Histoires d'inceste Histoires de sexe en groupe

LESBIENNES PARTY

LESBIENNES PARTY



Chantal est une adorable jeune femme, cheveux courts et bruns, des yeux verts fascinants, de petits seins qui la dispensent de porter un soutien gorge bien qu’elle en ait une belle collection que l’on dirait “coquine”. Son corps est svelte et elle a gardé une ravissante toison pubienne qu’elle entretien avec délices; un triangle parfait, pas trop fourni qu’elle prend plaisir à tailler assez court et dont elle rase avec méticulosité le bord de ses lèvres intimes.

Elle a depuis quelques années un compagnon mais doit avouer que la passion des premiers temps s’est un peu émoussée. A sa grande surprise lorsqu’elle se caresse, activité qu’elle prise beaucoup, des images curieuses envahissent son esprit. Les souvenirs remontent à la surface et elle se souvient, avec délices, des sensations qu’elle avait, au début de sa puberté, lorsqu’elle comparait avec ses amies leur pilosité naissante; ainsi que les sensations troublantes qu’elle ressentait en caressant sa fente dans la chaleur de son lit avant de s’endormir.

Depuis quelque temps des idées nouvelles et troubles envahissaient son esprit. Certes elle prenait toujours du plaisir en faisant l’amour avec son compagnon, lui sucer son membre viril pour l’entendre geindre de plaisir ou bien qu’il caresse avec douceur son clitoris pour ouvrir sa fontaine à cyprine afin de pouvoir la pénétrer profondément et sans difficulté.

Mais surtout dans ces moments là d’autres images lui venaient à l’esprit; celles de ces filles qui se mignotaient le minou, lorsqu’elle surprenait son compagnon à regarder un film X sur l’écran du PC. Elle savait fort bien que l’amour entre deux filles était un des grands fantasmes des hommes qui aimeraient bien transformer le duo en trio. Or de telles scènes l’émouvaient aussi et elle sentait son slip s’humidifier de façon anormale. Pourquoi deux filles se donnant du plaisir lui donnait l’envie d’être l’une d’elle ? Elle avait même acheté le DVD de “La vie d’Adèle” et le regardait en boucle, quand elle était seule, tout en se caressant avec passion et imaginait être Adèle.

Elle était troublée et même choquée par sa réaction se refusant d’admettre la réalité. A savoir qu’elle aussi avait envie de découvrir les plaisirs de l’amour saphique de façon plus réelle que les petites parties de “touche pipi” qu’elle avait fait avec ses jeunes amies ou la joie de ses premières masturbations par lesquelles elle avait découvert l’orgasme, sans savoir encore ce que cela était.

Chantal avait une amie, plus exactement une connaissance, qui prenait le même train qu’elle le matin et travaillait non loin de son bureau. Elles avaient l’habitude de prendre le café ensemble, de partager parfois un “quick lunch”. Bref sans être de réelles amies elles étaient assez complices se racontant mutuellement les tracas du quotidien, allant même parfois à évoquer leur vie intime.

C’est ainsi que Chantal avait appris que Manon vivait en couple avec une autre jeune femme. Chantal, sans en être jalouse se disait: “Elle sait ce que c’est que faire l’amour avec une autre femme, j’aimerais aussi tant essayer !” Toujours est-il qu’un jour où la conversation tournait autour du sexe Chantal a avoué que depuis un certain temps cela trottait dans sa tête.

– Tu as envie de faire l’amour avec une autre fille ? Je pense que ce serait mieux d’essayer avec une femme bi et non pas purement lesbienne comme moi. De plus nous nous connaissons trop et cela risquerait de gâcher notre complicité. En revanche, je connais une femme, plus âgée que nous, mais encore très jolie avec des petites fesses que bien des jeunes lui envieraient. Elle est mariée avec un garçon charmant mais qui passe son temps à voyager pour son job et je suis certaine que vous pourriez vous entendre. Vous plaire et aller plus loin ce sera à vous de voir.
– Tu ferais cela pour moi ?
– Pourquoi pas ? Jouer les entre-metteuses m’amuse parfois. Si tu es d’accord j’organise un apéritif avec eux.
– J’accepte avec plaisir nous verrons bien….

Quelles que semaines plus tard Manon dit à Chantal:
– Un rendez-vous pour l’apéritif a été fixé vendredi prochain au bar d’un palace de l’avenue Montaigne où son mari a ses habitudes. Arrive vers 19 heures je serai déjà là et ferai les présentations. Son mari sera là aussi mais il restera peu de temps car il part pour Dakar rencontrer un ami à lui, Pierre je crois, il vit en Afrique depuis des années et ils veulent discuter de l’avancée de l’Islam sur cette partie du continent. Je crois qu’Elsa a prévu un dîner ensuite mais je ne suis pas certaine de rester afin de vous laisser seules pour que vous fassiez mieux connaissance. Nous verrons le moment venu…
– Tout à fait d’accord mais passes moi un sms quand tu seras arrivée afin d’être certaine de ne pas arriver avant toi.

Le jour J Chantal prit un taxi, en donnant l’adresse au chauffeur elle se prit à sourire : Avenue Montaigne or l’œuvre majeur de ce grand écrivain n’avait-elle pas comme titre “Les Essais”. C’était prémonitoire, n’allait-elle pas faire un essai ?

Arrivée à l’adresse indiquée elle a admiré la façade de ce palace dont chaque fenêtre était décorée de jardinières emplies de fleurs rouge, mais en parcourant le chemin qui menait au bar elle sentait son cœur cogner dans sa poitrine et devait admettre être un peu stressée !

En pénétrant dans le luxueux bar elle a immédiatement repéré Manon assise avec deux autres femmes et un homme. Manon l’ayant vue aussi s’est levée pour aller à sa rencontre. Elle l’a embrassée sur la bouche du bout des lèvres en lui chuchotant à l’oreille

– Viens je vais te présenter ils ne vont pas te manger!

Effectivement en s’approchant de la table un homme s’est levé pour la saluer cérémonieusement et lui faire un baise main. Il était grand, des yeux très bleus et des cheveux gris sans la moindre calvitie. Il était habillé d’un blazer croisé au revers duquel on voyait la rosette d’une Légion d’Honneur. Un pantalon de flanelle grise, une chemise assortie à ses yeux mais au col blanc lequel était mis en valeur par une cravate Hermès dans les rouges. Ses chaussures étaient d’une célèbre marque anglaise; elle les connaissaient d’autant mieux que son chéri bavait devant le même modèle à chaque fois qu’ils passaient devant le magasin de la rue du Dragon, mais le prix lui avait toujours donné une douche froide.

– Je te présente Michel, le mari d’Elsa. Cette dernière, sans se lever, à ouvert les bras pour accueillir Chantal afin de l’embrasser très chastement.
– Je suis ravie de faire votre connaissance Chantal; Manon m’a tellement parlé de vous que je voulais à tous prix connaître ces beaux yeux verts. Sa description, très flatteuse, était en dessous de la vérité ! Venez vous asseoir à ma gauche.

Elsa portait une combinaison pantalon d’un très joli bleu, une très jolie teinte de cheveux dans les blonds. Excepté un gros solitaire à l’annulaire gauche elle n’avait pas d’autres bijoux.

– Je vous présente Sylvie, la secrétaire de mon mari, elle en sait plus sur lui que moi et a passé plus de temps que moi avec lui.

La dite Sylvie, blonde aussi, était vêtue d’un strict tailleur noir, d’un chemisier blanc assez fin pour laisser deviner par moment les aréoles de seins qui semblaient fort agréables. Des bas noirs avec couture galbaient ses jolies jambes terminées par de beaux escarpins noirs aussi.

Chantal trouvait l’atmosphère surréaliste. Elle était assise sur une vaste banquette, en demi-cercle, coincée entre Elsa à sa droite et son mari à sa gauche. Face à eux, sur des fauteuils, Manon et Sylvie. Son voisin de gauche ne cessait de pianoter sur son portable, jetais de temps à autre une phrase à sa secrétaire qui prenait des notes. Le plus surprenant fût quand lui adressant la parole elle l’appelait Michel et le tutoyait tandis que quand Elsa lui a demandé à quelle heure était prévu l’avion ? Elle répondit :

– Le président a souhaité décoller à 20 heures ce qui nous fera arriver à Dakar vers 23 heures avec le décalage horaire.
– C’est Clémentine qui est la co-pilote ?
– Je crois que c’est elle. Répondit Sylvie.
– Donc mon chéri tu vas avoir de la compagnie bien que certaines sénégalaises soient très belles aussi.
– Sachez ma chère que je ne couche jamais avec une salariée de la société.
– J’ai la même éthique que vous, heureusement que vous n’aviez pas encore engagé Bénédicte lorsque nous sommes allés à Hong Kong j’ai pu ainsi passer des moments délicieux avec elle et Guyonne ! Il est bien dommage que Clémentine soit sous vos ordres j’en en aurais fait mon quatre heures avec délectation !

Puis s’adressant à Chantal elle lui dit : Eh oui Chantal j’aime aussi les femmes surtout quand elles sont aussi jolies que toi, j’espère simplement que tu ne sacrifies pas à l’horrible mode des tatouages, piercing et toison rasée ou épilée !

Chantal ne savait plus ou se mettre et rougissait jusqu’à la racine des cheveux tandis que Manon rigolait franchement mais avait l’avantage de bien connaître Elsa avec laquelle elle avait déjà couché.

Passons aux choses sérieuses, champagne cocktail pour tout le monde dit Elsa.

– Pas pour Sylvie ni pour moi nous partons pour l’aéroport je viens de téléphoner à l’avion pour qu’il soit prêt à décoller dès notre arrivée et Michel se leva et salua tout le monde en ajoutant à l’adresse de Chantal : Faites attention comme je la connais, elle va vous manger toute crue mais vous êtes ravissante !

Les trois filles se retrouvèrent seules et l’atmosphère moins pesante.

– Manon m’a beaucoup parlé de vous et elle n’a pas exagéré vous êtes plus que jolie.

Disant ces paroles elle a posé la main sur la cuisse de Chantal, ne s’est pas contenté de l’y poser mais l’a doucement caressée. On était aux beaux jours et Chantal portait une petite robe à fleurs, assez courte et dont le large décolleté laissait entre voir deux jolis fruits fermes et bronzés. Elsa ne se privait pas de les admirer sans aucune retenue.

Manon se disait en son for intérieur : “Ma petite Chantal si ce soir tu ne sais pas encore les délices de se faire brouter le minou par une fille tu vas le découvrir. Dans le cas contraire je veux bien être excisée.”

Après un autre champagne cocktail Elsa a demandé au garçon qu’il fasse retenir une table à Maison Blanche en insistant pour que ce soit sur la terrasse.

– Tu dînes avec nous Manon ?
– Non j’ai quelque chose de prévu.
– Donc deux couverts à une table tranquille, mais ils connaissent mes habitudes.

Les trois filles se levèrent donc, Elsa ouvrait la marche suivie par Chantal et Manon. Chantal était surprise car elle s’attendait, de la part d’Elsa, à une démarche plus fluide or la sienne avait un coté saccadé surprenant. Tout aussi surprenant que la grosse berline et le chauffeur qui les attendait dehors, le restaurant n’étant qu’à quelques centaines de mètres elles auraient fort bien pu y aller à pied.

Arrivées au restaurant Elsa dit à Manon :

– Je te laisse le chauffeur, il reviendra nous chercher mais surtout tu me téléphones tout à l’heure.

Manon embrassa ses deux amies. Le chauffeur vint aider Elsa à descendre de voiture, elle avait une façon particulière de le faire; se tournant sur la banquette elle posait les deux pieds sur le sol et le chauffeur lui tendait les bras pour l’aider à se redresser.

Elles prirent l’ascenseur, à peine les portes ouvertes un Maître d’Hôtel s’est avancé pour saluer Elsa.

– Bonjour Jean vous m’avez préparé la petite table que j’aime tant sur la terrasse ?
– Bien évidemment Madame F. Je connais vos habitudes.

Elsa prit Chantal par la main pour aller à la table où on les conduisait. Mais elle ne l’avait pas fait comme on donne la main à un enfant, elle avait entrelacé ses doigts dans ceux de Chantal comme aiment à le faire les amoureux en se promenant.

Assieds toi à ma gauche Chantal, face à face c’est idiot et nous profiterons de la vue du soleil couchant sur la Tour Eiffel.

– Parles moi de toi Chantal, excepté que “tu es à coquer” comme dit Manon et elle n’a pas tort je veux en savoir plus sur tes goûts, ce que tu aimes etc.

Chantal était intimidée par cette entrée en matière assez directe ayant de plus la sensation qu’Elsa la détaillait comme un entomologiste l’aurait fait d’un coléoptère inconnu. Les yeux d’Elsa semblaient être des rayons X qui la mettaient à nu.

Le menu, sans prix indiqué, la laissait perplexe tellement les plats proposés lui semblaient délicieux. Le maître d’hôtel est venu poser une bouteille de champagne sur la table.

– Votre cuvée habituelle madame F.

Elsa semblait avoir ses habitudes dans ce restaurant.

Les entrées posées devant elles Florence dit :

– Ce n’est que l’entrée, j’ai la ferme intention de goûter d’autres plats plus savoureux après ce dîner.

Chantal ne savait plus où se mettre et sentait son string s’humidifier. Elle qui n’avait jamais connu les amours saphiques se sentait attirée par un tour noir dont Elsa était le centre.

La conversation se continuait sur un ton badin mais dès qu’une occasion se présentait Elsa posait sa main sur celle de Chantal, elle la serrait plus que nécessaire et laissait ses doigts aller effleurer l’intérieur du poignet là où la peau est si fine. Cette caresse Chantal en raffolait, elle avait pour conséquence de lui faire ouvrir sa fontaine à cyprine. Mais peu d’hommes avaient découvert cette particularité, allant en général à l’essentiel comme les seins ou la délicieuse pilosité de son pubis.

Elle était tellement troublée qu’elle s’est surpris à prendre les doigts d’Elsa dans sa main pour les caresser. Cette dernière ne les retira pas et sembla même y trouver du plaisir.

Tout en fait n’était que douceur et sans paroles elles se laissaient conduire sur le chemin du plaisir.

Le homard grillé était délicieux, le champagne un doux nectar et après un dessert des plus fondant, Elsa a commandé deux eaux de vie de poire et précisant simplement: “Comme j’aime que vous me les prépariez. Elles sont arrivées dans de grands verres ballon dont le fond était empli de glace pilée.

Chantal savait qu’après les nombreuses coupes de champagne ayant accompagné le dîner elle allait être parfaitement pompette mais ne trouvait pas la sensation désagréable et son ivresse relative était augmentée par la fumée du Havane qu’Elsa avait allumé et qu’elle tétait comme le gland d’un pénis pensait Chantal.

Le cigare presque terminé Elsa a demandé au maître d’hôtel de faire avancer sa voiture en ajoutant :

– Pour l’addition vous faites comme d’habitude.

Elle s’est levée en tendant la main à Chantal et s’est dirigée vers les ascenseurs en tenant son hôte par la taille. Chantal sentait cette main chaude et autoritaire à travers le fin tissus de sa robe et pensait que c’était un régal mais n’osait pas faire de même.

Arrivées à la voiture Elsa s’est installée d’autorité à l’arrière droit, place que l’on réserve généralement aux invités. Chantal s’est faite la remarque qu’elle avait une curieuse façon de s’asseoir, posant ses fesses en premier sur le siège et se tenat les genoux pour faire entrer ses jambes.

– Benoît nous allons à la maison directement. Téléphonez à Paul pour qu’il prépare des verres et du champagne.
– Bien madame.

Le trajet ne fut pas très long. La voiture s’engouffra dans un parking pour s’arrêter devant une porte qui semblait être celle d’un ascenseur. Le chauffeur vint ouvrir rapidement la porte d’Elsa et lui tendit les mains pour quelle sorte de la voiture de cette façon particulière de mettre d’abord les jambes dehors en tenant ses genoux par les mains.
Elsa a sorti une clé de son sac pour actionner une serrure et quelques secondes plus tard les portes se sont ouverte sur une cabine. Chantal était assez surprise de voir qu’il n’y avait qu’un seul bouton sur lequel Elsa a appuyé.

– C’est un ascenseur privé ma chérie. Lui dit elle en la prenant par la taille et de son autre main lui tournant la tête pour déposer un baiser sur les lèvres tant convoitées depuis l’apparition de Chantal au bar de l’hôtel.

Pour la première fois cette dernière avait eu les lèvres d’une femme sur les siennes. Elle les avait trouvées douces, fluides comme un zéphire qui serait passé. Avait-elle rêvé ce baiser ou avait–il été une réalité ?

Elsa la fit entrer dans un vaste living aux lumières tamisées. De larges canapés entouraient une table basse sur laquelle était posée un sceau avec une bouteille de champagne et deux coupes.
Chantal était songeuse, se rendant compte qu’elle était au pied du mur de ce qu’elle avait désiré. Que dans moins d’une heure elle serait nue dans les bras d’Elsa et était un peu stressée. Comment cela allait-il se passer ? Serait-elle à la hauteur, Saurait-elle s’y prendre pour donner à Elsa l’orgasme que cette dernière, avec son expérience, ne manquerait pas de lui prodiguer.

Elsa a servi le champagne et s’est installée dans un des canapés.

– Viens prêt de moi belle Chantal que je t’admire de plus prêt.

Chantal est allée vers Elsa qui a tendu un bras pour emprisonner une des cuisses de Chantal. Ce contact lui a donné la chair de poule tellement il était doux. La main d’Elsa est remontée lentement jusqu’à atteindre le slip minimaliste de Chantal.

– Mais ton slip est mouillé petite cochonne et je suis prête à parier que ce ne sont pas des fuites urinaires. Une fille te donnerait-elle des idées lubriques ?
– Elsa je dois t’avouer que je n’ai encore jamais fait l’amour avec une femme mais que mon envie est très forte mais je ne sais comment faire. J’ai l’impression d’être une jeune pucelle prête à se faire manger par le loup, ce dont elle a grande envie mais appréhende un peu.
– Mais tu n’es plus pucelle et je suppose que les garçons ont déjà caressé ton joli buisson, ce que j’ai très envie de faire sans tarder.

Chantal allait s’asseoir à la droite d’Elsa qui lui dit d’un ton un peu brusque :

– Non, viens à ma gauche. (cette manie de toujours mettre les gens à sa gauche).

Chantal se laissa tomber dans le canapé et sa main s’est portée sur le cou d’Elsa pour descendre lentement vers le décolleté, tellement elle avait envie de toucher les petits seins pour en caresser les pointes visibles sous la robe.

– Prenons notre champagne et allons dans notre chambre car je n’aime par faire l’amour à la sauvette sur un canapé et je veux que ta première nuit lesbienne soit inoubliable et encore meilleur que celle que tu as eu avec un garçon, bien que souvent la première n’est pas le grand pied. Pour ma part j’ai eu beaucoup de chance c’était en Grèce et se fût merveilleux.

Les deux femmes gagnèrent la chambre d’Elsa; éclairage très tamisé se réglant en claquant des doigts, musique douce et sensuelle diffusé par des haut-parleurs dissimulés dans le plafond, lit aussi large que long. Toujours intimidée Chantal se laissait gagner par la magie de l’ambiance bien que toujours inquiète de la suite des évènements.

Elsa la poussa sur le lit et entreprit de la déshabiller afin de découvrir ce corps tellement désiré. Chantal fit de même et à sa grande surprise sous la combinaison pantalon Elsa portait un collant noir très opaque mais fendu à l’entre jambe par une large ouverture qui mettait en valeur une jolie toison en “ticket de métro” aux lèvres bien saillantes, entre sa pilosité, car parfaitement rasées.

– Je garde mon collant tu verras cela donne du piment aux jeux que nous allons faire.

Un peu septique Chantal en accepta l’augure. Elle avait quitté sa robe et n’avait plus que son string sur le devant duquel une belle auréole était la preuve de son excitation. Elsa commençait à le lui ôter quand le ding d’un s.m.s. s’est fait entendre sur son portable. Elle a lu le message qui était envoyé par Manon.

“Je suis dans un bar à filles et j’ai fait la connaissance d’une adorable Kim on peut vous
rejoindre ?”.
Réponse d’Elsa:
“Donnes moi 2 h pour que la caille soit à point ! Je pense que l’on pourra faire une belle partie de bridge.”

– Viens ma chérie me montrer d’où provient cette belle auréole qui décore ton string et ne prend pas cette tête là on dirait une brebis que l’on mène à l’abattoir, tu vas vers la découverte de l’extase saphique pourquoi avoir peur ?

Tout en disant ces paroles rassurantes, Elsa qui était allongée sur le lit à coté de la jeune femme entreprit de faire glisser le string pour l’envoyer valser à l’autre bout de la pièce. Elle pouvait ainsi contempler tout à loisir la jolie toison taillée en triangle parfait et dont la pointe marquait le début de la fente dans laquelle devait se trouver un clitoris délectable. Elle admirait aussi les petits seins, un régal pour elle qui n’aimait pas les fortes poitrines, dont les pointes manifestement dures faisaient penser à des fraises des bois.

D’un doigt elle a commencé à caresser une des pointes tandis que sa bouche absorbait l’autre avec délice.
La respiration de Chantal se faisait plus rapide et Elsa était persuadée que la fontaine à cyprine devait commencer à rendre les lèvres du sexe brillantes. Sa main a quitté le sein avec regret, mais en se promettant d’y revenir, pour descendre sur le ventre, caresser d’un index très doux le nombril. Chantal se tortillait tout en râlant. La bouche d’Elsa a délaissé le fruit des bois pour aller déposer un baiser derrière l’oreille de son amante qui adorait ce genre de privauté très douce. La main avait quitté le nombril pour continuer sa reptation vers la toison tant convoitée.
Cette toison douce, soyeuse au parfum de sexe enivrant. Elsa a commencé à la caresser et son index a fait des allers retours sur les grandes lèvres pleines d’une humidité délicieuse.

C’est à ce moment qu’elle a commencé un lent mouvement de reptation pour venir se positionner entre les jambes de Chantal. Ce mont de vénus recouvert de sa tendre forêt lui offrait une vue des plus suggestive et sa fontaine à liqueur commençait à ruisseler d’abondance. La couleur des lèvres brillantes du jus d’amour, l’odeur de fruit de mer attiraient sa bouche tel un aimant. Elle s’est avancée très doucement, sa langue pointant de ses lèvres tel celle d’un serpent. De deux doigts elle a écarté les lèvres de la fente pour faire jaillir le clitoris de son capuchon. Elle pouvait le contempler tout à loisir; sa bouche est venue à son contact, elle l’a aspiré, sa langue l’a agacé, le jus coulait de cette source et elle s’en délectait tandis que Chantal se tortillait de plus en plus en rallant sans retenu. Elsa a immobilisé son bassin afin de pouvoir terminer le cunnilingus jusqu’à l’orgasme dévastateur dont tout le corps de Chantal fût secoué.

– Alors ma chérie tu aimes la bouche d’une femme sur ton fruit d’amour ?
– C’est merveilleux, jamais un garçon ne m’a procuré un tel orgasme en me suçant.
– Tu vas pouvoir faire de même avec moi.

Joignant le geste à la parole Elsa s’est allongée, jambe droite pendant hors du lit, pour offrir sa fente à Chantal. Cette dernière, bien que mal habille au début, a vite trouvé un rythme qui faisait geindre Elsa de plaisir. Chantal trouvait même un certain charme à cette toison qui lui était offerte à travers la large échancrure du collant.

Elle avait bien retenu la leçon de “choses” dispensée par Elsa et était satisfaite de ses travaux pratiques à en juger par les râles distillés par Elsa. Au moment où cette dernière allait atteindre un sublime orgasme prodigué par la langue, encore peu experte de Chantal une petite sonnerie s’est faite entendre et un écran s’est allumé sur la table de nuit. Manon venait de sonner à l’interphone, une adorable eurasienne se tenait serrée contre elle.
Immédiatement Elsa lui dit :

– Je t’envoie l’ascenseur, nous vous attendions, il va falloir prendre le train en marche mais comme je connais Manon cela ne devrait pas poser de problème.
– On arrive et Kim a grande envie de vous connaître !

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire