Histoires de sexe arabes Histoires de sexe de voisins

l ascenseur

l ascenseur



Je venais d’emménager à Lyon, dans un vieil immeuble dans le centre-ville…
C’était un immeuble avec des vieux escaliers en bois et pierres, et des rampes en acier peint de couleur vert d’eau…
Tout était vieux dedans, même les habitants… beaucoup de petites mamies…
Au milieu de la cage d’escalier, avait été rajouté un ascenseur… d’époque, lui aussi… prévu pour quatre personnes maxi… ça avait son charme…
Lorsque je le prenais pour monter à mon étage, je n’étais jamais sure d’y arrivée… En bois et en fer forgé, très ajouré, il craquait et grinçait à chaque utilisation…
Je logeais au 6ème, c’était le dernier étage…
Au milieu de toutes ces mamies, habitait un mec seul, divorcé depuis longtemps, sans enfant, plus vieux que moi (50ans, j’en avais 20 de moins), mon voisin du 4ème…
Pas mon type d’homme, trop vieux… Mais gentil, sympa et serviable… Je me souviens qu’Il m’avait tout de suite proposé de l’aide en me voyant galérer avec tous mes cartons de déménagements en bas des escaliers…
J’ai tout de suite sympathisée avec lui, bien entendu il s’est vite rendu compte que je n’étais pas une vraie fille…
Ce jour-là, je n’étais pas vraiment habillée pour attirer les mecs ; pas maquillée, en jogging et baskets aux pieds…
Ça ne le dérangeait pas d’avoir un trav dans son immeuble, il trouvait ça, même original… et se marrait en imaginant la tête de ses voisines en découvrant ma véritable identité….
A chaque fois que j’avais des soucis de bricolage, il était présent pour moi… Nous avions de très bons rapports voisin, voisine… sans plus…
Tous les jours, de retour du travail, je prends les escaliers, c’est excellent pour avoir de jolies jambes et faire travailler mes fessiers… Les seules fois où je prenais l’ascenseur était quand je revenais de faire mes courses, les bras chargés de sacs…
Je me suis aperçu, au fil des jours, que j’avais un admirateur, discret, qui me guettait tous les soirs, avec impatience …
Mon quinquagénaire ouvrait délicatement sa porte grinçante sans se faire repérer, sans sortir de chez lui, Il m’entendait arriver dans le hall en bas de l’immeuble, trahi par les cliquetis de mes talons …Et dès que j’avais dépassée son étage, il se précipitait de sortir sur son palier, pour admirer mes jambes, et mes petites culottes sous mes jupes, filer dans les escaliers ou montant dans l’ascenseur…
Pour rien vous cacher, ça m’excitai de sentir son regard caresser mon corps… Alors j’en jouais… Quand je montai les escaliers je faisais exprès de monter du coté de la rampe, afin qu’il ait une bonne vue bien dégagé au fur et à mesure de mes ascensions…
J’en faisais autant, dans l’ascenseur, en me plaçant au bord de la cabine contre la partie la plus ajouré du coté de son appart…
Au bout de quelques semaines, après mon emménagement, il décida de m’inviter au restaurant… Il connaissait un petit resto dans le quartier, qui parait, était sympa, et où l’on mangeait bien…
A l’extérieur, j’avais un coup que j’avais rencontrée en boite, un petit jeune qui vivait chez papa et maman, depuis quelques jours, on baisait dans sa voiture …
Me voyant avec personne, il devait croire que j’avais du mal à trouver, et qu’il était ma solution…
Par curiosité, et pour lui faire plaisir… j’acceptai son invitation…
Je savais que son invitation était intéressée… et que j’allais passer à la casserole…
Une petite robe noire courte et moulante… J’ai achetée spécialement, dans le rayon d’un grand magasin un petit collant de marque en nylon noir, fin à couture avec une taille au-dessus pour qu’il plisse comme des bas… Un maquillage plus lourd que d’habitude, des escarpins habillés… et un grand manteau qui me descendait jusqu’aux mollets…
A 19h30 précise, mon voisin sonnait à la porte…
Quand j’ai ouvert la porte, je finissais d’accrocher mes boucles d’oreilles, je lui ai coupée le souffle… choqué par ma tenue et mon maquillage… Il en revenait pas , il n’arrêtait pas de me complimenté… comme si il n’était jamais sortie avec une nana sexy…
J’ai enfilée mon manteau, et nous sommes descendus par l’ascenseur…
Le resto n’était pas loin à pieds…
Il avait réservé une table pour nous …
Après m’avoir débarrassé de mon manteau au vestiaire de l’entrée, Nous avons suivi le serveur. Courtois comme il le fallait, il m’a fait le précéder… Il pouvait en profiter pour me mater le cul, et mes jambes habillées de leurs voiles noires avec leurs coutures bien axé au milieu comme un rail pour les regards des hommes…
Il devait bander comme un taureau…
La table pour deux était transparente avec un plateau en verre dressée dans un coin, au fond de la salle, éclairée par une lumière tamisée…
On a parlés de choses et d’autres et surtout beaucoup de questions sur ma traversions…
Au milieu du repas, nos discutions avait dérapées sur des histoires de cul, ça nous allumaient… je pense tous les deux…
Pour lui faire un petit cadeau… j’ai poussée doucement et discrètement mon assiette sur le coté, pour lui faciliter la vue sur mes cuisses à travers le plateau en verre… Il avait ses yeux collés dessus comme un aimant sur un morceau d’acier… j’ai ouvert et écartée mes cuisses, le bas de ma robe glissait en remontant légèrement, pour lui donner encore plus de vue jusqu’à ma petite culotte en dentelle rouge vif…
J’ouvrais et fermais mes cuisses lentement comme si je me ventilais le sexe…
Il devait bander comme un âne… j’ai vu sa main descendre du plateau vers sa braguette, il attrapait sa verge à travers son pantalon qui se dessinait quand il la malaxait, je devinais qu’elle était de belle taille, et allumée comme j’étais… je la voulais comme une petite fille pour une poupée dans un magasin…
Ses yeux rivés sur mon entre jambes, il ne disait plus rien… quand il relevait les yeux , je lui faisais des petits signes lubrique en mordant et passant ma langue sur mes lèvres…
Allumeuse, j’ai descendue, moi aussi mes mains sur mes cuisses que je caressais…
Quand le serveur est arrivé pour débarrasser la table, nous avons remontés nos mains sur la table, et j’ai resserrée mes cuisses…
On riait, nerveux et excités… le temps que le serveur finisse.
Dès les desserts servi, j’ai déchaussée un pied de son escarpin pour aller trouver le sexe bien dur de mon voisin d’en face en me régalant de lui caresser…
Il m’a attrapé le pied pour l’accompagner à frotter sa tige, en me le massant et en me le caressant jusqu’au genou…
J’aime les hommes qui passent du temps à me caresser les jambes… c’est très sensuel… j’adore et ça m’excite…
Aux cafés, il avait ouvert sa braguette, j’avais enfilée la pointe de mon pied dedans et je jouais avec son gland du bout des doigts de pied… la pointe de mon collant était trempé de son sperme d’excitation…
On est sorti du resto me tenant par la taille, direction l’immeuble en discutant…
Quand on est arrivé à la porte de l’immeuble, on s’est roulés des pelles…il me caressait d’une main l’intérieur de mes cuisses et mon sexe qui durcissait, et près d’exploser… et de l’autre me caressait la poitrine à travers les tissus de ma robe et soutif… je gémissais et gloussais de plaisir sous son étreinte…
J’avais glissée ma main dans sa braguette, son slip était trempé, et je lui branlais rapidement sa bite, en insistant sur son gland avec mes doigts…
Il m’a demandé d’arrêter, à ce rythme, il n’allait pas tarder à jouir…
Je ne lui ai pas dit… mais j’étais, moi aussi pas loin de le faire…
Ne voulant pas attirer l’attention de nos voisins, nous sommes rentrés sans faire de bruit, et surtout sans montrer de signe de rapprochements…
Nous sommes montés dans l’ascenseur, en nous rendons compte qu’il n’y avait personne dans la cage d’escalier… je me suis placée au font de la cabine, dos à la paroi. Lui, était face à moi dos contre la porte, et me souriait…
J’ai fendu de mon genoux mon manteau en le montant, et calant le talon de mon escarpin dans les mailles de la cabine…
Il me regardait faire, en recommençant à se caresser la bite à travers ses tissus…
Je lui ai demandée de me rejoindre, en lui demandant de bloquer l’ascenseur …
Il est venu vers moi se précipitant sur ma poitrine et mon sexe, comme il l’avait laissé dans la rue…
Tout en se faisant des jeux de langues, on se branlait mutuellement à travers nos tissus…
J’ai sortie sa bite de son slip, elle était dur, et son gland était violet et brillant…
Pendant qu’il me faisait des baisés dans le cou, j’avais pris sa bite à pleine main, je frottais son gland contre le nylon sur ma cuisse…
Trop excité, il n’a pas tardé à éjaculer… un premier beau jet jusqu’au bord de ma robe, pourtant montée à la hauteur de mon sexe…
En plantant ses dents dans mon cou au moment fatal pour étouffer son crie…
la suite est arrivée en saccades me détrempant la cuisse et le nylon de mon collant de paquets blanc crémeux…
J’en avais aussi plein les doigts que j’étalais sur mon collant et sur sa verge… pendant qu’il soufflait dans mon cou…
Maintenant le haut de mon collant brillait de son jus étalé…
Il s’est retiré de moi en soufflant comme après un bon effort, sa bite molle et humide …
Il rangeait sa queue dans son slip tout en reculant pour se remettre à sa place, et relancer l’ascenseur…
J’ai débloquée le talon de mon escarpin pour redescendre ma jambe… je sentais son sperme couler tout le long de ma jambe sous mon manteau…
Arrivée à mon appart, je l’ai invitée à venir boire un verre…
Derrière ma porte d’entrée, il y à un porte manteau. Dès que l’on a fermé la porte, je lui ai demandée de se mettre à son aise, en me donnant son veston pour l’accrocher avec mon manteau…
Le temps que je me retourne pour les accrocher, il se mit à genoux devant moi à la hauteur de mon sexe…
Il mit ses mains sur mes fesses pour m’attirer, mon sexe vers sa bouche, … me fit des petits baisés dessus à travers le tissu de ma robe et de ma culotte…
je me laissais faire en lui caressant les cheveux…
Il me souleva ma robe, la montant jusqu’à ma taille pour me dégager le collant…
Il me baissa le collant et la culotte enroulée dedans sous les fesses…
Ma verge était droite comme un barreau, mon gland perlait…
J’essayais de lui dire qu’il n’était pas obligé de faire ça… et qu’il pouvait me faire jouir d’une autre façon…
Mais il insistait pour le faire, c’était une première fois pour lui de faire un acte homo…
je lui donna une condition ; qu’il ne me fasse pas éjaculer dans sa bouche…
Un homme est un homme, c’est ce que je recherche, et doit rester viril…
Il commença à me sucer en aspirant bien… il se débrouillait bien pour un débutant…
C’était bon, et très agréable pour moi… en tout cas…
Je fermais les yeux en prenant mon pied…, je gémissais en orgasment…
Au bout d’un moment, Je lui demanda d’arrêter… j’étais sur le point de non-retour… il sorti ma verge luisante de sa bouche et me la branlat pour me faire venir…
Faisant un petit crie de jouissance, J’ai éjaculée en balançant mon foutre sur le parquet de mon couloir, faisant des traces blanche en petits paquets alignés… La fin, coulais de mon gland, le long de ma verge pour finir sur les doigts de mon partenaire…
J’avais envie de le sucer…
Je le fis s’asseoir sur une chaise installée dans l’entrée de mon couloir… pendant que je m’accroupissais, il déballait sa bite de son pantalon, devant mon visage, ma bouche impatiente…
Elle était de nouveau opérationnelle, bien raide, tendu avec son gland violet…
J’ai commencée par des petits bisous sur son gland… puis je l’ai léchée comme une cuillère de Nutella…
Je l’ai absorbée doucement avec ma langue qui lui enroulait la verge… Je l’entendais prendre du plaisir…
On entendait mes bruits de sucions et ses plaintes de satisfaction…
Quand j’arrivais en haut de sa verge je lui chatouillais du bout de ma langue humide, son gland violacé qui perlait…
Puis d’un seul coup, je me suis pris une giclée… il m’a éjaculé au bord des lèvres sans prévenir… j’étais en train de le finir en frottant le bout de son gland contre mes lèvres que j’avais arrondie…
J’ai ouvert la bouche rapidement pour que son jus finisse sur ma langue… Mais par la pression ça m’a aspergée le visage… J’en ai reçu dans le nez et les yeux, que j’ai vite fermée…
Je me suis relevée, pour aller dans ma salle de bain m’essuyer et me refaire une beauté…
J’ai remontée mon collant et ma culotte, et baissée ma robe tout en marchant… Pendant que Monsieur s’essuyait, et rangeait son outil…
Je lui demandais depuis la salle de bain, finissant de me passer du rouge à lèvre, de nous sortir des verres et un alcool de son choix dans le salon…
Fini, j’ai été le rejoindre sur le sofa sur lequel il c’était assis, relax…
Il m’a tendu le verre qu’il m’avait préparé… Je me suis assise, recroquevillée, à coté de lui, en me déchaussant (j’avais mal aux pieds…)…
Dès que je me suis installée, je lui ai ressortie sa bite, qui était toute molle et poisseuse…
On a discutés gentiment, pendant que j’ai essayais de réanimer son chibre en le caressant de mes mains, avec mes genoux et de mes pieds, le branlais, en le suçant de temps à autres…
Couchée sur le ventre sur le sofa, je le suçais bien, maintenant… sa tige était en pleine érection…
Je voulais me la prendre dans le cul…
Pendant que je finissais de le sucer, sans le faire jouir, je lui ai déroulée avec ma bouche une capote… sa bite était bien dur et prête pour ma sodomie…
Il s’est levé, puis m’a pris dans ses bras, comme un enfant… je ne sais pas où il m’emmenait, ni ce qu’il voulait faire de moi…
Toujours dans le salon, il m’a posé debout au bout du buffet, m’obligeant à coucher mon corps dessus… à écarter mes jambes…
Pliée à angle droit, tête couchée sur le coté, j’étais complètement à sa merci…
En un geste rapide et synchronisé, il me monta ma robe, et baisser collant et culotte…
Cul nu, je sentie qu’Il m’enfouit son visage dedans pour y trouver ma rondelle, qu’il badigeonna de salive… en me donnant des tapes sur les fesses… me disant des mots cru…
Je sentais sa langue qu’il raidissait pour la pénétrer dans mon anus…
Ma raie trempée de salive,… j’attendais la suite…
Il m’ouvrit les fesses en me les écartant sur les cotés avec ses mains…
Je senti son gland rouler à l’entrée de mon anus…
Il me le poussa avec sa verge bien dure…
Mais il n’avait pas l’habitude de sodomiser, ça se sentait,… Il a été obligé de s’y prendre à plusieurs reprise…
Je l’ai aidée, et fini par me la rentrer doucement et progressivement, ayant peur de me faire mal…
je l’ai rassurée, que mon petit trou avait l’habitude de recevoir …
Il me lima comme dans une chatte de femme…
je le motivais par mes petits cris et gémissement…
Il me claquait bien le cul… m’écrasant contre le bois du meuble à chaque coup de reins… ses couilles me frappant les miennes…
Vers la fin, il mit le paquet pour se faire jouir… j’ai cru qu’il allait me casser, non pas mon cul, il le faisait déjà bien… mais mon meuble qui bougeait et grinçait… Mes petits bibelots étaient tous tombés sous ses coups de boutoirs…
Quand il balança la purée dans un grand râle tout au fond de mon rectum dans sa capote, j’avais les pieds en l’air, les genoux pliés… j’ai criée
Crevés, on ne bougeait plus… j’ai redescendu mes pieds au sol… il c’était effondré sur mon dos, sa bite toujours planté, débandant… on soufflait tous les deux…
On avait bien baisés…
Quand on a repris nos esprits, il s’est retiré en sortant sa bite de mon anus sans son préservatif restant dans mon trou…
Il était tard, il me fit un smack pour me dire bonne nuit, se re froquat, et redescendit dans son appart.
J’ai été me coucher, heureuse de ma soirée, ma capote dans le cul que j’ai conservée toute la nuit à sa place…
J’avais maintenant deux amants à la fois, je baisais deux fois plus…
bises coquines