Histoires de sexe Histoires de sexe à l'école

A l’hôtel avec le vieux pervers du forum…

A l’hôtel avec le vieux pervers du forum…



Je me présente je m’appelle Elodie je suis étudiante à Paris mais je viens du sud et j’ai 20 ans. je ne suis pas une bombe, je suis une fille lambda, pas moche mais pas très jolie non plus. 1m60 et 67kg j’ai pas le ventre plat mais de gros seins et des fesses bien en chair. Donc pas le fantasme de tous les hommes… Je n’ai pas eu beaucoup d’expériences sexuelles, je n’ai couché qu’avec 2 garçons et ce n’était pas grandiose et loin de mes envies.
Mais j’ai toujours été vicieuse, aussi loin que je me souvienne j’ai toujours aimé le sexe, fantasmé, et j’ai découvert la mastubation très tôt… A 12 ans je visionnais mes premiers films x en cachette. malheureusement je n’ai jamais eu l’occasion d’assouvir mes désirs. Ca fait plus d’un an que je n’ai pas eu de rapport et je dois dire que l’attente me pèse, je me réfugie donc dans la masturbation tous les jours. Le plus souvent devant des vidéos, souvent “hardcore” j’ai quelques fantasmes : gangbang, interracial… Et j’aime les hommes mûrs.

Mais il m’arrive parfois de tenter le diable sur des forums, je sais que c’est facile de trouver des plans culs la dessus. Je me plait à chauffer des hommes (souvent des hommes mûrs justement, ou des banlieusards) avec des mots crus. Je me masturbe, atteint l’orgasme, puis arrête tout par dégoût. Mais je commence à avoir envie de passer à l’acte un jour. J’ai donc acheté une carte sim, sans forfait avec un autre numéro pour que je puisse faire ça en sécurité, j’avais la sensation de danger rien qu’en l’achetant.
Je pensais être prête, je sors la pseudo le plus aguicheur avec une photo de plus subjectives et parmi les nombreux candidats je choisis Karim, qui travail de nuit pas très loin de chez moi et propose de me “défoncer” dans le parking de son boulot…. Je l’appelle. Commence à l’aguicher tout en me masturbant au téléphone, puis quand il me demande dans combien de temps on se retrouve (j’atteint l’orgasme à ce moment là) je n’ose plus, et raccroche aussitôt, et bloque son numéro.
Il me faut 2 semaines pour avoir le courage de reprendre. Cette fois je suis honnête, et V., 58 ans, semble être l’homme idéal, il aime les “jeunettes” et il ne fait pas dans la dentelle, je ne veux pas de mots doux, et j’aime ça. Cependant je lui avoue que je n’ai jamais passé à l’acte, que j’ai déjà fait faux-bond mais que j’en rêve. Il me rassure, me parle de ce qu’il va me faire… On se téléphone et V. a des mots crus qui m’enverraient au 7eme ciel, mais cette fois je décide de ne pas me masturber en même temps, car dès que j’ai un orgasme je suis aussitôt dégoûtée par cette attitude lubrique avec des hommes qui ne m’attirent absolument pas dans la réalité.
V. me dit qu’il veut réserver une chambre d’hôtel dès le lendemain. Je refuse car je veux contrôler la situation, c’est moi qui réserve la chambre. Je me sens honteuse et excitée en même temps j’hésite à annuler, puis je me laisse aller au plaisir et ainsi de suite… Finalement je me rends à l’hôtel le lendemain, l’impression d’avoir une pancarte derrière le dos qui hurle à tout le monde ce que je vais faire (et ça m’excite au fond) mon coeur bat la chamade. Mais après tout, ce n’est que du sexe et il est temps que j’y goute vraiment. Surtout que j’ai un “vrai” garçon en vue à la fac, s’il devient mon copain je sais que je n’oserais pas faire autant ma salope… Alors…

J’ai prévenu V. que je ne veux pas de conversation autour, je veux aller droit au but, sinon je vais me dégonfler. ça l’excite apparement. L’hôtel n’est pas intimiste, c’était une offre sur un site, c’est spartiate et je suspecte les murs d’être assez fins mais qu’est ce que ça m’excite. J’ai peur, je suis à deux doigt de partir quand on tape à la porte…

V. est à l’heure. Il affiche un grand sourire quand j’ouvre la porte en tremblant. Il n’est pas beau, et j’aime ça, il fait très pervers. Un peu bourru semble t-il, bedonnant, il fait plus que son âge, c’est pas tous les jours qu’il doit se taper des filles de mon âge… Je ne dis rien, le fait rapidement entrer pour qu’on ne le voit pas. Je ferme la porte, les jambes tremblantes “qu’est ce que je fais là?”
A peine ai-je fermé la porte, que son regard lubrique me regarde de haut en bas :

“- alors petite salope, on ne s’est pas dégonflée ?”

je ne réponds pas, je suis tétanisée, prête à partir en courant, mais incapable de bouger.
il retire sa veste en riant,

“-oh je vois on fait sa timide finalement, mais ça va pas durer on sait tous les deux ce que je vais te faire et ce que ça va te faire à toi surtout hein petite pute ? t’es une bonne chienne toi je le sens mmmmmmm”

Je vois son regard de pervers s’approcher de moi et je n’ose bouger ou dire quoi que ce soit. il pose son regard sur ma poitrine, enveloppé dans un t-shirt blanc décolleté et un soutien gorge blanc. puis descend sur ma jupe imitation cuir, très courte. J’ai voulu faire très sobre, presqu’innocente. C’est là qu’avec son sourire en coin il passe sa main sous ma jupe, et frotte délicatement ses doigts contre ma culotte. J’ai toujours peur, mais je me sens honteuse de voir l’excitation monter en moi et sentir mes lèvres se rougir et grossir sous ses frottements. Ma respiration accélère mais je n’ose toujours pas faire quoi que ce soit, pourtant je mouille presque aussitôt je n’ai jamais vu ça et V. le sent bien quand il passe ses doigts entre mes lèvres trempées à travers la culotte, il laisse éclater un petit rire

“-ah tu vois je le savais petite salope, tu es excitée hein moi aussi tu m’excites salope tu veux de la bite toi”

il se met alors a accéléré le rythme, à stimuler ma chatte et ma culotte devient trempée dans tout son entier, je laisse échapper quelques gémissement

“-ah petite pute tu aimes ça mmmmm”

je n’en peux plus, je dégouline, la peur a laissé place à une immense excitation, je veux sa bite, je veux enfin gouter au cul, au vrai, au sperme, à tout ça, je veux être une salope. Et sans que je ne m’en rende compte je laisse échapper un “oh oui je veux que tu me baises vas y”

il éclate de rire et descend, soulève ma jupe et enfonce sa tête dans ma culotte, sa langue léchant ma fente à travers ma culotte trempée “mmmm tu vas voir salope” j’ai envie d’exploser de plaisir, je dégouline.

“-s’il te plait… je veux ta bite”

il ne répond pas, s’arrête, et se met a descendre brutalement ma culotte le long de mes jambes,

“-fais voir ton cul”

il me retourne de force et dégrafe ma jupe qui tombe à mes pieds

-“oh ouais mmmmm (il l’embrasse) tu vas voi ce qu’il va prendre, montre moi ta chatte salope” je fais demi-tour sur moi même, il est toujours à genoux

-“hmmm ça c’est un petit abricot tout jeune et tout lisse pour mon vieux poireau mmm” sans prévenir il écarte un peu plus mes jambes, et s’engouffre dans mon entre-jambe, je sens sa langue chaude s’engouffrer dans ma fente, c’est tellement bon, il avale ma mouille, on ne m’a jamais léché, on ne m’a même jamais lèché à vrai dire. “mmmm s’il te plait je veux ta bite allez” il continue, je suis au bord de la jouissance quand il se relève enfin et sort sa queue toute dure de son jeans. Je me jette aussitôt dessus. Elle est grande, et large, je n’en ai encore jamais vu des comme ça, elle penche légèrement à droite. Il a aussi de grosses boules bien pleines et poilues, des poils gris et blancs, j’adore ça, ma main s’approche et le branle,je le regarde dans les yeux en souriant, je suis en extase.

“-mmmm j’adore, je veux que tu me baises, je suis ta Pute” je ne réponds plus de moi à ce moment là. Je retire mon t-shirt et mon soutien gorge pendant qu’il m’observe “je te plait ?” c’est à lui de ne pas répondre. “Oh je vois, nous ne sommes pas obligés de parler…” je m’accroupis doucement en le regardant dans les yeux… J’att**** sa queue, balade ma langue sur son gland, j’en avais tellement. “mmmmmm” je gémis de plaisir rien qu’à avoir son immense queue dans ma main, et sous ma langue. Je finis par l’enfourner totalement dans ma bouche. Je le regarde en faisant mes vas et viens, je me sens terriblement vicieuse et je sens ma mouille dégouliner sur ma cuisse droite.
“mmmmm elle est bonne ta queue, trop bonne” il gémit, je sens sa queue s’humidifiait, j’adore le regarder pendant que je le pompe, il m’att**** la tête et appui pour que j’aille de plus en plus loin, je toussote, essoufflée, un filet de liquide au bord des lèvres…

“- oh salope allez je vais te faire ta fête viens grosse chienne”

je me relève, il me jette sur le lit. Directement à quatre pattes. Il passe ses doigts entre ma fente, tellement mouillée qu’il sourit.

“-allez baise moi”

sans prévenir il enfonce d’un coup vif sa queue au fond de ma chatte. Je pousse un petit cri. ENFIN. Enfin je me fais baisée comme je l’ai toujours rêvée depuis mon adolescence, je vais me faire sauter comme une salope. et par un “vieux” en plus je suis au septième ciel et tout mon coeur jouit de plaisir. Et c’est l’occasion ou jamais de me comporter comme une vraie salope
“- oh bébé comme t’es serrée grosse pute tu attendais ca hein
– oh oui vas y, vas y défonce moi”
j’aime les mots crus, ça m’excite encore plus, même si je n’imagine pas faire ça avec mon copain.
il continue les vas et viens, alternant le rythme. D’abord à une allure neutre mais profonde, il se met ensuite à me pilonner violemment et même à oser une fessée. Je hurle
“-OH OUI DEFONCE MOI
– tu aimes ça salope
– oh oui mmmmmm”
il me tire les cheveux et accélère encore plus vite, je tente à peine d’effleurer mon clitoris avec ma main gauche que j’explose, un orgasme, un vrai,, je jouis comme j’ai jamais jouïs, et tout le plaisir envahit mon coeur encore pls qu’il n’était déjà sous l’emprise de l’excitation. Je n’en peux plus. Mais V. malgré son âge assure comme un étalon. il arrête sans prévenir et me retourne, soulève mes jambes sur ses épaules, att**** mes chevilles, et enfonce sa queue. Je suis dans un état second et les orgasmes s’enchainent. il m’insulte de chienne, de pute… il finit par att****r ma gorge, je suis en plein dans mon fantasme, j’adore voir son ventre bedonnant se remuer sous mes yeux
“mmmm c’est tellement bon”
-“tu aimes ça grosse chienne”
je n’en peux plus, j’explose encore et encore… Je pensais avoir l’occasion de tester d’autres positions mais je sans V. venir
” – attend je veux gouter”
il se retire, s’allonge , et j’engouffre à nouveau sa queue dans ma bouche tout en le branlant, je le regarde dans les yeux, il me tient les cheveux. Je lèche aussi ses grosses boules hirsutes.
“-mmmmm qu’est ce que tu veux salope ?”
“-je veux ton foutre, mmmmmm”
je continue à la branler et le sucer, impatiente de gouter à son jus, sans doute ce que j’attendais le plus. j’arrive à dégager ma main gauche pour me toucher en meme temps, insatiable.
“allez donne moi ton jus mmmmmm elle est bonne je suis ta pute allez donne”
je continue à avaler sa queue, encore et encore, je suis au bord de l’explosion de l’autre coté. V. gémit de plus en plus
“mmmmmm ALLLEZZZZ”
et là, dans un cri de bête il laisse jaillir tout son foutre dans ma bouche, il y’en a tellement que ça dégouline de ma bouche et je recrache la moitié sur sa queue, je m’étouffe un peu je suis surprise, c’est salé, dans le même temps j’ai jouis de l’autre coté, c’est tellement bon.
“mmmmm oh oui salope”
j’avale difficilement ce qui me restait dans la bouche. Mais je ne me dégonfle pas, je lèche ce qui est retombé à la base de sa queue en le regardant
“-vas y ma salope montre comme tu es chienne”
et je nettoie, le gout n’est pas merveilleux mais j’y prends un plaisir immense, je finis en beauté. C’était un délice, j’ai réalisé un fantasme. V. respire toujours autant, son ventre bedonnant n’en peux plus.
“Alors toi……… On remet ça quant tu veux salope”
je m’allonge à coté de lui, épuisée. Que fait cet homme à coté de moi ? Son cheveux gris, son visage vieillit par les excès, surement l’alcool, sa queue ramollit et son ventre poilu… il me dégoute….
“Bon maintenant il faut que tu t’en ailles s’il te plait, je te rappellerai.” je l’avais prévenu de toute façon avant qu’il vienne, il le savait. Il se rhabille et s’en va, rassasié.
je suis allée prendre ma douche, la honte m’envahissant, je tremble. Pourtant en retournant dans la chambre je remarque le téléphone posé sur la commande derrière la cafetière. J’avais eu l’idée de filmer sans qu’il le sache parce que ça m’excité. Je vérifie pour voir si la video a marché et elle tourne toujours, je l’arrête. Mais n’efface pas la video. Je profite encore de la chambre pour la nuit, mais bien chaste cette fois, trop honteuse. Ca fait un mois et Je n’ai pas encore rappelé V. , j’ai bloqué son numéro mais je n’exclue pas de retenter un jour, avec lui ou un autre… Mais maintenant je me masturbe souvent sur la vidéo en entendant ses mots crus… ; je suis parfois excitée rien qu’en y pensant, ou encore maintenant, en vous racontant mon histoire….

Elodie

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire