Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe lesbiennes

Le travail mène au sexe

Le travail mène au sexe



En prenant de l’âge ma sexualité est toujours aussi débordante.

Dans la journée mon mari aime faire l’amour ailleurs que dans un lit: en forêt, dans la voiture ou sur l’herbe, sur le canapé mais surtout sur le sol du salon.
Après m’avoir embrassée il caresse mes seins et torture les tétons sans ménagement, allongés tête-bêche il me lèche longuement le sexe et fouille mon intimité avec sa langue.
Pendant ce temps il met un puis deux doigts qui s’activent dans mon cul pour en agrandir l’entrée ensuite il continue à doigter mon anus tout en masturbant mon clitoris sensible au plaisir qui monte dans mon ventre pendant que je suce sa queue.
Tant qu’il bande sans mon aide si j’ai le malheur de toucher sa verge avec mes mains il me les attache dans le dos en disant qu’une salope expérimentée comme moi n’a pas besoin de ses mains pour s’occuper d’une bite.
S’il se positionne au dessus de moi il m’est facile de prendre son pénis en bouche mais s’il s’allonge à côté de moi je dois me contorsionner à en avoir mal au cou pour lui faire une fellation ce qui l’excite beaucoup.
Nous prenons beaucoup de plaisir dans ces moments la et il me fait jouir plusieurs fois avant d’éjaculer dans ma bouche, j’avale le sperme puis il me pénètre et défonce en prenant son temps ma chatte puis mon cul avant de l’arroser de sa semence.

Il me sodomise souvent car il adore ça.
Quand il a enfoncé sa verge à fond dans mon anus il reste un moment sans bouger en disant qu’il est super bien dans mon cul et que sa queue est serrée comme dans un fourreau étroit, énervé il maltraite les tétons de mes seins à les arracher et masturbe violemment mon clitoris le temps nécessaire pour que j’aie un orgasme ensuite il fait aller et venir son pénis dans mon cul jusqu’à ce qu’il éjacule en moi.

Les punitions, pour des motifs futiles, outre la fessée ou le martinet, c’est à son choix soit une nuit sur le sol du salon bâillonnée et mains attachées à un pied de table, soit me promener en ville avec un maillot moulant sans soutien-gorge ni culotte, vêtue d’une jupe courte d’été légère sensible qui se soulève au moindre coup de vent et il me fait passer dans des lieux ou il y a des escaliers ou des escalators.
Il se tient à distance de moi pour voir et entendre la réaction de hommes et femmes quand mon intimité ou mes fesses sont visibles ( les hommes aiment tout en me traitant de salope, les femmes sont courroucées et les adjectifs qu’elles emploient peu flatteurs pour moi) je suis honteuse.
Même si j’ai honte je ne m’oppose pas à ses ordres.

Mon chéri a fabriqué spécialement pour moi un engin: Sur une planche il a fixé une visseuse qui fonctionne sur batterie et entraîne un système de bielles et à l’extrémité est fixé un gode.
Je me couche sur la planche, le gode lubrifié contre ma chatte, je le fais pénétrer à l’intérieur de mon intimité et quand je suis bien positionnée j’appuie sur l’interrupteur, pendant une heure environ le pénis artificiel fait des va-et-vient dans mon vagin et quand la batterie est vide je vois une belle mare de mouillure sur la planche.

Dans la journée et quand je suis seule je me masturbe souvent pour faire passer mes envies. Quand il est là j’adore l’exciter assise sur un fauteuil, les jambes repliées je masturbe mon clitoris dépourvu de poils car depuis longtemps, trouvant ma pilosité trop broussailleuse et envahissante, il m’a demandé de m’épiler ce que je fais régulièrement.

Pendant quatre ans chaque jour de la semaine, le matin de 5 à 8 heures je travaille dans un immeuble situé près de la gare ou des employés d’une marque de la grande distribution viennent se former au management.
A 50 ans je suis encore désirable même si mes traits on un peu changés, je m’habille toujours sexy bien que mes jupes et robes aient un peu rallongées depuis ma jeunesse (de mini pour arriver un peu au dessus du genou) et souvent quand je vais en ville faire les boutiques je me fais draguer par des hommes.

A mon travail je parle souvent avec Christophe, un bel homme d’une quarantaine d’années qui m’offre presque toujours un café.
Comme mon air de salope l’attire il commence à vouloir que je lui offre mon corps et un jour il me fixe un rendez-vous à 9 heures dans un bar pour faire mieux connaissance et voir si ça peut coller entre nous.
Je m’habille sexy et je vais le retrouver, il apprécie ma tenue, me trouve à son goût et pendant que nous buvons un café il me propose de passer à l’étape suivante ce que je ne refuse pas.

Nous allons dans un hôtel situé à côté de la gare, je le suis dans une des chambres réservées en permanence pour sa société.

Dans la chambre il m’embrasse et me caresse tout en enlevant mes vêtements. Ensuite je l’aide à se dévêtir.
Allongés sur le lit, je caresse son corps et son pénis qui me plait pendant que ses mains et ses doigts s’intéressent pendant un bon moment à mes seins et mon sexe.
Bien émoustillée je caresse sa queue puis l’embrasse, je la lèche en insistant sur le gland puis je la prends dans ma bouche. Pendant ce temps il caresse mes seins, agace et tord les tétons, sa main glisse sur mon intimité qu’il caresse avant de masturber énergiquement mon clitoris.
Je lui fais une fellation avec des aller-retour rapides de mes lèvres sur sa queue qui disparaît en entier dans ma bouche.
le plaisir monte dans mon ventre mais avec des soubresauts son pénis envoie des jets de sperme dans ma gorge, j’avale.

Il me couche sur le dos et allongé sur moi me pénètre, il s’active avec des mouvements énergiques et la jouissance finit par m’emporter avec ses spasmes qui me secouent et les jets de cyprine qui sortent de ma chatte. Il est content de ce qui m’arrive, peu après son sexe gonfle et il éjacule dans mon vagin.

Nous nous essuyons puis reprenons nos ébats: moi la fellation, lui s’occupe de mes seins et surtout masturbe mon clitoris puis moi à genoux sur le lit et lui debout au bord il me prend en levrette tout en s’occupant de mon clitoris pendant que je caresse et triture ses testicules. Il pilonne mon ventre pendant un bon moment avant de se soulager dans mon vagin après que j’aie eu un orgasme.

C’est reparti pour une fellation qui dure longtemps. Il me couche sur le dos et sa queue pénètre ma bouche et il commence des va-et-vient sans se soucier si je m’étrangle et si son sexe tape au fond de ma gorge. Il arrive enfin à éjaculer dans ma bouche.
Il se retire, me pénètre en position du missionnaire et me défonce la chatte à grands coups de reins, je remue avec lui en essayant de suivre le même rythme accompagnés par les clapotis de ma mouillure qui est abondante. Je jouis bien avant qu’il n’arrose encore mon vagin.

Je lui fais une nouvelle fellation pendant qu’il s’excite sur mon clitoris. Il finit par rebander et à genoux sur lui mes jambes de chaque côté de son corps je m’empale sur sa verge et je me mets en mouvement, il m’accompagne en adaptant ses mouvements aux miens. C’est long et je jouis deux fois avant qu’il ne se libère dans ma chatte.

Il est satisfait de sa matinée et de mon comportement au lit.
Ensuite c’est un ou deux rendez-vous par semaine toujours à 9 heures.

Au début je viens correctement habillée aux rendez-vous avec mon amant du moment puis plus le temps passe plus ma tenue dérive: sous une gabardine c’est bas avec porte-jarretelles et soutien-gorge seins nus ou bien je mets des bas avec une guêpière dont j’ai modifié les bonnets pour avoir les seins nus ou je viens totalement nue.
Sauf les jours ou en sortant de l’hôtel je vais dans une rue à côté de la gare faire des pipes aux automobilistes qui le demandent, cela me paie les sous-vêtements que je fais varier lorsque je vois mes amants.

J’essaie toujours mais sans succès de le faire dépasser les six éjaculations auxquelles il m’a habituée.
Il trouve que je suis fatigante car je lui réclame toujours plus de sexe même quand il n’en peut plus et il achète un gode dont il se sert entre deux étreintes pour me défoncer le vagin.

Une fois la veille de se rendre à l’hôtel je l’informe que mon mari m’a privée de sexe pour une semaine comme punition et je lui propose de lui faire des fellations pour le soulager.
Nous allons à l’arrière de sa voiture garée dans le parking en sous-sol du bâtiment qui abrite sa société. En le suçant sans m’arrêter je le fais éjaculer deux fois dans ma bouche et j’avale son sperme. Il me dit que pour une fois un rendez-vous avec moi aura été reposant.

Puis ma liaison qui a durée plus d’un an avec Christophe se termine, je le vois encore deux fois alors que ma liaison a commencée avec son remplaçant.

Comme par hasard Gérard Un homme de cinquante cinq ans qui travaille dans le même service que Christophe me tourne autour et souhaite me voir dans un bar pour boire un verre, parler et voir si ça peut coller entre nous. Bien évidemment j’accepte.
En buvant un café nous parlons, il me dit que je suis mignonne avec mes vêtements sexy.

Le lendemain nous nous retrouvons dans la même chambre d’hôtel qu’avec Christophe.
Il m’embrasse et me déshabille puis une fois que je suis sur le lit il se met nu.
Nous nous caressons un bon moment ce qui amène des envies dans mon ventre.

Je caresse puis lèche son pénis un bon moment avant de le faire pénétrer brutalement au fond de ma bouche. Je lui fais une fellation avec des va-et-vient rapides de ma bouche et en serrant au maximum mes lèvres sur son membre. Il masturbe mon clitoris. Sa queue gonfle dans ma bouche et s’agite en envoyant des jets de sperme au fond de ma gorge, j’avale le breuvage.
Il bande toujours, je suis toujours à genoux, il vient derrière moi et pénètre ma chatte en levrette puis il la défonce les mains agrippées à mes hanches. je commence à mouiller et à prendre du plaisir quand sa verge avec des soubresauts envoie sa semence au fond de mon vagin.

Il me couche sur le dos et allongé sur moi me pénètre, nous bougeons en rythme pendant qu’il caresse mes seins et malmène les tétons. Le plaisir augmente vite dans mon ventre et prise de spasmes je jouis pendant que mon vagin envoie des jets de cyprine sur son ventre. Peu après il se soulage dans mon ventre.

Après une courte fellation il rebande et je m’installe au dessus de lui les jambes de chaque côté de son corps et je m’empale sur sa verge puis nous remuons ensemble à grands coups de reins, je jouis encore avant qu’il n’arrose ma chatte.
Sa queue toujours en moi il me retourne, je me retrouve sous lui et il commence à me défoncer avec vigueur, je remue en même temps que lui. Notre accouplement dure un bon moment et il est satisfait de voir que je jouis deux fois avant qu’il n’éjacule.
Allongés côte à côte nous récupérons.

Gérard se lève et se rhabille, étonnée je me lève pour en faire autant.
<>.
Je l’attends nue en regardant par la fenêtre la circulation et les gens déambuler dans la rue.

Il revient avec des boissons, nous buvons puis il se déshabille et vient me rejoindre sur le lit.
Je me mets à genoux entre ses jambes et je le masturbe pour le faire bander ce qui arrive vite et je lui fait une fellation jusqu’à ce qu’il éjacule dans ma bouche, la quantité de sperme due j’avale est minime.

Je continue à sucer un moment, il bande toujours alors je me m’allonge sur lui et enfonce sa queue dans ma chatte. Je serre les jambes pour bien enserrer son membre dans mon fourreau et nous remuons ensemble, il met du temps à venir et je mouille beaucoup. Son corps se tend, sa queue s’agite et il éjacule en envoyant très peu de sperme dans mon ventre.

Je recommence une longue fellation après l’avoir bien masturbé et petit à petit son pénis reprends vie et finit par reprendre des dimensions correctes. Je me couches sur le dos, il s’allonge sur moi et me pénètre puis nous remuons longtemps en y mettant un maximum d’amplitude. Il caresse mes seins et triture les tétons.
C’est très long avant qu’il n’éjacule sans que du liquide ne sorte de son pénis.
Il est satisfait de notre performance.

Ensuite nous nous voyons une fois par semaine pendant plus d’un an et demi.
Il éjacule toujours 7 à 8 fois lors de nos ébats sexuels.

Un jour j’ai méritée une punition, mon mari n’a pas le temps de me l’infliger, il me tend le martinet.
<>.
J’apporte le martinet avec moi et explique à Gérard ce qu’il doit faire, il accepte bien volontiers mais plusieurs fois je dois lui dire de frapper plus fort jusqu’à ce qu’il me fasse vraiment mal et pleurer.

Suite à ça il achète des ustensiles: un martinet, des menottes, un gode et un bâillon.
A chaque rendez-vous, à un moment donné, je me retrouve menottée et bâillonnée pendant qu’il joue avec mon corps à sa guise. D’autres fois il me frappe.

J’ai toujours droit à une ou deux séances de défonce de mon vagin avec le gode (il dit que pendant que je me fais goder ça lui fait du repos).
Parfois Gérard amène un citron et m’en enduit la chatte pour pénétrer “une chatte de pucelle” car le citron rétrécit les tissus.
Un jour il amène une caméra et filme nos ébats sexuels, quelques jours plus tard il me dit que le film est bien réussi mais je n’ai jamais récupérée la cassette.

Mon aventure avec Gérard touche à sa fin.

Christian qui travaille dans le même service que Christophe me drague et m’invite à boire un café dans un bar pour parler.
Pendant la conversation je lui dis:
<<à mon avis ce n'est pas par hasard que tu m'as draguée>>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Nous nous retrouvons le lendemain dans la chambre habituelle.
Je me déshabille pendant qu’il en fait autant.
Allongés sur le lit nous nous embrassons et caressons.
Je me mets entre ses jambes et je caresse, lèche sa grosse queue puis je la prends dans ma bouche et commence les mouvements de va-et-vient et lui fais une fellation. Rapidement son sexe gonfle et s’agite pendant que des jets de sperme frappent le fond de ma gorge, j’avale le liquide.

Je me positionne au dessus de lui à genoux et enfonce sa queue dans ma chatte et je remue en harmonie avec ses coups de reins. Après un moment les aller-retour de sa verge dans ma grotte paient il éjacule dans mon ventre alors que je commence à bien mouiller.

Positionnée à côté de lui, mon intimité vers sa tête, je masturbe puis suce sa queue pour lui redonner vie pendant qu’il caresse mon sexe puis masturbe mon clitoris. Je mets de la bonne volonté dans la fellation que je lui administre et il rebande.
Je me couche sur le dos et il s’allonge sur moi et son pénis s’enfonce dans mon intimité, nous remuons ensemble un bon moment et prise de spasmes je jouis juste avant qu’il éjacule.

Il me faut lui faire une bonne masturbation et une longue fellation pour qu’il bande de nouveau et nous varions les positions: moi sur lui, en levrette, en position du missionnaire. Il met longtemps avant d’éjaculer dans ma chatte, j’ai eu le temps d’avoir deux orgasmes après avoir beaucoup mouillée.
Ce n’est pas le meilleur amant que j’ai eu mais je suis quand même eu des relations pendant 6 mois avec lui.

Ensuite j’ai quitté ce travail et déménagé dans une autre ville du Nord.