Histoire de sexe fétiche Histoires de tromper

comment tout cela à commencé

comment tout cela à commencé



lui ayant sorti son sexe je le regardais je n’avais jamais vu une bite de ma vie, je la caressais tout doucement, je lui soupesais les couilles, je les malaxaient, les étaient lourdes et pleines, sa queue était trés blanche des poils blonds sur le pubis et sur les couilles chose incroyable bien entendu j’avais pas vu de testicules à part les miennes bien plus petites, elles avaient la forme et la grosseur d’oeuf de poule mais le gros calibre elles étaient bien séparées, elles s’étalaient lourdement sur son pantalon. Je m’occupais de sa hampe courte mais épaise surmontée d’un gros gland rose et bien décaloté beaucoup de peau autour. Il faisait toujours mine de dormir, mais il bandait comme un taureau. Instinctivement ma main entoura son c;hibre et je commencais à le branler je faisais aller et venir ma main sur sa colonne de chair tout naturellement je le masturbais, il devait avoir l’habitute car il se laissait faire, ses grosses couilles valsaient avec le rytme que je faisais mener à sa bite.

je fus surpris et étonné de voir le trou de son gland lacher un liquide transparent et lègerement gluant, je croyais que s’était de l’urine ne m’étant jamais branlé je ne savais ce que s’était.
Soudain il m’agrippa la main et m’invita à aller plus vite, il avait toujours les yeux fermés, ses grosses testicules se bloquèrent l’une contre l’autre ne formant qu’une grosse boule de la taille d’une grosse orange, elles étaient devenues fermes, le liquide coulait beaucoup et formait une flaque sur son pubis, il se mit à raler, son gland gonfla il devint brillant tellement il avait grossi, sa queue durcie et la veine gonfla, s’en mi attendre il largua une salve d’un liquide blanc épais qui vint s’écraser sur le col de sa chemise accompagné d’autres jets aussi puissants que le premier tout de devant de sa chemise était immaculé de ce liquide, il eu quelques spasmes puis renversa sa tete en arrière comme épuisé, j’avais mes doigts gluants et une drole d’odeur s’en échappait, je ne savais pas s’était l’odeur du sperme.
Il sortit un mouchoir de sa poche et s’essuya le gland, enfourna son matos dans le slip et nettoya son foutre qui engluait sa chemise

J’étais dans un état d’excitation ma petite queue était dure dans mon slip. Ayant fini de se nettoyer, il m’allongea et défit les boutons de ma braguette, sorti ma petite queue, je ne décalotais pas comme lui j’avais un sacré long prépuce comparé à lui.
J’étais raide, il commenca à me branler comme je lui avais fait, je ne savais ce qui m’arrivais la sensation etait nouvelle et agreable tout d’un coup je sentis comme une chaleur mes couilles se bloquèrent dans l’aine à me faire mal, et d’un coup je larguais violement une semence épaisse et blanche d’une telle intensité que mon visage fut aspergé.
Je n’avais jamais resenti une telle jouissance ma queue eu des spasmes elle bougeait toute seule comme si on lui avait mis une décharge électrique. Je n’en revennais pas, Mon copain souri et me dit ” voilà tu es un homme maintenant tu as juté. “
Je lui demandais et toi tu savais ce que s’étais ?.
” Oui me dit-il ça fait un moment que je me branle pratiquement tous les jours “.
Quelle merveilleuse découverte, nous sommes donc rentrés chez nous j’étais épuisé, et je pensais à la grosse bite de mon copain j’avais envie de le branler encore.
Nous nous sommes découvert amateur de bites et dès que nous pouvions nous nous branlions souvent, il est vrai à l’époque on jouait à touche pipi, mais on prennait du plaisir on se suçait pas ni de sodomie.
Que des attouchements, on se branlait entre les cuisses, je serrai fortement les jambes et il se branlait entre mes jambes, il déchargeait sur ma rondelle et enduisait mon cul de son sperme, parfois on se frottait ventre contre ventre on s’éjaculait sur nous, et j’adorais quand il me mettait à plat ventre et qu’il mettait sa grosse queue entre mes fesses et il se branlait en jutant sur mon dos.
Il adorait me prendre entre les jambes on se mettait en chien de fusil je serrais fortement son membre en mes cuisses nous mettions de la vaseline, ca lui donnait l’impression de pénétrer. Il déchargeait énormément, j’enduisais souvent ma queue avec son sperme je lubrifiais mon gland avec.
Les années passant je l’ai ratrapé ma queue devint plus grosse et plus longue que la sienne. A part ses grosses couilles ma bite faisait deux fois la sienne.
Bien entendu nous restèmes pas a la branlette nous connumes des plaisirs plus puissants mais ça ca sera pour une autre histoire.

;