Histoires de sexe travesti Histoires érotiques au travail

Chroniques d’Xhamster – Marie (6)

Chroniques d’Xhamster – Marie (6)



Chroniques d’Xhamster – Marie (6)

Deux défis réussis sur sept. Ne pas s’emballer. Crûment, on peut dire que Marie me tient encore par les couilles. Mais je me sens en confiance. Il y a deux jours, avec Sarah, j’ai célébré la “fête des voisins” à ma manière avec la délicieuse Karine. Le pied total. Mon premier trio avec deux femmes. Tel un Spielberg du cul, j’ai par la suite réalisé un petit montage vidéo de cette soirée mémorable que j’ai partagé sur mon profil Xhamster.

La réponse de Marie, ma “maîtresse du jeu” ne s’est pas faite attendre. Un laconique : “Bravo” par SMS. Peut être un brin de jalousie de sa part. Cette réponse assez froide ne lui ressemble pas. La vision de mes ébats avec ces deux très entreprenantes jeunes femmes ne lui a peut être pas fait l’effet escompté. Est-ce la fin du jeu ? Pour le moment, je dois dire que le gagnant, c’est moi. Sans ces épreuves, je n’aurais sans doute jamais rencontré Sarah. Quant à Karine, même si j’avais pas mal fantasmé sur elle par le passé, je n’aurai probablement pas tenté ma chance avec elle.

Je me demande bien à quelle sauce je vais être mangé pour mon prochain défi ?

Le temps file. Et c’est déjà la soirée. J’inviterai bien Karine pour l’apéro mais sa gamine est rentrée de chez ses grands parents. Ce soir, je vais laisser ma voisine tranquille. De toute manière il faut que je garde des forces pour la suite… Je passe en mode “Netflix and Chill” et j’enchaîne les épisodes de la nouvelle saison de “Orange is the New Black” qui vient d’être mise en ligne. J’adore cette série… et il m’est déjà arrivé de fantasmer à l’idée d’être un maton dans une prison pour femme… et en général cela se terminait avec un défilé de détenue qui me suçaient la bite. Oui je sais, ce n’est pas très original. Déjà 22h45. Je me déco de Netflix pour refaire un tour sur Xhamster et je me rend compte que j’ai reçu une notification sur ma boite mail perso. Un message reçu cet après-midi. L’expéditeur : [email protected] . WTF. Okay. Pas de pièces jointes… on va éviter de prendre des risques. Je clique quand même.

“Bonjour Bob,

Nous avons le plaisir de confirmer votre sélection pour notre soirée spéciale de demain. Votre dossier a été étudié minutieusement par nos infirmières exxxpertes et vous semblez répondre à toutes nos attentes ainsi qu’à celles de notre clientèle.
Vous trouverez en lien à télécharger sur dropboxxx un contrat de travail à compléter. Bien sûr il n’est pas juridiquement légal, mais il en est de même de la soirée que nous organisons. Par ailleurs il est obligatoire que vous remplissiez le formulaire dans lequel vous déclinerez toutes responsabilité de la part de notre établissement en cas de problèmes. Concernant votre rémunération, vous recevrez en fin de prestation la somme de 5000€ en coupures de 100€. Nous exigeons bien sûr que vous arriviez dans notre établissement dans les meilleures dispositions possibles (hygiène, vestimentaire). Enfin votre téléphone sera confisqué à votre arrivée. Tout ce qui se passera ce soir là restera secret !
Un dernier détail, et non des moindres, une de nos infirmières viendra chez vous cette nuit entre 21h et minuit pour une prise de sang et pour récupérer votre dossier rempli et signé… il vous sera alors demander de ne pas avoir de relation sexuelle avec quiconque avant la soirée de demain.
Une dernière chose, ne parlez de cette soirée à personne. La confiance est à la base de notre organisation. Notre employée vous donnera l’adresse de la soirée lors de son passage.

Cordialement,

L’équipe de Sexyhospitalxxx”

Mon nouveau défi ? Sûrement ! Qu’est ce que c’est que cette organisation ? Avec un nom pareil, c’est clairement pas un site qui organise des réunions Tupperware. “Sexyhopitalxxx” dans google : des tonnes et des tonnes de liens et de photos (NSFW pour la plupart)… mais rien de pertinent concernant un événement demain soir. Je télécharge le fichier sur Dropboxxx (un petit coup d’anti-virus au passage…) et j’ouvre le Pdf. C’est très succin. Pas de logo, pas d’adresse réelle ou mail. Juste quelques questions personnelles et la fameuse décharge. D’ailleurs cette histoire de décharge m’intrigue beaucoup et me fait un peu peur d’ailleurs. Cette épreuve semble très risquée… dans quel merdier vais-je me mettre si je joue le jeu ? Un autre point qui m’intrigue : je serai payé ?!? 5000€ en cash… une sacrée somme… ce qui n’est pas super rassurant en y réfléchissant car qu’est ce que je devrai faire pour mériter un tel “salaire” ?

TOC TOC TOC

Trois coups à ma porte qui me font sursauter. Il est presque 11h du soir. Qui cela peut bien être ? Merde dans le mail… quelqu’un de chez Sexyhospitalxxx devait passer me voir ce soir. D’un pas très hésitant je me dirige vers la porte.

TOC TOC TOC

Je suis figé… Un coup d’œil dans l’œilleton. Il fait sombre. Je discerne une silhouette féminine en imper et avec des lunettes de soleil noire. Rien de très dangereux de prime abord. Elle a l’air d’être seule. Enfin c’est dur à voir.

TOC TOC

Ma main se dirige vers la poignée. Mon cœur bat à 300 à l’heure. Je déverrouille ma porte. Je vais le faire. Je ne laisserai pas gagner Marie. Je ne peux plus reculer. Let’s go ! J’ouvre.

-“Bonsoir, que puis-je faire pour vous ? “
-“Je m’appelle Émilie. Sexyhospitalxxx m’envoie.”
-“Oui… je vous attendais.”
-“Vraiment ? Vous aviez l’air hésitant à m’ouvrir votre porte? J’ai bien failli rebrousser chemin.”
Émilie me serra la main et je la fit rentrer dans mon appartement. Pas très grande, 1m65 au max. De jolies formes que l’on devine sous son manteau. Elle ôte ses lunettes et les glisse dans la poche de son imperméable. La quarantaine. Des yeux bleus perçants et une bouche pulpeuse parfaitement dessinée au rouge à lèvre vermeil.
-“Bien, avez vous rempli le fichier que l’on vous a envoyé ?”
-“Heu… non… je n’ai pas eu le temps de…”
-“Ce n’est pas grave, vous pourrez le faire pendant que je boirai une tasse de thé.” Elle me tend alors un sachet de thé à la menthe. La scène est surréaliste. “Je vais m’asseoir sur votre canapé pendant que vous me préparez ma boisson.”
Elle se dirige alors vers mon salon et retire son manteau qu’elle dépose sur une chaise au passage. J’esquisse un sourire qu’il est assez difficile de dissimuler quand je me rend compte qu’elle est habillée en infirmière… une petite jupe et une blouse blanche.
-“Je vous ai apporté une copie du contrat. Comme ça pas besoin de l’imprimer. Et pas trop chaud s’il vous plait… pour le thé.”
-“Oui, bien sûr.” L’eau dans la bouilloire se met à frissonner. “Vous voulez autre chose avec ? Un gâteau ?”
-“Non merci, ça ira. Pendant que vous finissez de préparer ma boisson, nous allons commencer notre entretien.”
-“Pas de soucis.”
-“Bien. La soirée de demain est exceptionnelle. C’est une première pour notre organisation. Nous n’avons encore jamais fait quelque chose d’une telle ampleur et avec de tels clients. La confiance va être le point clé de notre collaboration. Mais pour cela il va nous falloir des garanties. Nous avons votre adresse et votre vrai nom, “Bob”… oui je vais vous appeler par votre pseudo. Nous avons aussi en notre possession plusieurs photos et vidéos de vous très suggestives. Votre dossier de candidature était assez fourni en ce type de documents à vrai dire. Que ce soit bien clair entre vous et notre organisation. Si vous êtes amené à révéler à d’autres personnes ce qui aura lieu demain soir… nous aurons de quoi vous nuire. A un degré que vous auriez du mal à imaginer”

Je sens la situation m’échapper petit à petit… Je suis dans la merde. Je devrai arrêter ça tout de suite… mais… mais… je suis comme tétanisé. Mais bordel… qu’est ce qui va se passer dans cette putain de soirée ?

-“Mais le jeu en vaut la chandelle.” Poursuit-elle. “5000 € pour 2h de travail pour nous. Sans compter le potentiel pourboire. Et les clients que nous recevront demain soir sont connus pour être très généreux. Merci.” Me dit-elle en prenant la tasse que je lui tendais. “Bien, j’ai comme l’impression que vos photos ne vous rendait pas justice. Vous êtes beaucoup plus attirant en vrai. Déshabillez vous, s’il vous plait.”
-“j’enlève mon T-shirt pour la prise de sang ?”
-“Enlevez tout. Je dois prendre de nouvelles photos pour confirmer que vos clichés n’étaient pas trafiqués… Hummm, le thé est un peu trop chaud.”

Je m’exécute. Je retire mon T-shirt. Mon caleçon. Émilie me regarde sous toutes les coutures et prend plusieurs photos avec son téléphone. Elle me fait signe de la main de tourner sur moi même. “Bien… cela me semble conforme.” Dit-elle en souriant. “Approchez vous, s’il vous plait. Il va falloir que je mette la main à la patte.” Elle enfile une paire de gant en latex qui était dans la pochette de sa blouse et commence à caresser d’une main mon sexe. Le contact avec ses doigts est si étrange. C’est si “clinique”… ma queue reste mole… comme paralysée. “Ne vous inquiétez pas. C’est l’émotion. Nos autres recrues ont eu à peu près la même réaction. Je vais vous aider.” Avec sa main libre, elle déboutonne les boutons de sa blouse, révélant ainsi sa poitrine… nue… En quelques secondes je suis au garde à vous. Ma bite, droite, fermement enserré entre ses doigts.
“Une bien belle queue, Bob. Vous n’êtes pas circoncis à ce que je vois. Tant mieux. Nos autres recrues le sont. Cela fera un peu de variété. Dans votre dossier, vous vous dites plutôt endurant. Je ne vais pas vous tester ce soir. Nous vous faisons confiance. Sachez cependant qu’en cas de problème de fonctionnement, votre salaire sera divisé par deux. Bien, encore quelques photos et nous pourrons passer à une étape moins réjouissante.”

Drôle d’impression. Comme si j’étais un a****l qu’on évaluait pour la foire aux bestiaux. Mon étonnante invitée reboutonne alors sa blouse et commence à griffonner quelques mots sur son calepin. Je débande très rapidement.
-“Vous pouvez vous rhabillez. J’ai uniquement besoin de votre bras gauche à présent.” Elle sort une seringue neuve de sa poche de blouse ainsi qu’un flacon. “Nous allons faire les tests nécessaires pour nous assurer que notre clientèle ne craint rien avec vous. Simple précaution.”
C’est tout de suite moins excitant. Mais Émilie est une pro. Je n’ai presque rien senti. Et en quelques secondes c’était terminé. Je rempli alors le document. Elle y jette un oeil et me dit : “Parfait. Mon employeur sera satisfait. Vous êtes une addition de premier choix à notre panel de recrues. Une dernières choses. Pas de relations sexuelles avant demain soir. C’est impératif. N’oubliez pas. La confiance est le maître mot de notre collaboration.”
Sur ses mots, elle se lève et enfile son manteau. En me tendant la main pour me dire au revoir, elle ajoute :
-“Ce fut un plaisir de faire votre connaissance. Si vous le souhaitez, j’ai laissé sur la table un petit mot avec mon numéro de téléphone. Une fois votre contrat terminé, rien ne m’empêchera de vous prodiguer une auscultation plus entreprenante.”
A ces mots, elle franchit ma porte et s’éloigne d’un pas décidé.

Mais qu’est ce que je viens de vivre ? Je referme fébrilement ma porte et retourne dans le salon où, effectivement, je trouve une petite note sur ma table basse. On peut y lire :

“Rendez vous demain soir à 18h30, 36 rue des Acacias. Le code de la porte est : OX66. Ne soyez pas en retard.
PS : si vous voulez me revoir mon numéro est le 07 XX XX XX XX”

[A suivre]

Merci d’avoir lu ce nouveau chapitre. Pour retrouvez la 1ère partie elle se trouve à cette adresse :

Et retrouvez les autres chapitres sur mon profil.