Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe mobiles Histoires érotiques couples amateurs

Le couple de Rebeu “Part. 2”

Le couple de Rebeu “Part. 2”



Petit résumé de “Le couple de Rebeu “Part. 1”

Dans l’épisode précédent. Un couple de rebeu vient de s’installer dans l’immeuble où j’habite, leurs comportements à profondément perturber la vie des habitants. Ma voisine est une belle beurette qui je l’avoue me plaît beaucoup, un jour en visualisant la caméra de surveillance de ma porte, je découvre qu’il se passe de drôles de choses chez eux. J’ai installé des caméras dans leur appartement et découvre qu’elle vend ses charmes.

Voici la suite.

Je me réveille vers 7 heures après une nuit ou je n’ai pas arrêté de fantasmer sur ma splendide voisine. Je me prépare un café et vais au salon visionner les enregistrements de ma voisine pendant la nuit. Bon rien de bien intéressant hormis que je constate que ce n’est pas l’amour fou entre eux. Bon je commence à préparer mon plan pour la journée, j’insère un DVD et le grave avec les allées et venues de la veille ainsi qu’un
extrait sonore des exploits de ma voisine. il est 07h30 me reste plus qu’à attendre qu’elle sorte de chez elle. Je regarde l’écran de contrôle des caméras, elle se trouve dans la salle de bain entrain de finir son maquillage, sa sortie est imminente à mon avis, le temps passe déjà 5 minutes que j’attends qu’elle sorte et je trouve le temps long. 20 minutes plus tard enfin elle sort de la salle de bain, prend son sac à main et s’apprête à sortir. Je me lève et sort de chez moi. Je ferme ma porte et fais semblant de chercher mes clés. Sa porte s’ouvre, elle sort, puis se retourne pour fermer sa porte. J’en fais de même, Je me retourne et croise son regard, je lui souris, elle me le rend, mon coeur bat la chamade je suis si près de mon but et qui plus est elle juste sublime, habillée de façon très sexy une jupe courte moulante avec un blazer bleu et un t-shirt blanc Y love NY. Je lui dis:

-Bonjour

elle me répond :

– Bonjour

Nous nous dirigeons ensemble vers l’ascenseur, elle marche devant moi le balancement de ses fesses déclenche un début d’érection

– Vous allez bien, lui dis je.

– Oui ça vas et vous?

– je vais très bien merci. Je peux vous posez une question ?

– Oui bien sur

– Vous êtes de quel origine?

– Je suis Marocaine

Je la regarde, son visage est harmonieux, son teint basané fait ressortir ses beaux yeux verts, sa bouche charnue que j’imagine entrain de me sucer amplifie mon excitation, je bande comme un cheval ma queue se retrouve à l’étroite serrée dans mon boxer, je dis;

– Ho j’adore votre pays et sa cuisine, particulièrement le couscous.

Elle me fait un splendide sourire puis me dis :

– C’est vrai, vous y êtes déjà allé?

Mon regard glissement furtivement sur sa poitrine masquée par son blazer, ma verge tendue a mort me fait souffrir le martyre. je lui répond :

– Oui l’année passée je suis allé à Marrakech 2 semaines. Vous êtes de quelle région du Maroc?

– Je suis de Casablanca.

– Maintenant qu’on en parle, j’ai bien envie d’en manger, que me faut il pour en faire?

– ben du couscous des légumes du poulet ou de la viande et une couscoussière.

Je joue a l’imbécile et lui dis:

– C’est quoi une couscoussière.

Elle commence à m’expliquer, je fais celui qui ne sait pas, je l’interromps.

– Vous pouvez venir voir chez moi si j’en ai une?

– Oui pas de soucis.

Nous retournons ensemble chez moi, j’ouvre la porte et la fait entrée, je referme ma porte.

– Venez la cuisine se trouve là. Lui dis je.

Je sors mes casseroles qui sont d’un nombre très limité car la cuisine n’est vraiment pas mon truc. l’inventaire est fini en un rien de temps. et j’ai la confirmation que je n’ai pas de couscoussière, elle me dit:

– Je peux vous prêtez la mienne.

Je n’arrive plus a détacher mon regard d’elle, ma verge a l’étroit n’en peut plus, j’ai de plus en plus de mal a la gérée, je lui propose :

– C’est gentil, voulez vous boire quelque chose?

– Oui pourquoi pas, un café je sortait en boire un.

Je prépare 2 cafés vitesse grand V et la rejoins au salon, elle s’est mise à l’aise, son blazer est posé sur l’accoudoir du fauteuil, je distingue son soutien-gorge qui comprime sa magnifique poitrine. Tout en la servant j’aperçois aussi la forme de ses tétons. Ma queue ne trouve vraiment plus de place tellement je bande j’ai l’impression qu’elle va exploser. Nous reprenons notre discussion, parlant de choses et d’autres
tout en laissant glisser mon regard sur ses jambes, ma verge réagit au quart de tour.

– Ou sont les toilettes me demande t’elle?

En bon maître de maison je la guide. Quelques minutes plus tard elle revient.

– Vous auriez pas une serviette pour sécher mes mains s’il-vous-plaît

– Oui bien sur.

je la dirige donc vers ma salle de bain, et lui tend une serviette. Là elle se tourne face au miroir.

N’en pouvant vraiment plus je passe mes bras sur sa taille et me sers contre elle, lui faisant sentir mon désir prêt à exploser contre son cul sous l’effet de la surprise elle ne réagit pas. Une de mes mains empaume un de ses seins, je la sens tressaillir, je le masse au travers de ses habits son téton se durcit sous mes caresses, je monte ma 2ème main sur son autre sein. L’effet de surprise s’estompant elle tente de se dégager en se trémoussant, le frottement de ses fesses contre mon sexe me fait exploser dans mon boxer déversant un flot de sperme coulant le long de ma verge. Elle se dégage, puis dis.

– Vous êtes fou, arrêtez.

– Oui fou de toi et de ton corps, lui dis-je.

Son visage passa de la surprise à la colère elle vociféra des mots en arabe que je ne compris pas, mais à l’intonation ne laisse planer aucun doute, elle m’insulte.

– Je ne suis pas libre et vous ne m’intéressez pas.

Sa respiration s’accélère sous l’effet de la colère, elle lance vers moi un regard sombre où l’on distingue sans équivoque la rage, je la trouve encore plus belle et désirable.

Je le lui réponds

– je m’en fout, je suis pas du tout jaloux.

Du tac au tac elle me répond

– je suis pas une pute.

– Ah bon attend je vais te montré quelque chose.

J’allume ma télé et mets en route le lecteur DVD, les images du couloir apparaissent montrant le défiler d’hommes, puis la bande sonore diffuse ses gémissements qui emplissent le salon. elle rougis en même temps que sa colère augmente, elle lâche :

– Espèce de salaud tu pense qu’avec cela tu vas pouvoir me baisé, tu rêve.

– Non seulement je le pense, mais je vais le faire.

À cet instant je sens chez elle le doute s’installer, j’en profite pour augmenter la pression.

– Imagine si ton copain vient à voir ses images?

J’enlève la “pause” l’enregistrement de ses ébats d’hier avec ses clients occupe l’écran, son regard affiche cette fois-ci la panique, elle regarde tout en restant muette. Je rajoute :

– Je peux faire parvenir une copie à ton copain très facilement si tu le désire.

Visiblement mes arguments font mouche, elle bafouille.

– je…

Elle baisse les yeux, là je sus que la partie est gagnée. Je déboutonne mon pantalon et lui dis.

– Tu as le choix ou je te baise ou je donne le DVD à ton copain. Maintenant c’est à toi de voir, décide-toi vite ma queue t’attend avec impatience.

Elle fait un pas vers moi hésitante puis s’arrête, elle ne sait plus quoi faire, je place encore une estocade.

– Décide toi maintenant, mais vite.

Cette fois-ci elle s’avança d’une traite vers moi, s’arrêtant juste devant moi. Je la plaque contre moi, j’approche mes lèvres des siennes, ma langue les caresse, puis je l’introduis dans la sienne nos langues s’enlacent, mes mains lui caressent sa groupe cambré, je sens ma bite engluer dans mon sperme plaquer contre elle, je lui lance.

– Suce ma queue.

Elle s’agenouille face à moi et baisse mon pantalon, puis mon boxer ma verge se présente à elle bien dressée et dégoulinante de sperme, elle veut sortir un mouchoir pour la nettoyer. Je l’arrête net et lui dit :

– Nettoie avec ta langue et avale tout.

– Mais c’est dégueulasse. me dit-elle d’un air dégouté.

– Tu as déjà goûter? lui dit je.

– Non

– Alors goûte et après tu me dira si c’est pas bon, ta mère ne te la jamais appris?

L’allusion à sa mère la fit rougir et sema encore plus le trouble, elle s’avance à la rencontre de ma bite, sa langue chatouille la base de mon pénis puis monte lentement jusqu’au sommet de mon gland récoltant au passage mon sperme, elle répète l’opération plusieurs fois. Ma verge frémis sous les caresses de sa langue, sa main masse mes testicules, après quelques allés et retours, elle s’arrête sur le sommet de mon gland, joue avec sa langue dessus, je ferme les yeux tellement la sensation est agréable, sa bouche s’ouvre et gobe mon sexe, commence alors des allées et venues lentes, sa langue frétille tout le long de ma verge et me procure une douce excitation qui est amplifiée par le doux bruit de cette sublimes fellation “sluuurpf, sluuuurpf”. Ne voulant pas jouir tout de suite je l’arrête et la relève.

Mes mains parcours sont corps avec une attention toute particulière pour sa poitrine que je pétris. J’enlève son t-shirt et l’embrasse tendrement sa langue s’empare de la mienne fougueusement, d’une main je flatte ses fesses fermes et bien cambrées. Je quitte ses lèvres pour descendre au niveau de ses seins, sa peau est très douce, je dégrafe son soutien-gorge libérant sa magnifique poitrine, ma main droite monte au contact de ses seins rond et bien ferme, leurs auréoles brunes sont parfaites et ses mamelons pointent fièrement en leurs centres. Mes lèvres entourent un de ces tétons tandis que ma langue joue avec, je le sens devenir encore plus dur, son corps frémi je lui arrache un gémissement de plaisir.

– Huuuummm ouiiiii.

Encourager par ce gémissement je change de sein et lui applique le même traitement, je décide d’arrêter un instant pour voir sa réaction, elle ne tarde pas.

– Encore s’il te plaît ne t’arrête pas.

Je continue à titiller son mamelon lui arrachant d’autres gémissements.

– Huuuuuuuummmmmm ouiiiiii encore.

Mes mains descendent sur ses fesses, je la soulève tout en continuant ma tétée, ses jambes se nouent derrière mon dos, je la déplace sur la table de la salle a mangé qui est à quelques pas et la couche dessus. Je me redresse en m’écartant un peu, je retrousse sa jupe dévoilant ainsi son intimité, lui enlève son string complètement mouiller dévoilant ainsi sa vulve soigneusement épilée. J’en profite pour masser son clito, son dos se cambre et lâche un gémissement.

– huuuuuuuuummmm

Je dirige mon chibre vers sa vulve, je tapote dessus pour récupérer sa mouille, le positionne à l’entrée de sa fente, on se regarde droit dans les yeux, Je m’enfonce tout doucement en elle, sa tête bascule en arrière et ses yeux chavirés tandis que je la pénètre, je sens sa mouille toute chaude sur ma verge, les contractions de son vagin autour de ma verge me procurent une excitation supplémentaire, tous doucement je la lime ses gémissements se transforment en râle de plaisir, elle s’abandonne à moi.

– Haaaaan oui
– Vas y baise moiiiiiiii
– Je suis toute à toiiii
– Haaaaaaaan encore oui

J’augmente la cadence sa poitrine tressaute de tous les côtés, son corps se trémousse sur la table sous l’effet de mes vas et vient, je la sens à 2 doigts de jouir soudain elle crie de plaisir en jouissant.

– AAAARGH c’est trop bon.

N’ayant pas encore éjaculé je sors ma bite de sa fente et la retourne sur le ventre et me plaque contre son cul en cherchant son petit trou. Mon chibre coulisse dans sa raie, d’une main je le prends et le place sur sa rondelle.

– Nooon pas par là je ne l’ai jamais fait, je suis vierge.

– Laisse moi faire je serai très doux, tu vas aimé.

– Non je t’en prie je veux pas.

Je ne tint pas compte de sa dernière remarque. je me mis à pousser tous doucement pour m’introduire en elle, effectivement personne n’est encore passé par là, je recule, de ma main je récupère de sa mouille afin de lui dilater son anus avec mes doigts, je le masse doucement par de petits mouvements circulaires en préparation à un doitage tous en douceur. Au bout de 2 minutes je lui introduis un doigt, une fois bien en place je commence à la dilatée, quand j’estime qu’elle est prête à sodomiser. Je sors mon doigt et repositionne ma verge sur sa rosace, je progresse en elle millimètre par millimètre tout doucement, son sphincter résiste encore, je relève la tête de son cul, mon regard aperçoit le visage de ma belle dans le miroir du buffet. Elle est crispée et l’inquiétude se lit sur son visage, une de mes mains att**** un de ses seins, ma belle se lâche un peu sur l’effet de la caresse de son téton tous durs. Je pousse un coup sec, son sphincter lâche et me retrouve enfoncé de 5 bons centimètres en elle un hurlement strident sort de sa bouche.

– AIEEEEEEEEEEEEE suivit d’un râle ARRRRRRGH ça fait mal.

Je la crois aisément vue l’effet de surprise vu sur son visage suivit direct par une grimace de douleur. Je reste immobile un petit moment histoire que son cul s’habitue à la présence de ma queue, j’imprime un petit va et vient à mon bassin et m’enfonce doucement dans son cul, elle gémit de plus belle je la besogne doucement le temps qu’elle s’habitue à ma queue puis j’accélère la cadence.

– Haaaaaaaaan non sa fait mal.
– Haaaaaan Haaaaaaaan

Petit à petit elle se décontracte et maintenant c’est elle qui vient s’empaler sur mon sexe je la laisse faire.

– Haaaaaaaan ouiiiiii

– Tu aime ?

– Ouiiiiii

Les spasmes de son anus sur ma queue me font éjaculer mon sperme se répand en elle. je m’allonge sur son dos tous en lui caressant sa nuque. Puis je sors doucement d’elle et l’entraîne dans ma chambre. on s’allonge, on reste un long enlacé moment comme ça on s’embrasse, nos mains découvrent le corps de l’autre. Puis elle me dit

– Je t’aime, je t’appartient, je ferai tous ce que tu veux.

– C’est un peu vite pour me dire que tu m’aime.

– Je veux te revoir me laisse pas s’il te plait.
– demande moi ce que tu veux je le ferai.

– Ce que je veux ?

– Oui tous.

– Ok sa marche, j’ai vu que le voisin du 3ème s’intéresse à toi.

– Ce gros porc rêve de me baisé, mais même s’il me paye il ne m’aura pas.

– Alors fait le pour moi. Laisse le forcé ta porte j’ai envie de le voir te baisé, fait lui croire que tu n’est pas consentante.

– J’ai pas envie.

– Tu as dis que je pouvais tout te demander.

– Tu le veux vraiment ?

– Oui

– D’accord je le ferai pour toi.

SUITE AU PROCHAIN EPISODE