Histoires de sexe à l'école Histoires gays Premières histoires de sexe

Samia – 46 Un casse.

Samia – 46 Un casse.



Je suis décidée à tout quitter : l’usine, mon beau père, Max, le Nord, la France et même l’Europe. Je veux du soleil, du neuf, de l’excitant… mais je ne veux pas partir sans rien. Eh ! J’ai Julien à ma charge. Et puis, je les mets tous à l’amende. Depuis quelque temps, j’ai les yeux qui furètent et les oreilles qui traînent. Il m’est même arrivé de fouiller la corbeille à papier de mon beau- père… et puis, j’interroge discrètement des gens sûrs, comme Diesel.
Je suis super bonne en espionnage et je dois le dire, Julien aussi. En nettoyant les toilettes, il a surpris des bribes de conversations.
Tout mis ensemble, voici ce qui va se passer : vendredi après-midi, mon beau-père va recevoir de l’argent de provenance inconnue, qui ne fera que transiter un week-end dans l’usine. Lundi ou mardi, il partira en Chine avec un diplomate. Là, cet argent servira à construire une nouvelle usine. Mais, j’en ai décidé autrement : cet argent me servira à faire la fête aux îles Caïmans. Je suis une fille du voyage, et cette fois-ci, je vais partir loin.
Dimanche 4 h du matin… Oh, et puis non, j’ai pas envie d’écrire ça, ce sont de trop mauvais souvenirs. Ma voix intérieure, me souffle “Un peu de courage Samia ! Écris, puis oublie !”
Oui… c’est vrai.
Dimanche, 4 h du matin, une voiture se gare en bordure d’un terrain vague… Deux ombres se glissent à travers la végétation, jusqu’à une brèche dans le mur, cachée par un buisson. Julien jouait ici quand il était petit, il connaît tous les recoins, toutes les cachettes… J’accélère. On entre dans l’usine et on va jusqu’au bureau de mon beau père.
Julien connaît la combinaison et moi, je sais où il cache la clé. On ouvre le coffre et j’éclaire l’intérieur avec ma lame torche. Il y a un gros paquet emballé dans du papier brun : l’argent ! Et, il y a aussi un papier sur lequel il est marqué “Souriez, vous êtes filmés”.
La lumière inonde la pièce ! Julien et moi on se regarde comme deux imbéciles piégés ! Mon beau-père entre dans la pièce. Avec lui, il y a Max, Lisa, un homme en costume et deux gardes.
Voilà, voilà… que dire de plus ? Que mon beau-père nous a fourrés à sec et bien profond ? Oui et franchement, ça fait mal. Pas à mon cul, mais à mon ego !
Je le prenais pour un gros pervers qui se faisait sucer par sa belle-fille et son fils, mais ce n’est pas que ça : c’est un gros pervers intelligent et machiavélique… Je réalise que tous ceux qui m’ont donné des renseignements sont ses complices ! Il a un grand sourire quand il m’explique :
— Tu n’étais pas de taille, Samia. Tu es sûrement très bonne quand tu fais croire aux passants que tu peux lire l’avenir dans les lignes de leurs mains, mais tu aurais dû te contenter des quelques pièces qu’ils te refilaient. Un casse, tu n’es pas de taille. Ce n’est pas que je sois un grand stratège, c’est que tu es tellement prévisible. Si tu savais le nombre de gens qui m’ont dit que tu préparais quelque chose !
Je me mords mes lèvres pour ne pas pleurer. Je suis peut-être la reine des idiotes, mais j’ai encore un tout petit peu de fierté. Enfin, pour le moment. Il a un auditoire ! Il poursuit :
— Tu sais, je ne t’ai jamais fait confiance. J’ai compris très vite que tu attendais le bon moment pour me voler.
— Je n’ai fait qu’essayer, Monsieur.
— C’est vrai, mais il y a le garde que vous avez assommé.
— Quel garde ? C’est faux, vous essayez de…
Mon beau-père se tourne vers l’homme en costume en disant :
— Cher maître, vous voulez bien lui expliquer.
— Oui… Je suis maître Delmol, huissier, et j’ai interrogé le garde. Il a expliqué vous avoir surpris tandis que vous vous faufiliez. À votre demande, votre mari, Julien de Préville, lui aurait donné un coup sur la tête et il s’est évanoui. Et puis, le revolver.
Pas la peine de nier, de crier… mon beau-père nous baise une fois de plus, Julien et moi, mais cette fois-ci, ça fait vraiment très mal. Il ne me reste qu’à reconnaître ma défaite avec le plus de classe possible, disons deux millimètres de classe. Je lui dis :
— Je ferai ce que vous voulez, Monsieur.
— Je sais bien Samia. Tu vas signer les documents que maître Delmol a dans sa serviette. Julien aussi, bien sûr.
L’homme en costume dépose des documents sur la table, une série pour moi, une série pour Julien. Il nous dit :
— Un paraphe sur chaque feuille et sur la dernière page vous écrivez “Lu et approuvé”, vous datez et vous signez.
Je commence à lire mais mon beau père m’arrête :
— On t’a dit de signer, pas de lire.
— Pas question de signer sans savoir ce que c’est.
Et “PAF”, je prends une gifle qui claque bien sur ma joue ! C’est cette sale garce de Lisa. J’essaye de lui envoyer mon poing sur le nez, mais Max me maintient les poignets dans le dos. Lisa me prend par les cheveux et me donne encore 6 gifles, aller-retour. Je vois des étoiles et ça me calme. Je dois faire ce qu’ils veulent. Les joues en feu, je dis :
— Je vais signer !
Max me lâche, je paraphe et je signe. C’est quoi ? Je reconnais peut-être avoir assassiné Kennedy ! Julien signe aussi.
Mon beau-père me dit :
— Bien… alors, on part en Chine après demain… Julien et toi, vous serez du voyage. Tu aimes voyager, non ?
— Oui Monsieur
Il se fout de moi le sale rat ! Vous avez déjà été dans un train fantôme ? Vous êtes assis dans le train qui roule rapidement. Soudain, un truc horrible vous bondit dans la figure, puis un autre et encore un autre… Je suis dans un train fantôme !
Mon beau-père m’annonce :
— En Chine, il y a une usine, construite avec de l’argent propre. Nous avons des condamnés à une peine légère. Ils y font un travail de substitution et comme ils ne sont pas payés, c’est intéressant. Julien et toi, vous y resterez trois mois. C’est mieux que quelques années de prison, non ?
Comme j’ai les joues en feu et que je ne veux pas me faire gifler à nouveau, je réponds :
— Oui Monsieur, c’est beaucoup mieux.
— Bien. Mais je te conseille de continuer à être aussi… conciliante. C’est votre punition pour avoir essayé de nous voler… Avant le départ, vous allez passer deux jours à la disposition de Max et de Lisa. Les ouvriers et les ouvrières qui en ont envie pourront se distraire avec vous.
Il se tourne vers Lisa et Max et leur dit :
— Maintenant, emmenez-les loin de moi. Pour le moment, je ne peux plus voir ces ingrats !
Non, mais je rêve : nous, des ingrats ? Qu’il en trouve d’autres qui se dévouent autant pour sa saloperie d’usine ! J’ai quand même aidé à décrocher des gros contrats en suçant ses clients ! Max lui demande :
— Carte blanche pour leur donner une petite leçon ?
— Absolument.
— Bien, à poil, les voleurs.
C’est quand même dur à entendre. On se déshabille. Lisa sort de sa serviette deux morceaux de cordes et Max nous attache les mains derrière le dos. Je lui dis :
— On ne va pas s’enfuir.
— Je m’en doute, mais c’est symbolique. Tu comprends ?
Lisa prend deux laisses, le genre pour molosse avec des colliers étrangleur. Max ajoute :
— Ça aussi, c’est symbolique.
Salaud ! Lisa prend la laisse de Julien et Max la mienne et on les suit jusque… dans le premier atelier, celui des hommes ! Alors là, on a un franc succès : rires, insultes, sifflets, la totale ! On fait le tour de l’atelier. Des mains calleuses me caressent et me pincent les fesses au passage. Julien s’en sort mieux, c’est tout à fait injuste ! Ensuite, on va dans l’atelier des femmes. On a tout autant de succès, sauf qu’elles sont pires que les hommes. Plusieurs d’entre elles me crachent à la figure. Le crachat coule sur ma joue, impossible de me frotter avec les mains attachées. Une jolie brune bien vulgaire dit :
— S’ils ont une laisse, ils devraient faire un tour comme des chiens. Vous ne trouvez pas, Monsieur Max ?
— Bonne idée ! À quatre pattes, les voleurs.
C’est pas du tout que je sois pudique, mais être à quatre pattes au milieu de gens hostiles, on se sent vraiment vulnérables.
Des filles me crachent sur les fesses, ce qui est quand même mieux que dans la figure. Julien, on lui crache à peine dessus. Il y a autre chose : on n’est pas fait pour marcher à 4 pattes sur du béton. C’est de loin pire quand une fille demande :
— Je peux la monter, Monsieur Max ?
Quoi ??? Elle est folle ! Ce salaud répond :
— Oui, ce sera marrant.
NON ! La fille saute sur mon dos et elle me donne une claque sur les fesses en disant “hue !” Heureusement, elle est légère, parce que mes genoux sont de plus en plus douloureux. Une grosse femme relève sa jupe et enfourche Julien. On s’occupe aussi de lui ! Il y a une fameuse ambiance. Plusieurs filles font un tour sur mon dos et celui de Julien. C’est très pénible. Les femmes se bousculent pour mieux voir. L’une d’elles vient avec deux baguettes en bambou, dans le genre des tuteurs pour les plantes et on reçoit des coups sur les fesses pour nous faire avancer plus vite. Je suis sur le point de m’écrouler, advienne que pourra, quand Max dit :
— Camarades, ils seront tous les deux à votre disposition dans le garage. Il vous suffira de faire un petit don pour le syndicat et vous pourrez vous faire lécher la chatte et tout ce que vous voulez.
— Le trou du cul, Monsieur Max ?
— Oui, bien sûr. Les ânes, allez vers le fond, c’est l’heure de retourner à l’écurie.
Rires, applaudissements… La grosse descend de sa monture : Julien. La mienne descend aussi, ouf ! On peut enfin se remettre debout, péniblement. J’ai mal aux genoux, aux reins et aux fesses. Mais on peut marcher, quel confort ! Je dis à Lisa :
— Je dois faire pipi, Madame.
— Serre les fesses !
Sale garce, je voudrais qu’elle se noie dans sa graisse ! On va dans le garage. Il y a deux matelas par terre. On a installé deux rangées avec des cordes, comme devant les bureaux des aéroports. Il y a deux files devant les matelas. Une trentaine de personnes pour moi et une vingtaine pour Julien ! Je pensais qu’il n’y aurait que des hommes, mais il y a aussi des femmes.
Il y a un grand panneau sur lequel on a écrit : « En échange d’un don pour la caisse d’entraide du Syndicat, amusez-vous avec le fils du patron et sa femme ». Ce Max est vraiment un mac ! Seule chose positive, ils nous enlèvent les colliers, les laisses et les liens qui enserraient nos poignets. On les masse comme dans les films policiers quand on enlève les menottes à quelqu’un.
Lisa nous interpelle :
— Vous faire baiser, c’est censé être une punition, sauf pour des petites salopes comme vous deux !
Elle se tourne vers Max en disant :
— Tu leur expliques ?
— Vas-y, tu fais ça bien.
Elle lui sourit, ils sont mignons… comme des rats d’égouts vecteurs du choléra. La rate nous explique :
— Pour que tout le monde passe, vous lécherez un homme ou une femme pendant qu’un homme vous baisera. Vous comprenez bien ?
— Ui… ame…
— Pardon ? J’ai pas bien compris.
— Oui madame !
— Alors, pour vous inciter à sourire et à bien tortiller du cul, ce que les camarades aiment bien, j’ai apporté ça.
Elle ouvre un sac en papier brun et en sort un martinet ! Un vrai, manche en bois, lanières de cuir. Elle nous explique :
— C’est un souvenir, il pendait dans notre cuisine, accroché à un clou, et je vous garantis que mes sœurs et moi, on filait droit !
C’est peut-être pour ça qu’elle est si méchante… Elle poursuit :
— Il faudra avaler le sperme que les camarades daigneront mettre dans vos bouches de faux jetons. Il faudra tout avaler, une goutte qui tombe, un coup de martinet.
Max a sorti un carnet, il fait un petit calcul, puis nous donne le résultat :
— Ça fera environ un demi-litre, pour chacun de vous… Ça ne fait pas beaucoup de calories, mais vous aurez du pain sec et de l’eau en plus. Maintenant, on va quand même un peu vous réchauffer les miches !
Mais pourquoi ? Lisa et Max tournent autour de nous… Lui pose la main sur mes fesses en expliquant à Lisa :
— Tu sais, les martinets, c’est pour les enfants. Avec le cul qu’elle a… il faudrait un instrument plus solide.
En disant ça, il me donne une bonne claque sur la fesse, puis ajoute :
— Elle ne sentira rien.
— Ah mais si, je te jure, ça fait mal ! Tu vas voir…
Elle vient du côté de ma tête pour me dire :
— Ton cul va me servir pour une démonstration. Et puis, ça amusera les camarades de te voir fessée. Pour commencer, tu vas te mettre à 4 pattes. Si tu restes en position, ce ne sera que 5 coups. Si tu fais la conne, on te maintiendra et ce sera 10 ! D’accord ?
Va en enfer !
— Oui Madame.
Max lui dit :
— Je la connais, elle va nous casser les oreilles. Il faut lui mettre quelque chose dans la bouche ! Un chiffon…
— J’ai mieux.
Elle se trousse et enlève sa culotte. Elle me dit :
— Ouvre bien la bouche.
Elle m’enfonce sa culotte pas propre dans la bouche. Berk ! Ensuite, les lanières sifflent dans l’air sans me toucher. Elle me dit :
— Tu as bien compris ? C’est cinq coups si tu restes en position.
Je secoue la tête pour dire oui et là j’entends :
“Sssswwwwiiitchh ! “. Je crie dans sa culotte, mais ça fait seulement :
— Mmmmfffff ! 
Les lanières m’ont frappée en plein milieu des fesses, ça fait maaal !
“Sssswwwwiiitchh !”
— Mmmmffff !
Maintenant, c’est à la base de mes fesses, donc je m’aplatis pour essayer de diminuer l’ampleur de mon derrière !
“Sssswwwwiiitchh !”
— Mmmmfffff !
En plein milieu des cuisses ! Ouch !! Je fais un énorme effort pour rester dans la position.
“Sssswwwwiiitchh !”
— Mmmmfffff !
Juste sur le pli de mes fesses !!! Elle dit en rigolant :
— Pendant quelques jours, tu penseras à moi quand tu t’assiéras !
Elle s’arrête et retire la culotte de ma bouche. Max lui dit :
— N’oublie pas l’autre petite salope.
— Non, non…
Elle va devant Julien et lui dit :
— Demande ?
— Vous voulez bien me donner cinq coups de martinets, Madame Lisa, s’il vous plaît…
Quelle moule ! Je l’entends crier cinq fois. Je vois les marques rouges sur ses fesses. Ce n’est que justice !!

À suivre.

Si vous voulez me joindre, je suis ici : [email protected]