Histoires de sexe en français Premières histoires de sexe

Parcours de vie d’un couple ou 1er pas vers l

Parcours de vie d’un couple ou 1er pas vers l



Parcours de vie d’un couple ou ce qui nous a emmené dans nos premiers pas vers le libertinage.

10 ans en arrière il l’a connu douce, fragile, avec une très nette fascination pour les femmes, rêvant de sentir une petite langue toute fine venir caresser son clito, tétant avec gourmandise les seins de ses amies, fantasmant de leurs bouches joliment rehausser d’un beau rouge à lèvre rose pendant qu’un certain nombre d’homme s’évertué à la faire gémir de plaisir sans distinguer ce besoin obsessionnelle de goûter à un sexe identique au sien.
Il la découvrit ainsi douce et dévouée. rêveuse et gourmande.
Heureux de constater qu’elle n’avait comme seule et unique autre envie que celui de goûter au sexe féminin; comme lassé des hommes, lassé de leurs gestes tellement identiques, de leurs assauts si prévisibles. Il lui offrit sa bouche durant de longues heures l’enfonçant toujours plus dans la dépendance qu’elle éprouvait à son égard. Lui prodiguant des milliers de caresses, explorant son corps avec douceur.
La sentant acquise il affirma ses gestes, resserrant ses doigts dans les cheveux de sa belle offerte et maintenant soumise à sa volonté. Surpris mais satisfait de l’a sentir avalé tout son sperme des leur première rencontre il ne cessé de lui offrir soit en lui fessant avalé soit en souillant son doux visage, son ventre, ses fesses et bien d’autre zone de son corps à chaque fois qu’il le désiré.
Il claquait ses fesses pour les faire rougir tout en prenant soin de les caresser entre deux assauts afin de les faire frissonner d’envie et de crainte. Bien que de penser à celle qui fessait battre son corps et durcir sa queue s’étant déjà adonné à toutes ses expériences lui torturé l’esprit il était parfaitement satisfait de voir qu’elle n’y pensait plus du tout depuis le jour ou elle s’était abandonné dans ses bras.
Pourtant ces pensées ne le quittaient pas. Elles l’envahissait et la jalousie fessait rage dans son corps et de son âme. Il l’imaginait parfaitement bien à genoux son joli regard de petite chienne docile plonger dans celui d’un autre homme satisfait attendant que celui-ci vienne frotter son gland sur ses douces lèvres légèrement pulpeuses et maquillées de rose. Il se dessinait intérieurement les courbes de sa femme saisi par des mains ferment et directrices d’hommes en rûtes. Ses images le hantait se bousculant dans son crâne ne lui laissant plus aucun répis, devenant une véritable obsession, lui fessant péter les plombs.
Les mois passèrent, les années, les images ne s’effaçaient pas. Il ne pouvait cessé d’imaginer sa femme dans ses postures, l’esprit tourmenté pendant des nuits entières, il se surpris à se caresser la queue en imaginant comme sa femme devait être parfaite prise en levrette par ces hommes. Comme elle devait être magnifique ainsi essoufflée, nue, souriante la main d’un autre agrippée dans ses cheveux décoiffés. L’imaginant à quatre pattes subissant la toute première exploration de son joli cul tout rond par le sexe démesuré d’un black bien chanceux il ne pouvait plus s’empêcher de se branler.
Toutes ses pensées, toutes ses envies était depuis longtemps toutes destinées à sa femme. Il aimait l’entendre gémir et repensé de plus en plus à son minou si doux, si fin lors de leur première rencontre. Bientôt un souvenir lui apparaissait. Son minou si doux, si fin il s’en souvenait parfaitement mais il se souvenait aussi avoir pu glisser si facilement plusieurs de ses doigts à l’intérieure de cette jolie jeune fille trempée et frémissante subjugué par son regard profond de mauvais garçon. Son petit minou bien large ne laissé aucun doute sur les activités qu’elle avait pu pratiquer peut de temps avant de le connaitre.
Aussi eu-t-il terriblement envie malgré lui de venir à nouveau glisser sa langue dans se vagin ouvert et élargit comme la toute première fois ou il l’avait déguster. Il fantasma également d’entendre sa belle étouffer ses râlement la bouche remplit pendant qu’il la prendrait.
Durant cette même période il emmena sa femme en vacances loin de tout leur quotidien. Le sexe, passion commune serait bien entendu de la partie et pour la première fois il avoua à sa femme ses pensées, ses obsessions et ses fantasmes. Il fut surpris de constater qu’avec cette simple conversation il réveilla chez sa femme des envies qu’il n’aurait pu imaginer. Aussi fut-il abasourdi de la voir réagir directement à cette conversation de manière obsessionnelle.
L’image de la gentille jeune fille aux tendances lesbiennes était loin maintenant. Il comprit vite que désormais son fantasme absolu était de s’adonné à une sorte de libertinage où la jalousie prenait tout son sens et toute son importance. Il crispa ses mâchoires en entendant son amour lui expliqué durant de nombreuses soirées toutes ses expériences passées et celles qu’elle souhaitait vivre maintenant. Il constata que sa femme éprouvait un plaisir certain à la vue de ses expressions d’extrême jalousie que lui provoqué ces récits.
Bientôt il comprit que cette idée ne quitterai plus sa femme, et lui assura qu’un jour par amour il lui offrirait ce qu’elle souhaitait selon ses limites à lui. A nouveau les mois passèrent, les années, sa femme ne changeait pas d’idées et de nouvelles vacances loin de leur réalité projetaient déjà des possibilités qu’il n’était pas certain de pouvoir tenir. Cependant il la savait très persuasive étant donné qu’il ne pouvait jamais lui résister. Ce fantasme était aussi devenu un peu le sien.
Oui il l’imaginait, offerte à lui sagement il l’aurait peut-être partagé à d’autres hommes se délectant de sa timidité et de sa dévotion à son égard, réalisant ses volontés en restant docilement attaché à ses règles. Néanmoins il savait également sa passion pour le sexe, son naturel ouvert à ces expériences, son envie débordante qu’elle arrivait de moins en moins à contenir. Pourtant leur première expérience libertine lui semblait écrite d’avance. Certainement qu’au dernier instant elle n’oserai pas, qu’il la pousserait un peu ou finirai par la contraindre délicatement à se donner sous ses ordres.
Les vacances arrivèrent, les nuits blanches sur la plage à fantasmer de jeux interdits s’accumulèrent. L’échéance semblait se rapprochait. Il contemplait l’excitation chez sa douce et cela lui plaisait terriblement. Il découvrit sa femme sous un nouveau jour. Plus coquine que jamais, affamée et impatiente. Elle portait souvent de jolies bodys de dentelle sous sa robe noir qui le fessait brûler d’envie. Ses lèvres teintent de rouge l’enivrés. Leurs soirées seul à seul loin de tout les galvanisés.
Il la regardait se mouvoir dans sa petite robe remontée au ras de ses fesses devant le regard de tout ceux qui avait,à son avis la chance d’être présent cette nuit là. La nuit s’installa encore plus, bientôt rejoint par tout ce monde il voyait sa femme resplendir et jouer avec d’autres femmes sans jamais franchir le pas qu’il aurait accueillis avec délice. Il la regarda retiré sa robe devant tout le monde et à son étonnement il éprouva aucune jalousie, il la trouva tellement belle et se félicita de l’avoir choisi autrefois. Fier il la laissa s’amuser et se montrer ainsi sachant son attrait pour l’exhibitionnisme. La nuit s’enfonça encore plus et bientôt la plage devint presque déserte, les autres commençaient à partir et finalement il se retrouva seul avec sa femme et un homme qui était encore là. Tout deux continuèrent à parler ensemble pendant qu’il dévorait du regard sa bien aimée la voyant le fixer en se mordillant sa lèvre inférieure. Il s’approcha et s’installe au près d’elle, adossé contre le poste de secours. Il commença à l’embrassé passionnément, plus rien n’existait autour. Elle avait remplit tout l’espace dans sa tête. Un instant plus tard l’autre homme s’assit à côté d’eux, et commença furtivement à caresser les fesses rebondit de la femme qui ne manquait pas de gémir contre les lèvres de son mari.
Il était toujours obnubilé par le baiser de son épouse et ne remarqua rien, ni les caresses, ni les paroles que l’autre homme glissait à sa femme, il ne remarqua pas non plus quand celui-ci glissa sa main jusqu’au minou déjà trempée de la belle et y introduit directement deux de ses doigts en commençant directement à les agités pour sentir sa mouille coulée sur sa main. Il ne remarqua toujours pas quand l’autre enfonça tout aussi naturellement son doigt recouvert de la mouille toute chaude de sa beauté au plus profond de son cul tendu en arrière. Il ne réagit même pas quand celle-ci lui fit remarqué. Il vit seulement son sourie satisfait et une grande avidité envahir le regard de sa belle.
Reprenant un peu ses esprits et révélant son côté dominateur, il l’a saisit et l’entraîna sur le côté où il la colla contre le mur du poste de secours, les fesses tendues en arrière, lui offrant une belle fessée devant celui qui venait de la faire mouiller. Voyant l’excitation de son épouse il proposa à l’autre de lui claquer à son tour ses fesses. Il apprécia entendre sa femme réclamé à cet inconnu de taper toujours plus fort et se remplit de fierté en constatant que celui ci restait bouche bée devant une telle gourmandise. Sa femme lui était dévoué, il le savait bien, elle qui n’avait d’yeux que pour lui était pourtant entrain de l’embrasser, coller contre l’autre, la main glisser dans son caleçon.
Cette petite nuit se termina ainsi laissant un gout d’inachevé chez son épouse qui en voulait toujours plus. Un soir, il décida de l’emmené s’amuser encore plus en lui proposant une soirée hors du temps ou elle découvrirai ce qu’elle n’avait jamais vu auparavant. Il l’emmena la ou toutes les envies, toutes les perversions, toutes les folies étaient possible. Il était un peu réservé tout de même et tenta de la retenir mais son sourire ravageur et son petit air de fausse fragile le fit céder, il lui accorda alors cette soirée pour faire ce qu’elle voulait, sans règle, sans limite. Heureuse et satisfaite elle commença doucement à explorer l’endroit, à découvrir les personnes présentent, rapidement elle se retrouva en train d’embrasser une autre femme et de dévoré avec tendresse ses tétons. Il était heureux, peut-être ses envies de mâles lui étaient-elles passé, sa jalousie s’apaisa un instant.
Hors en un rien de temps il se retrouva face à la réalité, cette petite gourmande, sa petite gourmande le suppliant du regard pour qu’il la laisse s’amuser avec d’autres hommes. Il y avait là un black, caressant sa femme, la fessant frémir, quand on lui demanda si on pouvait utilisé la bouche de sa femme il proposa à sa femme de choisir si elle le souhaitait, il l’a vit immédiatement coller sa bouche sur le pantalon de l’autre homme. Elle y glissa sa langue et lorsque l’autre se déshabilla il vit sa femme engouffrer cette queue sans attendre une seconde de plus. Elle enfonçait sa bouche le plus possible comme il lui avait appris auparavant lors des premières gorges profondes qu’il lui avait imposés. Plusieurs hommes se regroupèrent près de son épouse, elle en suçait deux à la fois, passant ainsi d’une queue à l’autre, les mains des hommes caressant ses cheveux en le complimentant sur la beauté de sa femme et sur l’enseignement qu’il lui avait donné. Ne voulant jamais oublié cette image qui rendait son pantalon bien trop serré il s’empressa de la filmé quelques instants en encourageant les autres hommes à bien utilisé sa bouche et à ne pas hésite de combler la langue de sa petite femme de leur foutre qu’elle avalerait avec plaisir ce qui fut immédiatement fait. Il la vit, embrasser d’autres hommes, sucer d’autres verges tendues, branler des sexes qu’elle lui confia trouver énorme.
Il entraîna ensuite sa femme avec lui pour un peu plus d’intimité mais celle-ci était tellement excitée qu’elle ne semblait plus redescendre et tentait par tout les moyens de le convaincre d’aller plus loin. Il lui imposa un répis pour discuté et nota que même là elle continuait de reluqué et de chauffer les autres hommes. Il l’y encouragea et elle joua de ses charmes pour un homme qui la regardé au loin en frottant sa queue. Elle adorait cela et lui disait combien elle était excitée par ce tableau.
L’homme qu’il l’avait autorisé à sucer précédemment fini par les rejoindre et entama la discussion, discussion qu’il compris très vite n’intéressait absolument pas celle qui ne voulait qu’une chose, se faire prendre devant lui. Il voyait sa femme les écoutaient sans aucun intérêt le dévorant du regard, son pied glissant et appuyant contre l’entrejambe de l’autre homme. Il compris qu’elle n’en pouvait plus et qu’elle voulait à tout pris céder à cette tentation. Ils partirent le plus possible à l’écart sur la plage ou des groupes de personnes s’amusaient ici et là. Après avoir trouvé une place à peu près discrète il vit sa femme à genoux devant l’autre, Il lui proposa d’ailleurs de laissé son épouse lui mettre son préservatif ce qu’elle fit en le suçant à nouveau. Elle s’allongea sur le dos, avec un simple tee shirt en protection sous ses fesses. Il senti sa respiration s’accélérer lorsque l’homme se rapprocha d’elle, effleurant son clito avec sa queue bien raide. Il l’entendit gémir quand celui ci la pénétra elle semblait en extase comme transporter ailleurs. Ainsi prise dans ses bras comme elle l’avait si souvent imaginé. Il serra les dents voyant sa femme esquisser des mimiques et se crisper lorsque l’autre s’enfonçait un peu trop profondément dans son minou qu’il savait peu profond par expérience. Il aimait vraiment ce spectacle et bien que cela lui paraissais durer des heures il enregistra profondément la vision si intense qui s’offrait à lui. Il fini à nouveau par lui ordonner d’avaler la semence de l’homme qui venait de la faire jouir.
Le lendemain il ne put s’empêcher d’avoir envie d’elle toute la journée, au réveil il l’emmena se laver et la frotta lui même avec amour. L’après-midi malgré le monde qui se presser tout autour d’eux il ne put s’empêcher de la prendre au beau milieu de la mer. Le soir il embrassa tout son corps jusqu’à ses pieds en lui répétant sans relâche à qu’elle point elle était parfaite et magnifique…