Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe arabes Histoires de sexe noir

Ma première soumission.

Ma première soumission.



Je venais tout juste de me décider de rencontrer des mâles pour assouvir mes pulsions homos et tout naturellement, je me suis inscris sur des sites de rencontre. Etant novice en la matière, mes premières annonces étaient plutôt soft et aucuns mâles ne me répondaient. C’est sur, quand je lisais d’autres annonces, elles étaient très crues. Donc, j’ai reformulé mon annonce et elle disait ” passif salope et très gourmand de bonne bites juteuses de tout âge recherche mâles entreprenants pour m’éduquer” Dés qu’elle fut postée, ma petite bite s’est mise à gonfler délicieusement. Plusieurs jours sont passés quand un jeune hétéro en manque de baise répond à mon annonce. Je suis un jeune mec actif brun aux yeux marrons, de 170 cm pour 65 kg monté 19 cm. Je cherche un passif bien salope pour bouffer ma queue et couiner comme une chienne quand je lui démonte le cul !!! Mon cœur s’est mit à battre comme un fou et j’ai pas mal hésité avant de lui répondre. J’étais tiraillé entre me défiler et l’excitation de me donner à ce jeune mâle. Prenant mes jambes à mon coup, je lui réponds si il pouvait m’envoyer une photo de sa bite. Il me l’envoie dans la foulée et sur mon écran, il apparaît une belle bite bien décalottée avec un gland luisant. J’ai craqué et j’ai répondu que je la voulais tout de suite. Donnant mon adresse, il m’a répondu ok et il m’a donné ses conditions. 1°, je devais laisser ma porte d’entrée entre ouverte dés qu’il me passe le coup de tel pour me dire qu’il était arrivé. 2°, je devais porter un bandeau sur les yeux. 3°, je devais l’attendre à 4 pattes prêt à le subir. Et 4°, des capotes et du lubrifiant à sa disposition. Fébrilement, j’ai répondu que tout ses désirs seront réalisés et vers quelle heure il devrait venir. Il m’a dit qu’il arriverait dans une demi-heure. Pas le temps de réfléchir et je me suis dirigé directement vers la salle de bain. Je suis entré dans la douche et j’ai dévissé la pomme de douche pour me l’enfiler dans mon cul. La température de l’eau réglée, je pousse l’embout et avec la pression, mon trou s’ouvre pour laisser passer l’eau. Mon ventre se dilate progressivement et j’éjecte les premiers jets sales de mon cul. J’att**** un gode de trente centimètres pour vérifier si je suis propre profondément. Deux, trois rinçage plus tard, je suis enfin propre et mon jeune mâle n’aura pas la bite sale. Mon gode m’a bien dilaté et mon jus de cul humidifie mon trou. Plus qu’à attendre qu’il arrive. Je ne peux pas dire combien de fois que j’ai regardé ma montre mais le temps fut long. Mon mâle était ponctuel et une demi heure après, le tel sonne. Il me dit qu’il arrive et que j’avais intérêt à être prêt. Je passe mon bandeau et je me mets à 4 pattes sur le canapé. Je l’entends fermer la porte et dés qu’il m’a vu, il s’est mit à rigoler en disant “ah, la voilà ma grosse lopette” J’ai voulu lui répondre mais il m’a arrêté de suite en disant “eh la pute, tu fermes ta gueule, compris?” J’ai fait un mouvement de tête de soumission. Je l’entendais se déshabiller et il se défoulait verbalement sur mon compte. Tout est passé, de la fiotte à pédé, etc… Il s’est avancé et il a commencé par me mettre des bonnes claques sur mon cul. Je sursautais à chaque fois et je serrais les dents pour encaisser. Il me donna l’ordre de mettre ma petite bite et mes boules vers l’arrière et de resserrer mes cuisses. Mon paquet ainsi que mon cul étaient à sa disposition. Il se moquait de ma petite bite qui commençait à couler d’excitation et sans prévenir, il s’est mit à me claquer les boules. Il me les étirait dans tous les sens et me disait que j’étais impuissant vu que ma petite bite ne durcissait pas. A part le mal qu’il faisait à mes boules, je commençais sérieusement à être très excité. Au bout de quelques minutes, il arrêta de m*****er mes boules et j’ai senti quelque chose de froid se répandre sur mon trou. Pas le temps de réfléchir, que j’avais 2 puis 4 doigts qui fourraient mon cul. Heureusement que je me suis préparé avec mon gode car il n’y allait pas de main morte. Il s’est arrêté et il m’a mit ses doigts dans la bouche pour lécher mon jus avec le lubrifiant. Je sentais mon palpiter et j’attendais avec impatience, en remuant du cul, qu’il y glisse sa bonne bite. Il s’est remis à rigoler en me disant “mais elle a chaud au cul cette pédale” “tu croix que je vais te mettre ma bite dans ta chatte de lope sans que tu m’ais sucé?” “allez, allonge toi que je te baise la bouche”. Je me suis allongé et il est venu collé son gland, qui sentait bon le mâle, contre mes lèves. Il m’a ordonné d’ouvrir ma gueule et il m’a mit sa bite jusqu’à la garde. A chaque coup, je sentais ses couilles bien lourdes s’écraser contre mes yeux. Ma petite bite s’est mise à durcir et il m’a ordonné de débander en me mettant des coups dessus. Ce fut immédiat et j’ai débandé. Satisfait, il m’a dit “c’est mieux comme ça, une fiotte ne bande pas en présence de son mâle” Il continuait à ma pilonner la bouche à grand coup de bite quand il m’ordonna de lui bouffer les couilles. Elle étaient bien grosses et je ne pouvais les prendre ensemble. Il frottait sa virilité contre ma face et j’ai senti son anus glissé vers ma bouche. Il ne sentait pas bon et il ne s’est pas gêné pour le frotter sur l’ensemble de ma face. Je sentais fort et il m’ordonna de lui bouffer l’anus. J’ai glissé ma langue dessus et je léchais avidement. Il était ravi et il me dit “comme ça, grosse pute, bouffe moi bien” Sa toilette faite, il m’ordonna de me remettre à 4 pattes, je l’entendais déchirer un sachet de capote et sans prévenir, il m’a enculé à fond. Je n’ai pas pu me retenir et j’ai hurlé. Il devait être ravi de m’avoir fait enduré ça, puisqu’il éclatait de rire et il me dit “c’est ça pédale, j’aime t’entendre couiner”Il attrapa mes hanches et il a commencé à me pilonner. Je serrais fort les dents jusqu’à un point où le plaisir commençait à prendre le dessus. Lui, il se défoulait comme une bête en claquant ses couilles contre mes boules et il m’a lâché en disant “vient chercher ma bite, allez, baise moi” Je me baisais sur sa grosse bite jusqu’à la garde et il en profitait pour me fesser. Quel plaisir de me sentir rempli par mon mâle très endurant qui me culbutait comme un fou. Je l’entendais gémir de plus en plus et il s’est mit à crier sa jouissance bien calé au fond de mon cul. Il ressorti de moi et je l’entendais se rhabiller. Le salop, il ne m’a même donné à manger sa sève et il se barre. Avant de me laisser, il m’a dit “t’es une bonne lope, je me suis régalé” J’attends qu’il ferme la porte et je retire mon bandeau. La lumière m’éblouissait je vis, sur la petite table du salon, sa capote pleine posée. Je l’ai prise et j’ai tout avalé. Mes idées reprises, j’ai bien analysé cette partie de cul et j’en suis sur, je suis un(e) “passif salope”.

supprimé

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire