Histoires de baise Histoires de sexe soeur

Le pari “Taxi”

Le pari “Taxi”



Je suis tombé sur un pari.

Je suis chauffeur de taxi la fin de semaine de 22 hrs à 6 am. On voit toute sorte de gens dans ce travail. Précisons, j’ai 24 ans et cet emploi pour combler les fin de mois à reconduire les gens dans mon taxi. Ma copine (je suis hétéro) travaille de jour.

Un dimanche soir vers minuit, trop tranquille, je suis content de recevoir un dispatch pour un client. Je m’y rends, me stationne dans l’entrée et je vois deux hommes sur le balcon, environ la jeune trentaine. L’un deux discute en riant, ma fenêtre un peu ouverte, je peux entendre dire :

— Tu n’as pas le choix, c’est notre pari et tu dois revenir avec un ou l’autre.

Le gars s’avance vers mon taxi et s’assis à l’avant à coté de moi. Ce que font les gens seuls en général. Je détaille toujours les gens, alors, taille moyenne, cheveux courts et une boucle d’oreille seulement en forme de Playboy ! Habillé d’un gilet trop grand pour lui et un jogging gris Adidas. Il me donne l’impression que ça se passera pas comme à l’habitude.

— Bonjour monsieur, je vous apporte à quel endroit. (politesse oblige)

— Salut… heu. Je dois revenir tantôt, ici à la même place.

— Ah bon, pas de problème, je vous rapporterai ici. Mais on va où pour l’instant?

— Démarrez, j’ai pas le choix, c’est mon défi et je dois revenir avec un ou l’autre.

— Tu peux m’en parler si tu veux, mais dis moi où aller s.v.p. Je fais mon salaire en conduisant! Je plaisante…

— Prends les rues que tu veux! Je t’explique. Moi et mon copain, on se donne un pari par mois qu’on ne peut refuser. Sans jamais passer la limite du raisonnable. On doit toujours revenir avec soit, un poing sur la gueule ou…

— Ou quoi? Ton copain? Vous êtes gais?

— Oui, désolé, je veux pas vous offenser.

— Aucune offense, je respecte tout le monde! Tu piques ma curiosité, le ou, c’est quoi !

— Mon défi de ce soir est d’avoir du sperme de chauffeur de taxi sur mon gilet, disons, le gilet de mon copain. Ce gilet est trop grand pour moi!

Je m’arrête rapidement sur le côté et m’immobilise.

— Je ne suis pas gai et je ne frappe pas les gens. Tu peux descendre ici sans rien payer, ça me va.

— Non, non, je peux pas, c’est un ou l’autre. Je vais payer la course. Mais si je réussis mon défi je te paie cinq fois le montant de la course.

— Ça peut coûter cher si je jouis pas rapidement! Disant ça en plaisantant.

— Vous acceptez ?

— J’ai pas dis ça! Et moi là-dedans ça m’implique à faire quoi?

— Que recevoir la pipe et vous laissez jouir. De toute façon, si vous tenez longtemps, j’adore sucer et c’est mon copain qui paie si je gagne!

Le compteur est déjà à $4.40, je me dis, déjà plus de $20 vite fait! J’éclate de rire.

— J’ai toujours eu le fantasme de me faire sucer en conduisant par une cliente!

— Une bouche est une bouche! Vous acceptez?

Je ne dis rien, je le regarde, il semble un gars propre, sans boutons autour de la bouche. Je ricane encore. Je me sens vraiment inconfortable à me faire offrir une pipe par un homme. Je me dis, « qui va savoir ça? » Je suis seul dans ma voiture, il est tard un dimanche soir.

— Une pipe, je prends mon temps, Je te jouis dans la face, tu paie cinq fois le montant et tu débarques chez toi, ni vu, ni connu?

— C’est exactement ça!

Je le regarde encore en le regardant de coté. Je vois une déformation assez grosse dans son jogging.

— Tu bandes ou c’est ton argent qui déforme ton jogging! Je plaisante encore….

— Ça m’excite beaucoup. Désolé. Vous voulez la voir?

— Non, non. ça va.

Je commence aussi à sentir ma bite grossir, je suis surpris moi-même de ce que la sexualité peut faire comme effet! Je défais ma ceinture, déboutonne et baisse un peu mon pantalon pour sortir mon semi-bandage.

— Perds pas de temps avant que je change d’idée. Montre moi ce que ta bouche peu faire à mon fantasme!

— Ok, cool monsieur. Belle bite que vous avez! Circoncis en plus comme je les aimes!

Il enlève sa ceinture qui le retient, met sa main sur ma queue directement pour la faire durcir encore plus. La chaleur de sa main me donne un frisson. Je reste concentré sur la route que je parcours sans dépasser la vitesse permise et ne pas valser en conduisant aussi !! Maintenant je le vois se pencher vers moi et passe sa langue sur le bout pour prendre une petite goutte qui y perle.

— Hummm, ça sent l’homme.

— Ouais, ouais. Déconcentre-moi pas, pis continue avant que je change d’idée encore !

Je ne peux plus changer d’idée, il suce mauditement bien, dirais même pas mal mieux que ma copine. Je sens ma queue qui palpite sous sa succion. Il semble vraiment aimer ce qu’il fait, je m’en plains pas du tout. Il me prend les couilles et les flattent doucement. Je me semble grossir encore dans sa bouche. Je regarde de côté de temps en temps et de la façon qu’il est placé, je vois son bandage. Je peux voir avec la clarté des lumières extérieures que son gland sort juste un peu de son jogging. Je suis subjugué. Je retourne mon regard sur la route. Je regarde encore. Je ne me sens plus moi-même. Je regarde le compteur, déjà $8.60. Je regarde encore ce gland qui sort un peu plus. On dirait qu’il fait exprès! Sans même réfléchir, j’avance ma main, qui de justesse rejoint sa bite et je la flatte par dessus le jogging. Je le sens sursauter et se replace un peu pour me donner plus d’accès. Il ne s’attendait pas à ça du tout ! En cherchant une excuse…. je lui dis :

— Suce pas trop fort, je vais jouir trop rapidement. Le compteur n’est qu’à $9.10

Ma main continue ce frottement et je peux sentir un bite pas mal plus longue que la mienne. J’ai effleuré son gland et son liquide séminal me souille les doigts. Comme moi il coule d’excitation. Je me surprends et je fais comme avec le mien, je l’étends sur le bout de sa queue. Je l’entends gémir à son tour comme pour me gracier de mes gestes. Je continue l’exploration et glisse ma main directement sous le jogging dont aucun sous-vêtement n’encombre. Je l’empoigne à pleine main et commence à le masturber d’un lent va-et-vient. Je frémis. C’est doux et chaud. Sa bite est gonflé à bloc! J’aime qu’il me prenne les couilles, alors je descends aussi pour quelques touchers. Le poil est doux et ses couilles sont collées fermement sur son corps, comme quand on est prêt à éjaculer. Je retourne ma main et le reprends pour le masturber, mais cette fois, plus énergiquement. Après peu de temps de ce petit manège, je l’entends dire quelque chose la bouche pleine comme un « Attttenssssion ». Je ralentis un peu mon geste. Je me concentre sur ce qu’il me fait, tout en regardant la route. Tout ça m’excite au point du non-retour. Je commence à grogner en sentant mon jus prêt à jaillir et pour l’en avertir de l’imminence de l’accomplissement de son pari. Il se retire, me masturbe énergiquement et j’éclate, je me sens convulsé par plusieurs coups. Je le vois recevoir mon jus dans sa figure. J’ai peine à garder ma vitesse et ma conduite professionnelle. J’éjacule encore deux ou trois giclées et il me reprend en bouche pour me vider. À son tour de grogner, car je le serrais peut-être un peu trop fort, mais non, je sens une coulée chaude m’éclabousser le bras. Encore une autre. Je continue de lui donner le plaisir qu’il m’a fait. Je tourne rapidement la tête et je vois deux autres giclées sortir, me souillant la main de liquide épais. Il me pompe encore durant ce dernier moment et c’est comme s’il en voulait plus, me serrant la queue vers le haut pour recueillir mes dernières gouttes. Je suis stupéfait. Il se relève, essuie son visage avec son gilet (pour sa preuve) et me regarde en disant :

— Wow, merci. C’était super ça. Je m’attendais pas à ça!

Je m’essuie le bras et mes doigts sur son dos, je suis tout gluant de son sperme. Je ne sais quoi dire, mais ajoute :

— Tu suces vraiment mieux que ma copine!

Je me rends compte que je ne suis qu’à trois rues de chez lui. Le temps de s’y rendre et j’arrête dans son entrée. Le compteur indique $13.25. Il sort de sa poche, en replaçant son pénis à moitié débandé que j’avais complètement sorti de son jogging. Je reluque une dernière fois, en me replaçant aussi le pantalon. Il sort $75 et me dit :

— Le reste est un pourboire bien mérité. Merci monsieur le chauffeur. Je gagne mon pari, c’est beaucoup mieux qu’un coup dans la figure ! En riant.

— Merci aussi, je n’oublierai jamais cette soirée!

Je repars, encore dans les nuages. Ai-je rêvé, je me dis. Non, vraiment pas, ça sent le cul plein l’auto. Je remarque que le haut de ma chemise a une bonne giclée venant de mon passager. Je passe ma main pour l’essuyer. J’avance ma main vers mon nez pour le sentir. Odeur âcre et forte. Je repense à son dernier pompage qu’il a pris dans sa bouche. En pensant à ça, je porte mes doigts aussi à ma bouche et j’y goûte. Salé, crémeux, épais et même un peu dégueulasse. Mais j’acquiesce et j’avale…..

J’ai suis allé chez moi, ma copine dort encore. Je suis allé à la salle de bain et je me suis masturbé encore une fois pour en gicler autant en repensant à ce parfait parieur!

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire