Histoires d'inceste Histoires érotiques au travail

Le piège de l’amour 2

Le piège de l’amour 2



Lucas ne reste pas longtemps inactif.
Il caresse mes seins puis mon ventre.
Sa main descend sur mon sexe et rapidement ses doigts prennent mon clitoris pour cible.
Je le laisse faire pendant un moment tout en malaxant et caressant ses testicules et sa queue gluante.
Une fois qu’il m’a bien énervée je me mets à genoux les fesses tournées vers lui.
Je le masturbe vigoureusement avec une main, l’autre caresse alternativement son ventre ou ses cuisses.
Il ne reste pas inerte, il s’en prend encore à mon clitoris et doigte en même temps mon anus.
L’érection arrive rapidement, comme je réagis bruyamment à ce qu’il me fait je prends sa queue dans ma bouche ce qui atténue mes gémissements.
Avec la torture qu’il m’inflige et à cause du plaisir que je ressens mon corps ne reste pas immobile pendant que mes lèvres font des aller-retour de plus en plus rapides et accentués sur la verge.
Il arrive à ses fins, les sensations n’ont pas cessées d’augmenter dans mon ventre jusqu’à devenir incontrôlables, je fais des efforts pour ne pas mordre son pénis et continuer à le sucer.
Finalement je jouis et des jets de liquide s’échappent de mon intimité, arrosent sa main et la nappe.

Lucas cesse de me torturer et se place derrière moi.
C’est à genoux qu’il me prend mais sa queue ne reste pas longtemps dans ma chatte, elle bute entre mes fesses.
J’aide Lucas à la positionner correctement contre mon anus.
Les deux mains accrochées à mes hanches il exerce une poussée avec son corps et sa verge s’enfonce dans mon cul en repoussant les chairs, jusqu’à y entrer pratiquement entièrement.
Il me sodomise d’abord doucement puis ses coups de reins deviennent plus rapides car il sent que son pénis coulisse plus librement dans mon corps.
En même temps il caresse un sein ou énerve un téton avec des doigts puis s’en prend sans douceur à mon clitoris.
Je crois qu’il prend plaisir à m’entendre gémir, ça doit l’exciter.
Il cesse de me défoncer de temps en temps, je sais où il veut en venir en ne cessant pas de martyriser mon bouton.
De nouveau le plaisir monte dans mon ventre, s’amplifie jusqu’à devenir intolérable. Mes gémissements deviennent des râles puis des cris quand je jouis de nouveau.
Lucas satisfait se met à me défoncer le cul sans ménagement, je suis toujours aussi bruyante pendant que sa queue fait des aller-retour rapides dans mon corps.
Au bout d’un moment je sens ses doigts s’agripper plus fortement dans la peau de mes hanches puis sa verge s’agite pendant qu’il déverse sa semence dans mon fondement.
Allongé à côté de moi il récupère.

Je ne sais pas s’il en a assez mais je ne suis pas décidée à le laisser tranquille.
Je me positionne à genoux entre ses jambes.
Je commence par caresser son ventre et ses cuisses avant d’en faire autant sur ses testicules puis son pénis qui a perdu de sa superbe.
Ensuite je malaxe puis masturbe le membre d’abord doucement avant d’accélérer la cadence des va-et-vient de ma main.
Sans trop de mal j’arrive à le faire bander de nouveau.
Je me penche en avant pour lécher consciencieusement sa verge et ses bourses avant de m’en prendre au gland que je suçote.
Aux mouvements de son corps je comprends qu’il apprécie.
De nouveau il a droit à une fellation que je fais durer un bon moment avant que ma bouche n’abandonne sa queue.
Je me mets à califourchon sur lui et fais pénétrer son membre dans ma grotte puis je fais bouger mon corps pour faire aller et venir le pénis en moi pendant qu’il caresse, pétrit mes seins et agrsse mes tétons avec ses doigts.
Je m’active pendant un bon moment avant qu’il ne me demande de changer d’orifice.
J’introduis la queue dans mon anus et me sodomise en faisant monter et descendre mon corps sur le membre.
Au fur et à mesure que le temps passe je deviens de plus en plus bruyante à cause du plaisir que je ressens et qui augmente beaucoup.
Je finis par avoir un nouvel orgasme et je reste sans bouger.

Luc me repousse et allongée sur le dos il relève et plie mes jambes.
Couché sur moi il me sodomise sans ménagements à grands coups de reins indifférent à mes gémissements, râles et cris.
Je suis de nouveau au bord de la jouissance quand je sens les soubresauts de sa queue dans mon cul pendant qu’il s’y soulage de son sperme.
Allongés nous récupérons en silence.

Fin de la récréation nous nous essuyons et rhabillons.
Je me sens lasse, je me regarde dans le miroir fixé dans le pare-soleil et là je constate les cernes sous mes yeux et mon visage fatigué.
Lucas sort des verres et une bouteille du coffre et assis sur la nappe nous buvons en mangeant des gâteaux.
Il a trouvé ce qui s’est passé très bien, ce n’est pas moi qui dirais le contraire.
Ensuite nous remontons dans la voiture et il m’emmène faire du pédalo et de la barque sur un plan d’eau avant de ma ramener chez moi.

Après ça nous sortons ensemble tous les weekend et faisons l’amour soit dans sa voiture ou bien je me retrouve le dos ou la poitrine plaqué contre le capot suivant la position où il décide de me prendre.
C’est plus pratique quand c’est sur une couverture dans l’herbe ou dans une chambre d’hôtel quand il fait mauvais.

Un dimanche pendant que nous nous promenons bras dessus bras dessous en ville Lucas m’annonce qu’ayant décidé de prendre un peu de congés il va s’absenter.
<>.
Là je marque le coup.
<>
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
Je prends conscience des paroles qui sont sorties spontanément de ma bouche et que je n’aurais jamais imaginée dire à un homme.

Je me jette à son cou et l’embrasse à n’en plus finir, nos langues se mêlent, se battent dans de longs baisers très ardents.
Je suis chaude comme de la braise, je sens mon intimité s’humidifier.
Lucas n’est pas en reste car sa grosse queue bien gonflée qui se frotte contre mon ventre déforme beaucoup son short.
<>.
<>.
Il m’entraîne dans un parc public qui se trouvait à proximité et me fait entrer dans des fourrés.
Malgré le fait qu’on peut nous surprendre il sort la verge de son short pendant que je retire mon string.
J’écarte les jambes mais comme il est bien plus grand que moi même en fléchissant les jambes il n’arrive pas à me pénétrer.
Passant ses mains sous mes fesses il me soulève, je prends sa queue dans une main et la positionne, en laissant redescendre mon corps elle s’enfonce dans mon ventre.
Je passe mes bras autour de son cou.
A l’aide de ses bras il me soulève et me laisse redescendre pour faire aller et venir ma chatte sur son pénis.
Vu la position peu confortable il ne lui faut pas longtemps avant d’éjaculer dans mon vagin la queue secouée par des tressauts.

Il me pose sur le sol et me courbe en avant.
Je creuse au maximum les reins et écarte les jambes pendant qu’il se positionne derrière moi et pendant que le sperme s’échappe de ma chatte, il enfonce son membre dans mon anus.
Pendant qu’en levrette il me sodomise à grands coups de reins je triture ses bourses.
Il défonce mon cul pendant un moment avant que sa semence ne gicle dans mon fondement.
Lucas se recule et s’essuie avec un mouchoir puis remet sa verge dans son short.
J’essaie de me nettoyer à l’aide de kleenex et renfile mon string.
Nous sortons des fourrés après avoir regardé s’il n’y avait personne dans les parages mais finalement nous sommes vus par des promeneurs qui après nous avoir aperçus parlent ensemble.
Nous sortons du parc, je lui murmure à l’oreille:
<>.
<>.
<>.
<>.
Arrivés dans un bar je vais directement aux toilettes, je m’essuie le mieux que je peux et mets du papier toilette dans ma culotte en espérant qu’il ne tombera pas.
C’est l’apéritif que nous buvons en nous regardant amoureusement puis il me raccompagne jusqu’à chez moi.

Pendant la semaine qui suit je suis impatiente, je prépare un sac dans lequel je mets des vêtements et mes affaires de toilette.
Je vérifie un nombre incalculable de fois pour m’assurer que je n’ai rien oublié.
Je suis anxieuse et me demande quel accueil me sera réservé par sa famille.

Le vendredi après-midi nous prenons la route.
Lucas n’aime pas les autoroutes et emprunte au maximum les nationales donc nous roulons longtemps.
La fin de la journée approche, en traversant un bourg Lucas aperçoit un hôtel.
<>.
Nous nous rendons à la réception, des chambres sont libres, Lucas en prend une avec lit double.
<>.
<>.
<>.
Nous éclatons de rire devant le réceptionniste qui ne comprend pas.

Nous montons à l’étage par un escalier et une fois dans la chambre qui nous paraît agréable nous posons nos bagages sur le sol.
Lucas m’étreint de ses bras et m’embrasse.
Nous commençons à nous caresser.
Je déboutonne son short qui tombe à ses pieds puis je fais glisser son short le long de ses jambes, il lève tour à tour ses jambes pour que je le débarrasse des vêtements.
je le pousse pour qu’il s’assoit sur le lit puis une fois accroupie entre ses jambes je suce son gros membre qui est bien érigé.
Je ne fais pas de sentiments, les aller-retour de ma bouche sur le pénis sont rapides et je serre au maximum mes lèvres.
Il ne résiste pas longtemps et c’est de grosses giclées de sperme que j’avale après qu’elles aient frappé le fond de ma gorge.
Il se lève, évidemment je suis rapidement délestée de ma culotte, il retrousse ma jupe et une fois que je mes suis penchée en avant les mains en appui sur le lit, il me prend en levrette.
Il me défonce la chatte, je passe une main entre mes cuisses et je pelote ses bourses.
Il finit par éjaculer dans mon vagin.
Je passe par la salle de bain avant de remettre ma culotte.
Lucas va se nettoyer et se rhabille.

Bien qu’ayant envie de continuer nos ébats, il est temps d’aller dîner.
Nous sortons de l’hôtel et choisissons un restaurant parmi ceux qui se trouvent à proximité.
Si nous ne nous parlons pas beaucoup en mangeant, les regards que nous échangeons sont parlants, ce sont ceux de deux personnes amoureuses l’une de l’autre.
De retour dans la chambre je passe dans la salle de bain, me déshabille et revêt une nuisette.
Quand j’en sort je trouve Lucas qui m’attend debout et nu avec son pieu fièrement dressé, il s’approche de moi et prestement il m’enlève la nuisette et la jette sur le sol.
<>.
<>.
Il m’embrasse fougueusement sa langue cherchant en permanence la mienne.
Puis il me caresse partout ce qui a tendance à m’échauffer, j’en fais autant sur lui.
Tout en me tenant avec un bras il nous fait basculer et nous nous retrouvons allongés en travers du lit.

Lucas est déchaîné il m’embrasse dans le cou puis sur la poitrine n’oubliant pas de sucer et mordiller les tétons qui s’érigent.
Ses lèvres et sa langues passent sur mon ventre ce qui me fait frissonner avant de descendre sur mon sexe.
Voulant se placer le mieux possible il se met tête-bêche au dessus de moi.
Je me retrouve avec sa grosse queue raide sur la figure. Je l’embrasse et la lèche tout en caressant le ventre ou les cuisses de mon amant.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire