Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe en français

dans le train

dans le train



Je rentrais d’un voyage d’affaire, par le dernier train qui partait de Strasbourg pour Paris, nous devions arriver à 1 H 30 du matin,
À Paris.

J’étais complètement crevé après une journée de travail et aucune envie de continuer à remplir ces fichus rapports…

À Bar le Duc, les 4 derniers passagers du Wagon sont descendus, laissant monter 2 femmes, d’environ 30 ans, elles étaient très belles, et très désirable, une brune, une blonde, la blonde me souri largement.

Elles se sont assise à 2 rangées de moi, en face, toutes deux étaient en jupe, le train est parti, la nuit était sombre dehors, mes pensées avaient du mal à se détournées de ces très jolies fesses que j’avais vu passer…

Le contrôleur me sorti de mes pensées et en le voyant s’éloigner la blonde me regarda fixement en écartant légèrement les jambes laissant deviner son triangle…

Son amie avait l’air assoupie, du moins je le devinais, elle continuait à me fixer me troublant complètement, ses cuisses s’écartaient de plus en plus laissant remonter sa jupe, sa main commença à glisser sur ces seins, son sexe quelle caressait lentement. Mon érection était forte, j’étais comprimé dans ce boxer manifestement trop étroit. Je la regardais se caresser, elle y prenait beaucoup de plaisir, je bandais comme un fou, elle regardait mon entre jambe, j’ai sorti ma bite et ai commencer à me branler, elle se mordit les lèvres à la vue de mon membre, son rythme s’est accéléré, je voyais ses lèvres humides maintenant.

Je me suis levé le sexe hors du pantalon sur les 3 mètres qui nous séparais. Lorsque je fus à coté d’elle, elle pris ma bite à pleine bouche et me suça vigoureusement comme si elle voulait me boire dans les secondes qui suivaient, je mis la main sur sa tête afin de ralentir le rythme, s’attardant sur mon gland quelle léchait goulûment, elle continuait de se caresser.

Je bandais comme un fou, dur comme de la pierre, j’avais très envie de la pénétrer, son amie se réveilla et fut surprise par la scène, mais souri immédiatement, à la vue de se phallus mis en bouche. Ayant une véritable envie de la baiser, je sorti ma bite de sa bouche, la pris par la main je la retournais, je remontais sa jupe baissa son string jusqu’à mis cuisses, et j’avais maintenant un vision parfaite de sa chatte trempée ainsi que son petit trou du cul.

J’y mis la langue afin de bien lubrifier son anus qui semblait étroit, elle gémit, elles commencèrent à s’embrasser l’une plus excitée que l’autre, après quelque minutes à mettre délecté de son anus, de son con épilé et trempé, je caressais maintenant son cul avec mon gland, elle gémit de nouveau, son amie lui bouffait la chatte et je descendait ma bite prêt de sa bouche afin qu’elle y goûte.

Remontant, vers son petit trou, je le caressais de nouveau et commença à la pénétrer, elle poussa un petit cri de surprise, se crispa, puis détendue elle me laissa entrer complètement, je commençais à lui limer le cul, lentement et régulièrement, son amie continuait à la lécher,

“Bourre moi” me dit elle, “défonce moi le cul” ces mots lâchés à notre grande surprise je devenais un peu plus violant, elle commençait à gémir de plus en plus fort, plus j’y allait fort et loin plus elle criait, de plus les a coups du train nous faisait perdre complètement le contrôle des mouvements ce qui nous existait tous, excitation d’autant plus forte que ces cris pouvaient être entendus dans le wagon suivant.

Elle se crispa, sur le siège, me demandant d’arrêter,

Hum c’était bon, j’adore me faire enculer” me dit elle, j’étais encore en elle, la brune me lèche les couilles maintenant ce qui m’excitait, je sorti de son cul pour m’introduire dans la bouche de la brune qui se faisait maintenant caresser par la blonde, elle se tourna et je la pris en levrette, m’introduisant d’un coup sec, elle était déjà trempée, je la limais très concentré ayant une vue sur son petit cul que j’avais bien envie de pénétrer, j’y mis un doigt, puis deux, elle gémissait plus calmement que son amie, puis j’accélérais le rythme, mon excitation était forte et je sentais que je ne pourrais pas encore tenir très longtemps, en la lima, je demandais à la blonde si à tout hasard elle n’avait pas un gode, manifestement très occupé à lécher son amie, elle n’y avait pas pensé.
Si bien sur”, elle sorti de son sac un phallus de taille assez normal mais un peu large, elle se le mis dans la chatte afin de lubrifier l’engin et commença à l’introduire dans le cul de la brune qui tournait la tête afin de mieux voir la scène.

Nous l’avons baiser de toute nos forces jusqu’à ce qu’elle se crispe et cris son plaisir, je sortais d’elle la bite à la main, elle se retourna pour me prendre dans sa bouche, la blonde se caressait. Toutes deux maintenant me suçait, je n’en pouvait plus et laissa ma semence se libérer ces mains qui me caressait les couilles, je ne sais pas qui me caressait l’anus avec sa langue et ses doigts, je jouissais libérant tout mon sperme dans leur bouche, mélange de 2 langues et mon gland, c’était divin, elle me nettoyait complètement la bite, se délectant de ce nectar.

15 minutes plus tard, elles sont descendues gare de l’est, avec moi, nous nous sommes remerciés mutuellement d’avoir rendu ce voyage de 2 heures sublimement agréable.