Histoires de sexe travesti Histoires érotiques au travail Histoires érotiques couples amateurs

Quelle soirée !!!

Quelle soirée !!!



Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée. Je vous demande un peu d’indulgence, c’est la première fois que j’écris ce genre d’événement.

J’habite le nord de la France. Je suis divorcé depuis quelques mois.
Je voulais du fun avant de me lancer dans une relation sérieuse.
J’avais rencontré une femme très belle et très ouverte sur le plan sexuel.
Mes journées étaient très chargées. Après mon déménagement, je partais du boulot pour aller acheter des meubles pour me faire mon petit chez-moi.
J’en profitais pour passer chez elle pour lui faire un coucou. Elle m’attendait devant son immeuble, car elle avait la garde des ses enfants à plein temps.
Ce soir la, j’étais très chaud. Nous avions échangé tout au long de la journée des photos très sexe.
On s’est retrouvé dans le hall de son immeuble. J’y suis allé direct. Je lui ai embrassé à pleine bouche, une main dans ses cheveux, l’autre sur son cul. J’adorais ces fesses.
Il ne m’a pas fallut longtemps pour avoir le sexe tendu. Elle frottait son entrejambe sur ma cuisse. Elle mouillait tellement que mon jean en était humide.
S’il y a bien une chose qui m’excite, ce que ma partenaire mouille beaucoup, et c’était le cas.
Ma main venait titiller son sexe, et j’ai découvert que son pantalon avait un trou juste au niveau de son entrejambe. Et comme par hasard, elle ne portait pas de culotte. Quelle coincidençe.
Entre temps, elle avait déboutonné mon jean pour prendre mon sexe en main. Mon gland était humide et ses doigts jouait d’une façon délicieuse.
Ni une ni deux, mon doigt est venu joué avec son clitoris. Elle ondulait du bassin et mon doigt est venu la pénétrer. Elle a crié si fort que nous nous sommes arrêtés un moment. Je vous rappelle que nous sommes dans un hall d’immeuble. Entre la porte d’entrée et les boîtes aux lettres.
Nous étions tout les deux en trance. Je l’ai retourné violemment et plaqué contre le mur. Elle adorait ça. J’ai pris mon sexe en main pour la pénétrer, mais le trou dans le pantalon n’était pas suffisamment grand. Je me suis abaissé et j’ai passé deux doigts dans le trou de son jean. Et je lui ai déchiré, elle avait le sexe et le cul a l’air.
Quelle vue ! Mon sexe palpitait comme jamais. Elle voyait que j’étais fou de son cul et elle se cambrait pour le mettre en valeur.
Je me suis plaqué contre elle, mon sexe entre ses jambes. La cyprine lui coulait le long des cuisses. Elle caressait mon gland qui était trempé, du bout des doigts.
Elle me dit: “Prends moi sauvagement!”
Mon pied écartait ses jambes et je m’enfonçais en elle d’un coup sec. Elle lâcha un râle et ses mains se crispèrent sur mes fesses.
Je sentais son vagin se resserré sur mon sexe. Je la pénétrais avec vigueur.
Je passe ma main dans ses cheveux longs, je les agrippe, lui tire la tête en arrière.
Elle me dis sur un ton sec: “Fais moi mal !”
Je suis d’un naturel câlin et doux, mais ce soir la, j’ai découvert une nouvelle facette de ma personnalité.
J’ai plaqué sa tête contre le mur. Elle adorait mordre. J’en ai fais de même. J’ai commencé à lui lécher le lobe de l’oreille avant de la morde. Elle se débattait un peu. Cela voulait dire, j’en veux plus. C’était un jeu. Nous avions un mot si jamais l’un de nous allait trop loin. Je lui mis une fessée, ça l’a surprise. Elle en voulait de plus fortes. Je me suis exécuté.
A chaque pénétration, je sentais l’orgasme venir. L’excitation était à son paroxysme. Je me retirais pour reprendre mon souffle.
J’ai fais un pas un arrière. Et la, elle commence a se doigter le cul. Juste un truc de malade.
Elle me dit: “Prends moi le cul!”
C’était une première pour moi et pour elle aussi. Elle était toujours aussi mouillée. Je passais ma main sur son sexe pour récupérer de la cyprine pour préparer sa rondelle. Je n’avais qu’une envie. Y passer ma langue. Je la léchais, et je la pénétrais de plus en plus profondément.
Elle écartait ses fesses de ces mains et me demandait de la pénétrer. Mon gland est venu se collé à sa rondelle. J’y allais doucement, elle donna un coup de reins pour venir s’empaler sur ma queue. Quelle sensation ! Elle jouit quelques minutes plus tard. Je n’étais pas loin de me vider.
Elle se dégagea violemment, me colla dos au mur et me prends le sexe en bouche.
Elle me massait les couilles tout en gobant ma bite sur toute sa longueur. Elle me fixait d’un regard très sensuel. Sa main passait derrière mes couilles pour me choper les fesses. Ses doigts se rapprochaient de ma rondelle. Elle commençait par me la caresser. J’adorais ça !
Elle pris un peu de sa salive pour me préparer le cul. Elle y mit un doigt sans soucis, un deuxième suivi dans la foulée. Elle me doigtait le cul et me suçait en même temps.
Au bout de quelques minutes, je sentais la jouissance venir. Je lui dis et elle me fit un clin d’œil. Je me déchargeait dans sa bouche avec un orgasme comme je n’ai jamais eu. Le sperme coulait sur ces lèvres. Elle me suçait jusqu’au bout. J’en avais des spasmes…
Elle se relève, et là, je l’embrasse tendrement. Un baiser totalement à l’opposé de la relation que nous venions d’avoir.
Nous nous sommes rhabillés, elle avait toujours le cul a l’air avec son pantalon déchiré. Elle mît sa veste autour de la taille pour cacher son sexe et son cul.
On a échangé un dernier baiser dans le hall. A ce moment, l’ascenseur se mit en marche pour déposer un couple de cinquantenaire dans le hall. A quelques minutes prêts, et ils nous auraient surpris. Je suis repartit chez moi pour monter mes meubles.

Si cela vous a plut, dites le moi, j’ai encore l’une ou l’autre histoire avec elle.