Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe hétéro

Laisse moi te guider

Laisse moi te guider



Si tu te reconnais dans cette histoire saches que je n’ai pas réussi à t’oublier mais je n’ai jamais cherché à te trouver puisque pour moi tu es restée dans ma mémoire et dans mon cœur.
J’ai modifié les noms mais l’histoire est réelle bonne lecture 😉
Tout a commencé pendant les vacances de Pâques. J’avais 18 ans et mes parents avaient décidé d’organiser une croisière. Le bateau était vraiment immense et j’ai tout de suite repéré que tout les bars pour les cocktails étaient au 5ème pont. Les deux premiers jours, mon frère ne m’a pas lâché et mon plan drague à la croisière est vite tombé à l’eau. Le troisième jour, j’ai réussi à le convaincre d’aller à la piscine et d’y attendre les parents. Fier de moi, je suis allé m’asseoir à un bar espérant y rencontrer des jeunes pour discuter et s’amuser, mais je n’ai vu que des jeunes de langue étrangère (italien) dont je ne parlais pas un mot. Du coup, j’ai commencé à discuter en anglais avec le barman. Puis je vois arriver une sublime jeune fille, elle paraît avoir un an de plus que moi, elle semble à son visage être méditerranéenne.
Elle avait de sublimes cheveux bruns qu’elle laissait détachés et il faut le dire, une belle poitrine qui apparaissait sous son t-shirt un peu moulant. A cet instant, je me suis dit qu’avec la chance que j’ai, une fille comme ça devait parler le russe et pas un mot de français.
-I would like this please. (Elle lui montre du doigt un cocktail sur la carte)
Elle parle très mal l’anglais et je sens mes chances se réduire.
-do you want ice with?
Et là j’ai bien cru que mon cœur allait s’arrêter quand elle lui a répondu
-sorry I’m French I don’t understand.
-can you help this young girl please? (Le barman me fait un clin d’œil)
-salut heu, il t’a demandé si tu voulais de la glace dans ton cocktail ?
– a eu yes please. Merci c’est super compliqué de comprendre quand quelqu’un parle anglais, j’ai un peu de mal. Tu t’appelles comment ?
A ce moment-là, j’ai dû être plus rouge que la moquette mais j’ai réussi à parler normalement.
-heu moi ? Heu c’est Jean et toi ?
-Julie, t’es trop drôle tu es tout rouge, tu viens t’asseoir ?
Elle paie son verre et on va s’asseoir sur la banquette pas très loin. On discute un peu et j’apprends qu’elle vient de Nice, a 18 ans aussi et elle est aussi en voyage avec ses parents mais est fille unique donc elle peut se promener sans problème sur le bateau toute la journée.
Elle me dit qu’elle est contente d’avoir trouvé un français avec qui elle a réussi à parler car les autres restent dans leurs coins sur Facebook. On passe la soirée dans ce bar et on se met d’accord pour se revoir demain après le service du soir.
Le soir suivant tout en haut du bateau dans un endroit tranquille où il n’y a que nous, je suis arrivé un peu en avance.
-salut Jean ça va ?
-oui très bien et toi ça va ? Tu as l’air toute triste.
-Ba je voudrais te demander quelque chose mais je ne sais pas trop comment te le dire.
-essaies toujours t’inquiètes je ne mords pas, je te promets de t’écouter quoi qu’il arrive.
-bon d’accord mais s’il te plaît ne part pas juste après. Alors voilà j’ai un copain et je voudrais faire l’amour avec lui mais je lui ai dit que je n’étais plus vierge sauf que c’est faux et que c’est une brute et je ne veux pas qu’il ne me fasse mal et je voulais que ma première fois soit particulière alors je voulais te demander si tu voulais bien qu’on le fasse ensemble, si tu acceptes promets moi qu’on s’oubliera une fois la croisière terminée.
Je n’arrivais pas à croire ce qu’elle venait de me dire, je n’avais jamais eu de chance avec les filles jusque ici. Elle m’a prit la main et j’ai vu ses yeux qui commençaient à briller.
-je te le promets
Elle m’a embrassé et m’a serré dans ses bras, je sentais sa poitrine être écrasée contre mon ventre et elle avait posé sa tête contre mon torse. Cet instant me parut une éternité.
Puis elle me prit la main et m’attira deux étages plus bas dans les toilettes. J’avais toujours pensé que c’était le pire endroit, mais elle était très propre et nos parents étant déjà dans nos chambres, on n’avait pas vraiment le choix. Elle a fermé la porte à clé et m’a chuchoté à l’oreille que l’on avait plus beaucoup de temps et qu’il fallait en profiter. A la suite de ces mots qui m’ont retourné le cerveau, elle commence à caresser ma braguette. Je l’embrasse sans retenue, nos lèvres sont comme soudées les unes aux autres et nos langues se cherchent inlassablement. Me disant qu’il était impoli de ne pas lui rendre ces caresses, je glisse ma main sous son t-shirt, je m’arrête un instant sur son ventre puis remonte vers sa poitrine. Je prends le côté gauche et palpe son sein qui tient tout juste dans la main. Je sens son téton qui commence à durcir à travers son soutien-gorge, je continue de le masser et je serre son téton tout dur entre deux doigts.
Elle interromps notre baiser un instant pour gémir, et le repèrent le balais de nos langues.
Puis je sens sa main qui passe par-dessus mon caleçon, elle prend ma bite et commence à faire de lents mouvements.

-hum c’est bon, je t’aime tellement, tu es si belle.
-ha moi aussi je t’aime mais tu sais il n’y a pas que mes seins qu’il faut masser.
J’enlève ma main de son cou et passe sous sa culotte. Elle est humide voire même trempée, instinctivement je fais des mouvements de haut en bas sur son clitoris et pose un doigt a l’entrée de sa petite grotte. Au bout d’un moment elle s’arrête, j’enlève mes mains et elle passe derrière moi, baisse mon pantalon et me masturbe maladroitement. J’accompagne sa main puis quand elle a compris le mouvement elle retire ma main et accélère le mouvement.
Je n’ai pas tenu longtemps et je me suis vidé dans la cuvette. Après m’être essuyé je baisse la cuvette et la pousse dessus. Je lui enlève sa culotte et lui masse avec le pouce son bouton d’amour. Elle esquisse un sourire, lèche son doigt et me montre le mouvement.
Je lèche donc un de mes doigts et lui enfonce doucement dans son puits d’amour qui est plein de mouille, j’accélère les vas-et-viens et masse de plus en plus vite son bouton. Elle se met à respirer de plus en plus vite et de plus en plus fort. Elle accompagne mes mouvements avec son bassin puis d’un coup elle met sa main sur sa bouche et étouffe un petit cri, je sens son minou se contracter sur mon doigt en même temps que son corps se cambre. Nous restons un petit instant comme ça avant que je retire mon doigt pour le lécher.

-hum c’est bon
-à bon ? Tu aimes ?
-oui j’adore
-intéressant mais pour l’instant je suis trop fatiguée on verra ça demain.
On s’embrasse et se rhabille elle me donne rendez-vous pour le lendemain en me donnant une heure et un numéro de cabine.

Je viens donc la rejoindre a l’heure prévue, je toque à la porte, elle m’ouvre et me saute dans les bras et on s’embrasse jusqu’à ce qu’elle me pousse sur le lit.
-on a un peu de temps, mes parents sont partis.

Elle me fait un clin d’œil et commence à me branler. Puis sans que je m’y attende elle gobe ma bite et commence une fellation. Sauf que je n’arrive pas à en profiter je voudrais que ce soit moi qui lui fasse du bien, et je débande. Elle s’arrête me regarde.
-je ne te plais pas ? Tu n’as pas envie de moi ou je suis si mauvaise que ça ?
-tu es magnifique mais j’ai envie d’autre chose
Je l’embrasse sur la bouche, puis dans le cou puis au fur et à mesure que je lui enlève ses vêtements, je descends mes baisers tout doucement jusqu’à son soutien-gorge. J’ai mis du temps à trouver comment l’enlever mais une fois fait je lui ai aspiré un téton et lui massais l’autre. Je lui lèche, suce, mordille au rythme de ses couinements puis je la déshabille entièrement et plonge ma tête entre ses cuisses. Je la lèche comme un fou jusqu’à ce que je puisse à nouveau goûter ce délicieux nectar. Je perds complètement la tête et je n’arrive plus à m’arrêter, elle pose une main sur ma tête et appuie, tandis qu’avec l’autre elle se caresse sa merveilleuse poitrine. Par moment je la regarde, elle a la tête penchée en arrière. J’adore ce moment je sens la chaleur de son corps, je suis complètement bloqué entre sa main et ses cuisses et je lui procure un plaisir qui lui traverse le corps si j’en crois la façon dont elle réagit.
-stop henn arrête toi ha il faut que je garde mes forces pour après, attends moi là.
Elle part chercher quelque chose dans la salle de bain. Elle revient avec un préservatif.
-je suppose que tu n’en as pas ?
-heu non désolé.
– a les hommes vous êtes bien tous les mêmes hehe. Allez viens là mon petit chat.
Je me rapproche du bord du lit et elle commence à me mettre la capote
-tu sais je ne pensais pas que j’allais trouvé un mec sympa et qui en plus a un aussi gros engin hihihi (Je mesure 17.5 pour 5) et malheureusement la capote est trop fine et elle me fait l’effet d’un garrot à la base. Je n’ai pas le temps de lui dire qu’elle me plaque sur le lit et me bloque les bras et m’embrasse d’un tout petit bisou. J’ai voulu me rapprocher pour en avoir plus, et lever mes bras pour la caresser mais elle met tout son poids sur moi.
-attend je veux…
-non si tu bouges je reviens te bloquer mais si tu ne bouges pas on va peut-être pouvoir perdre tous les deux un truc qui nous encombre.
A ces mots je lui fais signe de la tête et elle descend ces hanches au-dessus de mon gland. Elle le prend en main et ce place juste au-dessus. Puis elle se laisse tomber doucement en faisant des grimaces de douleur
-ça va ? Ça te fait mal ? Tu veux que l’on arrête ?
-ne bouge pas laisse toi faire, ne t’inquiètes pas, ta langue ma complètement ouverte, je n’ai pas mal c’est juste que c’est la première fois et j’adore ça.
Oui moi aussi j’adore ça. Je sens son vagin plutôt étroit qui est tellement chaud autour de ma bite. Cela faisait tellement de bien que je pensais que je ne pouvais pas me sentir mieux. Mais quand elle a commencé à faire des allers-retours assez rapides et surtout très fort je me suis cru au paradis. A chaque fois ses fesses tapaient sur mes cuisses. Elle s’est mise à geindre et assez rapidement elle a dû retenir ses cris mais elle a eu un violent orgasme qui m’a comprimé à l’intérieur d’elle. Elle s’est allongée sur moi, mais à cause de la capote qui étranglais mon pauvre pénis et de la peur de voir ses parents arriver et cette étrange sensation qu’elle soit au-dessus de moi et qu’elle me domine, je n’ai pas réussi à jouir. Je décide donc d’inverser les rôles. Je lui bloque les bras, la retourne, lui enlève les jambes autour de ma taille, je prends ma bite et je m’enfonce en elle. Je suis étonné de la facilité avec laquelle j’arrive au fond. Je commence à accéléré mes va-et-viens. Je commence à sentir le plaisir monter en moi. Elle resserre ses jambes sur mes fesses pour accentuer la profondeur de mes coups de butoir. Elle se remet a respirer avec sa gorge qui semblait se serrer. Au bout d’un moment, enfin je jouis en elle et à mon tour je m’allonge sur elle après plusieurs baisers et caresses. On s’est juré de ne pas essayer de se retrouver et moi je me suis juré d’avoir toujours au moins une capote sur moi et à ma taille