Histoires de sexe arabes Histoires de sexe travesti Histoires gays

Soumission de Ma belle-mère Semaine 1 Mercredi

Soumission de Ma belle-mère Semaine 1 Mercredi



Des remarques préliminaires :
Ce récit est parfaitement véridique, je l’ai vécu personnellement pendant cinq années jusqu’au décès de ma belle mère. Seuls les prénoms et les lieux ont été changé.
Pour celles et ceux qui demandent des photos de ma belle mère je leur réponds que j’en avais pris des milliers ainsi que des vidéos mais en exécution d’une promesse que je lui avais faite, j’ai tout détruit à son décès.
Ce récit contient et contiendra beaucoup de détails qui ont contribué dans une mesure certaine à ce que la situation soit ce qu’elle a été. Le récit n’est pas une histoire de rentre dedans. Il y en aura mais principalement c’est un vécu très érotique.
Enfin je tiens à préciser qu’à aucun moment durant ces cinq années il n’y a eu recours à aucune v******e physique ou morale, juste une éducation non seulement sexuelle mais aussi de tempérament et de mode de vie.

Mercredi

Toute la nuit j’ai assisté au sommeil de Chantal comme on veille sur un petit enfant. Elle a passé une nuit très agitée, des moments elle était en chemise de nuit et dormant calmement puis ensuite elle se déshabillait, mettait le foulard sur ses yeux et se caressait tout en marmonnant. J’ai eu l’impression qu’elle vivait un combat contre elle-même.

De mon côté je n’arrivais pas à trouver des réponses aux questions que je me posais ni à trouver une solution pour débloquer la situation sans que je sois le perdant dans cette épreuve de force entre nous deux.
La matinée s’est passée sans autres incidents, Michèle ayant reçu ses instructions de juste surveiller sans aucune autre directive. Je constate que c’est la troisième journée d’affiliée que Chantal rate son sport quotidien.
Vers midi, le téléphone sonne et c’est Chantal en ligne.
C : Allo, bonjour Xavier (d’une voix glaciale).
Fx : Bonjour Chantal, qu’est ce tu me veux ?
C : Je vous appelle pour vous dire que j’ai besoin d’argent aujourd’hui même.
FX : De quel montant vous avez besoin ?
C : De 1500 euros.
Fx : Ce n’est pas un peu beaucoup cette somme ?
C : Je dois payer Michèle, et Muriel (sa coiffeuse) vient cet après-midi.
Fx : je n’ai que 500 sur moi et je n’ai aucune envie de sortir pour retirer de l’argent.
Tu viens les prendre mais tu connais très bien les conditions.

J’ai senti que cet appel était un appel du pied pour rétablir une paix qu’elle avait elle-même rompue.
Je n’ai même pas eu le temps d’aller jeter un coup d’œil aux caméras que la porte s’ouvre directement laissant entrer Chantal toute nue en regardant autour d’elle pour s’assurer que personne ne la regardait sauf bien sûr Michèle qui tenait sa porte ouverte pour lui laisser le moyen de battre rapidement en retraite au cas très improbable de l’apparition de quelqu’un sur le palier.
Une fois rentrée, elle se dirige directement vers moi et se met à genoux en m’embrassant les joues et me suppliant de lui pardonner, qu’elle ne refera jamais plus ça, qu’elle sera docile et à ma totale disposition. Je l’entendais parler sans faire aucun commentaire et ne lui donnant aucun indice de ce que sera ma décision.
Elle me regarde et je vois ses larmes couler sur ses joues. Elle met sa main dans mon boxer, l’écarte et de penche pour essayer de me sucer. Bien que la situation ne me déplaisait pas du tout mais cela constituait une solution de facilité qui ne me convenait pas du tout.
Fx : Chantal, relève-toi ce n’est pas en me suçant que tu vas te faire pardonner d’avoir fait la grosse tête
C : Mais j’ai envie de vous sucer et vous faire jouir, avec vous je ne suis pas égoïste et je veux vous le démontrer.
Fx : Je ne suis pas une pute moi qui accepte de pardonner juste parce que tu m’as sucé et éventuellement m’a fait jouir. Tu vas te préparer on doit sortir.
C : Mais Muriel doit venir l’après midi pour me coiffer.
Fx : Ce n’est pas un problème ça peut se faire demain d’ailleurs ce serait mieux.
Je lui tends le téléphone, elle appelle Muriel et remet le rendez vous pour le lendemain.
Je rentre dans la chambre pour lui donner l’argent en lui intimant l’ordre de me précéder à quatre pattes, elle me regarde stupéfaite mais s’exécute sans rien dire. Je lui donne l’argent que j’avais mis dans un petit sac en nylon aseptisé en lui disant de les ranger.
C : mais je suis complètement nue et je n’ai nulle part où les ranger.
Fx : ils sont dans un sac en nylon et tu as trois trous, choisis l’un d’eux et mets les dedans.
C : (en hurlant) : vous êtes dégoutant et vous n’avez aucune valeur morale. Je ne sais pas ce qui me retient de ne pas vous gifler et vous jeter à la porte.
Fx : essaye de me gifler et tu verras ce que je ferais de toi. Moi je ne suis ni ton mari ni ta fille qui ont accepté que tu les détruises en les massacrant. Et puis ici je suis chez moi, je vous Jetterai à la porte d’ici et d’en face et vous ne serez plus qu’une SDF sans aucun moyen de subsistance que de faire officiellement la pute que vous avez toujours été. Mais là au lieu de payer les jeunes pour te baiser y compris ton premier gendre, ce sont de vieux saoulards qui viendront te baiser pour 10 euros la passe parce qu’à ton âge tu ne vaux pas plus ET ENCORE…

Toute blême et pâle, elle s’écroule et perd connaissance. Je regrette un peu d’avoir été dur avec elle mais tout ce que je lui ai dit n’était que pure vérité.

Quelques minutes plus tard, elle reprend ses esprits après lui avoir donné les soins nécessaires.

C : comment avez-vous osé me dire ce que vous avez dit, que ce n’est pas du tout vrai.
Fx : Je ne veux pas entrer dans une polémique mais tout ce que j’ai dit est vrai et je possède toutes les preuves écrites et sonores qui le prouvent, mais je n’ai pas à me justifier ni te les montrer. Mais crois-moi que je s’aurai en faire bon usage et je les ferai parvenir à tout ton cercle d’amis et de connaissances pour qu’ils te connaissent à ta juste valeur.

Là elle pâlit et met ses mains sur sa tête, et pour moi c’est la grande surprise : sous ses aisselles les poils étaient aussi longs que ses poils pubiens et j’ai une bandaison instantanée de tous les diables.
Sur cette vision je décidais de faire le nécessaire pour calmer le jeu, ce n’est pas chaque jour qu’on trouve une femme avec de tels attributs surtout capillaires, ce qui constitue d’ailleurs un de mes grands fantasmes. Les femmes sont toujours réticentes à laisser pousser leurs poils surtout ceux des aisselles alors que ce sont ceux qui sauvegardent le mieux l’odeur de leurs corps dans toute la splendeur de ces odeurs en dépit de tous les litres de parfum Qu’elles se Mettent pour justement occulter et faire disparaitre ces odeurs qui sont un attrait unique de chaque femme.
Ce qui m’a étonnée le plus c’est que pendant ces trois jours je n’avais pas remarqué ces poils-ci et si Je n’avais pas encore décidé de baiser Chantal dorénavant la donne avait changé et c’était devenu pour moi une priorité n’ayant jamais pu jusqu’à ce jour convaincre une femme de laisser pousser ses poils à cet endroit précis.

C : Qu’est ce que vous allez faire de moi ? Vous voulez faire un scandale et je serai la pestiférée rejetée par tout le monde. Pour quelle raison ? Je vous ai dit que Je suis à vos ordres et que je ferai tout ce que vous me demanderez de faire sans rechigner.
En me regardant, Chantal remarque à la fois mon état distrait et ma bandaison.

C : Qu’est-ce que vous avez, vous n’êtes pas ici, vous ne m’avez pas écouté et de plus votre sexe est en pleine érection. Est-ce que je vous excite tellement quand je perds connaissance ?

Sur ces paroles je pars dans un éclat de rire foudroyant qui laisse Chantal désemparée et ne comprenant rien du tout. Finalement je me calme et lui dis :

Fx : Encore une fois tu n’as rien compris, tu ne peux pas deviner ce qui m’a mis dans ces deux états, mais ce n’est sûrement pas le fait que tu ais perdu connaissance. Je t’expliquerai un jour. Maintenant va te préparer ou doit aller faire des courses.
C : Quelles courses ? On a déjà été faire des courses il y a deux jours. Et qu’est ce que Je dois porter pour vous satisfaire. ?
Fx : Tu as oublié que nous allons lundi en Grèce et on a besoin l’un et l’autre d’affaires pour la plage. Tu porteras la jupe noire à bandes que j’ajusterai moi-même sans culotte avec le chemisier Jaune transparent avec le soutien gorge chaire. Et tu mettras les jouets qu’on a acheté d’autre jour. Et avant de sortir tu viens pour une inspection détaillée.
C : vous êtes fou tout le monde me verrait nue. Pour les jouets je ne sais pas comment les utiliser ni où les mettre.
Fx : en réfléchissant tu trouveras le mode d’emploi adéquat à chacun d’eux. A propos, où as-tu mis l’argent que je t’ai donné ?
C : Comme vous l’avez si bien suggéré Je les ai mis dans mon sexe.
Fx : et n’oublie pas de prendre une douche avant de quitter.

Là elle était au bord de l’étranglement, elle qui prend au moins deux à douches par jour, mais elle n’a rien dit.

Elle sort de chez moi pour aller se préparer. J’envoie à Michèle un message lui ordonnant d’être très vicieuse en lui mettant les boules et le plug mais interdiction totale de jouir l’une on l’autre.
Chantal rentre se doucher, je remarquai qu’elle insistait sur sa toilette intime et à laver tous ses poils minutieusement au shampoing. Une fois rentrée dans sa chambre, elle s’assied sur le lit après avoir mis son soutien gorge que je lui avais indiqué et semble pensive en regardant le plug et les boules. Elle appelle Michèle qui vient de suite et là c’était une première de se montrer nue devant le personnel.
Pendant ce temps, je me suis mis devant mon poste de surveillance avec l’intention bien ferme de profiter de la scène à venir.
C : Michèle, s’il vous plait est ce que vous savez comment on utilise ces trucs ?
Michèle : Ah, vous en utilisez Madame, un beau plug mais de grande taille ça ne va pas être aisé de le supporter longtemps surtout les premiers temps. Vous en avez déjà utilisé ?
C : – Non pas du tout c’est une première fois. Mais comment vous savez tout ça vous ?
Michèle : Mais j’en utilise tout le temps Madame, Je ne m’en sépare jamais.
C : Même maintenant ? Quand vous travaillez ?
Michèle : Bien sûr Madame.

Elle enlève d’un coup sa robe et elle apparut toute nue. Elle écarta ses cuisses pour montrer son sexe et elle en tira les boules qu’elle montra à Chantal. Elle de tourna et se cambra pour lui montrer aussi son plug anal.
Elle prit en main les boules de Chantal, les soupesa et dit à Chantal que ce sont des boules de la meilleure qualité au mercure.
C : Qu’est ce que ça veut dire, je ne comprends rien à ce que vous dites.
Michèle : Dans les boules il y a du mercure qui bouge à l’intérieur et les 2 boules rentreront en contact l’une avec l’autre et cela produit des frottements à l’intérieur du vagin et cela mène à des orgasmes successifs très forts. Quand vous serez habituée à les porter, vous ne pouvez plus vous en passer.
C : D’accord, alors s’il vous plaît apprenez moi comment on les met et aussi l’autre machin.
Michèle : (en joignant l’acte à la parole) vous les faites entrer dans notre vagin en laissant le fil prendre à l’extérieur pour pouvoir Ies enlever sans problèmes.
Mais il est préférable les premières fois que vous soyez humide pour que l’introduction et le mouvement des boules soient facilités. De par mon expérience, il y a trois moyens d’humidifier de raisin surtout le votre à cause de l’âge.
– soit mettre un produit gras végétal Qu’on trouve à la maison.
– Soit utiliser un gel spécial, mais vous n’en avez pas actuellement. (Cette vicieuse de Michèle a bien dû voir qu’il y avait du gel avec le plug mais elle voulait arriver à son but de se payer Chantal).
– Sois-vous faire lécher par quelqu’un.

C : Je n’aime pas l’utilisation des produits gras, ils peuvent ne pas être aseptisés. Quant au gel je n’en ai pas pour le moment. Il ne reste comme dernière solution que me faire lécher par quelqu’un, mais par qui ? Je ne vais quand même demander à Xavier de le faire.
Michèle : si vous acceptez je peux essayer de le faire bien que je ne l’ai jamais fait de ma vie. (La Menteuse).
C : Je ne me suis Jamais fait toucher par une femme encore moins me faire lécher par une femme. Allez-y Michèle qu’on en finisse. Je crois que Xavier ne veut pas trop attendre.
Là commence un opéra dramatique, Michèle qui jouait des mains et de la langue sur la chatte de Chantal qui s’efforçait de ne pas montrer son excitation. Le but de Michèle était flagrant, elle cherchait à se faire indispensable dans la vie sexuelle de Chantal et de l’amener à être une partenaire lesbienne attirée.
Après un quart d’heure, Chantal demande à Michèle d’arrêter et de lui mettre les boules vu qu’elle était totalement humide.
Michèle : Maintenant il faut vous tourner pour mettre le plus.
C : (Naïvement) mais pourquoi, où faut il le mettre ce fameux plug ?
Michèle : (en riant aux larmes) mais dans votre anus Madame. C’est un plug anal et ça rentre dans l’anus et c’est un excellent modèle parce qu’une fois rentré il ne risque pas de sortir et pas besoin de porter une culotte.
C : Dites donc Michèle vous êtes une spécialiste. Mais Jamais rien n’est rentré dans mon anus, ça doit faire excessivement mal.
Michèle Oui Madame Je suis une spécialiste des jouets et j’adore les utiliser tout le temps Comme vous avez vu. Mais à votre âge vous êtes encore vierge du cul, c’est étrange on aurait dû fêter ça en le pénétrant avec une chaire vivante et non pas un plug. Vous devez quand même vous attendre à voir mal vu que c’est la première fois et vu votre âge de l’autre côté. Je vais vous masser l’anus et faire rentrer mes doigts progressivement en mettant du gel pour amoindrir la douleur.
C : Mais vous m’aviez dit qu’il n’y avait pas de gel.
Michèle : le gel était au fond du sac je ne l’avais pas remarqué avant d’enlever le plug.
Michèle entama l’acte 2 de l’opéra qu’elle avait entamé auparavant. Et cet acte n’était pas moins torride que le premier à la différence que Chantal n’éprouvait pas de plaisir comme précédemment. Finalement Michèle ayant terminé le massage et la lubrification introduisit très lentement le plug, Chantal ne ressentant qu’une douleur minime.

Michèle partit, Chantal s’habilla selon mes instructions et vint chez moi. Je la regardais en faisant une inspection détaillée.
Je lui relevais sa jupe et inspectait son sexe et les boules qui y sont, je la fais tourner sur elle-même pour voir le plug et faire quelques mouvements avec ce qui a provoqué une douleur attendue vu que c’était une première introduction dans un cul vierge de 75 ans.
Il faut que je décrive la jupe que portait Chantal. Elle était formée de bandes horizontales de 15 cm de hauteur en alternance entre bandes en tissu normal et bandes transparentes. De haut de la jupe était modulable de façon à maîtriser la position des bandes, surtout les transparentes. Je commençais donc à rouler le haut jusqu’à ce qu’une bande transparente soit au niveau de son sexe qui était par conséquent très visible ainsi que ses poils.
Fx : Viens t’asseoir sur le canapé et écarte tes jambes au maximum et ouvre ta chatte.
Sans dire un seul mot elle le fait en grimaçant de douleur vu tout ce qui est dans ses entrailles. J’apporte la dernière boule que j’avais acheté (une boule électronique télécommandée) et l’introduis dans sa chatte.
C : Vous croyez qu’il y a encore de la place.
Fx : (en rigolant) Je vois que non, entre le devant et d’arrière, tu es bien remplie. On va aller maintenant faire les courses et tu ne vas pas ouvrir la bouche que si je te dis de le faire.
Elle hocha la tête pour accord.

Je lui ouvre la portière de la voiture et dès que je m’installe j’active la boule électronique, elle pousse d’abord un oui puis se mord les lèvres pour garder le silence. Je m’amuse un peu à jouer avec tous les réglages de la boule et vérifier son seuil de tolérance.
En démarrant je lui demande comment elle a fait pour introduire les jouets, elle me raconte en détail. Ayant assisté à la scène je constatais qu’elle me racontait la stricte vérité mais elle ajouta qu’elle a eu une envie folle de jouir quand Michèle la léchait, mais qu’elle s’était abstenue n’ayant pas reçu mon autorisation pour jouir. J’étais très satisfait d’entendre cela.
Je lui demande alors comment elle fait pour s’épiler le corps à l’exception de son sexe et ses aisselles bien évidemment, C’est ma manucuriste Valérie qui s’en charge, d’ailleurs elle doit venir chez moi vendredi. De temps en temps j’activais la boule et à chaque fois Chantal se raidissait sans dire un seul mot, parfois elle émettait un gémissement à la fois de surprise, d’excitation et un peu de douleur, son corps n’étant pas habitué à être tellement rempli.
Nous commençons par une boutique de lingerie féminine. Une vendeuse (Natacha) nous prend en charge. Je lui demande s’ils avaient des maillots pour Chantal. Sur sa réponse positive je lui demande de nous montrer ce qu’il y avait comme maillots ficelles les plus affriolants, Elle demande c’est quoi les mensurations de Chantal. N’étant pas sûr ni l’un ni l’autre des mesures, elle prend les mesures elle-même et par curiosité je lui demande quel était le tour de poitrine et je fus sidéré du que c’était du 105 DDD. J’étais très étonné car cette taille de poitrine ne correspondait pas du tout avec sa forme svelte, mais je n’avais pas à m’en plaindre.
Elle nous montre plusieurs modèles de maillots ficelles finalement je choisis un noir, un blanc et un en patchwork de couleurs. Elle me fait remarquer que le maillot blanc avait la particularité de devenir totalement transparent une fois mouillé, je réponds que ce n’étais pas grave, Chantal devint rouge cramoisi mais ne dit rien. Étant reçus dans un cabinet indépendant il n’était pas nécessaire de se déplacer dans une cabine d’essayage.
Natacha demande à Chantal de se déshabiller pour enfiler les maillots en disant
Natacha : Vous savez madame j’adore votre jupe j’ai toujours voulu en porter mais je n’ai jamais osé franchir le pas alors qu’à votre âge vous l’avez fait.
Je fis signe à Chantal de répondre.
C : d’abord qu’est ce qu’il a mon âge ? Et quel âge avez-vous ? Est-ce que je ne porte pas bien mon âge ?
Natacha : excusez moi madame ne vous méprenez pas de mes paroles, je voulais Juste dire que vous seriez de l’âge de ma mère, moi je n’ai que 19 ans. Et je peux vous assurer que vous portez très bien votre âge quel qu’il soit.
C : pour votre gouverne j’ai 70 ans et je suis plutôt de l’âge de votre grand-mère.
Natacha : Ma grand-mère n’a que 65 ans. Mais vous paraissez être sa fille et marie plus Jeune que ma mère.
Cette passe d’armes entre les deux femmes m’a beaucoup amusé et je me suis retenu de ne pas éclater de rire.
Chantal entame son déshabillage en commençant par le haut et elle ne put s’empêcher de montrer ses aisselles poilues, chose qui fait écarquiller ses yeux à Natacha mais elle resta silencieuse. Chantal continua son déshabillage et enleva sa jupe.
Natacha (toute rouge) Madame, depuis que je travaille dans cette boutique, j’en ai vu des vertes et des pas mûres mais je dois avouer que vous dépasser tout ce que j’ai déjà vu et pour vous dire la vérité, vous êtes classée en tête de liste.
C : (sans même prendre ma permission pour parler) Et comment vous êtes arrivée à ce classement ?
Natacha : D’abord votre façon de vous habiller, et les habits que vous portez, moi même à mon âge je n’ose pas les porter. Ensuite, vous laissez pousser vos poils et vous osez les montrer sans aucune retenue et vous n’en avez pas honte. Enfin, ce que vous avez dans le sexe.
C : Et vous avez aimé ce que vous avez vu ? Et comment vous avez su que j’avais quelque chose dans le sexe ?
Natacha Je n’ai pas aimé, j’ai adoré et si nous n’étions pas dans la boutique j’aurai profité de votre corps en entier. Et puis j’ai vu les cordons qui pendent de votre sexe, qui sont tributaires des boules.
J’actionnai la commande au maximum ce qui fit sauter Chantal de sa place en se mordant les lèvres pour ne pas faire sortir au son.
Natacha Madame, avez-vous besoin de quelque chose ?
Fx : Non, merci Natacha, elle essaye Juste de ne pas jouir en public.
Natacha me regardant en clignant de l’œil pour me faire comprendre qu’elle avait compris ce qui se passait.
Fx : Chantal, fais un tour devant Natacha pour qu’elle puisse t’aider à essayer les maillots et s’assurer qu’ils te vont bien.
En tournant, Natacha regarde bien son derrière et voit le plug. Elle ne dit rien mais ne peut s’empêcher de sourire.
Je demande à Natasha s’ils ont les bandes adhésives qui tiennent lieu de soutien gorge et s’ils avaient des maillots pour homme. Sur ses réponses positives, elle va pour les apporter.
C : Xavier, s’il vous plaît est-ce que je peux enlever le truc de mon derrière, il me fait trop mal.
Fx : si c’est un truc, tu ne peux pas l’enlever. Quand tu lui donneras son nom, tu le pourras. En désespoir de cause, Chantal eu bredouillant donna les noms adéquats, et je lui dis qu’elle ira aux toilettes l’enlever, le nettoyer puis le sucer avant de revenir. Je mis en marche la boule à un faible rythme.
Natacha arriva en amenant avec elle les articles demandés.
Fx : Natacha, dites-moi de quel côté êtes-vous ?
Natacha : Vous savez monsieur je suis là où le plaisir se trouve. Eu d’autres termes je suis bi. Mais votre compagne m’a l’air bien vicieuse. Cette jupe et la façon dont elle la porte est affriolante, et avec tout ce qu’elle a dans sa chatte et son cul elle ne doit pas arrêter de jouir.
Fx : A propos elle a acheté cette jupe et c’était la dernière au magasin. Vous ne sauriez pas où elle peut en trouver ? Pour ce qui de jouir elle fait de son mieux.
Natacha : il y a un tailleur à 100 mètres d’ici qui est spécialisé dans ce genre de jupe, il les fait sur mesure et les livre en moins de 24 heures.
Elle me donne l’adresse, et je lui demande si elle serait prenante pour un plan à trois. Elle manque de sauter de joie. Je lui dis que nous devons voyager en début de semaine et qu’à notre retour je ne manquerai de l’appeler pour fixer un rendez vous, nous nous échangeons nos numéros de téléphone en me précisait qu’elle va attendre mon appel avec impatience.
J’essaye les maillots et fais mon choix. A ce moment là Chantal arrive toute rouge et j’augmente de suite le rythme de la boule, elle commence à trembler en silence.
Fx : Tu as joui ?
C : Excusez-moi je n’ai pas pu m’empêcher, j’en avais besoin. Ces bidules sont terribles et ils ne me facilitent pas la vie.
Fx : On en reparlera plus tard.
Natacha : Madame je vais vous montrer et vous apprendre comment utiliser les bandes alors vous enlever votre chemisier et votre soutien.
J’étais là à regarder Natacha qui profitait de l’occasion pour lui tripoter les seins et les tétons et je m’amusais à changer le rythme et la puissance de la boule. Chantal n’en pouvait plus elle me suppliait des yeux de la laisser jouir.
Fx : si tu veux jouir c’est à une condition, tu enlaces Natacha et tu l’embrasses fort pour ne faire sortir aucun son.
Natacha se jette sur elle, l’embrasse et lui joue avec les seins, et je mets la boule à fond quelques secondes plus tard Chantal jouit en faisant de son mieux d’être silencieuse.
Elle s’écroule sur le siège, Natacha me demande quel est le secret de cette jouissance aussi forte.
Fx : ma petite le secret est très simple, elle a dans sa chatte deux boules au mercure et une boule électronique à télécommande. Est ce qu’il faut que je vous fasse un dessin ?
Natacha : pas du tout mais c’est un régime très puissant. J’aimerai bien en subir moi même.
FX : Vous êtes adepte des boules.
Natacha : bien sûr j’en porte toujours des traditionnelles Mais si j’avais une télécommande pareille Je ne la donnerais à personne.
Fx : Il faut en avoir une, peut être à notre prochaine rencontre vous en serez équipée et vous saurez en faire bon usage.
Je demande à Natacha de Chantal et de lui mettre des bandes adhésives en démonstration et pour qu’elle vive la sensation des seins libres en lui précisant de lui garder ses tétons libres. Je m’approche d’elles et lui joue avec les seins et les tétons pour qu’ils soient en érection et bien visibles.
Elle rigole et nous sortons pour aller chez le tailleur. En chemin se trouve une pharmacie.
Fx : Chantal rentre dans la pharmacie et achète trois boites de préservatifs à goûts différents ainsi que trois tubes de gel lubrifiant en spécifiant que c’est pour ton cul en précisant l’utilisation exacte : pour un plug et pour la sodomie.
C : Xavier ça suffit je ne suis pas une péripatéticienne, puis je ne vois pas l’utilité des préservatifs, je ne peux plus être enceinte depuis longtemps. Et puis c’est quoi la sodomie ?
Avant de répondre je pousse la télécommande à son maximum, Chantal commence à trembler de tout son corps et j’ai dû la soutenir et l’asseoir sur un banc pour qu’elle ne tombe pas.
Fx : je ne vais plus accepter aucun mouvement d’humeur quel qu’il soit et j’ai les moyens de te remettre sur le bon chemin. Puis les préservatifs ne sont pas pour t’empêcher de tomber enceinte Mais pour t’éviter les MST. Quant à la sodomie c’est le fait de te baiser dans le cul et le gel fera en sorte de diminuer les douleurs éventuelles et de faciliter l’acte.
Elle pâlit à cet énoncé
C : c’est quoi les MST ?
Fx : Je t’expliquerai plus tard. Rentre dans la pharmacie fais ce que je t’ai dit et profite de l’occasion pour rentrer aux toilettes et remettre le plug. Ce sera la punition pour le moment.
Elle fait ce que je lui ai demandé et ressort après un long moment en marchant d’un pas qui laisse apparaitre la douleur. Je compris qu’elle a eu du mal à mettre le plug toute seule sans gel n’ayant pas osé prendre le gel avec elle aux toilettes.
Pendant ce temps j’ai reçu un texto de Natacha me demandant de la voir ce soir et qu’elle serait prête à rentrer dans mon harem pour être une esclave soumise et heureuse de l’être. De plus elle m’aiderait à éduquer Chantal et en faire une femme soumise.
Je ne lui ai pas répondu pour voir où elle pouvait arriver dans ses propositions. De plus je voulais en savoir plus sur elle.

Nous entrons chez le tailleur et je lui demande de nous montrer la collection qu’il a.
J’ai des jupes, des fuseaux, des chemisiers Is robes en différents tissus et coloris. Il y a des tissus normaux et des tissus transparents. Les coloris sont en blanc, noir et fluo de blanc est le plus transparent ainsi que le jaune fluo. A la limite c’est comme si on ne portait rien, c’est très excitant tant pour la dame qui les porte que pour ceux qui regardent.
Il demande à Chantal de se déshabiller en entier pour entamer les essais et faire les choix nécessaires. En voyant tout l’attirail de Chantal, il ne peut que hocher la tête en signe d’acquiescement disant que de- tels attributs feront honneur à son travail et ses modèles.
Il profite que Chantal est nue pour la tripoter sous tous les angles, ses seins, ses fesses et son sexe, il appréciait et faisait des remarques sur les différents accessoires et jouets qu’elle avait sur elle.
Finalement, je commandé ce qui suit :
Une robe blanche transparente couvrant à peine le sexe et les fesses.
Une robe jaune fluo transparente avec des bandes opaques verticales alternées avec les bandes transparentes de façon que ces dernières couvrent mais plutôt dévoilent les seins et le sexe
Une robe noire opaque à dos nu arrivant à mi cuisses avec deux bandes blanches transparentes blanches partant du nombril en V jusqu’à l’épaule en découvrant totalement les seins et deux autres bandes blanches transparentes partant du nombril en V inversé découvrant totalement le sexe.
Trois jupes, trois fuseaux et quelques chemisiers correspondants. On lui a remis la jupe qu’elle portait à notre arrivée pour qu’il l’ajuste une fois pour toute. Je lui choisis un fuseau jaune tout à fait transparent en accord avec son chemisier. On voyait ses fesses, son cul et sa chatte en détail. Chantal se sentait étranglée. Je précise au tailleur que demain une dame (Michèle) passera les retirer à 19 heures.
Une fois sortis
C : Xavier, vous êtes fou, je ne peux pas porter tout ce que vous avez acheté. Et je dois enlever ce que vous m’avez fait mettre dans le derrière et le sexe, La douleur est très forte.
Fx : D’abord, c’est vous qui les avez achetés, tout cela va être déduit de votre compte. Quant à la douleur, rentrez à la pharmacie pour acheter une crème calmante. Mais au fait, la douleur se situe où ?
C : C’est dans mon derrière.
Fx : tu rentres et tu leur explique en détails ce que tu ressens et pourquoi.
C : D’accord comme vous voulez.

Nous rentrons ensemble et je mets derrière elle pour l’entendre. Elle explique avec tous des détails ce qu’elle sent et se fait prescrire une crème qui calme la douleur. En sortant elle a été étonnée de me trouver derrière elle pour s’assurer de ce qu’elle va dire et faire. Après avoir acheté une bricole Je la retrouve dehors.
C : Je crève de faim et je crois que Michèle n’a rien préparé pour le diner,
Fx : Tu as complètement raison, C’est moi qui le lui ai dit. Nous allons diner dans un resto asiatique (sans pour autant mentionner que ses mets étaient particulièrement aphrodisiaques). Sa liste d’attente est longue d’au moins un mois et j’ai dû faire l’impossible pour obtenir une réservation pour ce soir.
Nous prenons la voiture (même scénario) Je lui ouvre la portière et fais actionner la boule au minimum. Je lui annonce qu’une fois arrivés au resto elle sera autorisée à enlever le plug eh de se mettre de la crème en faisant attention à ne pas tâcher son fuseau. Sa réponse fut immédiate qu’elle enlèvera le “truc” mais qu’elle mettra la crème une fois qu’elle sera à la maison.
Une fois installés à notre table au restaurant j’ai pu la regarder en détail tout son visage tout rouge, ses lèvres enflées, ses seins hyper gonflés avec des tétons qui ne demandent qu’à percer le chemisier.
Tous les clients du reste avaient les yeux rivés sur Chantal profitant pour voir son corps sexy et tous les détails visibles en me faisant des clins d’œil. Moi-même en la voyant marcher devant moi et puis s’asseoir ne pouvait m’empêcher de la qualifier de reine.
Le restaurant avait la particularité d’avoir deux cartes, l’une pour les femmes et l’autre pour les hommes. L’unique différence était que seules les cartes des hommes précisaient de degré de l’effet aphrodisiaque des mets. Après avoir lu et relu sa carte Chantal me demande de lui choisir au mieux. Ce que je fais volontairement en lui choisissant les mets les plus aphrodisiaques. Pour ma part je n’ai choisi que des plats neutres.
Eu attendant d’être servis et en sirotant une bonne bouteille, je lui dis que pendant la durée du repas elle sera libre de parler et de dire ce qu’elle veut à propos de tout et qu’elle aura accès à la télécommande pour l’activer à sa guise et qu’enfin elle pouvait jouir à satiété.
C : Je ne crois pas mes oreilles, vous m’autorisez certaines libertés, c’est très inhabituel de votre part surtout récemment. Ma première question concerne les MST.
Je lui explique ce que sont les MST, leurs dangers etc…
C : J’espère que je n’ais pas de tes risques avec vous.
FX : Avec moi vous n’avez rien à craindre, je suis d’une chasteté exemplaire, Ça fait des mois que je n’ai pas touché une femme et encore moins d’avoir une relation avec une femme. Avant de continuer va aux toilettes et enlève le plug de votre cul. Nettoyer votre cul en ne laissant pas de tâches sur votre fuseau, puis vous nettoyez le plug et le léchez. Vous revenez ici en marchant très calmement et vous laissez les clients du restaurant vous regarder.
Dès qu’elle a eu le dos tourné, je mis la télécommande à fond, elle a tellement tressauté qu’elle a dû se soutenir sur un fauteuil en penchant sa poitrine sur la tête d’un client qui a profité pour lui tenir la poitrine d’une main et de l’autre lui caresser les fesses en s’assurant qu’elle était bien. Elle continua son chemin et Une fois rentrée aux toilettes, je remis la télécommande à fond. J’ai remarqué que trois femmes ont suivi Chantal mais je n’étais pas sûr si c’était une coïncidence ou une féminine à son encontre du fait de ce qu’elles avaient pu manger. J’ai maintenu la boule à son maximum pendant tout le temps où Chantal était à l’intérieur.
Finalement elle sort le visage rouge et défait, des traces de liquide paraissant sur son fuseau au niveau de sa chatte, marchant en petits pas pour garder son équilibre. Sentant sa détresse j’arrête la boule totalement mais elle ne change pas de rythme. La salle en entier n’avait d’yeux que pour elle et je remarquais certains hommes qui se caressaient la bite alors que certaines femmes se caressaient carrément la chatte.
Son parcours du combattant, Chantal s’assit devant moi, but une bonne gorgée et prit le temps de calmer son souffle.
Fx : Qu’est ce qui s’est passé avec toi aux toilettes ?
C : Après avoir failli tomber à cause de vous et de votre bidule, 3 femmes m’ont suivi aux toilettes pour soi-disant avoir de mes nouvelles et savoir si j’étais bien et elles m’ont entouré l’une s’occupant de mes seins, la deuxième de mon derrière et la troisième de mon vagin.
J’étais très vite complétement nue, je me suis sentie carrément violée par des femmes. Je n’avais pas encore eu de temps d’enlever le bidule de mon anus qu’une d’elles a commencé à le faire rentrer et sortir assez fort et j’ai sente une sorte de jouissance mais différente, c’est peut-être la conjugaison des actions des trois. Celle qui s’occupait de mon vagin s’est agenouillée devant moi en jouant avec les bidules et en me léchant très fort, je n’ai même pas du m’empêcher de pisser très fort sur le visage de la dame qui paraissait très contente et m’en a félicité je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Elles m’ont rhabillé et me voici. Je n’ai même pas pu enlever le bidule de mon derrière et ça me fait mal surtout après le traitement de la dame.
Fx : II n’y a plus de bidules qui comptent, tu les appelles par leurs noms respectifs. Ton sexe s’appelle “Chate” ou « foufoune » et ton derrière s’appelle « cul » et ton anus « trou de cul ». Est-ce compris c’est la dernière fois que je te fais ces remarques.

Sur ce, les serveurs commencèrent à nous servir notre repas. Je dis à Chantal que nous allons remettre notre discussion à demain dans les mêmes conditions pour apprécier le repas. Elle approuva de suite.

Au fur et à mesure de l’avancement du repas je la sentais devenir de plus en plus excitée et elle ne tenait pas en place. Quand je sentais la tension augmenter, Je lui donnais un petit coup de pouce en mettant en marche la boule tous pour autant l’amener à un point de non retour.
Je remarquais que l’entrée aux toilettes était très fréquentée soit individuellement soit en groupe. Je présumai que les toilettes devaient être la scène d’activités sexuelles dues aux effets de la nourriture. Je trouvais cela très amusant. En racontant à Chantal elle eut presque une syncope en se rappelant ce qui passé avec celle tantôt.
Et en parlant du loup, voilà que les 3 femmes s’approchent de Chantal et lui donnent un bout de papier avec 3 prénoms et 3 numéros de téléphone en lui disant qu’elles avaient envie de la revoir et que si elle le désirait elle n’avait qu’appeler d’une ou l’autre ou les 3 en même temps. Elle ne répondit pas.
Noua avons terminé notre diner et sommes rentrés à la maison. Elle me demanda si elle pouvait dormir avec moi au lieu de dormir seule. Elle rentra se déshabilla et enleva le plug et les boules, les nettoya et les lécha. C’était devenu un rituel de sa part.
A peine avoir posé sa tête sur l’oreiller elle s’endormit.
Je la contemplais et pensait à tous les évènements de la journée qui a été fatigante à tous les niveaux.
Elle se tourna, me serra entre ses bras et je m’endormis de suite.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire