Histoires de sexe Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe mobiles

Moi, mon mari et notre fantasme a 3

Moi, mon mari et notre fantasme a 3



L’histoire est simple : C’est celle de notre rencontre érotique et charnelle avec le vainqueur de notre annonce libertine, mon engagement physique à m’offrir durant une soirée et une nuit un autre homme sans contraintes ni restrictions pour la première fois, devant les yeux de mon mari Sam.

Histoire : C’est ce soir… enfin (ou déjà) ! Ce soir nous accueillons notre vainqueur à notre annonce. Le tirage au sort eu lieu il y a maintenant 3 semaines et malgré les mécontents et les réclamations, nous avons maintenu notre engagement à offrir cette rencontre si particulière. En effet, ce soir, c’est le premier soir ou nous accueillerons dans notre couple une tierce personne. Il se nomme Nicolas, il nous a envoyé ces coordonnées, quelques photos et ses papiers d’identité pour valider son accord de respect mutuel. (Petit gage de garantie afin d’éviter tout quiproquo ou mauvaise rencontre.) Nous avons l’angoisse au ventre mais nous ne pouvons plus faire marche arrière. Bien que nous en ayons beaucoup parlé avant ce jour, Sam me rappel mon engagement et le défi de m’offrir sans refus a toutes les demandes de notre hôte et qu’il aura lui-même approuvé. Sans compter sur celle que Sam imposera lui-même en tant que spectateur. Je suis émue et à la fois terrifiée, ce soir j’accueille dans ma vie, dans ma maison et peut être aussi dans mon corps un autre homme. Je sais que je vais tromper mon mari pour la toute première fois et c’est là ma plus grosse honte. Apres cela notre couple sera totalement différent, j’espère qu’il se renforcera au lieu de se briser. Je tiens à Sam plus que ma vie, et si j’ai accepté de franchir ce pas, c’est pour lui prouver ma capacité de lui donner du plaisir dans un fantasme commun et au-delà de toutes mes pudeurs habituelles.

Durant toute la journée, je suis émue, j’ai du mal à me concentrer dans mon travail, le stress me donne mal au ventre durant plusieurs heures imaginant que tout le monde (collègues et amis) savent et que leurs regards sur moi réclament la vision de mon corps et mes actes promis ce soir…

Il est 18h00, je suis rentrée chez moi après avoir déposé les enfants chez ma mère. Je suis obligé de lui mentir pour qu’elle me les garde pour la nuit, prétextant des contraintes professionnelle et l’absence de Sam en séminaire durant 2 jours. Encore un mensonge dont je ne suis pas fière.

Bref, je rentre à la maison et je retrouve un mot de Sam sur la table de la cuisine avec simplement écrit: « Prépare toi, je t’aime ».

Je vais prendre ma douche, mais malgré l’eau chaude à 40°c qui me coule sur le corps je ne peux m’empêcher de frissonner. Stressée et angoissée, je me douche et me lave deux fois puis commence mon nettoyage et mon rasage intime, comme il a été convenu. Entre mes lèvres je découvre mon clitoris déjà gonflé de désir alors que dans ma tête se bousculent certaines envies de fuites et d’abandons. Je me ressaisi rapidement en entendant les clefs dans la porte d’entrée et Sam arriver. Immobile sous le jet d’eau qui ruisselle sur moi, j’écoute ses pas s’approcher, Il me rejoint dans la salle de bain puis voyant un peu mon angoisse me prend dans ses bras pour me sécher et me cajoler. J’en avais besoin et comme toujours : il est là, sa protection me rassures et me calme.

Puis comme à son habitude il m’inspecte et finalise mon rasage intime dans tous les détails. Pour finir il dépose un doux baiser sur mon bouton gonflé pour me dire que je suis parfaite. Il m’embrasse dans le cou et donne le frisson. Puis vient le temps de l’habillage… encore une fois et comme convenue je dois me plier aux exigences de Sam et de Nicolas. Afin de mettre en valeur mon physique tout en étant sexy et désirable, Sam a choisi ma tenue ce soir toute en noir (contraste idéal pour ma peau claire certainement). J’ai sur le bord du lit devant moi : une robe portefeuille, des bas autofixants et des escarpins de 7cm. Aucun sous-vêtements ni même de soutien-gorge ce qui ne m’arrange pas, puisque dès que je me baisserai, mes seins modérés et généreux (90c) pousseront le décolleté de ma robe comme pour s’en échapper. Un brin de maquillage encore et je suis prête à ouvrir la soirée de Sam et découvrir un nouveau monde.

Il est 19h00, l’angoisse monte encore pendant que j’aide Sam en cuisine à finir notre apéro dinatoire… il est l’heure prévue… je commence à transpirer de peur et Sam me rassures… il me caresse la nuque et glisse aussi sous ma robe pour me détendre. Il constate que mon sexe n’est plus excité comme avant… l’angoisse ayant stoppé la sensation de désir, mon bouton restant au plus calme et mes lèvres a peine humide n’indiquent plus mes troubles. Il me répète qu’il restera présent à chaque instant et que ce n’est qu’un diner comme un autre … avec un dessert extraordinaire si je m’en sens capable… Il dirigera la soirée et pourra tout stopper si je le lui demande. Je sais que Sam et notre invité Nicolas seront être des gentlemans mais je ne peux m’enlever de la tête le fait que je vais certainement tromper mon mari et que je risque aussi de casser notre couple pour réaliser ce fantasme.

Il est 19h18 : On sonne !!! C’est lui !!! C’est Nicolas !!!…. Je l’imagine derrière la porte grand et viril comme sur les photos qu’il nous a transmis, les cheveux poivre et sel, avec un physique commun mais bien fait. J’espère secrètement que lui aussi angoisse de nous rencontrer afin que nous ne soyons pas les seuls à ressentir ce stress. Sam me demande d’aller ouvrir, je tremble un peu, je réajuste ma robe pour ne rien laisser voir, et me dirige vers cette porte.

Dans le couloir, elle me semble si loin et le temps semble s’arrêter, seul résonne le bruit de mes talons sur le carrelage …. Puis, 2eme coup de sonnette, je me fige à 1 mètre de la porte… je le distingue à travers le vitrage opacifiant, il semble plus grand que ce que j’imaginais. J’avance un pas, saisi fébrilement la poignée, respire profondément pour canaliser ma peur ….et ouvre.
Nicolas est là, face à moi, à tout juste 3 mètres, il tient à la main un joli bouquet de fleurs et une bouteille de vin ou de champagne (je ne distingue pas bien avec la pénombre et la brume de la rue). Le silence est intense.

N : « Bonsoir… Estelle ?!
Moi : Oui…heu… bonsoir… Nicolas c’est bien cela ??? Entrez, ne restez pas ainsi dehors, Entrez !
N : Merci… quel magnifique maison vous avez et vous,… vous êtes ravissante !
Moi- (timide, rougissante en lui faisant une bise de bienvenue) heu.. Merci… entrez, donnez-moi votre veste, je vous en prie, Sam va arriver tout de suite. »
Voilà Nicolas est là… parmi nous, dans notre foyer, notre vie… le troisième acteur de notre couple. Je pense rêver mais la réalité est bien là… nous avons franchi un premier pas.
Sam : « Bonsoir, Nicolas ? Vous avez fait bon voyage jusqu’à nous ? Entrez, installez-vous …et pour faire tout suite plus simple, je vous propose que nous nous tutoyons ca permettra de casser un peu l’ambiance et cette atmosphère si pesante qui règne ici… non ???
N : Oui avec plaisir… ca aidera tout le monde, je pense aussi… le stress est palpable bien que légitime.
Sam- Oui en effet, cher Nicolas : bienvenue … je suis ravi de te rencontrer enfin. J’espère que tu vas bien …. Pas trop déçu de la réalité ?
Moi (un peu en retrait): Oui, Bienvenue. Venez ! Nous allons nous installer au séjour on sera plus à l’aise pour discuter…
N : Non, non, pas du tout déçu, bien au contraire, c’est très jolie chez vous. Et…le reste semble plus que bien. » (dit-il en me regardant…)

Sam emmène Nicolas au séjour et moi chargée de la veste et du sac de notre invité les suis sagement. Il est plus grand que Sam de bien 10 cm, il n’est pas très gros et présente très bien. On dirait un peu en VRP. Cette image me fait sourire en moi-même, mais un courant d’air froid de l’extérieur passant entre mes jambes me ramène vite à ma réalité … la porte d’entrée étant toujours ouverte. Rapidement, je la ferme de peur qu’un voisin ne nous voie et surtout pour calmer la réaction de mon corps toujours en panique. Sam débarrasse Nicolas des fleurs et de la bouteille tout en commentant la décoration de notre habitation pour l’accueillir chaleureusement, puis après ce rapide tour d’horizon l’installe sur le canapé, pour ma part je range encore ces affaires sur la patère de l’entrée et viens les rejoindre avec la peur au ventre, et l’angoisse me parcourant tout le corps.

Bien évidemment, je suis ce soir : la gentille femme soumise de Sam et comme il est convenu je dois faire le service à ces messieurs. Parfois, un silence lugubre amplifie le bruit de mes talons sur le sol et donne une ambiance très particulière à la soirée qui s’annonce. Durant les discussions et afin de me faire bouger et me montrer à notre invité, Sam me demande de mettre en place le cocktail sur la table basse ce qui m’oblige à circuler entre leurs fauteuils et mettre mon corps en extension pour att****r les flutes dans le meuble juste à côté d’eux. Bien évidemment les 2 hommes ne perdent pas une miette de mes courbes qui se dessinent sous ma fine robe, et le froid (ou la peur) faisant pointer mes seins indique clairement que je ne porte pas de soutien-gorge alors que je passe à quelques centimètres d’eux.

Sam : « Comme tu vois cher Nicolas, nous avons respecté nos accords. Elle est vêtue comme tu l’avais suggérer, et si tu le souhaites elle peut te le prouver…
N : He bien … ravi de le savoir…et oui je veux bien vérifier si tu me l’autorises…
Moi : (timide et saisie de peur face à eux).. Heu quoi ?.. Et comment je fais pour …?
Sam : (rigolant) On a tout le temps… je te remercie de nous servir déjà à boire, mon ange. Nicolas a apporté du champagne, nous allons donc arroser notre rencontre avec… si cela conviens à tout le monde évidement. Et prépare aussi la suite… j’ai quelques bouteilles au frais. »

Sam et Nicolas plaisantent entre eux, pendant que je cherche cette bouteille…Durant ma courte absence, je remarque que Sam à bouger de place et c’est placé face à Nicolas dans un autre fauteuil…afin de mieux l’analyser ou le jauger. Un rival pour lui mais peut être un ami aussi. Je ne sais plus où j’en suis et les observe de loin sans entendre leur discussion. Revenant de la cuisine, je m’avance alors vers eux et Sam me demande de les servir en précisant «Fais le comme nous en avions parlé : Sers nous de face et jambes tendues, s’il te plait mon ange ». Je m’exécute et saisi la première coupe sur la table… l’effet est immédiat, sans soutien-gorge, ma poitrine commence à entrouvrir ma robe et le bord de mes globes blanc de mes seins commencent à apparaitre doucement dans l’échancrure. De plus le fait d’être jambes tendues, m’oblige à me baisser davantage et offre à ses messieurs une vue très plongeante dans mon décolleté mais aussi sur le haut de mes cuisses que la longueur de ma robe ne couvre plus que jusqu’à la lisière de mes fesses. Je me sens mortifier de la posture, et de ma soumission mais cela n’a pour effet qu’une gêne palpable de la part de Nicolas (ne sachant où regarder) et un rire de Sam qui nous observe. Nicolas toujours gêné, malgré sa supériorité physique sur Sam, se sait observé et testé…

L’ambiance est un peu lourde mais très vite Sam détends les choses en parlant du travail et de la soirée, du diner et des affinités de chacun… bref nous parlons, dinons et buvons (beaucoup) tout en riant de nous-même. Cela dure un certain temps afin que nos esprits sympathisent et que nos peurs s’atténuent (partiellement). Puis l’alcool aidant, la soirée avançant et les esprits se réchauffant doucement, Sam, Nicolas, et moi-même abordons le sujet de notre rencontre et parlons de l’annonce et nos échanges de mails, de la soirée, et des idées de chacun. Malgré l’alcool et la seconde (ou troisième) bouteille de champagne qui nous aide vraiment à nous désinhiber, je ne me détends qu’à moitié (et cela bien que j’ai bu plus que d’habitude et que ma tête tourne déjà)… L’ambiance et les corps se réchauffent naturellement avec leurs propos parfois salaces ou grivois, et cela me mets parfois mal alaise sur mon fauteuil juste entre eux. Mon angoisse et mon stress se ressentent physiquement si bien qu’a force de mouvements sur mon siège ma robe laisse apparaitre un décolleté toujours plus prononcé, mes seins pointant au-dessous commençant inexorablement à se dévoiler. Malgré l’ivresse qui me monte au visage, j’essaie de me cacher de leurs regards et m’ajuster discrètement. Ma honte et ma pudeur essayant de garder le contrôle. En ma tête j’essaie de me rassurer de la situation car même si Nicolas et des quelques autres hommes m’ont déjà vu a demi nue sur un écran, il n’en reste pas moins que la réalité est bien différente. Heureusement, Nicolas et Sam sont très gentlemans et courtois avec moi malgré mon stress qui reste très palpable et mes efforts pour rester discrète, courtoise et souriante.

Les discussions vont bon train, et commence doucement à dériver sur les détails de la rencontre, les photos échangés et les performances de chacun, Sam et Nicolas se taquinent mutuellement. Au milieu je n’ose rien dire…. Je reste dans mon rôle de femme soumise…(le silence et la honte m’aide beaucoup pour cela). Sur certaines photos plus intimes et explicites, Sam fait l’éloge de mes prestations buccales (ce qui me met très mal à l’aise et rougir de honte face à eux). Il parle de mes qualités de tendresse et de douceur. Sam est un poète même quand il parle de sexe, et j’aime beaucoup sa description et sa vision flatteuse qu’il a de moi. Inconsciemment cela m’excite et je sens mon corps réagir sans le laisser paraitre.

N : « (tranchant dans le vif) Oui cher Sam, je t’avoue que les histoires et les photos de ta femme sont magnifiques, et que j’ai souvent eu le plaisir de me carresser sur les images de son corps et sa bouche. J’imagine qu’elle a (ou qu’elle doit) avoir un savoir-faire merveilleux et que tu en profites bien souvent. J’imagine souvent la voir en action et je te remercie très sincèrement pour l’invitation aujourd’hui.
Sam- (Gêné et fier) Oui je te confirme, elle est plutôt douée et même si elle n’ose pas les extrêmes, elle prend toujours soin de moi. Et tu sais…depuis notre décision de poster l’annonce de notre fantasme via le site de rencontre je trouve même qu’elle fait des progrès, sans doute la honte, ou la peur de mal faire… »

Sur ces mots, toujours dans le silence, je baisse les yeux de honte… « Comment parlent-t-ils de moi ?? » me dis-je en moi-même. Je me sens vraiment humiliée d’être décrite comme une vraie salope, mais fière aussi d’être reconnue comme une épouse aimante et soutenue par son mari car aucuns de leurs mots n’est vulgaires ou insolents à mon égard, tout n’est qu’éloge. Bien sûr, la discussion se poursuit, et je constate que ses messieurs commencent à avoir leurs pantalons de plus en plus étroits. Je distingue à présent leurs bosses et m’imagine déjà leurs douleurs à cause de leurs enfermements. Pour ma part, mes seins pointent toujours, et ma robe s’ouvre toujours un peu plus chaque fois que je me penche pour saisir mon verre… je croise mes jambes et serre les cuisses pour essayer de garder un peu de dignité sur moi-même mais je sens bien que l’alcool me fait perdre un peu plus de force à chaque minute.
Sam me voyant coincée et renfermer dans mon fauteuil, intervient alors :

Sam : « Estelle, mon cœur, ça va ? Cela te gène notre discussion ? Nous allons peut-être trop loin, je suis désolé mon cœur…
Moi: Heu quoi ? Non, non…je me doutais bien qu’on arriverait à cela…
Sam: Ah, bien. Mais sinon dis le moi…il n’y pas de problème.
Moi:(timide) Oui bien sûr… je … je te dirai déjà.
Sam: je pense que… tu devrais un peu respirer, tu sembles avoir chaud…. Et je pense aussi que l’heure passe et que notre ami Nicolas a beaucoup de mal à être concentré avec ce que tu donnes en spectacle sur tes photos… Je pense que le virtuel pourrait être remplacé par un peu de réel ? Qu’en penses-tu ???
Moi:(agar, je réalisais que les choses sérieuses allait démarrer) Heu… oui. Enfin… Comment ?… je dois ?… Quoi ? (Balbutiais-je)
Sam- S’il te plait ma chérie, tu as très bien compris et tu sais le pourquoi nous sommes là ce soir. Ouvre maintenant ta robe et montre nous tes jolis seins… Nicolas et moi-même n’attendons que cela depuis tout à l’heure…n’est-ce pas ???
N-(gêné sur son fauteuil, le pantalon déformé par son érection.) Heu oui, enfin si elle veut… Oui, j’ai hâte de la voir aussi mais faut pas qu’elle se force…
Sam- Estelle, s’il te plait… tu veux bien te lever…et faire ce que je te demande. »

Je me lève alors, de mon fauteuil, et leur faisant face …délicatement, du bout de mes doigts, j’ouvre les 2 pans de ma robe laissant paraitre mes seins rond et blanc dans la lumière du séjour. Je m’expose ainsi : tête baisser et rouge de honte, debout sur mes talons hauts, eux deux dans leurs fauteuils et moi écartant ma robe pour afficher fièrement et honteusement ma poitrine nue et tendue. Le silence se fait, et l’admiration de Nicolas de me voir en réel est clairement visible sur son sourire et dans son regard malicieux. Sam de son côté se sent fier, et me regarde avec amour… ce qui m’aide un peu à tenir la pose. Sam se lève alors à son tour et me rejoint… je reste immobile… il passe derrière moi et de sa main caresse mes hanches et le pourtour de mes seins, l’effet de sa main sur moi est net, sa caresse durci encore un peu mes tétons et gonfles ma poitrine de plaisir. Sam me les pèse et les effleure, les touche et les pince un peu. Il me donne en spectacle à Nicolas resté assis les yeux exorbités de bonheur et lubrique. Moi je ferme les yeux et « miaule silencieusement » de plaisir sous la caresse oubliant presque notre invité. Puis dans le creux de l’oreille Sam me dit : « Je lui laisse ma place, reste immobile, je pense qu’il a droit aussi de gouter à ta douceur. »(Sam lui faisant signe de le rejoindre)

Moi:(voulant protester) « Quoi ??? heu oui, non… quoi ? comment ? »

Je ne réalise pas encore que Nicolas est déjà face à moi, je suis toute petite à nouveau devant ce colosse de 1.85m. Délicatement, il avance ses mains et me saisit les seins à pleine paumes. Il me les presse avec douceur mais fermeté, les malaxe un peu et les fait rouler. Il les rapproche et les tirs, m’arrachant de petites plaintes et gémissements à peine audibles. Je ferme mes yeux et me mord les lèvres pour contenir mes sensations et ma souffrance. Je réalise qu’un autre homme me touche… je suis perdu et honteuse.

N : “(souriant) Ils sont magnifique, et très doux. Un vrai délice… pour les yeux et le reste…
Sam : Oui, j’aime beaucoup lui tenir les seins, ils sont bien rond et ferme, juste la bonne taille pour mes mains.
N : Pour les miennes aussi…. J’adore… »

Je suis entre eux, petite et immobile, chacun d’entre eux me tenant un sein et commentant leurs sensations sur ma peau, je reste immobile et un peu en panique… Sam est là et cela me rassures. Ils s’amusent de me tripoter et commenter mon corps blanc et tendre. Puis j’entends un « Je peux ? » et l’instant d’après je sens les lèvres de Nicolas se coller a mon mamelons et me téter. Sa langue tournant sur mon aréole et mon téton, le rendant très sensible et dur. Sam, derrière moi, me glisse à l’oreille : « Ça va ? On continue ou tu veux arrêter… ??? » Je ne réponds pas et il ajoute, « Bien, ton silence est la réponse que j’attendais, tu vas te laisser aller et te laisser faire…. » Nicolas continue ces baisers sur mes seins, moi tenant toujours ma robe ouverte et Sam s’éloignant de nous pour admirer le spectacle. Je cherche Sam du regard, pour me rassurer et me calmer, je le fixe laissant Nicolas me dévorer le corps à la fois. Son sourire charmeur me rassure et me confie qu’il surveille toute la scène et que je n’ai rien à craindre… Puis …
Sam : « (s’installant dans son fauteuil) Nicolas, vas-y doucement, Estelle est sensible et il ne faut pas la brusquer. A présent elle est à toi !!!… tu peux la prendre !!! Comme convenue… mais attention je suis là. Pas de bêtises. »

Ces mots font monter en moi l’angoisse d’un cran, mais sa présence me rassure. Je suis la poupée d’un homme qui de ses mains caresse mes hanches et mes flans, mon dos et mes reins et qui de sa bouche lèche et embrasse mes seins déjà sensible.

N : « (se tournant vers Sam) Je te remercie, je peux tout faire ? Tout demander ? Et elle obéira ? Ou dois-je lui imposer et passer par toi?
Sam : Elle est à toi ! Fais comme bon de te semble, elle sait qu’elle doit obéir à tes demandes. Mais avec tendresse je te prie. Si ça ne conviens pas j’interviendrai déjà…
N : Merci…c’est presque trop… j’apprécie… »
Puis Nicolas s’éloigne un peu de moi, pour me toiser sur toute la hauteur, son visage semble heureux de me posséder, il attendait cela depuis maintenant 2 bonnes heures et je suis maintenant devant lui, bien plus petite, presque minuscule et à sa disposition.
N : « Ma belle Estelle, voyons voir si tu es si soumise… écarte ta robe…je veux voir si tu es rasée… ensuite mets-toi a genou je te prie. »

Je lui obéi sans mot dire, toujours tête baisser, je laisse mes mains descendre et ouvrir les plis de ma robe, je la remonte et doucement dévoile ma nudité et ma fente fraichement épilée a son regard dominateur. Ensuite, après quelques secondes, humiliée et docile, je me place devant lui a genou, je devine son sexe toujours en érection et coincé dans son pantalon qui se trouve juste au niveau de mon visage, sa prison de textile me fait machinalement sourire, pourtant ma position ne me rend ni fière ni forte face à lui. J’imagine la suite et sa demander certaine de le libérer pour que je le prenne en bouche…

N : « Maintenant, grimpe sur ce fauteuil à 4 pattes… Petite soumise… »

Un peu perdu, et ne m’attendant pas trop à cette suite, je m’avance alors à 4 pattes sur le carrelage, ma robe remonte sur mes fesses et dévoile mes bas … mes talons ne me servent plus qu’en décoration, et mes seins pendent vers le sol vulgairement. Je m’applique à faire bonne figure et me dirige vers le fauteuil indiqué (celui juste face à Sam), puis monte dessus telle un a****l. Mes mains posées sur l’accoudoir, mes genoux dans l’assise, ma croupe se dresse et mes reins se creusent devant leurs yeux émerveillés. Nicolas à présent derrière moi distingue très bien, sous le tissu délicat de ma robe, ma fente qui apparait dans la pénombre.

N : « (d’un ton plus autoritaire) Tournes toi ! Fais face à Sam et regarde-le ! Ecartes plus grand tes cuisses, mets un genou sur l’autre accoudoir que je puisse bien te voir!
N : Maintenant passe ta main sur ta fente et cambre toi bien. »

Sam surveille chacun des ordres et des actes, et bande fortement dans son coin, il saisit son portable et mitraille de photos ma posture offerte. Je m’exécute, j’ouvre doucement mes jambes et pose mon genou sur l’accoudoir, je sens un peu d’air glisser jusqu’à mon ventre, et caresser mon sexe ainsi dénudé et a peine caché. Nicolas se présente derrière moi, je le regarde d’un coin de l’œil mais continue de regarder Sam toujours très attentif et souriant.

N : (Se voulant rassurant)« Ne stress pas comme ça Estelle, je ne te ferai aucun mal, tu es une magnifique femme et je ne veux rien de plus que ton consentement et ton plaisir. »

Nicolas saisi alors les bords de ma jupe et délicatement la remonte dans un effleurement sur mes fesses et sur mes reins… Je suis cul nu, a 4 pattes devant un inconnu, les seins libres sous moi et lui avec ses grandes mains sur mon bassin qui admire ma croupe fraichement épilée et soyeuse, il m’écarte les fesses pour ouvrir mon scion et voir mon anus….je me sens humilié et dégradée.

N : « (à Sam) Elle est superbe… tu penses quelle ira plus loin ??…
Sam : (A moi) Estelle, on continue ? Ou tu arrêtes ?
Moi : (a demi-mot) heu je sais pas.. heu… on continue, c’est ton fantasme mon chéri, donc …Oui… »

Par sa question, Nicolas avait fait la demande à Sam pour la permission d’être plus entreprenant et plus agressif avec moi… et verbalement je lui donnais moi-même mon accord pour aller plus loin. Nicolas posa alors une main sur mes reins pour me cambrer puis… « CLAC » !!! il venait de me donner une première fessée. Le bruit dans le silence du salon résonna très fortement, la douleur et la sensation de piqure me transperça et me coupa le souffle. Je lâcha un cri de surprise plus que de douleur et regarda Sam pour l’appeler « au secours » mais il ne dit rien. « CLAC »… une seconde fois, sur l’autre fesse Nicolas abattit sa grande main sur moi… Je sentais la chaleur envahir mon fessier et la honte monter à mes yeux…et pourtant je ne bougeais plus. De peur et par surprise.

N : « Parfait, elles rougies !!! Pour me faire pardonner je vais être plus tendre…je te prie de m’excuser Estelle…
Sam : Encore !!!
N : Comment cela ???
Moi : Quoiiiii ??? Non…
Sam : Donne lui encore la fessée, elle ne connaît pas cela, donne-lui la fessée encore deux/ trois fois. Et sur chaque fesse je te prie. Vas-y franchement… même si elle crie.
Moi : Quoi ?? Sam… non… ! »

Nicolas reste un peu perplexe mais obéi à Sam. Je n’eus pas le temps de finir ma phrase et ma protestation que Nicolas avait à nouveau frappé ma fesse, encore plus fortement qu’avant. Je tournai la tête, mes yeux larmoyant vers lui pendant qu’il réarmait son bras pour la suivante. Et « CLAC » à nouveau sur mon cul à présent rouge et endolori… chaque coup m’arrachait un cri de douleur et un sanglot d’humiliation.

Sam : « Ça suffit !! Pardon Estelle, je voulais voir tes fesses bien rouge et surtout si tu restes docile a ton nouveau maitre c’est tout… tu es une soumise ne l’oublie pas et ce soir tu dois être offerte à notre plaisir. Je l’ai demandé justement pour rappeler ton engagement… et tu m’apportes satisfaction par ta tenue… »

Il avait raison, je m’étais engagée à cela ce soir… mais je ne m’attendais pas à une telle maltraitance non plus.

N : (Penaud)«Pardonnez-moi Estelle, je n’ai fait qu’obéir a votre maitre.
Sam : Arrête ton cinéma Nicolas, tu en avais envie aussi… et puis ce soir elle a 2 maitres donc … Fais toi plaisir, je te répète qu’elle est à toi.
N : Parfait alors… nous allons voir ses limites et faire des petits jeux…. J’espère qu’elle sera à la hauteur, sinon… nous la punirons. (rires) »

Encore tremblante et sonnée par les coups et les mots (ou l’alcool), je restais en position offerte, mes yeux mouillés et rivés dans ceux de Sam qui lui jubilait de me posséder par intermédiaire. Pour se faire « pardonner » Nicolas, glissa ses mains sur mes fesses pour les caresser et les soulager, il reposa une de ses mains sur mes reins m’obligeant à me cambrer encore pour tendre mes fesses et de son autres mains flattait mes globes rougis non sans effleurer mon scion… puis toujours en position il glissa très doucement sa main vers l’intérieur de mes cuisses et passa son bras jusque sur mon ventre. Je sentais à présent son avant-bras entre mes cuisses ouverte et contre mon sexe. Il me touchait les seins et le ventre par-dessous, puis très délicatement sa main se dirigeât vers ma vulve nue et disponible… il passa sa main très doucement sur mon sexe presque lisse et glissa un doigt entre mes lèvres pour les entrouvrir. (Je frémis de ce contact impudique). Il continua ainsi quelques secondes me massant le clitoris et fini par déposer le bout de ses doigts dans mon scion et sur mon anus bien en vue. Il indiquait ainsi tout un parcours sensuel et sensitif sur mon corps qui me faisait doucement onduler. « Elle est humide et réceptive !! C’est bien… je pense qu’on va bien s’amuser… » dit-il soudain…

Ces attouchements sont délicats et tendres… cela compense avec la dureté des coups reçus qui me piquaient encore les fesses. Je ferme les yeux pour ne plus trop penser, à la situation, à ma posture, et l’inconnu qui me touche. Puis d’un coup, un frisson me parcours le dos et je rouvre les yeux, je sens son souffle, Nicolas a glissé son visage vers mon sexe, et délicatement vient embrasser ma vulve et mon bouton qui commence à gonfler. La honte, le plaisir et l’angoisse se mêle lorsque je sens sa langue fouiller entre mes lèvres et gouter mon corps frémissant…
Nous y sommes (deuxième pas de franchi), je suis offerte à un autre homme, je suis en train de tromper Sam, mon mari bien aimé, et peut être détruire notre couple. Je commence a paniquer sans pouvoir bouger. Pour me rassurez, voyant mes regards et mon angoisse, Sam s’approche …

Sam : « Qu’y a-t-il ? ça ne va pas? Il te fait mal ?tu veux arrêter ?
Moi : Oui.. il me touche, il me … S’il te plait, je t’aime …je ne veux pas détruire notre couple.
Sam : Tu ne détruis rien, tu le renforce, je suis si fier de toi et du cadeau que tu m’offres. Mais si c’est ton choix alors on arrête.
Moi : Tu es sûr ? On ne détruit rien…. ?
Sam : Oui j’en suis sûr ! Je t’aime ! Et je sais que tu aimes être livrée comme cela. Car tu le fais pour moi et que tu aimes me donner du plaisir tout en recevant, n’est-ce pas ?
Moi : Oui je t’aime, je ferai tout pour toi … Mais …
Sam : Mais rien du tout…je suis fier de toi. Et je sais que tu vas aller au-delà de toutes nos espérances. Penses que je suis lui, et que je suis en train de te faire la même chose. »

Remarque un peu idiote de sa part mais qui me rassura en sentant la langue de Nicolas fouiller encore l’entrée de mon sexe et doucement faire appel à mon plaisir. Quelques secondes s’écoulaient ainsi Nicolas goutant mon clitoris et jouant et glissant ses doigts entre ma vulve et parfois mon anus m’arrachant de petits frémissements de surprise. De son autre main il venait aussi prendre mes seins toujours pendants et effleurant le tissu du fauteuil… j’étais à sa merci totalement…ma robe sur les reins et dans une posture des plus équivoques. Apres un court instant, Sam revient vers moi, me relevant la tête et me dit :

Sam : « Ca va ?
Moi : Oui…j’ai chaud…
Sam : (souriant) Je vois… tu veux quoi ? Qu’il arrête ? Ou autre chose… ?
Moi : Oui… non…C’est bon comme ça… pas plus… (la tête me tourne)
Sam : Tu aimes ça ? Tu es une petite salope coquine ? Ça t’excites d’être offerte ainsi? Tu aimes que je te regarde et te prenne en photo ? Dis-moi ?
Moi : (entre 2 coups de langues de Nicolas qui me faisaient sursauter et vibrer). Oui j’aime bien ça !!! Mais je ne suis pas une salope…, j’ai envie de te faire plaisir… je t’aime mais j’ai honte….
Sam : Dis-le encore ! Dis-moi ce que tu veux !
Moi : Toi mon chéri. »

A ses mots Sam m’embrassa tendrement et présenta son pantalon gonflé de son érection face à mon visage. Il ouvrir sa ceinture, puis son pantalon et sorti son sexe déjà très dure et plein de désir juste devant mon regard… Il me prit alors la tête et d’une main guida son sexe entre mes lèvres à demi ouverte. Son gland entra en moi sans difficulté et je lui fis une fellation très délicate… Cependant je réalise que nous ne sommes pas seuls, Nicolas est toujours là et très aventureux… Voyant Sam prendre ma bouche il s’arrête et lui demande si c’est agréable.

Sam-« Oui c’est sublime, comme toujours, mais ne t’arrêtes pas, elle est à toi mais je me sers un petit acompte aussi.
N- En effet ça donne envie…. »
Puis Nicolas retourne à mon clitoris, m’arrachant encore des vagues de plaisir et quelques gémissements étouffés par le sexe de Sam dans ma bouche.
Sam : « Suce moi bien Estelle, c’est très bien !! Tu aimes sentir sa langue te fouiller pendant que tu me suce?
Moi- (ne pouvant répondre qu’avec les yeux) je hoche la tête doucement en guise de « oui ».
Sam- Tu m’excites… continue. ! »

Nicolas semble très excité aussi derrière moi, je le sens m’ouvrir les fesses de ses mains et sa langue remonter le long de mon scion. Mes yeux s’ouvrent en grand lorsque je le sens glisser sa langue sur le tour de mon anus, comme pour le lubrifier. Sa main caresse mon sexe et pince un peu mon clitoris…je sens ses doigts entrouvrir mes lèvres et mon vagin humide mais sans me pénétrer. Apres quelques va et viens de surface, il remonte ces doigts sur ma rondelle testant ma résistance et mon élasticité… je veux protester de cet attouchement lubrique et sal, mais Sam me remplit la bouche et me maintien de ces mains avec force. Nicolas insiste et me lubrifie l’anus délicatement avec un mélange de ma mouille et de sa salive… puis d’un regard avec Sam il gagne mon accès interdit. Doucement je sens 2 de ses doigts entrer dans mon vagin et un troisième pousser sur mes sphincters anaux. Je gémis et me tortille pour refuser l’intrusion, mais je ne peux empêcher l’inévitable, Nicolas me pénètre seulement de quelques phalanges mais suffisamment pour que mon esprit réagisse : « Mon dieu, je suis en train de tromper Sam, Nicolas me pénètre ! un autre homme touche mon corps et me prend !!! » Cette réflexion me terrifie. Je suis leur poupée, Sam toujours dans ma bouche m’empêchant de crier ou protester, Nicolas m’embrassant le clitoris et insérant ses doigts dans mon sexe humide… je suis perdue entre eux, entre le plaisir et la honte. Puis Nicolas se relève gardant sa main sur ma vulve en guise de caresse… je m’attends à tous dans cette position, je suis immobile et terrifier de ce qu’il va me faire. Mécaniquement je m’applique sur Sam qui s’amuse à déformer mes joues pour me prendre en photos avec son membre en bouche et mes fesses nues en arrière-plan. Nicolas caressant mon dos et mes seins se rapproche de mon oreille en embrassant mes délicatement mes épaules avant de me dire « A mon tour !!! Viens me sucer petite soumise ! » Les 2 hommes se regardent avec complicité et Sam quitte ma bouche, non sans un soupir de regret. Nicolas est debout devant moi et je me retourne pour m’assoir sur le canapé et lui faire face. Je regarde Sam pour le supplier de répondre quelques mots mais ses paroles sont nettes :

Sam : « Alors Estelle, tu ne veux pas le sucer aussi ? Il a bien le droit de gouter à tes talents.
Moi : Mais Sam ?…comme cela ? Sans… ?
Sam : Oui ! A nu ! Pour une pipe tu n’as pas besoin de lui mettre de capote, je veux qu’il sente ta langue l’honorer comme tu me le fais si bien.
Sam : (à Nicolas) : Et toi, interdit de jouir… sinon c’est dehors !!! Compris ?!
N : Oui, compris même si ça sera difficile…(rire) Les yeux de Nicolas brillent de plaisir et d’envie en me surplombant de toute sa hauteur.
N : Alors Estelle, tu viens ? Viens t’occuper de moi, je veux tester tes compétences de suceuse. Mets-toi à genou et viens me sucer la bite ! »

Tristement honteuse, je m’exécute et tombe à genou devant mes 2 hommes, je m’avance vers Nicolas et dirige mes mains vers sa ceinture pour libéré son chibre de sa prison. Il bande aussi très fortement et j’imagine la douleur qu’il ressent coincé ainsi dans son jeans. Délicatement, les mains tremblantes j’ouvre sa ceinture, dégrafe chacun des boutons de son jeans et l’ouvre pour lui faire descendre. Son sexe est beau, comme celui de Sam, pas trop long 16/17 cm peut-être mais aussi épais (environ 5 cm de diamètre). Il ressemble beaucoup à celui de Sam à l’exception qu’il n’a aucun poil. Un sexe d’adulte mais en mode petit garçon. Son prépuce recouvre encore à moitié son gland déjà très rond et dur…. Son mat doucement veiné et rigide se dresse devant mon visage.

Sam : « Nicolas va t’installer confortablement, ne reste pas debout comme cela.
N : Quoi ? Comment ??
Sam : Oui, prend ce fauteuil et installe toi, Estelle va venir te sucer et je te donne un verre de vin pour que tu apprécies le moment, si cela te va ?
N : Heu… oui bien sûr…évidement. »

Nicolas retire son jeans complètement et se dirige vers le premier fauteuil du salon pour s’y assoir. Moi, toujours à genou, et perdue dans mes pensées le suivant du regard.
Sam : « Estelle, mon cœur, donne ce verre de vin à Nicolas s’il te plait. Ensuite obéis à son ordre. Veux-tu ? Ha et puis a moi aussi, je boirai bien un truc s’il te plait. Moi- Heu oui…comme tu veux…de quoi ? »
Je ne réalise pas ma soumission à cet instant, Sam et Nicolas se sont installé chacun dans un fauteuil et moi à demi nue entre eux leur fait le service telle une soubrette apprivoisée.

Sam : « Parfait, j’adore cette soirée…
N :(souriant et verre à la main) Et moi donc…
N : (à moi) Alors Estelle… je t’attends…. Montre-moi comment tu fais. »

J’hésites, mon regard passe de Nicolas a Sam puis à leurs sexes tous les 2 en érection pointant vers le plafond. Je cherche le réconfort de Sam qui arrive lentement et qui ne me rassures qu’à moitié…. Sa main effleure mes fesses à mon passage et tire sur la ficelle-ceinture qui tenait encore ma robe accrochée à ma taille, il me la retire et je me retrouve à présent toute nue entre eux, juste en talons et bas noir…. (L’image d’une prostituée de luxe, d’une bourgeoise soumise me traverse l’esprit).

Sam : « A genou maintenant ! »

Le ton de sa voix est ferme et directif, mais mon hésitation en est la cause. Obéissante je me place face à Nicolas qui a ouvert les jambes pour me permettre de m’approcher. Son sexe, devant moi, pointant fièrement vers mon visage me parait plus grand et gros qu’avant … j’hésite encore le regardant boire son vin.

N : « Alors ma belle, tu as peur ? Suce-moi ! Fais honneur à ta réputation de salope… »

Je regarde Sam qui sourit et m’encourage par sa présence. J’approche doucement mes mains et saisi la base de ce sexe nouveau pour moi… il est doux, chaud, et lisse…. Délicatement je tire sur le prépuce pour découvrir son gland rouge et soyeux. Puis lentement, je l’embrasse et le prend dans ma bouche…. Le soupir (ou le râle) de Nicolas exprime l’effet que je lui procure et la délicieuse sensation de chaleur que je lui offre. « Je trompe Sam, je suce un autre homme… et en plus devant lui, j’ai honte, pardon mon amour. » mes pensées s’entrechoquent dans ma tête… mais je ne m’arrête pas. Je pense à mon engagement et son fantasme. J’entends Nicolas soupirer de bonheur sous la pression chaude et humide de mes lèvres et de ma bouche sur son sexe. Je le titille un peu du bout de ma langue avant de reprendre à pleine bouche… Je m’applique, le gobe, le fais coulisser dans ma main et entre mes lèvres. Je le fait entrer en moi selon son désir… comme Sam, il est un peu trop grand pour le prendre en entier mais mes mouvement et sa bonne taille suffisent à me remplir la bouche et a lui donner un maximum de sensation. Sa main libre se pose à présent sur ma tête pour m’empêcher de fuir et me pousser un peu loin parfois. Je sais que Sam me vois et me photographie… j’espère qu’il est fier de moi. Nicolas, lui, déguste de la vision et la sensation de ma pipe tout en buvant son vin. J’imagine la scène : moi à genou entre ces jambes, nue et fesses tendues, entrain de sucer pendant que les hommes échangent encore quelques mots verre à la main. On dirait un film noir. Nicolas commence à gonfler en moi, et je sens que si je continue il va jouir… j’essaie de me retirer mais il me bloque. Heureusement il reprend conscience et me libère avant que cela n’aille trop loin… je le retire mais continue mes baisés sur sa hampe et ses bourses… Je me redresse, lui caresse un peu les testicules et les lui embrasses. Il semble être au paradis…

N : « (surexité) Haaa bon sang, que c’est bon…putain ! Suce moi encore…tu es trop bonne… aller bouffe moi les couilles aussi, lèche moi bien la bite et les orphelines, je suis sûr que tu aimes te montrer petite pute… tu aimes montrer ton cul à ton mari pendant que tu me suces… tu es une bonne chienne. Vas-y place tes mains dans ton dos, écartes tes fesses pour ton mari, je veux voir tes seins se balancer pendant que tu me suces… obéi salope… «

J’obéi encore, bien que ses insultes me gênes et m’humilient autant que la posture offerte que j’offre à leurs regards. Sans attendre, je place mes mains dans le dos, je plonge sur sa queue pour la glisser entre me lèvres, je le serre, l’aspire et le suce du mieux possible parfois je le sort pour m’appliquer sur ses testicules que je gobe et leche… lui de son côté appuis sur ma tête pour me donner la cadence et la profondeur… il aime voir mes seins pendre sous moi et imprimer le rythme de mes aller-retour sur son sexe tendu. Puis Nicolas m’interrompt pour éviter le drame ou juste profiter de ma posture et de la scène…

N : « Bravo belle suceuse, tu as failli me faire exploser…. Viens maintenant me branler avec tes seins… dépêche-toi…
N :(à Sam) Tu as vraiment beaucoup de chance avec ta femme…. Sincèrement. Elle pompe divinement bien…
Docilement je remonte entre ses jambes et sur le canapé pour glisser son sexe entre mes seins… puis de mes mains, je l’enserre et le fais coulisser entre mes mamelles… nos regards se figent l’un vers l’autres et ses mains accompagnent mes mouvements….
N :(à Sam) Viens te joindre à nous mon ami… après tout c’est ta femelle… donc profites en..…
Sam : Non je te remercie, ce soir c’est la tienne… elle est offerte et je préfère la voir ainsi. »
Intérieurement je regrette un peu que Sam ne vienne pas me secourir, mais d’un autre point de vue, je me concentre pour m’auto convaincre que Nicolas n’existe pas et que c’est à Sam que je fais l’amour ce soir.
N : « (à Sam) Mon ami, merci mais j’insiste… viens l’honorer aussi…elle mérite d’être récompenser pour tout le bien qu’elle me donne.
Sam : Que veux-tu ? … je ne suis même pas censé intervenir… je le ferai après toi…peut être.
N : Tres bien…. Donc je peux en faire ce que je veux… et même l’a baiser ?
Sam : Absolument… tu as toute la soirée pour cela… enfin si elle est d’accord… bien qu’elle n’ait pas vraiment le choix.»

Entre eux 2 et leur conversation, le sexe de Nicolas entre les seins et parfois au bord des lèvres, je me sens perdue… que veulent-ils vraiment de moi…et comment ?

N : « (Autoritaire) Relève toi ma belle, j’ai envie de ta petite chatte… approche… »

J’obéi…

N : « Approches je te dis… ! »

Nicolas, sans tendresse, passe sa main entre mes cuisses et saisi mon entrejambe pour me tirer vers lui. Je tombe à demi sur lui et sur le canapé, lui mettant mes seins en plein visage… ce qui lui procure sans doute un sentiment de puissance. Tout en essayant de me relever et le repousser, il me suce un sein, le mordille pour me faire gémir et à la fois je le sens insérer 2 doigts dans mon vagin pour me faire onduler. Son intrusion me fait mal et je me tords sous sa contrainte. Je suis sur lui, il me veut. Et me le fait savoir… il m’ordonne un baiser « Ouvres ta bouche et Embrasse-moi !!! », et tout en fourrant sa langue dans ma bouche, il vient écarter mes fesses et toucher mon scion. Je me cambre pour échapper à son emprise mais reste maintenu par la force de ses puissants bras… Sa langue me fouille la bouche et mes supplications s’étouffent en gémissements.

N : « Je te veux et je vais te baiser, petite salope !!… Aller tourne toi! Face à Lui… ! Maintenant ! Je veux qu’il te voit quand je vais entrer en toi ! »

Son regard est froid et presque cruel lorsque qu’il m’ordonne de refaire face à mon mari. Je me redresse face à lui et doucement me retourne face à Sam les yeux ébahies du spectacle que je lui offre.

N : « (derrière moi) Aller Estelle viens te mettre sur ma bite, viens t’empaler… je suis sûr que tu en a envie… tu vas me sentir dans ta chatte et dans ton ventre… et je veux que tu le fasses devant ton mari comme une bonne soumise que tu es. Aller dépêche-toi. »

Face à Sam, honteuse et un peu larmoyante, je tourne le dos à Nicolas qui me saisit les poignets pour me faire descendre sur son sexe ériger comme un poteau sous moi…

Sam : « Stop !!! Tu n’oublies rien… ??? Capote mon ami…
N : Oui c’est vrai, ça sera encore meilleur et comme cela je pourrai jouir en elle sans me soucier de te la féconder. »

L’ambiance glauque retombe d’un coup, l’intervention de Sam a été bénéfique et m’a remis les pieds sur terre. Moi qui quelques secondes auparavant (comme sous hypnose) allais me laisser perforer le ventre sans résistance ni même réactions.

Sam : « Ma chérie, va chercher ce qu’il faut, c’est sur le buffet dans l’entrée, Nicolas les as amené dans son sac… d’ailleurs tu peux amener tout le sac… je crois qu’il y a des petits trucs sympa aussi…
Moi : Heu…oui…si tu veux… oui… »

Docilement, et nue je m’éloigne de la pièce, leur offrant une vue sur mon fessier encore rose des claques reçues en début de soirée. Je cherche alors le sac remplit de divers objet inconnu pour moi (sauf un gode que je distingue au fond). Au milieu de ce bazar, je trouve enfin le paquet de préservatifs qui semble encore plein et dont l’inscription indique « extrafin – peau à peau – endurance ». Clairement, il s’agit d’une protection tellement fine que je ressentirai les choses comme si rien ne nous séparait… et qui dit endurance, dit aussi retardateur pour faire durer le plaisir et l’acte. Je me dis en moi-même que la soirée risque d’être longue et très délicate pour moi… je regrette presque d’avoir accepté ce jeu et cette situation malsaine. Pourtant je suis déjà allé trop loin.

De retour au salon, je découvre que les 2 hommes sont à présent totalement nus et m’attendent la bite fièrement dressée. Malgré moi, je souris de les voir ainsi, oubliant presque moi aussi que je suis nue et que c’est moi qui vais devoir les satisfaire. Par habitude je me dirige vers Sam et ouvre la boite pour en extraire le capuchon protecteur.

Sam : « Où vas-tu ? Tu te trompes de personne ma chérie, mais ce n’est pas grave…

Moi : (en riant, encore ivre) (merci l’alcool) Oups, pardon tu as raison… »

Je me retourne et fait face à Nicolas, mon sourire s’efface rapidement réalisant que le capuchon en main c’est à lui que je vais devoir le passer. Lui qui quelques minutes avant me traitait comme une femme de petite vertu. (Que je suis devenue). Lui qui dans quelques minutes maintenant va venir dans mon corps. J’angoisse.

N : « Aller Soumise, viens ici. J’attends… remets toi à genoux et suce moi pour me réchauffer un peu avant… »

J’obéi et m’avance devant lui avant de me pencher sur son sexe. Sans ménagement il me saisit la tête et m’enfonce sa bite dans la bouche presque à m’étouffer et me forçant à le sucer avec vigueur… pendant plusieurs aller-retour je manque de vomir tellement il me l’enfonce loin vers la gorge…. Son comportement a changé, il est devenu brutal, plus sûr de lui et très autoritaire… sans doute emporté par l’action et mes faveurs.

N : « (plus calme) Parfait, tu es une belle soumise, viens maintenant te mettre sur moi et montre a Sam ce que tu lui as promis pour votre fantasme. »

Je me redresse alors, regarde Sam avec inquiétude, mais son sourire me fait comprendre de poursuivre … j’approche le préservatif de Nicolas et doucement le déroule sur toute la longueur de son sexe… Il semble aimer cela et même si personnellement je trouve le préservatif un peu étroit pour sa taille, je continue et le flatte de ma main….

N : « Merci Estelle, maintenant tourne toi, je veux que Sam ai aussi du plaisir ce soir et je veux qu’il te voit offerte comme tu t’y es engagé. »

Sans dire un mot, je me retourne a nouveau et regarde Sam face à moi, il bande très fort aussi, j’aimerai m’occuper de lui plutôt que de Nicolas…

Sam : « Estelle ma chérie, ça va ?
Moi : (interrogative et ivre) Oui… je crois…
Sam : Tu es sure ? Tu veux franchir cette étape ?
Moi : Heu….. je t’aime, pour toi …heu oui… si tu le veux
Sam : Oui, je le veux… »

Nicolas me saisit alors les hanches et place ses jambes entre les mienne, m’imposant d’ouvrir en grand les cuisses. Puis doucement il me tire vers lui m’obligeant à m’assoir sur lui. Sam viens de se lever et s’est approcher de nous, je lui tends ma main comme pour me sauver, il l’a saisi et l’embrasse… Main dans la main, mon regard toujours dans les yeux de Sam, je sens le contact du sexe de Nicolas contre mon scion… je sursaute de ce premier contact mal placé.

N : « Place ma bite en toi, salope soumise… Vas-y réchauffe moi avec ton ventre. A moins que tu veuilles que je t’encule directement. »

Toujours le regard fixe, mon autre main glisse vers mon entre jambe et saisi le sexe de Nicolas qui effleure mes lèvres humides… « Nous y sommes ! Il est prêt ! Je le tiens dans ma main et il va me prendre ! Je suis en train de briser ma vie et mon couple ! Sam me regarde, j’ai honte même si je sais que cela lui fais plaisir, une larme commence à monter». Mes pensées se bousculent encore. Les mains de mon amant me tienne toujours les hanches pour garder mon équilibre mais ne me porte presque plus… Ma main guide à présent le gland de Nicolas entre mes lèvres, puis plus loin, « il me pénètre ! je le sens en moi, son gland est gros et chaud, il m’écarte et m’ouvre entièrement…» je le tiens encore et me laisse descendre sur lui enfonçant inexorablement son sexe dans le mien. « Il est en moi !!» Je le sens m’ouvrir le ventre et son gland vient buter contre le fond de mon vagin. Je m’immobilise une fois l’action faite. Les larmes me montent aux yeux, je me sens pleine et humiliée… Sam soutien mon regard et constate avec bonheur (ou effroi) que le sexe de Nicolas est pratiquement entier en moi. Nos mains ne se quittent plus… « Voilà il est cocu….mais il l’a voulu. » cette pensée me fait presque rire, mais les sanglots de honte sont plus fort et quelques larmes coulent de mes yeux. Nicolas derrière jubile de me sentir le serrer et de me remplir le ventre… me sanglots donnent quelques soubresauts à mon corps ce qui amplifie encore sa sensation de pénétration … « lol, la boite avait raison… peau à peau.. je le sens en moi sans problème, son gland, son mat et ses veines, sa chaleur. Même nos battements de cœurs je les ressens en moi ». Je me sens honteuse et humilier ainsi pénétrée, cuisses grandes ouvertes et remplis par cet inconnu d’internet. Je suis pleine de lui, ses mains on lâcher mes hanches et me caresse le dos et les fesses à présent.

N : « Merci douce soumise, tu es délicieuse…. Maintenant ondule ton corps et montre a ton homme comme tu aimes te faire baiser. A-moins que tu souhaites que je pistonne directement.
Moi : (sanglotant) Oui… je vais faire… »

Toujours en contact avec le regard de Sam, celui-ci me lâche la main pour saisir son portable et me prendre en photo. il observe la scène que je lui offre, mon corps nu, mon sexe ouvert et plein, mes seins ronds pointant en avant et parfois soutenus par d’autres mains.

Sam : « Estelle ca va ?
Moi : Oui…. Je … je t’aime tu sais… je te demande pardon.
Sam : Pardon de quoi ? De me faire honneur et plaisir ?
Moi : De te tromper…
Sam : Tu me rends fier, ce n’est pas pareil… maintenant ma chérie ondule comme il te l’a demandé, n’oublie pas que tu dois te donner a toutes ses volontés… »

Je sens Nicolas se raidir en moi, poussant un peu plus son sexe dans le mien… je commence alors mes ondulations et quelques va et viens…je le sens me pénétrer et me baiser…ou devrais-je dire, je me baise sur lui… durant plusieurs minutes, il me pistonne parfois en douceur parfois avec vigueur, faisant sauter mes seins en cadence, melant les compliments et les commentaires salaces voir certaines insultes humiliantes.. Sam, lui ne perd aucun moment et me photographie en détail.

N : « Tu es bonne Estelle, tu aimes me sentir comme ça…tu aimes être offerte et baiser ?
Moi : (hésitante mais jouant le jeu) Oui j’aime ça…
N : Ça t’excites de te faire prendre comme ça devant ton mari, avoue le ?
Moi : Oui, j’aime …. J’aime ça…
N : Tu aimes ma bite qui vient cogner au fond de toi, tu la sens bien qui te bourre la chatte ?
Moi : Oui je la sens….oui
N : Montre toi mieux à ton homme, soumise, redresse toi un peu salope bourgeoise, mets tes mains derrière ta tête et ton dos, je veux qu’il regarde sa femme se faire baiser et sauter sur ma queue…
Moi : Oui… que tu me baises pour lui… »

Je lui obéi et lui réponds sans réfléchir, le sentant coulisser en moi, son gland frappant mon utérus et sentant mes seins balancer lourdement devant moi… je place mes mains en arrière et me cambre encore sur ce pieux qui me remplit complètement et me donne le frisson. Nicolas, me tiens la taille et imprime la cadence. Il me besogne avec force et tendresse. Malgré la scène et la honte ressentie, j’aime cette sensation d’être nue et offerte mélangée à celle d’être rempli par ce sexe… je me laisse porter par l’action durant de longues minutes. Le bruit de me fesses sur les cuisses de Nicolas, nos gémissement de plaisir et parfois de douleur (pour moi), offre un spectacle pornographique sublime a Sam qui se caresse devant nous. Puis Sam s’éloigne un instant avant de revenir avec à la main le sac de Nicolas…

Sam : « (à moi) Estelle ? Ca va ?…
Moi : Oui…je… je t’aime tu sais… je te demande pardon…
Sam : Pardon de quoi ??? d’être ainsi ? nue ? de te faire et baiser… ?
Moi :(dans un gémissement) de ressentir du plaisir….
Sam : tu as raison, ce n’est pas correct… tu devrais avoir honte…
Moi : (les yeux grand ouvert de sa réponse) mais je le suis.. Mais ??… Pardonne moi mon ange. Sam, pardon…(en suppliant et en fondant en larmes)
Sam : Je plaisante mon cœur… calme toi…. Mais maintenant, on a va jouer un peu… ça sera ta punition pour me tromper sous notre toit.
Moi : Sam.. Pardon, non je ne voulais pas… non…
Sam : Détends toi…tu es a nous ce soir…on ne te veut aucun mal, pas vrai Nicolas ?
N : Mmmmm ouiiii , c’est clair,… on va bien s’amuser avec toi… Nicolas me soulève alors me libérant de son emprise, et je tombe à genou devant Sam pour me faire pardonner…
Sam : Bien !!!…Estelle… ca va ??? …Tu veux arrêter ou bien te faire pardonner ?
Moi : Je …je ….(e ne comprends plus la question : je veux me faire pardonner en arrêtant ce supplice, ce n’est pas clair pour moi) je veux que tu me pardonnes…
Sam : Parfait… j’attendais cette réponse… donne-moi ta main mon cœur et plonge la dans ce sac s’il te plait… Ressort le premier objet que tu touches et cela sera ton premier défi… »

Hésitante, je me retourne vers Nicolas, qui reprenant son souffle souri à présent de me voir entre eux, obligée de choisir parmi les objets lubriques qu’il a ramené ce soir… Je me retourne encore et face à Sam plonge ma main dans le sac. Je sais qu’un gode s’y trouve et je prie pour ne pas le toucher… ma main touche une étoffe et je m’en saisi rapidement avant qu’un nouvel ordre de Sam ou Nicolas vienne m’imposer quelque chose de pire.… En ressortant ma main je constate que je tiens entre mes doigts non pas un mais 2 rubans de tissus. La précipitation m’ayant fait refermer les doigts sur plusieurs objets, je regarde Sam.

Moi : « C’est quoi ?? … Je… Je prends lequel ??
Sam : On va prendre les 2… tu te sens prête à jouer… ???
Moi : Heu…comment ?? Quoi ?? (J’hésite encore)
N- Parfait, joli choix, je vais t’aider ma belle soumise… tu es a moi ce soir donc a moi de te préparer et faire mon devoir…. Viens me voir et tourne toi, rassures toi ce n’est qu’un jeu et je pense que tu l’aimeras. »

Nicolas a présent derrière moi, Sam devant, il prend le premier ruban et me le passe devant les yeux… je suis à présent sans contact visuel avec Sam et l’angoisse me reviens rapidement. Nicolas saisi ensuite l’autre ruban et me glisse a l’oreille «Devant ou derrière ??»… sans que je n’aie eu le temps de répondre, il me saisit les poignets et m’attache les mains dans le dos…. Sam est juste à côté de moi, je sens son souffle devant moi, il m’embrasse et me murmure « je t’aime, n’ai pas peur». Puis chacun d’eux s’éloignent me laissant immobile au milieu du salon, cambrer sur mes talons, les mains dans le dos et aveugle… je sens mes seins pointer devant moi, j’imagine la scène que j’offre et avec quelle impudeur je me livre. J’entends qu’on déplace des meubles a côté de moi, et Sam qui me prend encore en photo…

N : « Estelle, marche pour nous, mais ne te fais pas mal, avance doucement on va te guider. »

J’avance de 2/3 pas, puis je sens une main me saisir le bras… la sensation est intense, je sais que la main qui me tient est celle de Nicolas. Il me fait tourner dans la pièce plusieurs fois, au point que j’ai un peu de mal à garder mes repères et mon équilibre. Sam a mis un peu de musique pour mon défilé impudique. Puis après un moment il m’immobilise et me lâche.

N : « Avance d’un pas… ! (J’obéi…) Encore un …
Moi : Oui… que faites-vous… ???(Inquiète)
N : Silence soumise !! Écarte un peu tes jambes maintenant. Ne bouge pas ! »

Sam a arrêté la musique pour faire place à un silence angoissant…. Je ne sais pas trop ou je suis dans la pièce. Mais je ressens sur ma poitrine, mon ventre et vers cuisses, un peu de fraicheur… je ne vois rien, j’entends seulement mes 2 dominants murmurer derrière moi et quelques cliquetis de photographie… le temps passe. Je reste immobile et ne bouge pas durant cette séance de photo lubrique…

Sam : « Bien maintenant bombe le torse ma chérie, et cambre toi…. Je veux voir tes seins se gonfler et pointer… (J’obéi)
N : Elle est superbe comme cela… tu as raison de l’exposer cher ami…
Sam : Tourne toi maintenant et reprend ta pose….
N : Magnifique… Estelle tu es une magnifique soumise… Avance d’un pas s’il te plait….et cambre tes reins au maximum, qu’on puisse voir ton sexe par derrière… »

J’avance, et me penche en avant pour leur offrir la vision demandée …. Le temps passe…. Puis Sam remets à nouveau la musique… Nicolas se rapproche à nouveau de moi, effleure mes seins tombants et caresse mon fessier tendu en arrière… « tu es superbe » me dit il a l’oreille… avant de m’embrasser. Puis il me saisit le bras et me guide à nouveau dans la pièce… Je réalise à ce moment que nous allons tout droit et qu’en réalité je m’exposais devant la baie vitrée du salon (l’air frais venant du vitrage proche de ma peau)… je veux me libérer de sa main et commence à demander des explications.

Moi : (Enervée)« Sam !! Sam !! Tu es ou ? Qu’est-ce que tu me fais faire ? Libérez-moi…
Sam : Calme-toi, c’était ta punition et tu l’as réalisé sans effort et avec une grande classe… »

Derrière moi j’entends le rideau se tirer, ce qui confirme que je me suis bien exposer à la fenêtre totalement nue, et face à la propriété de notre voisin déjà lubrique. La honte me sert le ventre et le feu me monte au visage.

Moi : « Sam libère moi je t’en prie, dis-moi que tu ne m’as pas offerte au voisin, non. Je ne veux pas …
N- Calme toi, ne nous donnes pas des idées supplémentaires… Ce n’est qu’un jeu Estelle… il n’y avait personne et le rideau est toujours tiré, ne t’en fait pas… nous voulions juste te mettre en stress et en condition pour la suite… »

Nicolas retire mon bandeau et je constate avec soulagement que le rideau est bien fermé et que toute la mise en scènes a certes été faite pour m’exposer mais que personne d’autre ne m’ai vu ainsi. (enfin je crois)

Moi : « (a demi-soulagée et honteuse) vous êtes dégueulasse de me faire ça… »

L’angoisse et la pression retombant je commence presque a en rire avec eux… pourtant mes mains sont toujours liées, et Nicolas revient déjà avec le bandeau…

N : « Bien soumise, on va vraiment jouer maintenant, les choses serieuses vont commencer… nous allons voir comment tu te débrouilles… »

Nicolas me rebande les yeux et me place au centre de la pièce. D’une petite tape sur les fesses, il m’ordonne de ne plus bouger et d’ouvrir mes jambes… Il glisse sa main sur mon ventre, me pince un sein, puis saisi dans sa grande paume mon sexe humide… il joue de me tenir ainsi, il glisse 2 doigts en moi et les fait aller et venir. Mon clitoris ne reste pas insensible à la caresse et je commence à me tortiller sur place… je me pince les lèvres pour ne pas gémir de ses attouchements. Je préférerais que cela soit la main de Sam, il serait sans doute plus tendre.

N : « Estelle, comme ce soir tu es à moi et que Sam a vu ta totale soumission. Maintenant qu’il est officiellement cocu par ta faute, je vais à présent te donner plusieurs ordres que tu vas devoir exécuter, je ne tolèrerai aucun refus ni plaintes. Tout manquement sera sévèrement puni… suis-je clair ?
Moi : (perdue dans mes pensées) heu…oui…c’est clair.
Sam : Je t’aime ma chérie…sois docile… je vais aller prendre ma douche durant ce temps. Nicolas, je te la laisse, ne lui fait pas de mal et profites en bien…je reviens après…
Moi : (paniquée) Sam.. Quoi ? Ne me laisse pas. Non, s’il te plait…. Nooon ! »
Je l’entends s’éloigner, me laissant seule avec notre invité, la peur me saisit à nouveau… il m’avait pourtant promis… je reste immobile et tétanisée attendant les premiers ordres… au loin j’entends l’eau de la douche couler, je suis à présent nue et docile face cet inconnu.
N : « (autoritaire) Ecarte tes jambes salope ! Mieux que ça… ! Tu as honte ? Tu aimes être traité comme cela ? Réponds-moi connasse?
Moi : (hésitante) heu… oui…
N : Parfait car c’est pas encore fini… j’ai été gentil tant que ton mec étais là, mais maintenant je vais me faire plaisir…»
Je me force à jouer le jeu afin que Nicolas calme ses ardeurs et soit plus tendre dans son discours et ses demandes.
N : « Cambre toi bien, je veux voir ton cul en détail… je suis

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire