Histoires d'inceste Histoires de sexe gratuites Histoires érotiques au travail

Chron’x: chapitre 1 Une enseignante pas si s&

Chron’x: chapitre 1 Une enseignante pas si s&



Vous connaissez tous une femme comme ça. Elle as la trentaine, brune les cheveux en queue de cheval. Elle a des yeux marrons et porte des lunettes si possible suffisamment grosse pour qu’on ne fasse pas attention à son regard. Elle ne montre jamais ses formes même si elle en as. Elle ne montre de la peau qu’au niveau de ses mains et son visage très pâle. Toujours des cols roulé noirs et des jeans amples. Strict et sévère. Légèrement sadique. Je la haïssais. Je la détestait tout le monde la conchiait sauf la petite lèche-cul Maeva. Putain elle avait beau être bonne Maeva qu’est ce qu’elle était conne.

“Tristan voulez vous dire quelque chose?
– Non madame.
– Restez concentré s’il vous plait.”

La fac de l’enfer. Le cours de cette Hitler à talon plat était chiant et ayant un gros coeff donc j’étais baisé dans les grandes lignes. Que je suis con je me suis pas présenté Tristan … J’ai jamais aimé ce nom. Je le trouvais pas heureux ça ressemble à triste c’est pas un nom joyeux et moi un grand nounours de 100 kilos pour 180 centimètre j’étais la définition du type joyeux et bon vivant. Mon petit embonpoint pouvait le certifier. Mes cheveux roux longs ramené vers l’arrière par un serre tête et longeant ma nuque pour retomber sur mes épaules me donnait un côté rockeur que j’aimais bien je lui avait rajouté un van dyke parce que c’est la classe. 19 ans et je comptais les heures jusqu’à ma mort quand j’entendais cette prof parler.

Dernier cours de la semaine. Le vendredi au matin. Qui avait eu cette idée conne. Bref je rejoins ma bande au bar en face de la fac après mon cours. Juste devant était garé la caravane de Deuce. Deuce était un pote à moi son père a passé trente sur les routes à faire bassiste pour des concerts là il avait acheté à son fils un joli camping car avec deux chambre et le luxe intégrale une vraie maison sur roue. Bref au bar il y avait Natascha une amie à nous trois Zachary, Deuce et moi. On parlait on parlait on parlait pendant une petite demi heure avant que je ne me rende compte que j’ai oublié mon portable dans ma salle de classe. Putain de merde.

Je sprintais jusqu’à celle-ci et sur quoi je suis tombé en regardant à travers la fenêtre? Ma tendre prof en train de se faire ramoner par un grand blond dont je ne voyais que le dos. J’apercevais les seins bien rond et bien en chair de la prof. Je comprenais pourquoi elle veut les cacher la moitié des élèves auraient bander dessus sinon. ça devait être un bonnet D peut être même un E. En tout cas j’aurais jamais dis plus de C en la voyant en cours. Je ne voyais pas bien son minou à cause du blondinet. Mais je distinguais bien son visage et sa voix. Je décidas donc d’en profiter un peu. Je sortis de mon sac à bandoulière en jean ma tablette sur laquelle je “prenais” les cours et commence à filmer tout en essayant de ne pas me faire gauler. Je les regardais sans bruits pendant un bon quart d’heure avant que monsieur l’inconnu n’en ait finis. Je rangeas rapidement ma tablette et sortis du couloir mal éclairé de ma faculté. Une fois que le type est parti je suis rentré dans la salle prendre mon téléphone le plus discrètement possible.

Je suis retourné au bar où je racontais la folle histoire à Deuce, seul, Natascha et Zachary avaient dû aller en cours entre temps.

“Putain l’occasion mec. M’envoyas nonchalamment Deuce en buvant une gorgé de sa bière.
– Comment ça?
– Tu peux avoir la moyenne en la faisant chanter avec cette vidéo. M’expliquas-t-il
– Mais on sait même pas qui est le blond.
– Et alors elle a baisé dans l’établissement avec un mec qui à plus l’air d’un étudiant sa suffit amplement à la faire renvoyer si ça ce sait.
– J’suis pas malhonnête.
– Moi non plus. Mais même Charles Foster Kane a trahit ses idéaux.
– Tu me propose quoi?”

Et c’est ainsi qu’il m’expliquas le plan. Je suis allé dans un cybercafé j’ai transféré la vidéo sur le dit ordi. Je créas une adresse jetable j’envoyas la vidéo ainsi qu’une photo sur l’adresse de ma prof. Cette salope aurait la monnaie de sa pièce. Je lui donnait rendez vous le lendemain dans un café à dix minutes de chez moi à pied facile de s’y rendre mais surtout en plein centre ville avec des centaines de gens autour. Facile de s’éclipser une fois que j’aurais obtenu ce que je voudrais.

Je tiens à vous le dire avant cette aventure j’étais quelqu’un d’intègre je refusais toute tricherie. Mais de faire la faire payer pour son air hautain sa soi-disant supériorité me tentait trop.

Je la retrouvas comme promis, je portais un trench-coat couleur café crème assorti d’un chapeau digne d’Al Capone surmonté, pour bien caché mon visage, de lunettes de soleil très grosse. Mes cheveux en queue à l’arrière. Je suis méconnaissable.

“Vous voulez quoi?” Exclamait-elle dès que je fut assis en montrant au garçon de m’amener un café.
“à votre avis?”
“Vous êtes un de mes élèves?”
“Je ne dirais rien. Mais voici une liste d’une dizaine d’élève qui doivent avoir la moyenne ce semestre.”

Je lui tendis une fiche avec des noms d’élève le mien ne se ferait pas remarqué là dedans les autres étaient des fouteurs de merdes, des cancres, le genre digne de faire ça. Impossible de remonter jusqu’à moi. Elle ravalas sa fierté et acquiesças. Mais je ne pouvait m’empêcher de vouloir autre chose. Je ne l’avait pas assez fait souffrir. J’aurais pu faire bien pire. Trop gourmand j’esquissais un sourire.

“Il y a bien autre chose que je veux. Mais c’est à vous de voir.”
“Quoi encore.”

Même si elle me choppais elle ne pourrait rien faire sans se faire virer. L’idée germe dans mon esprit que même si elle m’avait vu elle ne pourrais rien faire sans perdre son emploi. Moi j’aurais pu toujours trouvé une ligne de défense un peu grasse genre je n’était pas le commanditaire mais le messager. J’enlevait les lunettes et le chapeau. Elle m’identifiât automatiquement. Elle fût surprise. Elle restas bouche-bée pendant plusieurs minutes avant de me demander ce que je voulais.

” à votre avis madame. J’ai vu vos petits exploits avec le blondinet on dirait pas comme ça mais sous vos vêtement de grand-mère se cache une vraie salope. J’aimerais rencontrer cette femme. Et je vous préviens tout de suite il existe deux copies de votre vidéo une est dans ma veste et l’autre est chez un ami si quelqu’un est au courant de quoi que ce soit cette vidéo sera envoyé à la présidente de l’université à tous vos collègues ainsi qu’au directeur de votre département d’étude. Donc si vous voulez me suivre.”

Je bu mon café, j’ai laissé dix euros sur la table en partant avec ma prof. Je lui agrippas la fesse droite dans la main en passant par la poche arrière de son jean. Elle s’apprêtas à crier avant de se rappeler de la situation. Un bon fessier légèrement gros et ferme. Je sentais que j’aller me régaler. Elle restait stoïque le regard dans le vide comme les condamnés à mort.

Une fois arrivé chez moi j’enlevas tout mes artifices je suis avec un t-shirt de mon groupe préféré, un vieux jean délavé par un lave-linge qui travaille trop bien.

“Je suis pas un enfoiré.” Disais-je en m’affalant sur mon canapé. Je défaisait un bouton de mon jean pour respirer. Je vis ma si charmante professeure ravalant une nouvelle fois sa fierté. Elle se posas tranquillement sur le canapé les mains sur les genoux collé l’un à l’autre. Le dos droit, le regard vide. Elle comprenais que je voulais d’elle que ce que je disais n’était pas un plaisanterie.

Je la laissait prendre son temps. Au bout de 5 minutes sa main caressas mon jean au niveau de ma bite. Ses petites caresses commencèrent à m’exciter. Ma bite durcissait. Je lui enlevas son chouchou qui lui maintenait sa queue de cheval et commençait à lui caresser gentiment les cheveux. Je sentais sa respiration s’accélérer, son pouls avait l’air de palpiter et ses joues devinrent rouges. Je savais pas si c’était de la honte ou de l’excitation. Elle me demandait tout d’un coup avec une gentillesse que je n’aurais pu lui imaginer dix minutes plus tôt si elle pouvait me sucer. J’acquiesças et la vis sortir ma bite à demi-molle de mon pantalon.

Ses lèvres douces sur ma bite qui continuait à se durcir au fil du temps. Les petits coups de langues sur mon gland, divin. Elle commençait à avoir du mal à la garder en bouche quand elle bougeait tellement ma queue était glissante à cause de sa bave. Je sortis ma bite de sa bouche elle en profitas pour essuyer un filet de bave coulant sur sa lèvre inférieur. Son souffle était très fort. J’aperçus un regard a****l en elle tel un fauve lâché sur sa proie. Je ne pouvait deviner ce qu’elle avait en tête même si moi j’avais une petite idée derrière la mienne. Elle retiras son pull à col roulé noir ainsi que le t-shirt qu’elle a en dessous. Elle se lève et enleva son jean noir et le laissas tomber au sol pour dévoiler un string noir et un soutien-gorge prêt à craquer sous le poids de ses seins bien caché.
“ça te plaît? Demandas-t-elle.
– Ouais j’aime bien et toi?
-Je l’aurais imaginer moins large.”

Je me levait et la rejoignait en échangeant un baiser passionné tout en lui défaisant son soutien-gorge. Je quittais ses lèvres pour aller téter ses mamelles gigantesque. J’attrapais son téton en bouche et le mordillais lentement, doucement ma langue effloras le bout de son téton pris entre mes dents. Son souffle devenait plus bruyant encore ses jouent étaient toujours aussi rouge. Je laissais ma main descendre vers son bas-ventre en arrivant sur son string je sens une énorme quantité de mouille. Je caresse sa chatte à travers le léger tissus humide. Je l’entendis gémir et la sentis frémir sous mon index et mon majeur. Je lâchas enfin son téton après l’avoir téter un bon moment. J’abaissas mon pantalon et mon caleçon et ôta mon t-shirt. Elle eu un petit sourire en enlevant le dernier rempart à sa nudité. Je me rassois sur mon canapé elle m’imitas mais pas à côté de moi cette fois-ci. Elle s’empalas directement sur mon pénis.

Les pieds au niveau de mes hanches, sa chatte autour de ma bite, assise sur mes jambes, sa poitrine encerclant ma tête. Elle avançait et reculait avec ses genoux. La chaleur et l’humidité de sa chatte se ressentaient sur les 17 centimètres qui composaient ma bite. Ses cris aurait réveillés mes voisins s’ils dormaient encore. Sa mouille coulait sur mon pelvis, mes jambes, mes chevilles. La chaleur de nos deux corps réunis nous faisait hurler de plaisir elle comme moi. Mon gland cognant contre le fond de sa féminité, ne faisait qu’empirer l’état général de jouissance qu’elle ressentais.
Tout en la gardant sur mon membre je me relevait et la plaquas contre le mur. Je gardait une jambe sous mon bras et lui laissait poser l’autre mais juste avec la pointe de ses orteils. à chaque fois qu’elle cherchait à reprendre son appui elle est ainsi obligé de se tortiller autour de ma bite. Je lui donnais des coups de bassin à rythme régulier au début puis j’ajoutais des petits à-coups pour la surprendre. Parfois je m’arrêtait enfoncé au fond de son vagin pour qu’elle puisse se tortiller en cherchant à récupérer son équilibre elle n’en criais que plus. Je lui enfonce le plus possible mon braquemard dans sa chatte elle ouvris la bouche mais aucun son n’en sortis. Ses yeux se révulsèrent alors qu’elle commença à avoir des spasmes au niveau du bassin qui furent suivi d’une quantité importante de mouille.

Elle n’en pouvais plus elle avait du mal à respirer correctement. Je la reposas au sol et me plaçait à quelques centimètres d’elle en me branlant. Elle se posas à genoux prête à recevoir tout sur le visage. Elle se pinçait les tétons et gémissait comme pour me faire accélérer le rythme. ça n’as pas manqué en quelques secondes j’avais lâché tout ce que j’avais. Elle se retrouvait avec du foutre sur son visage autour de ses lèvres, sur son cou, sur ses seins il n’y a que quelques tâche qu’elle s’empresse de lécher comme un dernier acte d’excitation.

Elle se relevas et avant même de se rhabiller va cherche un stylo et un post-It dans ma cuisine pour noter un numéro “06-25-XX-XX-XX” toute en s’essuyant le visage et le cou.

“Finalement j’ai bien aimé. Ne le dis à personne mais en fait je suis une grosse salope. J’adore baisé et toi t’ai plutôt un bon coup. Donc tu ne dis rien pour mes petits écarts et je pense qu’on pourra s’amuser un peu plus toi et moi?”

J’acquiesça immédiatement et pris son numéro elle se rhabillas et fut partis. Dans la soirée je lui ait envoyé un texto, histoire de vérifier le numéro, en guise de réponse j’ai reçu une selfie de ma chère prof complètement nue en face d’une glace. Je savais pas pourquoi mais je sentais que j’allais beaucoup plus aimé son cours.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire