Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe hétéro Histoires de sexe viol

Au bureau …

Au bureau …



Dans la société où je travaille, le travail est assez saisonnier. Ce que je vais vous raconter c’est passé durant l’un de ces peaks de travail.

Nous avons des horaires fixes et en temps normal, tous les employés ont quitté les bureaux pour 17h. Mais ce jour là, certains étaient restés jusque 19 ou 20h. Il y avait du travail et pas de limite pour les heures sup´ alors j’en avais profité et il était passé 21h quand je quittai le bureau. Je pensais bien être la dernière et donc je fût étonnée par les lumières et les voix qui venaient de la grande salle vidéo au bout de couloir.

Curieuse, je m’avançai pour découvrir un spectacle auquel je n’aurais jamais pensé assister. J’ai 28 ans, je ne suis pas la plus naïve ou la dernière des sainte-nitouches et depuis des années je sais comment faire pour avoir ce que je veux d’un homme.

Faire ce qu’il faut pour rester mince et jolie, s’habiller sexy mais sans excès, savoir sourire, savoir dire “oui Monsieur” à son boss, autant avec les mots qu’avec le regard … Cela m’a toujours suffit! Lorsqu’un nouveau cadre colle un peu trop, accepter son autorité, montrer clairement que l’on connaît sa place mais rester ferme. Si une poignée de main devient une caresse, rompre le contact …

Mais, avec près de 8 ans d’ancienneté, je n’avais jamais remarqué un tel jeu dans ma propre société. Ils étaient 5 …

Il y avait d’abord le grand patron que je vais appeler M Frank, un homme de 55-60 ans ayant la réputation d’être très autoritaire et que professionnellement je fréquentais très peu pour ne pas dire pas du tout vu qu’entre lui et moi, il y avait une armée de chefs et de cadre. Il était pareil à ce qu’on peut imaginer d’un homme qui a bâti et dirige un société d’une telle taille depuis toujours. Imposant, affalé dans un fauteuil de direction, toujours en costume cravate mais avec un petit détail tout de même, son pantalon était dezippé et largement ouvert et sa queue pointait fièrement.

Il y avait ensuite 4 femmes que je connaissait à divers degrés. Elles étaient toutes pratiquement nues sans l’être tout à fait. Elles portaient des bas Dim StayUp noirs et des escarpins à très hauts talons noirs. Rien d’autre! Leur poitrine, leurs fesses et leur sexe – totalement épilé – étaient totalement à nu! Il y a encore un détail, elles portaient aussi un très large collier de cuir noir et un laisse de chienne qui pendait de ce collier entre leur seins ou par terre selon leur position.

La première était une collègue à moi. Stéphanie avait /- 25 ans, elle était mariée et mère de 2 enfants, elle était à genoux, cuisses ouvertes, dos cambré et mains sur la nuque, face à M Frank, elle ne bougeait pas.

La deuxième était une fille des Achats. Je ne la connaissais pas trop mais j’ai appris par après qu’elle s’appelait Anne, avait /- 30 ans, était également mariée avec 3 enfants et avait 10 de broîte. Elle se tenait aussi à genoux, cuisses ouvertes, dos cambré, poitrine bien bombée et elle portait un plateau avec un bouteille et un verre de whisky, un petit plateau avec des olives et un cendrier et un cigare. Légèrement à droite de M Frank, à portée de main, elle était également immobile.

La troisième était un fille très jeune que je ne connaissais pas. J’ai appris par après qu’il s’agissait d’un jeune stagiaire d’à peine 19 ans qui était sans doute là pour renouveler son stage de 6 mois car elle a été prolongée la semaine qui a suivi.
Elle se tenait à quatre pattes devant M Frank, et se doigtait la chatte. Une caméra placée derrière elle permettant à M Frank de ne rien perdre des détails de son doigtage. Tout en se doigtant, elle devait répondre à des question intimes de M Frank sur ses premières expériences – première fellation, première branlette, première soumission, premier striptease privé, public … – et elle devait faire danser ses fesses et bien sur ne pas oublier de gémir …

La quatrième était l’Assistante de Direction de M Frank elle-même. Un femme sèche d’une quarantaine d’année mais encore très belle cependant pour son âge. Célibataire et sans enfants on la disait totalement dévouée à M Frank. Debout, elle tenait la stagiaire par sa laisse, vérifiant ponctuellement si elle mouillait et l’obligeant, au passage, à lécher ses doigts après chaque contrôle. Corrigeant l’écartement des genoux, la cambrure des reins, la vitesse des mouvements des fesses du bout d’une fine cravache, comme on contrôlerait une jument …

Je remarquai très vite qu’en fait, Mlle Sabine, l’assistante de M Frank ne prenait aucune initiative mais répondait très rapidement à des ordres très discrets donnés par signes par M Frank. Au bout d’un moment M Frank donna un ordre verbal. Cela me surpris tellement que je manquai de me révéler. Mais heureusement ils ne me remarquèrent pas. Et, Mlle Sabine, guida du bout de sa cravache, ma collègue, Stéphanie sous la jeune stagiaire.

Une fois Stéphanie couchée sur le dos, cuisses bien écartées vers M Frank, la jeune stagiaire baissa son sexe sur sa bouche. Mlle Sabine changea la position de la petite caméra afin que Monsieur puisse jouir du spectacle sur l’écran géant de la salle vidéo. Ensuite, la stagiaire du se redresser et, mains sur la nuque, écarter les coudes pour faire saillir son opulente poitrine.

Anne déposa son plateau et vint, à quatre pattes entre les cuisses de Monsieur. Monsieur posa un main sur sa tête et je la vis disparaître entre ses cuisses et son gros ventre. La stagiaire s’était remise à gémir et même à crier. Monsieur donnait ses ordres à Stéphanie pour son cuni et à Mlle Sabine qui cravachait maintenant les seins et le ventre de la stagiaire et je crois aussi l’entre cuisses de Stéphanie quand celle-ci ne donnait pas le coup de langue que Monsieur attendait d’elle.

La stagiaire n’avait qu’un ordre, garder les mains sur la nuque, les coudes écartés et les seins et le ventre offerts et puis surtout ne pas arrêter de s’auto-insulter en variant au maximum les insultes. Je remarquai rapidement que tant qu’elle avait des idées pour s’auto-insulter en jouissant, les coups s’arrêtaient mais que si elle ralentissait dans son débit d’insultes ou si elle se répétait trop, les coups redoublaient.

Après quelques minutes de ce régime, M Frank a jouis violemment alors que la jeune stagiaire hurlait sans plus aucune retenue de plaisir peut-être, de douleur certainement!

Je profitai de la confusion pour disparaître.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire