Histoires de sexe arabes Histoires gays

En voiture avec une employée du supermarché (2)

En voiture avec une employée du supermarché (2)



Suite de “En voiture avec une employée du supermarché”

Elle détacha sa ceinture de sécurité et se jeta sur moi. Elle m’embrassa à pleine bouche… Nos langues se croisaient et nos salives se mélangeaient comme deux adolescents lors de leur première fois. En même temps, nos mains se baladaient et découvraient à l’aveugle nos parties intimes. Elle avait une main dans mon caleçon et malaxait ma bite déjà toute suintante d’excitation pendant que je tentais de forcer le passage pour entrer 2 doigts dans sa caverne détrempée. Nos caresses ont dû durer 5 minutes. Après quoi, je reculai mon siège pour gagner de la place afin de faciliter le bon déroulement de ce qui allait suivre.

J’enlevai tout d’abord mon jean et mon caleçon, pendant qu’elle retirait sa veste et son chemisier. Je pouvais maintenant apercevoir sa poitrine royale seulement retenue par un soutien-gorge qui semblait même trop petit tellement seins étaient imposants. C’était seulement la quatrième paire de seins que je découvrais mais c’était incontestablement la plus grosse de toutes ! Je ne pus résister plus longtemps et m’empressai de défaire son soutien. Ce fut un moment magique, je les vus se libérer et rebondir… Ils étaient splendides, je me jetai dessus pour les malaxer, ils étaient fermes et les tétons tout durs d’excitation. Elle se pencha alors vers mon entrejambe et je dus abandonner momentanément ses obus.

Elle commença par me lécher la bite, lentement, sans jamais s’arrêter sur mon gland. Elle jouait avec moi, je sentais le désir monter de plus en plus. Elle enfonça enfin ma bite dans sa bouche. Mmmm c’était tellement bon, elle faisait des vas et viens en jouant avec sa langue sur mon gland, elle savait y faire la coquine ! Elle accélérait la cadence de plus en plus tout en me branlant avec ses mains. J’allais pas tenir très longtemps à ce rythme là ! Du coup, je décidai d’aller titiller sa petite chatte qui ne demandait que ça. Je repassai donc ma main dans son string rose, un peu vulgaire, mais qu’importe. Elle mouillait terriblement, je n’avais aucun problème à lui rentrer deux puis trois doigts. Quelle salope ! Je m’en donnais à coeur joie, mes doigts étaient remplis de sa mouille et je lui imposais moi aussi un rythme d’enfer. Elle aimait ça au vu de la cyprine toujours plus abondante qui coulait sur mon siège et de ses petits cris de plaisir. C’est alors que sentis une chaleur encore plus forte sur mon gland, elle était en train de me faire une gorge profonde !

Elle était incroyable ! J’étais au paradis, cette salope avait son nez contre mon bas ventre. Elle se redressa pour reprendre sa respiration. Elle bavait et en avait presque les larmes aux yeux. Voyant que j’adorais ça elle recommença mais cette fois je mis mes mains derrières sa nuques et commença à lui baiser la bouche avec ardeur. Les bruits qui s’échappaient de sa gorge m’excitaient encore plus, cette chienne était vraiment douée ! Quand elle repris enfin sa respiration, son mascara avait coulé sur ses joues et de la bave coulait sur son menton. Elle m’embrassa.

J’attrapai mon jean et sortir mon portefeuille. J’ai toujours une capote dedans au cas où (en trois an c’est bien la première fois que je vais m’en servir) ! Elle me l’arracha des mains et l’ouvrit. Elle me l’enfila en me regardant droit dans les yeux, puis elle enjamba le levier de vitesse et vint s’empaler sur ma verge fièrement tendue. Ses seins rebondissaient au rythme des vas et viens. Elle me tenait par nuque et c’est elle qui imposait le tempo en faisant claquer son cul sur mes cuisses. Elle avait faim et ça se voyait ! J’étais comblé, je sentais mon sexe rentrer et sortir de sa chatte trempée et je pouvais plonger ma tête dans ses seins. LE bonheur. Après quelques minutes on migra vers la banquette arrière. Ma voiture n’est pas très grande (Ford fiesta) mais on a quand même plus de place à l’arrière.

Elle s’assit à la place du milieu et releva ses jambes (elle était d’une telle souplesse que je suspectais qu’elle ait fait de la danse ou de la gym dans sa jeunesse), j’avais une vue sur chatte toute ouverte et dégoulinante de mouille mais maintenant aussi sur sa petite rondelle rose qui semblait malheureusement fermée et inaccessible. Je m’appuyai donc sur elle et la pénétra avec v******e. Je sentais que j’étais bien au fond de sa chatte c’était délicieux comme sensation. Je commençai à la pilonner. Elle prenait son pied la salope et moi aussi ! Ses cris se faisaient de plus en plus bruyants. Heureusement que personne n’était aux alentours de la voiture car elle ne s’en souciait guère. Elle criait : “Vas-y défonce moi ! Ohhh ouiii putain vas-y ! Mmmm baise moi ouiii ohh ouiii” Elle était incroyable, et ses cris me motivaient encore plus, je la démontais sans relâche ! Elle se frottait le clitoris pendant que la fourrais, puis tout à coup elle eu un spasme, puis deux, sa chatte se contractait et elle laissait s’échapper des jets de mouille terribles, cette chienne était en train de jouir et de tremper tous mes sièges par la même occasion. Les hurlements qu’elles poussaient me laissait comprendre qu’elle prenait son pied.

Après ça, j’étais incapable de tenir plus longtemps… Je sortis de sa chatte, et approchai ma bite pleine de mouille de son visage, elle retira la capote d’un coup et enfonça ma bite au fond de sa gorge. Je n’en pouvais plus et j’explosai ! D’énormes jets de spermes atterrirent dans sa bouche, elle ne broncha pas la gourmande. Elle avala toute ma semence sans lâcher mon regard. On s’est regardé puis on s’est embrassé langoureusement.

Notre affaire terminée, on s’est nettoyé comme on pouvait, puis on s’est rhabillé. J’ai repris la route encore tout émoustillé par ce qu’il venait de se passer. On s’est pas dit grand chose durant la fin du trajet. Mais pas besoin de parler, l’état de mes sièges en disait long sur le plaisir qu’on avait pris. 5 minutes plus tard on était arrivé dans sa rue, je me suis garé devant chez elle, en espérant une seule chose, qu’elle me propose de monter boire un verre. Malheureusement, elle m’embrassa, me mordilla la langue puis me murmura à l’oreille : “Je sens qu’on va être amené à se recroiser mon coquin…”. Elle enleva son string, le déposa sur le frein à main, puis sortit de la voiture et rentra chez elle.

J’étais bouche-bée, je n’avais même pas pensé lui demandé son prénom ou son numéro de téléphone. Je démarrai puis rentrai chez moi avec une seule idée en tête, retourner le plus rapidement possible au Carrefour afin de recroiser ma gourmande gestionnaire. On est loin d’en avoir fini tous les deux…

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire