Histoires de sexe lesbiennes Histoires érotiques au travail

ENTRE HOMMES !

ENTRE HOMMES !



Après nos 2 premiers rendez-vous très chauds, j’ai été assailli de doutes, est-ce que avec un mec, c’était tromper sa femme ? Est-ce que ma femme méritait ça ? Est-ce que ma vie sexuelle hétéro était si pauvre que ça ? A chaque fois que je me branlais je pensais à Marc, sa queue en moi, ou lui un peu soumis à attendre mon éjaculation, à me sucer dès que je lui demandais, chose inconnue jusqu’ici pour moi.
Nous avions convenu de plusieurs rdv mais à chaque fois j’annulais sous un prétexte quelconque.
Au bout d’un certain temps, je décidais de ne pas renouveler l’expérience, mon couple battant de l’aile, le mieux n’était pas d’aller voir ailleurs mais de tout tenter pour le sauver. Nous avions convenu que Marc viendrait ce mercredi matin, et le lundi soir, je lui envoyais un mail lui expliquant ma position et que je souhaitais en rester là. Il comprit mon problème et me dit que pour lui, il s’agissait plus de passer un bon moment avec un pote que de tromper a femme, de satisfaire ensemble des besoins que nos femmes ne pouvaient pas satisfaire : sucer une bite et la sentir dans son cul !
Le mardi soir, ma femme se coucha tôt et j’allais voir quelques vidéos porno, excité, le sexe en main, j’écrivais à Marc :
“Tant pis pour ma femme, viens demain, je veux ta queue !! “

Puis le lendemain matin tôt, j’annule à nouveau notre rdv. On se recontacte par mail, il comprend, essaye de me convaincre que ce n’est pas comme si j’allais voir d’autres femmes, ses paroles ne trouvent pas de résonance en moi mais l’envie de me faire sucer, de vivre un moment de sexe sans tabou, me donne envie de le voir. On se redonne donc rendez-vous chez moi le mercredi suivant, encore une fois j’annule la veille, lui expliquant que je suis perdu. Il me dit qu’il est près de chez moi toute la matinée, et qu’il peut venir si je le veux. Je lis son message et je bande, l’imagine nu, son sexe gonflé, il me suce, je le suce, on se prend à tour de rôle, bref, la machine à fantasme marche à plein régime, je le veux !!

“Viens, pour me faire pardonner, je serai ta pute !!”. La réponse ne tarde pas, “Je suis chez toi dans 30 minutes”.
Je l’attends, je suis hyper excité, on ne pourra pas aller dans le lit, pas le temps de tout nettoyer, ce sera la douche mais ça lui va.
Il arrive enfin, il sonne je lui ouvre. A peine entré, je ferme la porte d’entrée, me met à genoux et ouvre son pantalon. Je sors son sexe, je lui ai promis d’être sa pute, je commence direct !!!

Je prends son sexe dans ma bouche et commence à le sucer doucement. Il bande rapidement et se laisse faire, je m’applique, je le regarde dans les yeux, lèche son gland, puis tout son sexe et l’engouffre à nouveau entier dans ma bouche, lui offrant une gorge profonde. Il est maintenant bandé au max, je le suce depuis quelques minutes seulement quand il me dit :

— Tu vas me faire jouir
— Non, je la veux d’abord dans le cul
— Tu la veux dans ton cul ?
— Oui, viens

Me souvenant des fois précédentes ou il avait eu un peu de mal à rebander après une éjaculation, un de nos fantasmes communs était qu’il me prenne, sans capote cette fois-ci, car tous les 2 sains, et qu’il jouisse en moi. Hors de question de louper ça. L’autre fantasme était qu’il me suce jusqu’à me faire jouir avant de me prendre.
Je l’emmène donc à la salle de bains, nous sommes nus en un temps record, nous passons sous la douche, je me mets du gel sur l’anus et m’enfonce une brosse de massage que j’utilise quand je suis seul. Je me baise quelques secondes ainsi sous ses yeux puis je lui demande de me sucer. C’est trop bon de sentir coulisser un gode en soi pendant qu’un homme vous suce. Je me baise le cul tout en lui baisant la bouche. Il a un regard de pute

— Tu aimes me sucer ?
— Ouais, j’adore, surtout quand tu te prépares pour ma queue en même temps

J’accélère le mouvement, ma jouissance monte. Je sors la brosse de mon corps, puis me branle énergiquement gardant mon gland dans sa bouche et je jouis intensément, il aspire mon gland pendant toute l’éjac et prend mon sexe entier dans sa bouche. La sensation est extraordinaire, mon gland ultrasensible ressent comme des décharges dès que sa langue passe dessus, je suis aux anges. Il recrache mon foutre, se rince la bouche pendant que je lave mon sexe.

— Tu as aimé ça, jouir dans ma bouche ?
— C’était énorme

Je prends son sexe et je le masturbe doucement en le regardant dans les yeux, il se colle à moi, je me retourne, je prends du gel, me l’applique sur l’anus, m’enfonce 2 doigts, doucement, en le regardant. Il sourit, je reprends le gel, en étale sur son gland et me penche en avant, guidant son sexe vers mon trou. Je me recule et sens sa bite entrer doucement, il ressort son sexe, remet du gel et revient à la charge. Cette fois la pénétration est assez rapide et se fait sans aucune douleur. Je sens bientôt sa queue entièrement en moi. Je me penche un peu plus pour mieux la sentir et commence des va-et-vient, il prend rapidement le relais et me prend d’abord doucement puis de plus en plus profondément. Contrairement aux fois précédentes, il bande dur et je sens toute l’épaisseur de sa bite en moi, le plaisir monte petit à petit, je perds doucement pied et ressens d’étranges sensations dans le bas de mon dos. Il se saisit de mon sexe, mais je le repousse, je ne veux sentir du plaisir que par le cul. Il accélère, appuyé sur le mur depuis le début, j’ai maintenant le visage collé au carrelage mural et je gémis à chaque poussée de sa part. Il me baise maintenant comme j’ai toujours souhaité l’être, sans sentiment, juste être une salope qui se fait prendre, un trou à défoncer, une pute qui veut que l’autre se branle dans son cul.

— C’est bon, continue, plus fort. Je suis ta pute tu vois ?
— T’aime ça salope ? Ma grosse bite en toi ?

Ses mots me rendent dingue, je ne peux m’empêcher de dire :

— Oui, oui, encore, encore plus fort, je suis ta chienne !

Je suis surpris par mes mots, mais je les pense de tout mon coeur, je suis sa chienne, il peut me faire ce qu’il veut à ce moment-là. Il me défonce maintenant et me préviens :

— Je vais jouir

J’aurais voulu que la sodomie se prolonge encore, le plaisir ne faisant que monter, il accélère encore, gémit et je sens son sexe tressauter en moi et un liquide couler dans mon anus. Il jouit, ses mains serrent mes hanches, ses couilles restent appuyées sur mes fesses tandis qu’il se vide en poussant son gland au plus profond de mon être. Il se retire. Il semble épuisé.

— C’est fantastique, me dit-il, l’extase

J’ai moi aussi ressenti énormément de plaisir. On se nettoie, puis à nouveau nous nous touchons le sexe, le mien durcit rapidement, j’ai envie de lui

— J’ai envie de te prendre, tu veux bien ?
— Bien sûr

J’enduis son anus de gel, puis mon doigt et mon majeur entre facilement sans son anus, bientôt rejoint par mon index, je tourne, je rentre, sors, bref je prépare son trou pour ma queue qui est maintenant en pleine forme. Je le positionne face au mur et présente mon gland à l’entrée de son cul. J’ai du mal a du mal à rentrer, je remets du gel. Il me dit qu’il a mal, cela me perturbe, j’ai du mal à rester dur, mais je me reprends rapidement et présente à nouveau mon sexe dur et l’enfonce maintenant doucement dans son cul. Je le laisse faire quand il essaye de s’empaler, le laissant gérer cette introduction qui semble bizarre pour lui. Bientôt mes couilles touchent ses fesses que je caresse, il a un superbe cul. Je ne bouge pas pendant quelques secondes, et c’est lui qui donne le rythme, avançant et reculant son cul pour se baiser avec ma bite. Je prends ses hanches et les choses en main, je le prends profondément, doucement et accélère petit à petit le rythme, mon but : jouir en lui. Mais après quelques minutes, il me dit :

— Arrête, j’ai l’impression que je vais chier
— T’inquiètes c’est normal, détends toi et le plaisir va venir, laisse-moi te baiser

Et je reprends de plus belle, il se penche un peu plus, je le prends maintenant franchement, mon pubis claque contre ses fesses, il gémit, je le branle, lui pince les tétons, mais il me demande d’arrêter, la sensation est trop bizarre. Je sors de son anus, j’ai le gland souillé, je le nettoie, il passe sous la douche à son tour, je bande encore et commence à me branler doucement.

— Tu veux que je te suce, me demande-t-il
— Oui, vas-y fais-moi jouir.

Il se met à genoux et me fais une superbe pipe, il me regarde droit dans les yeux et me branle franchement. Je prends mon sexe en main, je me branle énergiquement, pose ma main libre sur son front, repousse sa tête à quelques centimètres de mon gland

— Ouvre ta bouche

Il s’exécute et quelques secondes plus tard, je jouis sur sa langue, sa bouche et son visage. Il reprend mon sexe en bouche et me le nettoie, recrache tout et se relève. Nous nous nettoyons, on se rhabille en discutant de nos sensations. Il part.