Histoires de baise Histoires de sexe arabes Histoires de sexe lesbiennes

Miss nue

Miss nue



Un jour, au camping, une soirée est organisée. Je suis enjouée à l’idée de passer une fin de journée sympa. Mais jamais je n’aurais imaginé qu’elle se déroule ainsi. Je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait un tel concours quand l’animateur prend la parole :
« Bonsoir tout le monde !!!! Qu’allons nous faire ce soir ??? Comment allons-nous faire gagner une bouteille de champagne ?  Spécialement pour vous ce soir……..Nous allons………Nous allons faire un concours……MISS NUE GROS SEINS  CAMPING!!!!!  Les inscriptions sont ouvertes !!!!!»
Avec mes 95 E, j’avais ma chance. Mais je n’avais pas envie de m’exhiber. Des femmes de tous âges ont commencé à s’inscrire. Je regardais de loin et estimais leur chance de gagner. Il n’y eu que cinq inscriptions.
L’animateur reprit le micro :
«  Cinq seulement ? Ne faites pas les timides mesdames ! Vous faites bien du seins nue sur la plage !!!! »
Deux autre files se décident poussée par leurs copains.

« Allez mesdames !!!! Je vais être obligé d’aller choisir d’autres candidates dans l’assistance ! »
Il s’est avancé vers les tables et a désigné une femme qui aussitôt émet un refus :
«  Non ! Pas question ! J’ne veux pas ! »
Et se retournant vers son mari elle lui demande :
« Dit-lui que je ne veux pas ! »
« Mais si chérie ! Avec les nibard que t’as, tu as toute tes chances et ça nousfera une bouteille gratuite pour finir la soirée ! »
Le présentateur prend alors la main de la femme qui a fini par accepter.

L’animateur cherche encore d’autres concurrentes quand il arrive vers moi.
« Bonsoir !!! Vous faites du combien ? »
«  Mais je ne souhaite pas monter sur scéne Monsieur ! »
Prenant un ton faussement autoritaire, il reprend :
« Mais… C’est pas ce que je vous ai demandé ? Messieurs dames serait-elle timide ? Alors ? Votre taille de poitrine ? »
« 95E ! »
«  Wahoooo !!! Mais c’est tout bon ça !!!! Aller, avec les autres ! »J’étais rouge tomate en montant sur la scène. Le présentateur a continué son baratin en disant :
« C’est bien ! C’est bien !!! Voici nos douze candidates. Veuillez les applaudir ! »
Après un tonére d’applaudissement, il reprend :
« Alors mesdames ! Présentez-vous »
A tour de rôle, On a dû dire notre prénom, d’où nous venions, si nous étions en couple, notre métier et nos mensuration.
Puis nous avons été emmené dans les coulisses. Une par une, nous avons marché sur la scène sous les applaudissements et les cris de la foule.

Des spectateur en profitaient pour prendre des photos. Ça mitraillait de partout. Quand la dernière est revenue dans les coulisses, ils nous a fait remonter sur scène pour nous présenter en fond de scène.

«  Bien ! Le jury s’est-il mis d’accord ? »
Le président du jury tendit un papier à l’animateur qui clamât :
« Katia ! 57 points !!! 3éme prix ! Avancez ma chère ! Et on applaudit Katia ! »
La pauvre Katia sous les sifflets et les applaudissement s’est avancée sur le devant de la scène.
« Le second prix est pour……….Michèle !!!!!! Applaudissez ce beau petit lot !!!! »
J’avançais rouge de honte sur le devant de la scène.
« Roulement de tambour pour la plus belle, la plus platureuse…. J’ai noooommmméééé….. Le premier prix est pour…….Marinaaaaaa !!!!! »
Il y a eu un tonnerre d’applaudissement. Je rageais d’avoir raté la première place de deux points. Mettre exhibée et ne pas avoir gagné….grrrrr ! Mais, il fallait bien applaudir la gagnante.
On lui a apporté sa bouteille de champagne et 20€. J’ai eu droit à dix euros et la troisième à cinq puis nous avons pu regagner les coulisses pour nous rhabiller.

Vexée et honteuse de mettre fait battu de peu et de mettre exhibée pour 10 balles, je me consolais en me disant que la première avait peut-être de plus beau nichons que moi. J’étais dans mes pensée quans la gagnante est venue me proposer une coupe avec ses amis.
« Bonsoir Michèle. Tu méritais la première place autant que moi. Viens boir une coupe avec mes amis ! »
Arrivée à leurs table, il y avait deux lesbiennes, la gagnante et cinq mecs.après m’avoir dit quelques mots de félicitations, lesbiennes se sont mises à me draguer :
« T’es mignonne ! On se ferait bien une partie à trois avec toi ! »
Je rougie, alors que le groupe rigolait de leur proposition et répondait, croyant les évincer :
« Désolée mais j’ai déjà une petite amie. »
Les deux filles éclatent de rires et me répondirent :
«  Ta copine ne va pas te reprocher d’avoir pris du plaisir ! »
« T’es trop jolie pour refuser de t’envoyer en l’air avec nous ! »
L’une d’elle m’a embrassée sur la bouche en tentant d’y introduire sa langue. Je laissais sa langue investir la mienne. Je n’avais jamais eu un patin d’une telle intensité.
« Allez viens avec nous ! Tu vas pas le regretter ! »
Devant les autres, j’avais honte d’accepter et dans un premier temps, devant leurs regards rigolards, je refusais. Mais l’envie était trop forte et je finis par les suivre en entendant les réflexions salaces des mecs dans mon dos. Elles avaient loué pour les vacance un grand mobilhomme. Dés l’entrée dans le mobilhome, elles se sont déshabillées. Je restais un instant à les regarder, bêtement figée et j’en ai fait de même.
Aussitôt nue, elles se sont occupées de moi. Nous nous sommes gouinées et nous avons jouis à trois avec des orgasmes furieux.

Sur les trois heures du matin, épuisées, elles m’ont raccompagnée gentiment à ma tente. Je m’écroulais de sommeil. Le lendemain, alors que je passais devant un kiosque à journaux, j’ai vu la une du torchon local une photo de la soirée miss nue. J’ai eu un grand moment de solitude quand m’y suis vue avec les deux autres fille nues comme des vers, avec un titre accrocheur :

Heureusement, je rentrais chez moi le jour même. Mais quelques jours plus tard, en rencontrant des amis, l’un d’eux me met le journal sous le nez. Je blêmis en voyant la photo et en me demandant comment ils avaient pu avoir cet article. L’un d’eux me lançât :
« Dit ! Michèle… Ils ont juger sur pièce les juges ??? »
Tous rigolaient devant ma mine dépité. Un autre rajoute :
« T’es bien roulée ! Nous aussi on voudrait juger sur pièce ! »
J’avais trop honte et je me suis enfui en espérant ne pas les revoir de si tôt.