Histoires de sexe gratuites Histoires de tromper Histoires porno

Le piège de l’amour 4

Le piège de l’amour 4



Les jours passent, laissant les trois hommes à leurs occupations qui sont le plus souvent pêche, plongée sous-marine ou promenade en bateau, nous les femmes en dehors de la plage nous visitons les villes alentours.
Nous nous entendons très bien avec Aline et Johanna que je sens parfois un peu craintive.
Les moments d’intimité avec Lucas c’est quand les hommes n’ont rien de prévu, nous nous promenons le long de la plage en nous tenant par la main ou bras dessus bras dessous en nous embrassant fréquemment.
Et tous les soirs et souvent le matin avant de nous lever les étreintes ne manquent pas, parfois nous avons droit aux remarques de la famille de Lucas, d’après eux je suis trop bruyante pendant nos ébats et cela leur donne envie d’en faire autant.

Le temps passe vite et la fin de la deuxième semaine arrive, avant de retourner chacun dans notre région, les trois hommes ont prévu de faire une virée nocturne.
Aline propose que nous aussi sortions un peu entre filles, Johanna et moi sommes partantes.
Nous partons donc tous les trois et après avoir marché un peu sur la plage nous passons notre temps soit dans les bars soit dans les salles de jeux.

Comme nous consommons aussi des boissons alcoolisées nous finissons par ne plus nous contrôler et commençons à trop parler.
Assises sur banc face à la plage nous évoquons quelques anecdotes appartenant à son passé, quand je m’adresse à Johanna en lui demandant de raconter un souvenir cela déclenche quelque chose qui me laisse un moment sans voix.
Johanna commence à parler de l’époque où elle a été enlevée par un certain Harold, de ce qu’elle a subi en captivité puis de la prostitution.
Rapidement elle est en larmes.
J’ai du mal à croire ce qu’elle raconte et je pense qu’avec ce qu’elle a bu elle est en plein délire.
Aline qui l’a recueillie quand elle a faussé compagnie à son souteneur me confirme la réalité de son histoire.
Estomaquée et incrédule je lui pose quelques questions, n’étant plus dans un état normal elle se lâche et inépuisable donne des détails sur le calvaire qu’elle a subi.
Un ami de Sacha son compagnon leur a appris, articles dans les journaux à l’appui, qu’après avoir été pisté son ancien mac a été pris en flagrant délit d’enlèvement, de sequestration et d’actes de torture sur mineure, à cela s’est ajouté le délit de proxénétisme et qu’il est en prison pour un bon bout de temps.
Je comprends mieux pourquoi par moments elle reste là les yeux dans le vague et l’air triste.

—————————————————————————————————–
J’ai raconté son histoire sous le titre Johanna une vie de putain
—————————————————————————————————–

Avec Aline nous pensons qu’il est temps de rentrer nous coucher et estimons que Johanna a besoin de dormir pour éliminer l’alcool qui la rend aussi volubile.
Pendant le chemin du retour elle est intarissable et tout en pleurant continue à parler de ce qu’elle a enduré.
Nous passons chacune un bras autour de sa taille et essayons de la calmer tout en marchant.
Une fois qu’elle est allongée sur son lit nous restons avec elle le temps qu’elle s’endorme ce qui arrive assez vite.

Le lendemain Johanna vient s’excuser de nous voir gâché la soirée et d’avoir raconté cette triste partie de sa vie.
<>.
Aline la prend dans ses bras et lui répond:
<>.
Elle me regarde et dit:
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Pour ne pas la laisser seule et lui montrer que nous la soutenons, Aline et moi l’accompagnons quand elle va faire des courses puis à la plage et l’aidons quand elle s’affaire dans la cuisine.

Malheureusement c’est la fin des deux semaines de vacances.
Le samedi en début d’après-midi Franck et Aline partent repartent chez eux dans les Alpes, Lucas et moi prenons une autre direction.
En fin de journée nous faisons étape dans un bourg où un hôtel a plu à Lucas.
Nous montons nos bagages dans la chambre et avant de redescendre dîner Lucas me dit:
<>.
<>.
<>.
Je me pose beaucoup de questions mais ne dis plus rien, j’ai peur qu’il me dise qu’entre nous c’est fini.
Le repas commence par un apéro puis il est aux petits soins pour moi insistant pour que je choisisse les plats que j’aime vraiment sans regarder les prix.
Après le dessert il commande deux coupes de champagne. Là je ne comprends plus où il veut en venir, une rupture en trinquant avec du champagne cela n’est pas commun.

Au moment où nous allons trinquer il parle:
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Anxieuse j’attends la suite.
<>.
La surprise est complète, il doit s’en apercevoir en voyant la tête que je fais.
<>.
<>.
Je mets du temps à assimiler puis je lui réponds:
<>.
Il se lève de sa chaise et vient m’embrasser, c’est un long baiser passionné que nous échangeons sous le regard amusé ou indigné des personnes qui dînent dans le restaurant.
Mon coeur bat la chamade.
Pendant que nous buvons le champagne les yeux dans les yeux avec des regards amoureux je constate que ce qui vient de se passer m’a fait beaucoup mouiller et j’ai peur que ce soit visible sur mon short.
En passant une main entre mes cuisses, je constate qu’effectivement le vêtement est bien humide et taché.

Nous regagnons notre chambre étroitement enlacés en nous embrassant souvent.
La porte refermée je me jette au cou de mon amoureux.
Je l’embrasse, je l’embrasse encore et encore.
Plusieurs fois ma langue sort de sa bouche pour y entrer de nouveau et se battre avec la sienne.
Terriblement excitée je me frotte contre lui.
Contre mon ventre je sens sa queue très gonflée qui déforme son short.
Quand je suis un peu calmée mais le ventre en feu je fais glisser son short et son caleçon le long de ses jambes, il soulève ses pieds chacun leur tour pour que je puisse le débarrasser des vêtements.

J’embrasse et lèche son ventre puis je me baisse et m’en prends à ses cuisses avant d’arriver sur son sexe.
Je prends dans ma bouche ses bourses chacune leur tour et je fais bouger ma langue pendant qu’il caresse ma tête et mes joues.
J’embrasse et lèche longuement sa queue bien gonflée par l’envie.
Je m’attaque au gland que je suçote et aspire, mon amant sursaute fréquemment.
J’enfonce le membre dans ma cavité buccale jusqu’au fond de ma gorge et fais bouger ma langue.
Enfin je lui fais une fellation en donnant le plus d’amplitude que je peux aux aller-retour de ma bouche sur la verge.
Malheureusement il a trop envie, il se crispe et ses mains appuyant sur ma nuque il se laisse aller.
La queue tressaute dans ma bouche, une bonne quantité de sperme se répand dans ma gorge, je déglutis et continue la fellation.

Comme il était toujours debout, je le pousse pour qu’il s’allonge sur le lit.
Je ne laisse pas respirer et m’accroupis sur lui.
Mon intimité est tellement humide que j’y fais pénétrer et coulisser sa queue très facilement.
Je fais bouger mon corps pendant qu’il caresse mes seins et agace les tétons, de temps en temps il m’attire vers lui et m’embrasse imprégnant sa bouche et sa langue du goût et de l’odeur de son sperme.
C’est sans douceur que je fais aller et venir ma chatte sur son pénis et j’arrive sans peine à ce que je voulais.
Le membre s’agite dans ma grotte et la semence y coule.

Ensuite je ne suis pas avare concernant les masturbations et fellations quand il faut remettre en forme sa verge.
Pendant que lui, même s’il ne néglige pas ma poitrine, s’en prend à ma chatte et mon anus qu’il doigte ainsi que mon clitoris qu’il masturbe vigoureusement.
Question gémissements et râles je ne me retiens pas.
Il ne fait pas de cadeaux à mon corps m’amenant à la jouissance plusieurs fois et prenant son plaisir dans mon cul et dans mon vagin.
Fatigués nous sombrons vite dans le sommeil.

Le matin arrive, Lucas ne semble pas pressé de se lever, j’en profite pour caresser et pétrir sa queue.
<>.
Je me glisse sous les draps et lui fais une fellation, le pénis grossit rapidement dans ma bouche.
Ne voulant pas passer trop de temps et arriver à ce que je veux, les aller-retour de ma bouche sur la queue sont rapides.
Le résultat n’est pas très long à obtenir, le membre tressaute et le sperme coule dans ma bouche.
Après avoir bu le liquide et sucé encore un peu je délaisse la verge.
C’était sans compter sur mon amant qui fait en sorte que je m’allonge et se met sur moi.
Une fois sa queue enfoncée dans ma grotte il me défonce pendant un moment avant de se retirer et de replier mes jambes.
Le pénis bute entre mes cuisses, avec une main je le positionne contre mon anus dans lequel il pénètre quand Lucas pousse avec le poids de son corps.
Il me sodomise à grands coups de reins ne se souciant pas de mes gémissements provoqués par les sensations que me procurent les mouvements du membre en moi.
Il s’active pendant un moment avant de se soulager dans mon cul.

Ensuite chacun notre tour nous allons dans la salle de bain avant de nous habiller.
En me regardant dans le miroir je constate que je ne suis pas très fraîche avec notamment des cernes sous les yeux.
L’estomac creusé par nos excès sexuels de la nuit et du matin nous avons faim.
Nous gagnons la salle où sont servis les petits déjeuners.
Aprés nous être restaurés nous quittons l’hôtel et regagnons la voiture garée sur un parking.
Puis c’est le chemin du retour.
Rapidement je somnole pendant que le véhicule roule.