Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe travesti Histoires érotiques

Rencontre insolite suite et fin

Rencontre insolite suite et fin



Le lendemain, comme il fait beau et que le vieux vicelard avait demandé à mon mari que je ne soit
ne tenue légère et nue sous ma robe, je me rend en donc en robe sexy ultra courte et décolleté à souhait.
Le vieux m’avait donné rendez-vous dans un jardin public. Quand je le rejoint, quelle n’est pas ma surprise de voir Christian accompagné de mes deux copines, Marina et Katia. Une boule au ventre se forme en les voyant. Sans mot dire je les embrasse et quand je me penche pour faire la bise au vieux cochon, il en profite pour reluquer mes seins nus. Je ne sais qu’en me penchant ainsi, je ne cache rien de ma nudité et il ne manque pas de m’en faire la remarque.
« Tu es a croquer ma salope ! Tu vois tes copines sont là aussi. Merci Christian de me proposer de si belle marchandise pour un vieux comme moi ! Michèle, écartes tes jambes que tes amis se délectent de ton abricot ! »
Assise à ses côté, je regarde autour de moi pour vérifier que personne d’autre nous voit et j’écarte mes cuisses pour offrir mes trésors à mes amis qui semblent ravis de ma docilité. Mais ça ne suffit pas à ce vieux vicelard qui me dit :
« Ne trouves-tu pas qu’il fait une chaleur d’enfer ici ? Ta robe doit-être trop chaude. Eléve moi ça ! Un bel a****l comme toi, se doit d’être nu ! »
Je m’insurge dans un sursaut de pudeur.
« Vieux salop ! J’vais pas me mettre à poil dans le parc ! »
Aussitôt Christian intervient :
« Tu n’a rien à dire Michèle ! T’es ici pour lui obéir ! Alors à poil ! »
Je rage de me soumettre ainsi en public et en plus de le faire devant mes copines qui bizarrement restent passives pour l’instant.
Une foi nue le vieux salop me demande de marcher à quatre pattes de eux et pour mieux m’humilier, il me dit :
«  Je confirme que tu te comporte comme une vraie chienne bonne pour la saillie ! »
A quatre pattes, les seins pendant, le vieux commence à les soupeser et à les faire de balancer en leurs donnant de petit tapes. Un passant qui promène son chien remarque la scène et reste figé en regardant ce spectacle insolite que j’offre malgré moi. Il vient alors une idée à ce vieux bouc en s’adressant au nouveau venu :
« C’est une chienne en chaleur qui n’a qu’une envie, se faire baiser par tout les mâles de passages. Si vous voulez en disposer, elle est à vous ! Ses deux copines sont également à votre disposition. »
Tandis que le vieux laisse la place à cet inconnu, il se place entre mes deux copines et leurs pelote les seins par l’échancrure de leurs robes jouant avec leurs tétons. Christian c’est écarté pour prendre des photos. L’inconnu qui a sorti son vit s’approche de moi pour me sauter comme une chienne en levrette. Je regarde Christian en lui disant :
« Je n’avais pas envie de me faire sauter comme ça par un inconnu Christian ! »
Sa seule réponse est :
« Pense aux photos que je vais pouvoir montrer à ton mari qui est au travail ! Il va adoré te voir nue en train de se faire prendre la chatte
et le cul par un inconnu dans le parc. Imagines comme il va bader au bureau et peut-être se faire sa secrétaire en regardant ces images ! »
Déjà mes deux copine suces le vieux et d’un coup, l’inconnu me pourfend en me pénétrant jusqu’à la garde. Je pousse un cri de surprise par cet assaut brutal et mon baiseur se met à me ramoner comme un lapin. Heureusement le parc est vide. Imaginez le spectacle. Mes copines suçant le vieux bouc et moi me faisant saillir comme une chienne par un inconnu.
Christian lâche son smartphone un instant et me présente sa bite à sucer. Par automatisme, j’ouvre la bouche pour accueillir son engin et commence une fellation tant bien que mal tant l’inconnu au chien. Christian me dit :
« Suces moi à fond ma belle ! Suces jusqu’à avaler tout mon foutre salope ! ».
Je sais que je suis leurs objet sexuel et ça ne sert à rien de discuter et de rechigner. Je dirais même que j’y prends un certain plaisir à être traitée ainsi.
Christian me tient la tête pour que j’aille plus profond et, malgré mon habitude de ces pratiques, j’en ai des hauts le cœur tant il s’enfonce dans ma gorge. Il dit à mon baiseur :
« Essayez son cul vous allez voir comme il est étroit et accueillant à la foi ! En plus elle adore ça ! »
Bien entendu il ne se le fait pas dire deux foi et force ma rosette. Après quelques vas et viens, il me perfore à fond, se raidit d’un coup et des jets de sperme inonder mon fondement. Dans le même temps, Christian s’épand au fond de ma gorge m’obligeant à tout avaler. Son sperme est crémeux et à la fois salé. L’inconnu retire de mon cul son truc devenu flasque et remballant son engin, il reprend son chien et part comme si rien ne s’était passé en remerciant le vieux et Christian.

Je reste à quatre pattes, secouée par des spasmes de plaisirs et m’aperçois que mes copine on reçus elles aussi le fruit de leurs fellation sur le visage. L’ancien me dit :
« Quelle chance d’être tombé sur ton mari et ton copain ! Vous faites trois fiéfées putes chaude du con ! »
J’ai été humiliée, remplie, repue et épuisée. Je ne pense même pas à me rhabiller et reste dans cette position obscène au milieu de ce parc au risque de me faire surprendre par d’autres passants ou par des flics. Christian repart avec mes amies en me disant :
« A tout à l’heure Michèle ! Tu es en de bonnes mains. Moi je vais allé chez moi m’amuser avec tes amies. A tout à l’heure ! »
Je me retrouve seule avec le vieux vicieux, nue dans ce parc. Reprenant mes esprits, je lui dit :
« Pouvez-vous me redonner ma robe ? Je ne peux pas rester ainsi ! Vous avez eu ce que vous vouliez je pense ? »
« Pas si vite salope ! J’en ai pas fini avec toi. J’ai encore un petit désir à satisfaire . »
« Que voulez-vous me faire faire encore ? N’avez-vous pas assez abuser de moi ? »
«Il rigole et me dit :
« Mais tu n’as rien à dire ! Ton mari ma donné carte blanche. Donc tu va faire ce que je veux sans rien dire. Allonges-toi sur le banc et masturbe-toi devant moi ! »
Au point où j’en suis, je me dis que si ça peut lui faire plaisir à ce vieux con… Je lui obéi et m’allonge cuisses écartées. J’ouvre à deux doigt mes lèvres trempée et dégage mon clito dardé et brillant de cyprine pour commencer le le titiller. Du sperme de l’inconnu au chien coule de mes fesses.
« Rentre tes doigts dans ton vagin et ton cul de grosse pute salope ! »
Mes doigts sont englués de sperme et de cyprine et je commence sérieusement à prendre plaisir à cette masturbation infamante. Le vieux me regarde en se tripotant son truc flétri. Peu à peu ce vieux sadique recommence à bander ce qui m ‘étonne pour un homme de son âge. Il a du prend du viagra. C’est pas possible autrement.
A me toucher devant lui, je ne peu me retenir de jouir. Il me saute alors dessus et en quelques va et viens dans ma chatte, il éjacule en moi me remplissant de son vieux foutre. Enfin satisfait, il me rend ma robe souillée de terre et de sécrétions diverses. Je l’enfile à la hâte, sentant le sperme couler de mon cul et de ma chatte sur mes cuisses. Nous quittons le parc et lorsque nous nous séparons, il m’embrasse à pleine bouche en me fouillant une dernière foi ma chatte poisseuse de toute ces libations. Sur le ton de l’humour et pour m’humilier une dernière foi, il me lance :
«  On dirait que le sperme se vide de ta chatte et ton cul de vide couilles ! »
Provocante, comme pour reprendre les choses en main, je le regarde droit dans les yeux et rétorque :
« Ca vous ferait plaisir de me voir lécher ce sperme mélangé à ma cyprine, vieux salop ! »
Il sourit de mon audace et sans se démonter il me répond calmement :
« Tu sais que j’en ai puni pour moins que ça ? He bien oui. Puisque tu me le propose si gentiment, montre-moi comment tu es une bonne chienne en léchant tout ça ! »
Merde, je suis prise à mon propre jeu. Je rentre dans un bosquet à l’abri des regards indiscrets et plonge ma main dans mon entre-jambe pour récolté le fruit de ces agapes. Retirant une main gluante, très salope, je passe ma langue sur ma mains, lapant le sperme encore gluant des deux hommes qui m’avaient abusées.
Content de lui, il me tourne le dos et repart en me disant :
« J’espère à une prochaine foi ma salope ! »