire ma bite de sa bouche en l’avalant complétement à chaque fois tout en la branlant entre ses doigts quand elle n’est pas enfouie dans sa gorge.
Avec ce que je prends pour un sourire elle sort entièrement ma queue pour la regarder pendant quelques secondes avant de demander,
– donc je suppose que je ne me débrouille pas mal et que cela te plais bien ! Moi aussi j’adore ta grosse queue ! Maintenant je vais t’achever et tu ne pourras rien faire pour m’en empêcher. Tu peux aussi éjaculer sur mon visage si tu en a envie !

Elle me bouffe la bite comme une dingue et sa langue me donne des sensations incroyables. En dépit d’avoir jouis dans sa chatte il y a peu de temps, son incroyable talent oral m’amène bientôt au bord du précipice et à son objectif. Mes mains saisissent sa tête, mes hanches commencent à bouger et ma bite ravage sa bouche et sa gorge pendant qu’elle suce avidement apparemment inconsciente du martèlement de ma bite dans sa gorge.
Sabine me regarde droit dans les yeux, et ses doigts écrasent mes fesses quand mes couilles en feu explosent et qu’un geyser brûlant de sperme frappe sa gorge et remplisse sa bouche.
– Putain de salope ! Je jouiiiissss ! Tu me vide les couilles ! OOoohh la vache !
Et elle fait comme elle me la dit. En gardant ma bite entière dans sa bouche et à l’aide de sa langue qui bouge comme un serpent, elle me fait jouir comme un damné en enfer et je gueule en n’arrêtant pas de me vider.
Son pouce pressé fermement sur la base arrière de ma bite, elle retire sa bouche de mon sexe et la bouche ouverte elle me montre combien elle est remplie de sperme avant d’avaler avidement ma semence. Ensuite elle relâche la pression sur ma bite et avec de petits baisers sur la pointe de mon gland elle récupère les dernières gouttes qui suintent du méat.
Enfin elle me lâche et je recule en arrière pour me cogner sur le robinet et l’entendre crier:
– Oh merde, que l’eau est froide ! Sortons de là et séchons-nous !

Je commence commence à m’habiller lentement, comme à regret, et elle me dit.
– Attends !
Mon short à hauteur de mes genoux, Sabine tombe à mes pieds pour prendre mon sexe dans ses mains. Elle l’embrasse en me fixant dans les yeux pendant plusieurs secondes avant d’embrasser de nouveau ma bite qui commence à s’allonger sous ses baisers.
– Je veux que tu saches que toi et ta magnifique queue mon donné plus de plaisir aujourd’hui que les hommes qui m’ont fait l’amour jusqu’à présent ! Ne crois surtout pas que je suis une salope ou une fille facile ou quelque chose dans le genre, mais… oh mon Dieu…Dany, s’il te plait, dis-moi que nous recommencerons et que nous n’en resterons pas là ! Je vais être rapidement en manque !
– Il faut peut-être que tu obtiennes l’accord de ta voisine… pour ne pas te fâcher avec elle…
– C’est déjà fait, Dany. Pourquoi crois-tu qu’elle n’est pas là à t’attendre aujourd’hui…

Putain…c’est une chaude comme ma tante ! Et elles aiment le sexe ! Il va falloir quand même que je fasse attention sinon ma mère finira par entendre des rumeurs sur mon compte.