Histoires de sexe noir Histoires érotiques Histoires porno

JOHANNA une vie de putain 7

JOHANNA une vie de putain 7



JOHANNA une vie de putain 7

Johanna séquestrée depuis un moment sert d’esclave à Harold, il a décrété qu’il était son maître.
Pour lui tous les moyens sont bons dans le but de la soumettre.
Il veut annihiler en elle toute volonté et qu’elle lui obéisse au doigt et à l’oeil afin de faire d’elle ce qu’il a prévu depuis la première fois qu’il la vue et qu’avec les renseignements qu’on lui a donnés, alliés à sa beauté et sa jeunesse, il a compris qu’elle est faite pour le tapin.

Tous les jours, quand elle n’est pas indisponible, suite à une punition justifiée ou pas, des corvées sont prévues: vaisselle, balayage et laver la salle à genoux et plusieurs fois par semaine elle fait le ménage dans toutes les pièces, c’est normal il ne va pas payer une bonne quand il en a une gratuite à la maison.
Elle doit s’occuper également des affaires de l’homme, les laver, les repasser et les ranger.
Pour ses habits à elle c’est facile, elle est en permanence nue.
le matin quand il la sort de sa chambre, avant de déjeuner, à genoux elle doit lui embrasser les pieds même quand il est sorti auparavant et qu’il revient avec des bottes ou des chaussures boueuses.
Ce n’est qu’ensuite qu’il change de chaussures, c’est elle qui doit lui retirer celles crottées et les nettoyer, c’est également elle qui lui en met des propres.

Un jour Harold laisse seule Johanna après l’avoir balancée dans la mare et en faisant claquer le fouet qu’il tient dans une main l’avoir obligée à se baigner dedans pendant un moment.
N’en pouvant plus, après avoir hésité elle décide de s’enfuir bien qu’elle soit nue et frigorifiée.
Elle se dirige vers la haie d’arbustes qui cloture l’arrière de la propriété et apercevant une trouée elle s’y engouffre.
Une violente décharge la fait reculer.
Dépitée elle réalise qu’en plus de la haie il y a une cloture électrique.
Elle fait demi-tour et aperçoit Harold qui la regarde un sourire narquois aux lèvres.
<>.
<>.
<>.
Elle ne lui demande pas quelle est son activité mais ça elle l’apprendra plus tard.
Comme il tient dans une main le collier et la laisse de sa victime il l’en affuble puis il l’entraîne vers la grange.
<>.
Elle avait compris avant qu’il le dise et tremble déjà mais pas que de froid sachant qu’il va en profiter pour la faire beaucoup souffrir.

Il attache les poignets de Johanna à la corde passée dans la poulie fixée à une poutre de la charpente.
Il lui attache les chevilles à une chaîne courte dont l’autre extrémité est ancrée dans un bloc de béton.
Quand il tire sur la corde soulevant sa victime, une fois que la chaîne reliant ses chevilles au bloc de béton est tendue, les membres de la fille sont étirés et elle hurle.
Le tortionnaire quitte la grange dont il referme la porte.
La jeune femme reste longtemps pleurer et crier n’en pouvant plus de supporter tant de souffrance.
Rapidement elle est prête à faire tout ce que son maître voudra pourvu qu’il la libère de cette position et elle le supplie ayant compris qu’il la voyait et l’entendait.
Après ce qui a semblé à la fille une éternité Harold vient la détacher, elle tombe sur le sol ne pouvant plus tenir debout.
Il la laisse là après lui avoir entravé dans le dos ensemble les poignets et les chevilles, dans l’état où elle est elle ne cherchera pas à se libérer.
<>.
Ce n’est que le lendemain matin qu’il vient la chercher et l’emmène vers l’habitation en la tenant en laisse.

Ce qui est son déjeuner se trouve dans un bol sur le sol avec à côté un morceau de pain.
A genoux, rapidement elle mange le pain qui commence à rassir puis lape maladroitement le liquide qui est dans le bol avant de prendre celui-ci à deux mains et de le vider en quelques gorgées.
<>.
Dans l’état où elle est cela va être difficile et le fouet ne va pas chaumer.
Une fois dans la cour c’est l’échauffement avec les exercices de dressage à quatre pattes comme-ci elle était une chienne.
Ensuite c’est un jogging d’une demi-heure.
Pas facile avec les muscles endoloris, les jambes molles et les morsures du fouet qui claque souvent.
Elle est à bout et au bord de l’asphyxie quand son maître lui dit d’arrêter.

Après une petite pause nouvel exercice.
D’un tas de bois il tire un gros rondin un peu cintré qu’il vient poser sur les épaules de son esclave après qu’elle aie un peu courbé le dos pour qu’il tienne derrière sa nuque.
<>.
C’est lourd pour le jeune femme qui se demande où il veut en venir.
<>.
Elle le supplie et lui demande de ne pas exiger ça d’elle, lui disant qu’elle n’est pas assez forte pour porter longtemps la bille de bois.
Il insiste et fait claquer son fouet.
Johanna se met en action la démarche mal assurée et péniblement fait un tour de cour puis s’arrête, un coup de fouet lui cingle le dos, elle se remet en route.
Elle n’a pas encore fait beaucoup de tours quand son maître s’aperçoit qu’elle va tomber victime d’étourdissements.
Il att**** le rondin et va le remettre sur le tas de bois.
Il remplit un seau d’eau dans l’abreuvoir et vient le vider sur le visage de Johanna qui gît allongée sur le sol.
Elle reprend un peu ses esprits, il la laisse là et entre dans l’habitation.

L’après-midi c’est de nouveau le dressage en marchant à quatre pattes à côté de son maître, en s’arrêtant quand il s’arrête en obéissant aux ordres: “aux pieds”, “on ne bouge plus”, “assis”, “couché”, “fait le beau”, “allez on roule”.
Puis il lance dans la cour une branche que toujours à quatre patte elle doit aller chercher, ramasser avec sa bouche puis revenir se placer à ses pieds et attendre qu’il le prenne et le lance de nouveau.

Le lendemain après l’avoir fait courir et sauter des obstacles jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus la grosse bille de bois refait son apparition, une chaîne est fixée à chacune de ses extrémités.
Harold met sur elle un genre de harnais et y fixe les chaînes.
<>.
c’est dur pour elle surtout quand le morçeau de bois vient buter sur des cailloux qui dépassent, elle est vite fatiguée et en sueur bien qu’il fasse frisquet.
Il la pousse à continuer en la haranguant et la cinglant avec son fouet.
A bout et vidée elle tombe à genoux.
<>.
Il la détache et elle a droit à une nouvelle punition.

La tenant en laisse il la ramène dans sa chambre.
Allongée sur le lit, bras et jambes écartées et attachés aux pieds du lit elle a droit au courant électrique le corps couvert d’électrodes reliées avec des fils à un boîtier.
Dans son anus et sa chatte des godes qui vibrent fortement, un troisième fixé par des adhésifs lui excite le clitoris.
Aujourd’hui il veut la faire jouir beaucoup de fois et règle l’intensité pour que le plaisir soit intense en se guidant sur l’expression du visage de sa victime et sur les mouvements de son corps.
Rapidement elle gémit et se contorsionne puis pousse des petits cris puis râle en secouant la tête.
Quelques minutes suffisent pour que son corps se soulève et qu’elle crie pendant que des jets de cyprine sortent de son vagin.
Comme le supplice ne s’arrête pas elle est de plus en plus bruyante car le plaisir qu’elle ressent n’a pas le temps de redescendre et il ne faut pas longtemps pour qu’elle jouisse de nouveau bruyamment.
Son bourreau qui a assisté à la scène sort de la chambre la laissant à son plaisir et à ses orgasmes.
Ce n’est que longtemps après qu’il vient couper le courant électrique et débarrasser Johanna des électrodes et des godes.
Le lit est trempé, les draps sont bons à changer, la fille devra refaire le lit et est bonne pour faire également une lessive.
Mais pour le moment c’est une loque inerte, les yeux dans le vague et le visage ravagé par les très nombreuses jouissances qu’elle n’a pas pu éviter à cause du traitement subi.
Harold sort de la chambre sans s’en occuper.

Parfois il prend une faux et sort de la propriété, quand il revient il étale les orties qu’il a fauché et Johanna doit s’allonger et se rouler dessus jusqu’à ce qu’il lui dise de se relever.
Ensuite elle doit prendre les orties à mains nues et les déposer près de la cloture derrière l’habitation.
La fille souffre pendant un long moment, ça la démange et la brûle partout mais recroquevillée dans un coin elle doit supporter sans se plaindre.
Il varie les exercices et les punitions pour éviter la routine et afin qu’elle ne s’habitue pas.

Parfois uniquement pour la casser il la laisse attachée, les poignets et chevilles liées ensemble, quarante huit heures sans manger et les yeux bandés enfermée dans la cage.
Ou pour varier pendant la même durée avec une ampoule distillant une lumière forte accrochée près d’elle ce qui la désoriente et l’empêche pratiquement de dormir.
Son imagination n’a pas de limite, la fille sait qu’il va arriver à ses fins et la soumettre et que ce n’est qu’une question de temps, elle commence à se résigner.

Un soir pour la punir, il l’enferme dans le coffre de sa voiture attachée et bâillonnée.
Il la conduit dans un bois et l’attache à un tronc d’arbre.
Toute la nuit assise au pied de l’arbre dans le noir avec les bruits inconnus elle crève de peur et sursaute souvent.
Son maître ne revient la chercher que le lendemain matin.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire