Histoires de baise Histoires de sexe gratuites

Candaulisme débutant

Candaulisme débutant



J’ai 59 ans et en couple depuis quelques semaines avec ma secrétaire, Stéphanie, 33 ans deux enfants et plantée par son mari qui nous a surpris a flirter. Son couple depuis quelques temps bâtait de l ‘aile.
Nos rapports sont un peu sauvage, elle aime les simulations de viol, les mots crus, et les fessée pendant.
Très rapidement, j’ai compris que je ne la satisfaisais pas et d’un commun accord on a décidé d’inviter un complice dans notre lit.
Son seul désir, un black, son fantasme ultime.
Je lui ai donc fait une surprise, je l’ai attachée au lit, mains et pieds, yeux bandés et fait entrer un jeune black avec qui j’avais convenu la réalisation de mon cocufiage.
Stéphanie, nue sur le lit a été surprise des caresses des quatre mains , puis de la puissante pénétration d’une belle tige, longue et épaisse.
Je filmais et notre complice avait ordre de rester incognito, la baiser sans parler.
Stéphanie jouissait bruyamment, et notre black a giclé deux fois dans sa bouche puis dans son minou sans débander, puis départ nous laissant seuls.
J’ai eu droit à une fellation de remerciement, et je n’ai montré la vidéo que bien plus tard.
A chacun de nos rapport, elle fantasmait sur cette soirée , nous avons donc décidé de sortir en boite échangiste où elle se faisait brancher sur la piste de danse, quelques fois baiser devant moi et  d’autres clients.
Mais je sentais que cela ne lui suffisait plus, nous avons donc décidé de passer une semaine en appartement de location au Cap d’Agde dans la zone naturiste.
Dès le premier soir sortie au Glamour, avec une tenue sexy, minijupe, caraco minimaliste, talons hauts et pas de sous vêtement.
Elle a eu du succès sur la piste, palpée de partout, doigtée embrassée mais pas baisée, quant une dame nous rejoint et nous invite à une soirée privée dans une villa le lendemain. 
Nous y sommes, on nous fait entrer et on nous demande de se mettre nus, et rejoindre le salon où les invités commençaient à se mélanger, cinq couples et dix hommes avec ce qu’il fallait là où il fallait.
Assis sur des poufs Stéphanie entre mes jambes, mâtant une gamine se faire fendre par un gros beur de trente ans son ainé, et le bassin de ma chérie ondulait, au rythme de la caresse de son minou par son voisin.
Un homme demi bandé  se poste devant nous, lui prend la main pour l’aider à se lever, l’embrasse sur la bouche en caressant son petit cul et l’entraine dans une chambre en refusant ma présence.
Trente minutes à fantasmer de mon coté, puis son amant sort et m’invite à rejoindre ma chérie qu’il appelle “chaudasse” et qu’il nous envoyait quelqu’un.
Je me couche à ses cotés, l’embrasse et lui fait remarquer que sa bouche avait goût au sperme, quant un jeune black entre, elle sur moi, fesses à l’air, il lui présente sa bite, et de par notre position, moi sur le dos, elle au dessus, j’ai eu droit à la vision de la fellation d’un sexe énorme et  ses bourses sur mon visage;
Puis pénétration, gémissements, défonce, orgasmes, et elle me dit : “il m’encule” moi je ne l’avais jamais fait.
Bref, trente minute de baise, je change de position et me contente de regarder la jouissance de ma chérie.
Le black a giclé deux fois lui remplissant son minou et son rectum, et le jus dégoulinant sur ses cuisses, nous sommes allé nous restaurer et réhydrater. La soirée n’est pas finie, sur les matelas de salon, nos deux amants ont repris Stéphanie, un devant, l’autre derrière, en double sous les encouragements des autres invités.
Douche, retour à l’appartement où je n’ai que le droit de me branler, et le lendemain, brunch sur notre balcon, nus tous les deux avec notre voisin d’appartement, quand la sonnette retenti et ma chérie fait entrer le black, un immigré, elle lui avait donné notre adresse.
Il est resté avec nous la semaine, baise le matin puis à la sieste , et deux fois le soir où, avec le voisin nous les mâtons par la fenêtre de la chambre donnant sur le balcon puisqu’ils désiraient rester seuls.
Le dernier soir, ils sont sortis tous les deux, jusqu’au dortoir ou vivait notre black, il l’a donc présentée et offert à ses congénères, quand j’ai demandé à Stéphanie combien l’avaient baisée, elle me répondit qu’elle avait arrêté de compter à cinq. 
Belles vacances, après ses exploits, son minou bien dilaté me faisait l’impression de flotter, et depuis nous rencontrons le plus souvent en weekends de beaux blacks, il parait que mon comportement, mater ou les écouter est du candaulisme. Effectivement je suis énormément excité quand elle est dans les bras d’autres amants, et que nos amis et connaissances m’en font la remarque moqueuse.
Maintenant, mon fantasme et le sien, un amant régulier qui vivrait avec nous, j’ai d’ailleurs demandé à recueillir un immigré en permanence chez nous.  

 

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire