Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe de voisins Histoires érotiques au travail

Sexe et canicule

Sexe et canicule



Avec cette canicule, j’ai décidé de me réfugier dans la campagne, aux abords d’un tout petit étang où j’étais allé des années avant avec une fille. J’ai retrouvé la route sans problèmes. C’était un vendredi et il faisait 37°C.
Je me suis garé à l’entrée d’une forêt et j’ai dû marcher pendant un moment pour atteindre l’étang qui était tel que je l’avais conservé dans ma mémoire. A peine trente mètres de diamètre. Situé à l’écart d’un sentier de randonnée. On pouvait faire le tour à pieds et une petite cabane abandonnée se trouvait juste au bord. Visiblement, des personnes venaient ici de temps en temps, au vu des restes de feux de camp sur la berge. Dans la cabane, je trouvai également quelques cadavres de bouteilles et des mégots de cigarettes. J’ai pris une photo de l’étang, puis de la cabane, et j’ai ôté mon t-shirt et mes chaussures. L’eau était plane, inerte, et avec cette chaleur on n’entendait aucun oiseau. Ensuite, je me suis assis et j’ai trempé mes pieds dans l’eau.

J’ai repensé à cette fille avec qui j’étais venu ici, un jour d’été comme celui-là. Cela faisait presque dix ans. Elle s’appelait Sylvia. Elle était bien plus jeune que moi. C’était la nana d’un pote, mais de nombreux regards échangés au cours de soirées nous avaient menés à échanger nos contacts et à nous voir en cachette. Il faisait presque aussi chaud le jour où nous sommes tombés par hasard sur cet étang. Nous avions bu des bières et parlé pendant un bon moment, au bord de l’eau, jusqu’à ce que Sylvia me dise :
« Ça te dirait qu’on se baigne ? »
J’avais été un peu surpris, d’autant que l’eau n’était pas très engageante.
« Bof… avais-je dit. Mais baigne-toi si tu veux. »
Elle s’était levée et s’était mise à se déshabiller à un mètre de moi. En la voyant faire, je m’étais demandé jusqu’où elle comptait aller comme ça, mais j’avais vite eu la réponse. Elle avait posé son soutien-gorge sur la berge, puis, en me tournant le dos, elle avait enlevé sa culotte.
Elle avait noué ses longs cheveux en chignon et elle était entrée dans l’eau en se tournant vers moi.
« Elle est bonne, m’avait-elle dit en souriant. J’espère seulement qu’il y a assez de profondeur pour nager un peu. »
Elle avait aspergé son corps, puis elle avait fait des pas prudents dans la vase et les cailloux qu’on distinguait près de la berge. Et hop, elle s’était jetée tout entière dans l’eau.
Je ne l’avais pas rejointe. Me baigner n’a jamais été mon truc. Je m’étais contenté de la regarder nager jusqu’à l’autre rive, reprendre pied et me faire face. Elle avait la chatte poilue. Elle m’avait fait un signe et je lui avais fait non de la tête. Alors elle s’était remise à nager, dans ma direction, lentement, sourire aux lèvres. Quelques minutes plus tard, j’avais léché sa chatte sur la berge. Elle était debout, jambes écartées, et moi assis sous elle. Ensuite, elle m’avait sucé la bite et je m’étais déshabillé. Nous avions baisé sur cette berge, à poil, sans préservatif, puis dans la cabane abandonnée pour finir, sur une petite table en bois qui avait tenu le coup.
Déjà dix ans…

Et je me rendis compte que ce souvenir me faisait toujours autant bander. Alors j’ai regardé autour de moi, puis j’ai défait mon pantalon pour sortir ma queue et me branler. J’étais allongé sur l’herbe, à l’ombre d’un sapin, torse nu. Ma queue était dure et je revoyais Sylvia se foutre à poil tout près de moi. A cet endroit précis, à ma gauche. Je revoyais ses seins pointus et son joli cul. La discrète marque claire d’un maillot sur ses fesses.
Mais je n’ai pas éjaculé. J’avais l’après-midi devant moi et je me suis dit que j’aurais sûrement envie de recommencer plus tard, en pensant à Sylvie ou à quelqu’un d’autre. J’ai reboutonné mon pantalon, remis mes pieds dans l’eau et ouvert une première bière.
Puis une deuxième.
Ensuite, l’envie m’a repris de me branler. Il n’y avait pas un bruit dans les environs, alors cette fois-ci j’ai viré tout ce que je portais sur moi. Je me suis mis debout et j’ai saisi ma queue qui était de nouveau raide.
Avec Sylvia, nous nous étions revus d’autres fois, mais pas ici. Chez elle, chez moi, ou dans ma voiture, dans des chemins de campagne. Et je ne sais pas ce que j’aurais donné pour remonter le temps et revoir cette jeune nana se foutre à poil, nager, puis revenir vers moi, écarter ses jambes et caresser sa chatte mouillée au-dessus de mon visage.
Une goutte de sperme a jailli de mon gland et j’ai dû penser à autre chose pour éviter d’éjaculer. Je voulais reporter le moment, car j’étais bien décidé à rester au bord de ce petit étang une ou deux heures de plus. J’avais d’autres bières dans ma besace, et je savais que plus longtemps je me branlerais, plus violente serait la décharge de sperme au final.
Alors j’ai remis mon caleçon, puis j’ai ouvert une troisième bière.
Et j’ai entendu des bruits de pas derrière moi.

La fille avait des hanches assez larges et ses cheveux blonds tiraient sur le roux, c’est ce que je remarquai en premier. Des cheveux bouclés ramenés en chignon et un petit short en jean. Un t-shirt kaki délavé et le visage orné de tâches de rousseurs. Un visage assez allongé et des yeux clairs.
Elle s’arrêta en me voyant assis sur la berge, en caleçon, tourné vers elle, puis elle me dit :
« Oh, bonjour. »
Je lui répondis et elle s’avança vers moi. Elle portait un sac en toile à l’épaule et des tennis blancs. Elle était plus âgée que Sylvia. J’aurais dit vingt-huit ans. Son short avait dû être un pantalon qu’elle s’était résolue à couper grossièrement aux ciseaux. Les bords étaient effilochés et le jean moulait ses hanches assez fortes. La peau de ses jambes était dorée, ainsi que celle de la naissance de ses seins dans l’échancrure de son t-shirt.
« Désolé de vous déranger, dit-elle. Je viens ici de temps en temps, mais peut-être que l’étang vous appartient ? »
« Pas du tout, répondis-je. Il n’y a pas de soucis. »
Elle hocha la tête et dit :
« Je m’appelle Elsa. »
« Moi, c’est Julien. »
« Vous habitez dans les coins ? »
« Non, j’habite en ville. Je suis venu chercher un peu de fraîcheur à la campagne. J’ai trouvé ce petit étang il y a une dizaine d’années. Je craignais que la végétation l’ait envahi entre temps. Et vous, vous vivez par ici ? »
Elle s’est tournée vers l’eau en disant :
« Dans un village, à quinze kilomètres de là. Je connais l’étang depuis deux ans. Je l’ai repéré sur une carte IGN, un jour. Un petit trou bleu dans la forêt. Ça m’a intriguée. J’ai croisé peu de personnes ici. Je n’y viens qu’en semaine. J’évite les week-ends, je sais qu’il y a des randonneurs qui s’arrêtent parfois pour pique-niquer.
Je la décrivais du regard tandis qu’elle regardait toujours l’étang.
A deux minutes près, elle m’aurait surpris à poil en train de me branler au bord de l’eau. J’aurais eu l’air très con. Il faut vraiment se méfier quand on fait ça dans la nature. Il y a toujours quelqu’un qui est susceptible de vous suivre des yeux.
« Je vais vous laisser tranquille, dis-je. »
« Mais non, restez, dit-elle en revenant à moi. Le lieu ne m’appartient pas. Il y a de la place pour deux. »
Elle s’approcha encore un peu de moi, afin de se mettre à l’ombre, puis elle posa son sac en toile sur l’herbe. Elle resta debout un moment. N’importe quel mec soumis aux normes des canons de beauté aurait dit que cette fille avait un gros cul, mais moi j’aimais bien ses fortes hanches. Ses seins ne semblaient pas énormes en revanche. Et en observant mieux, je me rendis compte qu’elle ne portait pas de soutif sous son t-shirt kaki.
« Je vous offre une bière ? dis-je. »
Elle me retourna un sourire (ses dents étaient éclatantes) et répondit :
« C’est gentil, mais j’en ai emmené avec moi. D’ailleurs, je vais les mettre dans l’eau pour les maintenir au frais. »
Sur ces mots, elle sortit trois cannettes de Leffe de son sac, qu’elle alla plonger dans l’eau en me tournant le dos.
Ses fesses étaient fermes sous son short. Pas molles et flasques.
Puis elle revint vers moi et resta debout pour me demander :
« Ça vous choque si je me baigne toute nue ? »
Et vlan…

Sylvia s’est effacée de ma mémoire d’un seul coup.
J’ai remué la tête et répondu à Elsa :
« Non. Bien sûr que non. »
Et elle sourit de nouveau, pour me remercier sans doute de lui avoir donné l’autorisation de ne pas changer les habitudes qu’elle avait ici.
Sans me tourner le dos, elle a fait sauter le bouton de son short, puis baissé sa braguette en disant :
« Je viens ici car je déteste les endroits où il y a plein de monde et de bruit. Je ne comprendrai jamais pourquoi les gens passent leur temps à tous se regrouper et à s’entasser dans les mêmes endroits. Il y en a tellement d’autres qui sont tranquilles et agréables.
Elle n’avait pas de culotte sous son short. Elle l’a baissé à ses chevilles et j’eus beaucoup de mal à ne pas fixer des yeux sa chatte poilue, châtain très clair. Ensuite, elle a enlevé ses tennis, puis son t-shirt en me tournant le dos cette fois-ci.
Un putain de cul, voilà ce que je me suis dit. Une putain de belle paire de fesses bien rondes et fermes qui se sont mises à trembler lorsque Elsa est allée vers l’eau. Une imperceptible marque de maillot sur la peau. Une belle cambrure. Elle s’est penchée en avant pour s’asperger les épaules et le dos, puis elle s’est jetée dans l’eau pour nager.
Comme Sylvia, dix ans avant.

Un peu plus tard, dans la cabane, juste avant d’enfoncer mon gland dans la chatte mouillée de cette fille, j’eus des retours de souvenirs de Sylvia. Ceci me sembla naturel, car nous nous étions retrouvés tous les deux dans la même situation exactement, dans la même position, dix ans avant : son cul calé sur la table et ses cuisses grandes ouvertes. Et moi debout. Sa chatte bien poilue et ma main qui soupesait un nichon.
Sans préservatif.
En tandis que nous baisions, Elsa m’expliqua qu’elle n’avait croisé que deux personnes au bord de cet étang, avant moi. Deux pêcheurs différents qui l’avaient vue se foutre à poil devant eux, puis qui l’avaient sautée de la même façon sur cette table.
Le premier avait dans les quarante ans. L’autre était beaucoup plus âgé. Au moins soixante-cinq. Elsa s’en fichait. Elle aimait bien se baigner toute nue dans cet endroit, à l’abri des regards ou sous les yeux d’un inconnu. Ça lui convenait, du moment qu’il n’y avait une foule autour d’eux. Discuter en buvant une bière, puis se faire pénétrer à poil dans la cabane, cela lui semblait naturel, à partir du moment où la personne était sympa.

Cette histoire remonte déjà à une année.
Entre temps, je suis revenu une bonne dizaine de fois au bord de ce petit étang pour boire des bières et me branler en pensant à Elsa. Mais je ne l’ai jamais recroisée là-bas.
En pensant à Elsa ou Sylvia, selon les jours et les envies.
Jamais deux sans trois, je me dis.

:::