Histoire de sexe fétiche Histoires d'inceste Histoires érotiques au travail

Géraldine tome 2-Chapitre 14

Géraldine tome 2-Chapitre 14



Chapitre XIV – Soins intensifs

Géraldine était encore un peu entre sommeil et éveil, quand l’infirmière du bloc passa le relais à une des infirmières qui l’avait lavée la veille, et qui partait l’installer dans la salle de
«SOINS INTENSIFS».

La chambre était plus vaste que les autres et possédait trois lits, en ” Y ”, dont un seulement était occupé par celle que tout le monde appelait ” la petite voleuse ”, en attendant de lui trouver un prénom.
Elle était complètement nue et solidement entravée. Sa tête était solidement fixée au lit, par une sangle sur son front et un bâillon dentaire lui écartelait la mâchoire, tandis que ses bras étaient solidement entravés sous l’axe du lit qui maintenait son dos, tandis que ses deux jambes étaient solidement maintenues sur les barres du « Y », laissant ainsi un libre accès à son anus, d’où pendait le cordon d’un plug gonflable et sa télécommande. Son clito avait subit le même traitement que celui de Géraldine, et était maintenant muni d’une sonde urinaire.
A l’entrée de Géraldine et de l’infirmière, elle tourna légèrement ses yeux, d’où coulaient de grosses larmes, tandis que le plafond de glace lui renvoyait le reflet de sa nouvelle vie qu’elle n’avait pas choisi.

” – Voila Géraldine, ta petite camarade de jeu, petite voleuse ! Mais je te rassure,
Madame la Directrice te donnera ton nouveau prénom en passant pour la visite, demain. ”
Dit l’infirmière de garde, en quittant le gros fauteuil où elle était assise.

” – Naaan !!! Naaan !!! ”
Soupira la « petite voleuse », en petits sons comme étouffés qui sortirent de la bouche écartelée de la Sissy larmoyante.

” – Laisse donc tes cordes vocales cicatriser, petite sotte !
Ta voix ne sera que plus chantante pour gémir quand tu profiteras de tes nouveaux plaisirs…
Que tu auras, sans avoir à les voler ! ”
Ironisa l’infirmière qui accompagnait Géraldine, tout en la couchant a son tour sur son lit en ” Y ”, en lui sanglant d’abord les jambes.

En entendant cela, la petite voleuse fut prise de spasmes sanglotants, mais l’infirmière de garde prit une paire de lunettes, spécialement conçues pour l’endoctrinement des Sissies rébarbatives.

” – Regarde ta future vie, voleuse de petites culottes !
Je vais te mettre un petit décontractant, mais qui t’empêcheras quand même de dormir ! ”
Dit l’infirmière en lui couvrant les yeux des lunettes, qui étaient en fait deux minis écrans de télé, mettant aussitôt en route les vidéos, tout en injectant le contenu d’une seringue dans la perfusion de la soumise, avant de lui gonfler un peu plus son confort anal, qui était pour elle une découverte, mettant également la vibration en route.

” – Haaan !!! Haaan !!! ”
Geignit doucement la Sissy. essayant en vain de sortir une supplique.

La première vidéo qui apparut sur l’écran de contrôle de l’ordinateur, était celle d’une soumise transsexuelle gémissante, en train de sucer un Maître en mode deepthroat.
A la vue des images dans ses lunettes, les râles de la petite Sissy voleuse s’accentuèrent, tel un mélange d’excitation et de dépit.

” – Voila ! Je vais pouvoir m’occuper de toi, maintenant, petite Géraldine ! ”
Dit l’infirmière de garde, en venant aider sa collègue à finir d’entraver la soumise sur le lit.

” – Madame la Directrice a donné des consignes spéciales pour elle.
Spéculum et plug extra large en alternance, pour l’élargir au maximum.
Son clito sera mis dans une boule d’ici une semaine !
Et vu comment elle est déjà docile, elle pourra suivre les vidéos sur l’écran de contrôle…
On la maintiendra éveillée ! ”
Dit l’infirmière qui avait accompagné Géraldine, en lui enfonçant un large ring-gag qui écartela la bouche de la soumise.

” – Nann ! S’i’ ‘ous p’aît …Pi’ié… Pas maxi !! Nannnnn ! ”
Supplia Géraldine, d’une toute petite voix à travers son bâillon, encore sous les effets de l’anesthésie, mais ayant vaguement saisi quelques brides de la conversation dans son début d’éveil.

” – N’ai pas peur, petite Sissy. Pour cette nuit, je vais te laisser ton petit trou à l’air libre ! ”
Dit l’infirmière, sur un ton légèrement sarcastique, tout en lui caressait son anus vide de sa main gantée de latex.

” – Hannn… Me’ci Ma’ame. ”
Répondit la soumise dans un soupir, en se tortillant sous la caresse qui voulait s’introduire en elle.

Mais l’infirmière de garde tandis un spéculum à ouverture large à sa collègue, dont la main était si exploratrice.

” – Nann ! S’i’ ‘ous p’aît… ‘ous a’ez dit… Nannnnn ! ”
Supplia la pauvre Sissy en voyant le large spéculum passé au-dessus d’elle.

” – J’ai dit à l’air libre, petite salope ingénue! Et quoi de mieux, pour faire prendre l’air à
ton petit anus de chienne soumise pour qu’il se détende, que ce délicieux instrument ! ”
Ironisa l’infirmière, en l’introduisant sans ménagement dans le fondement de Géraldine.
 
” – NAAAANN !! S’I’ ‘OUS P’AÎT !!! NANNNN !! ”
Se mit d’un coup à couiner la soumise, dans l’impossibilité de se soustraire à échapper à l’écarteur anal qui s’introduisait profondément en elle.

Complètement insensible aux jérémiades de la petite salope à élargir, l’infirmière tourna la molette, écartant les trois branches du spéculum jusqu’à une belle et large ouverture de huit centimètres.

” – AAAAHHHH !!! PI’IE !!! RE’IREZ LE !!! S’I ‘OUS P’AIT !!! ”
Suppliait Géraldine, sous la douleur de son cul si largement ouvert, tandis que l’infirmière y introduisit sa main gantée, pour vérifier l’ancrage du matériel installé.

” – Je vais l’isoler, comme l’autre petite salope! J’ai peur qu’elle me saoule à gémir comme cela… Tu sais comment cela fini pour les chiennes qui couinent trop avec moi ! ”
Commença à dire l’infirmière de garde, en rigolant.

” – Oui ! Je le comprends ! Mais quitte à être réveillée, autant s’occuper d’elles
à deux cent pour cent ! ”
Répondit l’infirmière, déjà prête à laisser la pauvre Géraldine, aux prises avec cette cruelle infirmière de garde

” – Tout à fait ! … A demain alors ! ”
Dit l’infirmière de garde à sa collègue, qui partit d’un pas décidé, vers la salle de repos.

Elle avait envie d’une cigarette et de profiter du délicieux « cendrier », gracieusement prêté par la Directrice, pour le restant de la journée.

Géraldine la regarda partir du coin de l’œil, mais bien vite, son regard revint sur la personne qui allait la surveiller pour les prochaines heures.
Son cul grand ouvert par son spéculum lui donnait l’impression de couler, mais elle prêta un peu plus attention aux larges pansements qui recouvraient sa poitrine nouvelle, en se demandant comment elle serait une fois ceux-ci retirés.
Malgré la sonde urinaire introduite dans son clito, celui-ci se redressa légèrement à cette pensée.

” – Toi, tu es vraiment une petite salope excitée ! Même comme cela, ton clito s’énerve ! ”
Constata l’infirmière, en caressant les petites couilles qui l’entouraient, tout en s’emparant ensuite d’une paire de lunettes identiques à celle qu’elle avait posé sur les yeux de la petite voleuse.

” – Nann ! S’i’ ‘ous p’aît… Nannnnn ! ”
Geignit Géraldine, en voyant les images qui défilaient sur l’écran, et en entendant aussi les gémissements de sa colocataire de chambre.

Mais déjà, les lunettes étaient posées et sanglées sur son visage. Sa tête étant solidement fixée au lit, par des sangles, et dans la totale impossibilité de mouvements.

” – Je vais vous mettre le son en plus, les petites chiennes ! Cela vous tiendra compagnie ! ”
Ironisa l’infirmière.

Elle prit de très gros écouteurs qui isolaient complètement de monde extérieur. Elle les plaça en premier sur les oreilles de la petite voleuse.  

” – Haaan !!! Haaan !!! Haaan !!! ”
Se mit à gémir de plus belle la Sissy en découverte de sa nouvelle vie, tandis que le son raccordé à l’image, l’excitait au plus haut point, mais son petit clito restait flasque avec le relaxant administré et la sonde qui obstruait son urètre.

Puis ce fut au tour de Géraldine d’avoir les écouteurs. Le son faible fit encore monter son excitation de nouveau.

” – Je vais calmer ton clito de chienne par les grands moyens ! …
Un peu de relaxant ! Mais vu que tu ne sais pas te contrôler,
une bonne tension sur tes petites couilles inutiles te fera le plus grand bien ! ”
Dit l’infirmière, en administrant le relaxant dans la perfusion.   

” – NAAAANN !!! PI’IE ! S’I’ ‘OUS P’AÎT !!! NAAAANN !!! ”
Couina la chienne surexcitée, en entendant l’infirmière lui promettre une morsure pour ses couilles, mais déjà l’infirmière refermait la première pince, puis la deuxième, avant de vérifier la bonne tenue en les étirant sèchement et y plaçant des poids.

” – AAAAHHHH !!! PI’IE !!! AAAAHHHH !!! ”
Hurla Géraldine, quand l’infirmière laissa retomber la chaîne des pinces dans le vide, avec les deux cents cinquante grammes de poids faisant office de leste.
Insensible aux suppliques de la Sissy entravée, l’infirmière monta le son des écouteurs, isolant complètement Géraldine, dans l’univers dédié à la soumission, qui défilait maintenant devant ses yeux.
Satisfaite, l’infirmière s’assit dans un lourd fauteuil et prit un livre, tout en vérifiant d’un œil l’évolution des vidéos. Elle se laissa bercée par les sanglots de Géraldine, sous la douleur de ses couilles martyres et de son excitation bridée. Le tout, accompagné par la douce mélodie des gémissements de la petite voleuse.
« C’est ça le vrai bonheur !» pensa-t-elle.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire