Histoires de sexe arabes Histoires de sexe mobiles Histoires érotiques couples amateurs

Mes derniers jours avec toi Kader

Mes derniers jours avec toi Kader



Mardi 30 janvier 2017
Je t.attends dans ma chambre d.hotel depuis laquelle je travaille et ou nous nous sommes tellement retrouvés souvent.
J.espere que tu ne vas pas venir, me laissant égoïstement un argument pour te dire Adieu des maintenant. Pourquoi continuer à s.attacher et faire grandir un amour pour le détruire. Je m.en vais dans une semaine, toi tu ne réalises pas, tu vis ta vie au jour le jour. Tu ne parles pas du départ, j.attends que tu me demande de rester mêmes si tu sais que je dirais non car je n.ai pas le choix. Je commence à me dire que nous avons toujours le choix.
Tu arrives enfin tu entres dans ma chambre et je t.embrasse longuement avant que nous ne sortions boire un café.
Dans la voiture je pose ma main sur ta cuisse, tu pose ta main sur la mienne. Arrivés au bistrot du coin je t.écoutes me parler de ta vie je ne dis rien et contemple juste ton visage si parfait à mes yeux.
Nous rentrons à l’hôtel je me jette sur toi pour t.embrasser, alors que nous nous déshabillons. Nous rentrons dans le lit, je t.embrasse et te caresse tu fais de même. Tu es allongé sur le coté je suis en face de toi, nous serrons nos corps l.un contre l.autre je sent ta chaleur je t.aime et voudrais que cet instant ne s.arrete jamais. Nous roulons pour etre chacun notre tour l’un sur l.autre.
Je n.oublierai jamais la puissance de nos ébats et la beauté de ton corps.
Une fois terminé nous nous allongeons sur le lit, sous cette couette tu es allongé sur le dos, je te regarde pour enregistrer ton visage si parfait à mes yeux.
Je caresse ton visage, ton torse tes cheveux. Tres légèrement je fais glisser le bout de mes doigts sur les contours de ton visage, je les fais glisser dans ton cou sur ton torse, je les fais froler ton corps pour descendre sur tes jambes et remonter sur ton visage que je veux regarder éternellement.
Tu fermes les yeux, tu t.abandonne à mes caresses, à mes mains. Je te caresse les lèvres les joues les sourcils le menton et le cou du bout de l.index puis du bout des lèvres avant de t.embrasser de nouveau. Tu te laisse emporter par ce moment bercé par cette musique que tu chantonne.
Céline Dion “encore un soir” la chanson n.etait pas prévue, mon visage frôle le tien je commence à pleurer. Une larme chaude tombe sur ton épaule, tu forces tes paupières pour ne pas ouvrir les yeux et me montrer que tu le sais, nous nous serrons l.un l.autres comme pour se dire adieu tu me dis je t.aime je t.embrasse et serre tes mains dans les miennes. Pourvu que cet instant ne s.arrete jamais mais il faut se rhabillé je te regarde faire nous nous embrassons avant que je ne te raccompagne à pieds.
Nous sortons je te raccompagne à pieds nous nous retrouvons dans le froid le brouillard et la pluie, dans le bruit des voitures et des camions, sur l.avenue ou nous marchons je te regarde, je te regarde, je te regarde… nous passons au dessus de l.autoroute, j.ai l.impression que ton visage flotte au dessus et qu.il efface le vacarme de ces véhicules qui s.engouffrent sous ce pont. Nous continuons puis nous devons nous séparer, je te salue je fais demi tour et je marche sans me retourner pour ne pas être tenté de te ratt****r et de te dire de me suivre, que nous sommes faits l.un pour l.autre que je te rendrai le plus heureux du monde, que la vie est trop courte pour la passer loin l.un de l.autre. Sur le retour je repasse sur ce pont au dessus de l’autoroute, je m.arrete, j.alume une cigarette et me penche au dessus de la barrière pour regarder les voiture entrer sous ce pont.
Je pense à sauter comme pour terminer cette histoire dans laquelle je viens de vivre comme dans un film, puis je reprends le dessus