Histoires de baise Histoires de sexe lesbiennes

Comment je suis devenu vraiment moi (suite 3)

Comment je suis devenu vraiment moi (suite 3)



Trois jours plus tard, Marc et moi avions rendez-vous chez moi dans l’après-midi.
Nous avions la maison libre puisque mes parents étaient au travail. Je proposai à Marc de quoi se rafraîchir avant d’aller à la piscine. Après cette boisson, nous sortîmes par derrière pour rejoindre ma piscine. On passa un bon moment a parler, jouer à la balle dans l’eau, quand je décidai de passer à l’action. Je sorti de la piscine en disant a Marc d’en profiter encore pendant que je me changerai. Je me sécha et monta dans la chambre de ma mère pour m’habiller en ma vraie moi. J’attrapa un string noir, une robe d’été puis alla à la salle de bain m’habiller et me maquiller.
En sortant je le vis couché sur un transat en train de sécher au soleil.
– Woua, tu es de plus en plus belle, remarqua t-il en me voyant sortir, et que me vaut l’honneur de te voir belle comme ça ?
– Merci, lui répondis-je en rougissant, j’ai envi de toi Marc, envi de sexe.
– Eh bien… je commence a croire que tu ne m’a pas invité juste pour profiter de la piscine, n’est ce pas ?
– Oui tu as raison.
Je m’approche de lui, baisse son maillot délivrant ainsi son début d’érection.
– Je te fais de l’effet apparemment,
– Evidement ! Une jolie comme toi ferais de l’effet à tous les hommes !
– Tu le penses vraiment, lui dis-je avant de le prendre en bouche.

Je jouai avec son gland, sa tige, ses boules, lorsqu’il commença à me caresser les fesses, la raie puis commença à me titiller la rondelle, je gémis sous cette caresse. J’attrapa le lubrifiant, et demanda à Marc de me doigter. Il baissa mon string et enduisit mon trou de ce liquide froid puis enfonça un, puis deux doigts, ce moment restera gravé dans ma mémoire, il me mis à quatre pattes sur le transat, et posa son gland à l’entrée de mon intimité.

Il poussa doucement, le gland passa sans difficultés (faut dire que je me doigtais régulièrement), il ressortit pour rentrer plus loin puis s’enfonça entièrement. Il resta quelques secondes sans bouger, que je me fasse à cette intrusion et commença enfin les vas et viens. Je prenais un plaisir fou, gémissant comme jamais. Il me sodomisa un moment, en levrette puis moi sur le dos mes jambes sur ses épaules, et pour finir il se mit sur le dos pour que je puisse m’empaler sur son sexe. Cette position fut la dernière, trop existée je jouis sans me toucher, et ce fut une jouissance d’une puissance incroyable, j’ai éjaculé sur le ventre de mon homme, il en avait partout. Marc jouis juste après moi, il lâcha toute sa semence en moi. Je le sentais me remplir, c’était divin.

– J’adore ton cul Julie, tu me fais jouir comme jamais, me dis Marc
– Ton pieu est pas mal aussi, le complimentais-je
– Tu m’en mis partout, remarqua t-il
– Oui j’ai jouis partout, viens, allons a la douche nous laver.
Nous montâmes dans la salle de bain pour nous laver, ensemble dans la douche je ne pu m’empêcher de le sucer, il jouit une deuxième fois et j’avalai tout. Une fois la douche fini, Marc du rentrer chez lui, me promettant que l’on recommencerai.

Je rangea les vêtements de ma mère puis me coucha dans mon lit, satisfaite de cet après-midi, heureuse d’avoir passé ce cap. J’était enfin femme.
Enfin c’est ce que je croyais…

A Suivre…