Histoires de sexe en français Histoires de sexe mobiles

Mon désir pour ma mère (7)

Mon désir pour ma mère (7)



J’allais me prendre une douche après le petit déjeuner. Ma mère en fit ensuite autant. Je restais à la salle de bain, à la regarder se laver, nue, face à moi. Elle ne fit aucune remarque ; et je me mis ensuite à ranger un peu les affaires dans l’appartement. Ma mère me rejoint après s’être séchée, vétue d’un pantalon de jogging et d’un t-shirt. Je pensais qu’elle aurait voulu faire des courses, mais compte tenu de ses vêtements, j’avais compris qu’elle préférait rester à la maison.
– Ca fait longtemps que l’on n’a pas fait le ménage, fit-elle, en allant chercher les produits d’entretien dans un placard de la cuisine.
– J’aimerai que tu ranges un peu mon coin du clic clac, si ça ne te gene pas. Je pense qu’on peut le plier maintenant, non ?
Ma mère me regarda.
– On gagnera de la place.
Implicitement, j’étais en train d’annoncer à ma mère que je comptais dormir dans son lit tous les soirs à présent.
– On le dépliera si du monde doit venir à la maison, répondit-elle. Je ne veux pas que des gens se posent de question.
Je ne répondis pas. J’étais d’accord, si cela pouvait la rassurer. Que personne ne se pose de question. Mais bon, de toute manière, depuis que nous habitions ici, nous n’avions invité personne. Et personne n’était venu nous voir.
Je pris quelques chemises et pantalons, et me dirigeais vers la chambre de ma mère.
– Je vais mettre mes affaires dans ta penderie, à coté des tiennes.
Ma mère ne répondit pas, et commençait à s’activer autour du clic clac. Elle retira les draps et la couverture. Elle remarqua deux culottes à elle, une noire et une mauve, en dentelles, qui étaient restées secretement dans mon lit. Elle se baissa pour les ramasser. Elle nota de suite les traces de sperme séchées à l’interieur. De deux doigts, elle les posa sur une chaise, puis prit mes draps pour les mettre dans la machine à laver. Je continuais mes allées et venues, apportant d’autres affaires dans la chambre de ma mère. Elle replia le clic clac, et découvrit en dessous trois autres culottes, couvertes de sperme également, ainsi que des photos d’elle en maillot de bain, sur des plages où nous avions passé des vacances, il y a quelques années. Elle vit également un magasine porno qui trainait, à moitié ouvert. Elle ramassa le tout, qu’elle posa sur la chaise, et jeta le magasine à la poubelle.
Elle prit ensuite le tas de culottes dans sa main, et marcha vers la cuisine. Elle chercha un produit dans le placard, en sortit de la lessive spéciale pour le lavage à main, et mit l’eau à couler. Je m’approchais. Comme ma mère avait posé les culottes en tas sur le coté de l’évier, je les étalais une à une, les exposant bien. Je montrais la culotte mauve, avec des dentelles noires à ma mère, l’ouvrant bien pour montrer les taches au centre.
– Celle-ci maman, je l’ai utilisé souvent pour me branler…
– J’espere que ça va partir.
– Ce sont des traces de mon amour…
– C’est sal, cheri…
Elle prit une culotte, la jeta dans l’eau chaude, et commença à frotter un peu. J’allais prendre les photos que ma mère avait retrouvé, et je me rapprochais à nouveau d’elle.
– Maman, tu l’as toujours ce maillot ?
Ma mère jeta un oeil et répondit :
– Oui, je crois.
– Tu peux vérifier ?
Ma mère hocha la tête, et voyant que j’attendais, sortit ses mains de l’eau, se les sécha rapidement, et alla dans sa chambre. Je la suivis. Elle vit que je n’avais pas perdu de temps, et installé pas mal d’affaires dans son placard et sa penderie. Elle ouvrit quelques tiroirs, et ressortit au bout de quelques instants son maillot bleu deux pièces, qu’elle portait sur la photo.
– Oui, je l’ai, fit-elle simplement.
– Mets le, s’il te plait.
Ma mère me regarda avec étonnement. Mon regard était insistant. Au fond de moi, j’étais particulierement excité. J’avais tellement fantasmé sur ces photos de ma mère en maillot, je revais de la voir le porter à nouveau. Ces photos devaient avoir trois ans, et je me branlais regulierement, le soir, en les regardant.
Je sortis un instant car mon téléphone s’était mis à sonner. Mon père qui appellait. Je ne répondit pas. Il me laissera un message. Ma mère me suivit peu après, toujours en jogging.
– Maman, s’il te plait…
– Non, mais, dis moi simplement pourquoi.
– Ce sont mes premiers émois pour toi, maman… Quand je t’ai vu dans ce maillot de bain. C’est la premiere fois que j’ai vraiment fait attention à tes formes. Et que mon regard a un peu changé pour toi…
– Et tu veux que je le mette maintenant ?
– Oui maman, et surtout reste naturelle, comme si tu ignorais à quel point ça va m’exciter de te voir comme ça…
Ma mère sembla reflechir un moment, fit la moue, puis alla dans sa chambre. Je commençais à passer l’aspirateur, quand elle revint, simplement vétue de son maillot deux pièces. Ca lui mettait vraiment les seins en valeur, ainsi que ses hanches.
– Je vais te laver tes culottes maman… et tu vas me sucer…
Je m’approchais de lévier, et je refis couler de l’eau chaude. Je pris une culotte dans ma main et me mit à frotter. Je regardais ma mère, qui arriva doucement, me regarda un instant m’occuper de sa lingerie. Je voyais qu’elle était mal à l’aise.
– Maman… J’ai tapé au fond de ta chatte…
Ma mère fut encore un peu plus génée par ces mots crus. Elle marmonna :
– Je ne suis pas certaine de savoir bien faire…
– Fais le juste avec amour.
Ma mère s’agenouilla, tandis que je sortais mon sexe gonflé de mon caleçon. Elle engouffra mon gland dans sa bouche, doucement, et se mit à aller et venir, très doucement, un peu maladroitement au début, mais prit rapidement de l’assurance. Je compris que je ne tiendrais pas longtemps. Je lachais les culottes et me tournait bien face à ma mère. Elle me suça plus vite.
– Oh maman, je… je…
Je ne pus terminer ma phrase, je crachais trois gros jets de sperme dans la bouche de ma mère, qui avala direct. J’en fus scié. Je pense qu’elle s’est retrouvée surprise et ne sachant quoi faire et ne voulait pas garder cela en bouche, elle a prit cette décision.
– Ca va, je peux remettre mon jogging ? j’ai un peu froid, murmura t-elle.
– Maman, tu as réalisé un fantasme là…
– J’ai vu que ça t’a fait de l’effet…
Je regardais ma mère retourner dans la chambre. Mes yeux restés rivés sur son cul.
Sodomiser sa propre mère, voilà quelque chose qui ne sera pas anodin…