Histoires de sexe viol Histoires érotiques couples amateurs Histoires porno

Le retour de Chine du père d’Êri

Le retour de Chine du père d’Êri



Le retour de Chine de Gerge

On se retrouve dans la maison de maître appartenant à Georges, ou Lipanski a pris très au sérieux son rôle de
maîtresse de maison en recevant Yvette et Éric.
Après un repas typiquement cantonnais préparé par Lipanski avec quelques conseils de Chang, le médecin que
Georges a ramené également de Chine, ils se retrouvent tous sur la terrasse au soleil.

– Nous voila tous réunis, annonce Georges, mais avec un curieux mélange matrimonial. Eric vit
maritalement avec sa mère, mon épouse et moi je suis rentré de Chine avec Lipanski qui est officiellement son
épouse. Mais que ceci ne m’empêche pas de vous présenter Chang qui m’a rendu à la vie.
– Chers amis et amies, je vous assure de la très grande joie de vous trouver en France, pays de la liberté et
je ferai tout ce que je peux pour vous exprimer ma reconnaissance, dit Chang avec son gracieux accent chinois.
Lipanski :
– Je suis très honorée de servir de concubine à George, il m’a tiré d’un très mauvais pas en Chine et toute
ma reconnaissance lui est acquise.
– Il y a cependant un petit hic pour le moment, comme dit papa, je vis maritalement avec Yvette et je n’ai
pas envie de changer.

Chang qui est un vieux sage chinois, voyant le ton un peu monter, se permet d’intervenir :

– Mes amis, permettez moi de vous suggérer de faire à 4 un peu plus connaissance intime, je ne sais si ceci
se pratique, mais cela aplanira bien les différents qui peuvent surgir.

Les 4 sont tout d’abord un peu surpris par cette proposition un peu hors des habitudes dans une France encore
bien catho avec des habitudes encore bien conservatrices, mais finalement Gorge :

– C’est la meilleure solution, on est tous adultes et le quand dira-t-on, la morale chrétienne etc on en a rien
à foutre. Pourquoi pas le faire dès ce soir ? Je propose qu’on se retrouve les 4 dans ma chambre qu’Yvette connaît
bien.
– Et moi, dit Chang avec un petit sourire en coin
– Il me semble que tu as un traitement spécial à faire à José notre gouvernante, elle m’a dit que tu allais lui
rééquilibrer ses chakras.
– Je plaisantais seulement, vous aurez déjà bien assez à faire entre vous pour accorder vos violons sans que
j’amène mon Suŏnà [URL][/URL] pour apporter une fausse note.

Les 4 coquins se retrouvent le soir dans la chambre nuptiale de Georges, devant un grand lit à baldaquin. (on ne
fait pas les choses à moitié dans la famille)
Avant de commencer, j’aimerai vous montrer quelque chose qui vous surprendra et elle les entraîne vers
la chambre de Chang. Là, elle pousse doucement la porte et on peut voir la brave Josée, intégralement nue, couchée sur une table couverte d’une nappe blanche écrue.
A ces coté, on peut voir Chang qui mène une sorte de ballet chinois sur le dos de Josée, passant d’une ligne d’énergie à une autre avec une très grande dextérité et sur la table, Josée couine comme une chatte en chaleur et de son sexe des torrents de cyprine s’écoulent.
Finalement Chang arrête son massage, lui aide à se relever, se déshabille et se met en position de lotus avec son sexe en parfaite érection. Sa bite est assez bizarre, très longue, mais relativement fine et couronnée par un gland qui dépasse largement le faisant ressembler à un champignon. Il fait signe à Josée :

– Viens Josée, rend hommage à ce qui va te faire encore plus plaisir.
– C’est possible? maître, je n’ai jamais connu un tel embrassement de mon être.
– Approche-toi.

Assise sur ses fesses, elle s’approche de ce gland qui la captive, finalement elle réussit à poser son cul à
proximité et à s’embrocher dessus et là, les deux restent semble-t-il immobiles, mais progressivement on voit que
Josée commence à couiner comme jamais on l’a entendu couiner et toujours Chang semble parfaitement
immobile.

– Ce que vous voyez là, c’est du tantrisme de très haut niveau, Chang arrive à animer son sexe à l’intérieur
du vagin de Josée et probablement il est en train de lui masser avec son gland, ce qu’ici on appelle le point G,
précise Lipanski.

Yvette :
– A voir, je crois que je commence à ressentir certaines douleurs dans le bas du dos qu’il serait bon aussi de
rééquilibrer
Eric :
– Maman !
– Si on passait aux choses sérieuses, mais d’abord, tous au jacuzzi, le dernier arrivé fait minette aux autres.
Dit Georges, en se précipitant dans le corridor, mais en chemin, il s’encouble (trébuche en français) et de ce fait
arrive bon dernier.

Après avoir fait un minimum d’ablutions, les trois autres se mettent au bord du jacuzzi et criant :

– La minette, la minette.
– Bon je commence par Lipanski qui vient d’arriver dans la famille et qui a donc la priorité, déclare
Georges en lui écartant bien les jambes et sans autre préliminaire pose ses lèvres sur le petit ticket de métro qui
orne ce sexe venu d’un autre monde.
– Même après le passage dans l’eau, c’est très goûteux ton minou, Lipanski, précise George en passant et
repassant sa langue sur ces lèvres bien gonflées. Mais maintenant, je vais passer à Yvette.
– Si je me souviens bien, c’est à ceci que tu t’es montré sous ton meilleur jour, même avant ta panne de
canalisation. Rétorque Yvette en écartant bien large son entre-jambe et présentant sa motte flamboyante d’un
roux soutenu.

Après quelques massages de type cunilingus et anulingus,

Georges :
– Je reconnais bien ce petit goût de reviens-y. Cela me rappelle de bons souvenirs.
Les 2 femmes :
– Maintenant, c’est le tour d’Éric !
– Comment faire une minette quand il n’y a pas de cons à lécher.
– La pipe majestueuse, répliquent-elles

Un peu gêné, Éric présente son dard à moitié dressé devant la bouche de son père qui est bien obligé de le
prendre en bouche :

– C’est la première fois que je prends une bite en bouche, mais je suis surpris agréablement, le goût n’est
pas mauvais, mesdames, je vous recommande cette saucisse de Francfort.
– J’ai pas attendu tes recommandations, déclare Yvette d’un petit air mutin. Mais finalement comment va-ton
s’organiser.
– Je suggérerai que l’on fasse une sorte de poker et les deux gagnants proposent un gage aux deux perdants.

Le principe est adopté et sur le premier jeu, c’est Georges et Yvette qui sont gagants.

– Je proposerai que Éric fasse une minette à Lipanski déclare George
– et pourquoi pas le contraire fait Yvette.
– Bon alors on va leurs recommander le 69, mais sans les doigts.

Les deux jeunes se mettent en position, mais Lipanski n’est pas habituée à ce genre d’exercice et ce n’est
vraiment pas la joie pour Éric.

– Yvette, montre lui sur papa, comment on pratique la fellation, sinon, j’ai peur d’être estropié.
– On va le faire en parallèle, regarde bien Lipanski. Et fais la même chose que je fais sur George
– Tu commences par mettre ta langue en pointe et tu la place sur le sommet du sexe de l’homme comme
cela et tu fais comme si tu voulais la planter dedans.

Obéissante, Lipanski pointe sa langue vers le dard d’Eric qui se paie une belle érection en voyant cette jeune
femme lui manipuler la queue.
– Très bien, tu as bien compris. Maintenant, tu prends tout le gland en bouche et avec la langue, tu caresses
toute la surface pour finir entre le gland et la tige que tu lèches amoureusement, mais fais bien attention de ne
pas utiliser tes dents, c’est assez désagréable.
– Voila, c’est bien, maintenant, tu descends le long du tronc en laissant ta langue bien tirée et tu vas
jusqu’aux boules qui sont en dessous, comme cela et là, selon ton humeur, tu les prends dans ta bouche pour les
malaxer ou simplement les lécher. Tu peux continuer un peu plus bas, mais c’est une autre leçon en direction de
l’anus.
– George, dis moi, c’est bien comme je le fais ?
– Oui, je pense que maintenant, vous pouvez faire votre gage sans problème.

Ils se remettent en 69 et cette fois, profitant des explications, Lipanski s’acharne sur cette belle tige qu’elle a
envie de faire pleurer.
Éric essaye de se retenir, mais Lipanski a si bien appris sa leçon qu’il lui envoie tout son foutre dans la gorge.
Curieuse de cette expérience qui a l’air d’être courante ici, elle déguste lentement cette crème avec un goût un
peu acre pendant que Éric essaye de la faire grimper aux rideaux. Il a beau s’acharner, mais il n’arrive pas à la
faire décoller. Finalement, il déclare forfait qu’il n’a pas réussi à lui faire partir un orgasme.
Il se dit, “décidément, il faudra que je prenne des cours particuliers avec Chang,”
Ils se remettent au jeu et cette fois, c’est les deux hommes qui gagnent.De manière un peu perverse, ils décident qu’elles devront s’aimer en lesbiennes.

Lipanski :
– Je suis curieuse, jusqu’à maintenant, je n’ai connu que des femmes chinoises et je me réjouis de goûter ta
forêt rousse, mais elle commence d’abord à lui malaxer ses seins qui sont beaucoup plus gros que les siens et elle
att**** un bourgeon en bouche qu’elle suce avec délice. J’aime bien ton odeur de ta peau et surtout de tes
aisselles, c’est un mélange d’épices qui m’enchante de poivré à vinaigré et continuant son exploration, elle
commence à picorer le clitoris d’Yvette avant de descendre plus bas. Tes lèvres d’en bas sont également
délicieuses. J’aime vraiment beaucoup ton goût.
– Moi aussi c’est la première fois que je le fais avec une femme et en plus une chinoise, dit Yvette en se
pourléchant les lèvres lorsqu’elle commence à lui lécher délicatement les seins, ce qui commence à exciter
sérieusement Lipanski, maintenant, j’ai bien envie de déguster ton huître pour te connaître plus intimement.
– Oui, mais fais attention à ne pas mordre mon petit bouton, c’est pas un Carambar, mais traite le comme si
c’était un Nice crème, seulement avec la langue.

Mais Yvette en femme très sensuelle a vite compris comment faire grimper Lipanski aux rideaux, pas comme
Éric et deux secousses telluriques plus tard, le jeux de poker reprend et cette fois, ce sont les femmes qui
gagnent et on sent un petit air de revanche qui plane.

– Nos chers hommes, nous supposons que vous vous imaginez bien ce qui vous attend ! Vous allez vous
livrez à une petite partie homosexuelle, déclarent-elles
– Vous ne pouvez pas nous demander cela riposte Éric dans sa fierté de jeune coq.
– Et pourquoi non lui rétorque Yvette toute émoustillée à l’idée de voir ses 2 hommes se tripoter, vous ne
vous êtes pas posé de question pour Lipan et moi! À vos langues mes chéris.

Est-ce que ces deux mâles vont se compromettre en jouant aux folles (sans cage)? Vous le saurez peut-être au prochain numéros, si les sondages ont favorables.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire