Histoires de sexe hétéro Histoires érotiques couples amateurs

Une balade peu ordinaire

Une balade peu ordinaire



Mi juin, j’ai décidé de me faire un délire : me promener dans la ville avec un plug dans l’anus. Pour cela, je passai les deux dernières semaines du mois à chercher l’objet tant convoité.

Début juillet, je trouve un colis dans la boîte à lettres : enfin, le voici! Cependant, je décidai de l’essayer pour voir si (quand même) mon anus pouvait accueillir un engin de cette taille (6-7cm de diamètre au point le plus large, ce n’est pas rien…).

C’était un mardi après-midi, trois jours après avoir reçu le plug. Je me suis entièrement déshabillé puis j’ai préparé mon cul pour l’intromission. Je me suis tartiné l’intérieur de l’anus avec de la vaseline puis introduit le manche à balai (muni bien entendu au préalable d’un préservatif) dans le rectum. Après trois ou quatre va et vient, j’ai décidé que le grand moment arrivait.

Après avoir enduit l’objet du délit, je l’ai enfin mis. C’était comme si une locomotive me défonçait le fion. J’ai ouvert de grand yeux, me suis levé le souffle coupé pendant que je grognais et haletai comme un petit chien. Rien que le fait d’effleurer le plug, j’ai eu une bonne érection et j’ai joui en même pas cinq minutes…Essai concluant!

Le grand jour fut fixé au samedi, en début d’après-midi. Après avoir introduit le plug dans mon intimité (et fixé un ruban de tissu de telle sorte qu’il ne puisse pas sortir), je partis vers la grande aventure.

J’avais pour objectif, afin de tâter le terrain (c’est à dire pour voir si je n’avais pas trop mal) d’aller à la boulangerie située en face de chez moi. De plus, je fantasmais sur la boulangère, une jolie femme d’une trentaine d’années, brune, yeux marrons, très gentille, et dotée d’une magnifique petite poitrine qu’elle dévoile sans s’en apercevoir quand elle se baisse pour prendre un croissant. Je marchais donc vers cette boulangerie, et les mouvements de la marche faisaient bouger le plug en moi, me procurant un plaisir indicible…Une fois en face de la boulangère, je pus voir en plus qu’elle portait une robe légèrement échancrée…Elle m’accueillit de son plus beau sourire, et je décidais de prendre, en plus du pain, un croissant. Elle se baissa, et je pus donc apercevoir, vison ô combien magnifique, ses deux jolis seins de rêve enserrés chacun dans chaque balconnet du soutien-gorge…Ceci plus le plug qui bougeait à chaque mouvement me procura une érection bien sympathique, mais comme je portais un pantalon ample, je pense que cela ne s’est pas vu.

Je ramenai mon bien à la maison. Pour un test, il fut réussi! En revanche, restait le moment tant attendu (et, je le confesse, tant redouté aussi) : la promenade en elle-même

Je suis ressorti, j’ai traversé le centre ville destination le supermarché du coin en prenant les petites rues de la ville. Je faisais un énorme effort pour avoir l’air normal, sauf qu’avec le plug qui me labourait les entrailles et qui bougeait à chaque pas, ce n’était pas facile…D’aillleurs, au bout de quelques minutes, le plaisir a commencé à monter, ma queue a commencé à se dresser et j’ai commencé à haleter et à gémir de plaisir (pas trop fort quand même!). C’était vraiment trop bon!
Je tournai à droite dans une petite rue. Sauf que, catastrophe!, voici que je rencontre la fille de l’agence où je loue mon appartement. Une fille blonde, avec des lunettes, couverte de tatouages. A première vue, rien à dire, sauf que la dame en question était moche, vulgaire, stupide et égocentrique.Bref, une vrai conne, une fille que je déteste cordialement! Sauf que ce n’est pas réciproque…De plus, le plaisir qui commençait enfin à monter, est malheureusement retombé…

Elle me voit, fais un grand sourire et met le cap vers moi tandis que je reste tout dépité et commence à me demander comment faire pour me débarrasser de ce poison, ce qui n’est pas une mince affaire car la dame est du genre pipelette…Après les politesses d’usage, elle m’invite à boire un coup au bistrot du coin. Je la suis sans conviction.

Nous voilà au bar. Nous nous mettons à une table à l’extérieur, sous le parasol. Coup de chance, il n’y presque personne. Le barman arrive, prend les commandes, et du temps qu’il revienne, voilà que madame commence à me prendre la tête avec sa petite vie sans intérêt.

Elle s’assied, je m’empresse de l’imiter. Et là, excellent, le pied total! Quand je m’installai, le plug s’enfonça encore plus, m’explosant encore plus le cul. Une secousse électrique monta du plus profond de mon être, et ma bite commença à se dresser. Je poussai sans le vouloir un petit cri de plaisir, ce qui surprit mon interlocutrice. Je la rassurai en disant que c’était mon dos qui me travaillait encore, mais que ceci n’était rien. Le barman apporta enfin les boissons, et nous pûmes nous désaltérer.

La nana me prenait le chou, mais bon, je me suis fait payer un coup à boire, je suis donc dit que la moindre des politesses était tout de même écouter son laïus sans intérêt. Je commençais à me tortiller sur la chaise, afin que l’engin fiché aux tréfonds de mon être puisse bouger et donc accomplir sa mission des plus plaisantes. Le plaisir revint. Ma bite recommença à grossir, à durcir. Heureusement que j’étais assis et que la table masquait cette érection au regard de cette femme! Je répondais à mon interlocutrice d’une voix de plus en plus embarrassée car, malgré mes efforts pour conserver un air normal (ou, en tout cas, le plus normal possible), celle-ci (qui n’était en fin de compte pas dénuée d’intelligence) s’aperçut de mon manque d’attention à son égard (et pour cause!). Je répondis en mettant tout sur le compte de la fatigue et de la chaleur.

Après des minutes à me tortiller sur la chaise, sous le regard de plus en plus interrogateur et suspicieux de la dame, ma queue dure comme du béton a enfin délivré sa semence, inondant l’intérieur de mon slip, pour mon plus grand plaisir et soulagement. Je poussai sans le vouloir un autre gémissement, ce qui plongea la meuf encore plus dans la perplexité. Elle prit congé, pour ma plus grande joie, après m’avoir dit que j’étais “décidément bizarre”. Je pus enfin rentrer chez moi et enlever ce plug qui m’a procuré une immense jouissance.

Finalement, l’aventure a été un succès qui a passé mes espérances les plus folles. J’ai même réussi à tirer profit d’une situation qui aurait pu être déplaisante (et au passage, j’ai remarqué en payant le loyer ce mois ci que la nana ne me collait plus comme avant, victoire!). Par conséquent, si c’était à refaire, je recommencerai.